Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Sam 18 Juin - 19:30

Plusieurs semaines avaient passé, depuis que Noah avait vu le jour. Il allait bientôt avoir un mois, et Faust ne s'était jamais senti aussi heureux que depuis qu'il était né. Ni aussi inquiet, à vrai dire. Il se souciait en continu de son bien être et de son bonheur, à tel point qu'il s'occupait en général du bébé pendant que Shakra menait son navire avec un entrain retrouvé. Sans oublier qu'il était encore plus vigilant vis à vis des Eternels qui le poursuivaient, d'autant qu'il s'était fraîchement remis de la fracture de ses côtes.

Noah s'était avéré être un bébé adorable, très calme, et pas désagréable à vivre. Même aussi petit, il ressemblait à son père au même âge, tant physiquement que caractériellement. Et ce dernier, du coup, commençait déjà à faire le lien entre sa propre expérience, et celle qui serait celle de son fils... Par moments, cela créait quelques petites tensions avec sa compagne, sans qu'il le veuille, car il avait des exigences extrêmement élevées.

En effet, si la jeune femme adorait son bébé, elle avait en revanche besoin d'air de temps à autres. De prendre de la distance avec son nouveau rôle, ce qui était dans son caractère. L'Eternel le savait bien, mais pour lui, délaisser Noah même quelques instants était une grave négligence. Il prenait pour référence sa propre mère, qui avait toujours fait passer le bien de ses enfants largement avant le sien, et qui avait été son unique ilot de sérénité et d'amour dans son enfance tourmentée. De fait, il fallait bien s'attendre à des frictions...

Ce soir là, la mer était particulièrement agitée. Ils traversaient un orage, et le vacarme terrorisait le petit. Son père marchait dans la cabine d'un pas peu sûr, n'ayant pas le dessus sur le mal de mer dans une telle agitation, tout en berçant son fils contre lui pour l'apaiser, en vain. Ils avaient déjà mangé, l'avaient préparé pour le coucher après une bonne tétée, mais la tempête venait perturber leur programme. D'autant qu'ils ne faisaient plus une nuit complète depuis la venue au monde du bébé, qui les réveillait pour un repas nocturne toutes les nuits.

Vautré sur le bord du lit, Umbre fixait son tapageur rival d'un air réprobateur, battant légèrement de la queue par intermittence. Il n'appréciait pas du tout de se faire évincer par le nouveau-né, qui monopolisait une grande part de l'attention de son maître. Alors si en plus il faisait un boucan à réveiller les morts, où allait-on... Visiblement lassé, le chat quitta le lit pour aller se fourrer ailleurs, probablement dans un endroit plus calme où il pourrait dormir.

" Il n'y a rien à faire, il est terrorisé par tout ce boucan.

Avec un soupir dépité, Faust s'assit sur le bord du lit, déposant Noah sur les draps à côté de lui. Il ferma les yeux pour lutter contre le mal de mer qui lui tordait les tripes. Il avait réussi à le vaincre... mais pas dans ce genre de conditions extrêmes! Ca, plus le bébé à calmer... Il avait un peu de mal. Il posa un regard navré sur le petit, et lui caressa doucement le ventre, alors qu'il continuait à pleurnicher.

- J'ai bien pensé à l'endormir avec mon pouvoir, mais ça pourrait être dangereux voire fatal sur un enfant aussi jeune.

Il ferma à nouveau les yeux, en essayant de tout coeur de ne pas se concentrer sur la houle. Il se sentait vraiment mal, et cela n'arrangeait rien. Voilà quelque chose qui ne lui avait absolument pas manqué... Il s'allongea avec précautions en arrière, laissant sa main sur son fils. Il commençait à avoir un peu mal à la tête en prime, avec tous ces pleurs, mais évidemment, Noah n'y était pour rien. Faust avait douté un long moment qu'élever un enfant sur un navire pirate serait une bonne chose, appropriée pour le bien-être du petit... Et parfois, il se demandait encore s'ils ne feraient pas mieux de se poser à terre le temps qu'il grandisse.

- Et ce fichu mal de mer qui ne veut pas me lâcher..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Lun 20 Juin - 15:07

Les semaines s'étaient écoulées à toute vitesse après la naissance de Noah. Il avait bien grandi, étant à présent presque âgé d'un mois, et il ne laissait aucun répit à ses parents. Son père était d'ailleurs plus souvent avec lui que sa Capitaine de mère, cette dernière profitant de chaque moment de liberté pour retourner sur le pont de son cher navire pour donner des ordres, menacer ses hommes et tenir son gouvernail, en bref, faire son travail de meneuse de navire. Néanmoins, sans que cela ne soit visible de façon flagrante, elle ne pouvait s'empêcher de s'en faire pour son bébé, et malgré la présence de Faust avec lui dans la cabine lorsqu'il dormait, elle ne pouvait pas faire autrement que de faire des allées et venues d'un bout à l'autre du navire. Black, qui lui avait la chance de faire des nuits complètes, accomplissait son rôle de second à la perfection, et permettait à la Pirate de s'occuper de son enfant l'esprit tranquille en menant le navire à sa place. Les transactions à Silmento quelques semaines plus tôt s'étaient parfaitement déroulées, et ce grâce à lui.

Présentement, ils voguaient sans but précis à travers l'océan Orèus, Shakra espérant réaliser un abordage comme elle n'en avait pas fait depuis longtemps. Ils avaient guetté les navires marchands pendant une bonne semaine, mais la rudesse de l'hiver avait certainement arrêté les moins téméraires dans leurs entreprises de prendre la mer, et ils n'en avaient croisé aucun. Pourtant, dans la région chaude où étaient situées les terres Pirates, la température restait relativement agréable, même à cette période de l'année. Une fois les abords du continent quittés, naviguer devenait un jeu d'enfant... Si l'on oublie les tempêtes, bien entendu.

Or, le SeaHorse en essuyait une terrible à ce moment-là. Non pas que la mer fut particulièrement déchaînée, mais l'orage tournait en rond non loin du navire, et faisait un bruit infernal depuis déjà près d'une heure, et Noah n'avait pas l'air d'apprécier du tout ce vacarme. Juste après le dîner, Shakra lui avait donné sa tétée, comme à son habitude, puis l'avait couché. Mais le bébé n'avait pas eu le temps de fermer les yeux que les éclairs avaient commencé à zébrer le ciel, et depuis, la tempête n'avait fait qu'empirer. Dehors, Black et Bucksley s'affairaient à maintenir le cap vers Silmento, où ils avaient décidé de se ravitailler, et la jeune femme aurait beaucoup aimé le faire elle-même. Mais d'une part elle ne se sentirait pas bien de laisser son fils terrifié, même pour simplement tenir la barre à quelques mètres de là, et d'autre part, Faust n'apprécierait guère qu'elle le fasse et ne ferait qu'accentuer son sentiment de culpabilité par ses reproches.

En effet, depuis la naissance du petit, l’Éternel était infernal, et ne laissait passer aucune négligence à la jeune mère. Si elle avait le malheur de le laisser pleurnicher plus d'une minute en pleine nuit, elle se faisait passer un savon, alors si elle osait "l'abandonner" pour faire ce qu'une bonne Capitaine devrait faire en un pareil cas, elle ne voulait même pas songer aux remontrances. Elle comprenait qu'il veuille bien faire, mais elle restait une femme, et une femme de caractère, qui avait besoin de son espace et de penser aussi à elle. Elle aimait Noah, plus que sa vie, et n'hésiterait pas à en retourner une à son compagnon si il osait mettre ce fait en doute, mais elle était ainsi, si elle ne prenait pas de distances par rapport à ses responsabilités de mère, elle deviendrait folle. Et ça, ce ne serait de manière indiscutable pas bon pour son fils.

Mais Faust ne semblait pas voir les choses de cette manière. A l'entendre, Shakra avait l'impression qu'il aurait souhaité qu'elle passe la moindre minute, la moindre seconde à veiller sur le bébé, qu'elle l'aie tout le temps dans les bras, et qu'elle réponde au moindre de ses pleurs en le prenant contre elle avec la bouche en cœur et les yeux humides d'admiration. Ce qui était techniquement impossible pour elle, bien évidemment. De plus, elle aurait le sentiment de l'étouffer en faisant cela, chose qu'elle-même ne supportait pas et ne supporterait jamais, et qu'elle ne voulait donc pas infliger à Noah.

La Pirate soupira en se tournant vers Faust qui venait de s'asseoir sur le lit, y posant Noah, à côté de lui. Le bébé n'arrêtait pas de pleurer, et son père tentait en vain de le calmer depuis que l'orage avait éclaté. Son mal de mer l'avait regagné, avec le tangage du bateau, et l'air fatigué qu'il arborait malgré tout assez fièrement depuis la naissance était d'autant plus creusé par son malaise. La jeune femme, qui se débarbouillait face au miroir, approuva vivement quand l’Éternel lui confia ne pas vouloir risquer de l'endormir par son pouvoir, puis, terminant enfin sa toilette de la soirée, vint s'asseoir à côté de son compagnon sur le lit, prenant son fils dans ses bras pour le bercer.


- Je crois qu'on ne peut rien faire d'autre qu'attendre que la tempête se calme, malheureusement.

Elle soupira quand un nouveau coup de tonnerre fit redoubler d'intensité les pleurs de Noah. Petite, elle n'aimait pas non plus l'orage, elle ne pouvait donc pas lui en tenir rigueur. Mais cela restait extrêmement pénible. Et, fatiguée comme elle l'était, des cris aussi aiguës ne pouvaient que lui donner un mal de tête carabiné comme elle les détestait. Elle le supporterait volontiers, c'était un des aléas du fait d'avoir un tout jeune enfant à s'occuper, mais restait que la situation lui portait très fortement sur les nerfs. Le petit se calmant un peu alors que l'orage semblait enfin prendre de la distance, elle posa sur lui un regard sévère et fatigué.

- Tu sais que tu es exaspérant quand tu veux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Lun 20 Juin - 16:31

Faust fut infiniment reconnaissant à l'orage lorsqu'il s'apaisa un peu. Cela ne voulait pas dire qu'il allait s'éloigner définitivement, mais il y avait au moins un espoir. En tout cas, Noah s'était un petit peu calmé, par la même occasion, et son père en fut ravi. Avec de la chance, son mal de crâne se calmerait, et il n'aurait plus qu'à se soucier de son mal de mer. Il regarda le bébé, qui avait toujours de gros sanglots, mais pratiquement silencieux. Il avait l'air épuisé d'avoir tellement pleuré.

" Tu sais que tu es exaspérant quand tu veux ?

Le jeune homme jeta un regard en coin à Shakra, n'aimant pas trop la remarque, et encore moins la sévérité de son regard. Il se redressa péniblement et reprit son fils dans ses bras pour le bercer. S'il arrivait à se calmer maintenant, et que l'orage faiblissait, ils pourraient le coucher avec la certitude qu'il s'endorme rapidement. Le petit se pelotonna tout contre lui, les poings posés sur les yeux dans une attitude de fatigue extrême.

- C'est un bébé, Shakra, il n'a que quelques semaines, c'est normal qu'il ne puisse pas te dire quand ça va mal. Il ne fait pas ça pour t'embêter, il veut simplement te signaler que quelque chose ne va pas, et pleurer c'est son seul moyen de communiquer. Il est encore tout petit, c'est normal d'avoir peur d'un tel vacarme.

Il haussa les sourcils, puis reporta son attention sur son fils, qui semblait vraiment se calmer maintenant. Sa respiration redevenait plus calme, et son visage était bien moins rouge qu'avant. Au vu de la couleur écarlate de sa peau, on aurait pu croire qu'il allait exploser... D'ailleurs, au vu du volume sonore qu'il avait pu produire, l'Eternel se demandait comment de si petits poumons avaient tenu le choc sans éclater. De toute évidence, il tenait de sa mère, et pas qu'un peu.

Se levant prudemment, il se remit à marcher dans la cabine, en fredonnant tout bas quelque chose pour calmer définitivement Noah. Il finit par y parvenir, et il lui déposa délicatement un gros baiser sur le font. De sa main libre, il écarta doucement les poings du bébé de sur ses yeux, pour constater qu'il s'était finalement endormi, la respiration calme, malgré quelques sanglots qui la coupaient encore parfois. Il alla jusqu'au berceau et y déposa le petit, avant de le border soigneusement. On entendait encore les grondements de l'orage au loin, mais de manière plus étouffée. A part ça, c'était le silence qui régnait.


- Parfois, j'ai l'impression que tu lui en veux d'être né, ou d'être un bébé dépendant de toi, je ne sais pas encore.

Faust lança un regard aigu à sa compagne. Elle n'était pas exactement comme il fallait qu'elle soit avec son enfant, d'après lui. Elle passait trop de temps à s'occuper de son précieux navire plutôt que d'être attentive aux besoins de Noah. Alors que la bateau, lui, ne souffrirait d'aucun manque si elle n'était pas là pour s'occuper de lui. Il essayait d'être toujours disponible pour le bébé, mais voilà, il avait beaucoup besoin de sa mère également, et lui ne pouvait pas la remplacer...

Il alla enfiler sa tenue de nuit, pliant ses vêtements actuels sur une chaise inoccupée. Avec ses nausées, mieux valait pour lui qu'il se couche rapidement, afin que le sommeil le soulage de cette sensation. Par mesure de précaution, il récupéra un seau vide qu'il plaça près du lit, n'ayant aucune confiance dans son estomac qui protestait contre la houle. Les vagues se brisaient avec fracas contre la coque, faisant tanguer tout le bâtiment. Ils avaient déjà connu pire, mais c'était amplement suffisant pour le jeune homme.


- Je te rappelle qu'il n'a pas demandé à venir. C'est nous qui l'avons conçu, donc je ne vois pas la moindre raison de s'en prendre à lui. Qu'est-ce qu'il y a, il te gêne dans ta vie de capitaine? Tu pensais peut-être qu'il te demanderait aussi peu d'entretien qu'Umbre?"

Il soupira et s'étendit dans les draps. Il ne savait vraiment pas ce qui était pire: subir la houle debout, assis ou couché. Au moins, couché, il sentait un peu moins les mouvements du navire. Il se passa une main sur les yeux, les massant légèrement, puis il fixa un noeud du bois au dessus de lui, dans le plafond. Surtout, ne penser à rien qui puisse donner la nausée, ou en tout cas, l'accentuer, puisqu'il en souffrait déjà. Pas à de la nourriture, par exemple, car il tenait à garder son repas dans son estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Lun 20 Juin - 17:36

Finalement, l'orage semblait en effet s'éloigner, et les pleurs de Noah se firent en parallèle moins intenses. Soulagée, Shakra s'apprêtait à se lever pour prendre doucement la direction du berceau, quand Faust se pencha pour lui reprendre le bébé, qui sanglotait encore un peu. A voir son regard, Shakra devinait que quelque chose l'avait contrarié. Qu'avait-elle fait de mal encore ? Elle l'avait juste prit dans ses bras pour essayer de le calmer, et n'avait pas eu l'impression de faire cela de travers, puisque le petit garçon était enfin en passe de s'endormir.

- C'est un bébé, Shakra, il n'a que quelques semaines, c'est normal qu'il ne puisse pas te dire quand ça va mal. Il ne fait pas ça pour t'embêter, il veut simplement te signaler que quelque chose ne va pas, et pleurer c'est son seul moyen de communiquer. Il est encore tout petit, c'est normal d'avoir peur d'un tel vacarme.

Rêvait-elle, ou venait-il de mal prendre ce qu'elle avait dit juste avant ? Non, elle ne semblait pas être en train de rêver, comment le pouvait-on de toute façon lorsqu'on dormait six heures par nuit, en étant réveillée au beau milieu d'un sommeil à peine commencé pour donner le sein à son tout jeune fils ? Faust était donc tellement obsédé par les faits et gestes de Shakra vis-à-vis du bébé qu'il n'en avait pas deviné qu'elle disait cela en l'air, sans en penser le moindre mot ? Bien entendu que ce n'est pas agréable à l'oreille, un nourrisson qui hurle, mais de là à le trouver exaspérant... Et de plus, elle n'avait pas besoin qu'on lui explique pourquoi un bébé pleure autant. Cela lui donnait l'impression d'être prise pour la dernière des imbéciles, et l'exaspérait au plus haut point.

- Parfois, j'ai l'impression que tu lui en veux d'être né, ou d'être un bébé dépendant de toi, je ne sais pas encore.

Elle fixa son compagnon, qui achevait de bercer Noah et prenait la direction du berceau, d'un air incrédule. Elle était incapable de rétorquer, en grande partie à cause de son état de fatigue intense qui lui embrouillait les idées, mais s'il croyait vraiment ça, elle ne savait vraiment plus quoi penser. Ne voyait-il donc pas qu'elle passait ses journées à arpenter le navire en tout sens pour s'assurer qu'il n'avait besoin de rien, et qu'elle s'inquiétait en permanence ?

Noah finalement endormi et bordé, Faust alla passer son vêtement de nuit, sous le regard toujours interdit de la Pirate, qui se leva pour aller passer une main protectrice sur le ventre de son bébé. Elle préférait réfléchir avant de répondre, pour se défendre au mieux et sans s'énerver... dans la mesure du possible. Il attendait visiblement beaucoup d'elle en tant que mère, mais elle ne pouvait pas en devenir une parfaite en si peu de temps, ce qui était parfaitement normal. Elle se disait depuis un certain temps déjà qu'il allait falloir qu'elle lui explique cela, car elle ne supportait pas beaucoup plus longtemps la tension qui s'était installée entre eux.

Si la blessure de l’Éternel était guérie et que Shakra s'était bien remise de son accouchement, ils n'avaient pas recouché ensemble depuis la naissance, non seulement à cause de la fatigue mais aussi en raison de la situation tendue entre eux, à cause de ces désaccords concernant la manière que la Capitaine avait de s'occuper du bébé. Elle aussi voulait bien faire, et être rabaissée en permanence lui tapait grandement sur les nerfs, mais elle n'osait pas protester, car elle détestait les disputes, et ne voulait surtout pas en créer une avec Faust. Pourtant, lorsque ce dernier vint finalement s'allonger sous les draps, il porta le coup de grâce à ses nerfs fragiles.


- Je te rappelle qu'il n'a pas demandé à venir. C'est nous qui l'avons conçu, donc je ne vois pas la moindre raison de s'en prendre à lui. Qu'est-ce qu'il y a, il te gêne dans ta vie de capitaine? Tu pensais peut-être qu'il te demanderait aussi peu d'entretien qu'Umbre?

Là, c'en était trop. Hors d'elle, la jeune femme prit l’Éternel par le bras, se moquant bien de ses protestations, et le tira hors du lit pour le traîner jusqu'à la cabine où il avait dormi lors de son premier séjour sur le SeaHorse. Elle allait lui dire ses quatre vérités, mais elle ne voulait pas réveiller Noah après le mal qu'il avait eu à s'endormir. Quand ils furent à destination, elle ferma la porte derrière eux et laissa éclater sa colère.

- Mais enfin, comment est-ce que tu peux proférer des conneries pareilles ? Tu ne vois donc pas que je passe mon temps à m'en faire depuis qu'il est là ? Oui je vais voir ailleurs quand il dort, et ? Je ne vais pas lui baver sur les langes alors qu'il est endormi, ça ne change rien que je sois là ou pas dans ces moments-là, tant que quelqu'un est a proximité pour le surveiller, tout va bien. Mais tu vois, je m'inquiète quand même de savoir comment il va, tout le temps. Même quand je suis en train de faire la fière devant mon gouvernail, je m'en veux un peu de le laisser, même si tu es là. D'ailleurs, tu es trop là. Tu me reproches de ne pas en faire assez, mais c'est toi qui en fait trop ! Tu vas lui pomper tout son oxygène à force de le coller ! Il ne va pas mourir si tu t'éloignes deux minutes pour aller pisser, si si, je t'assure !

Shakra prit quelques secondes de pause pour reprendre sa respiration. Elle tremblait d'énervement et de toute la frustration accumulée pendant ces dernières semaines de n'avoir rien dit. Mais ça ne la soulageait pas, pas du tout. Bien au contraire. Faust, en face d'elle, avait perdu son masque de reproches glacial qu'il avait juste avant, et affrontait son regard en étant de toute évidence mal à l'aise. Peut-être que c'était simplement le mal de mer. Mais à l'heure actuelle, la Pirate s'en moquait, elle avait encore d'autres choses sur le cœur qu'elle voulait mettre au clair.

- Tout à l'heure, quand je disais qu'il était exaspérant, c'était en l'air, je ne le pensais pas. Je croyais que tu me connaissais assez pour comprendre que ça me fait du bien de menacer, insulter, taquiner. J'arrive pas à croire que t'aies pensé que c'était sincère. Ah et aussi, je n'ai pas besoin qu'on m'explique pourquoi un bébé pleure, et je ne lui en veux pas d'être né, c'est la plus belle chose qui me soit arrivée dans la vie, après toi. Enfin, sauf si tu continues à être aussi insupportable. Je l'aime ce bébé, plus que tout, mais j'ai aussi besoin de mon air et non il ne souffrira pas qu'on lui laisse aussi un peu le sien. Putain, ta mère était si mauvaise que tu m'en fais une fixette ou quoi ? La mienne je l'ai pas connue, et je m'en sors, va falloir te relever de tes problèmes d'enfance parce que ça peut plus durer comme ça. Et je ne peux pas devenir une mère parfaite en seulement quelques semaines, personne ne le peut. Ça aussi tu as tendance à l'oublier.

Voilà, tout était dit. Restait maintenant à voir si Faust allait l'écouter ou se braquer. Shakra avait énormément envie de pleurer, de se trouver dans une telle situation alors que tout allait si bien pour eux avant... Mais elle se contenait, elle ne voulait pas perdre la face, c'était trop important et elle ne pouvait pas se permettre de craquer. Pas avant d'avoir entendu ce qu'il répondrait. Adossée à la porte, elle dévisageait l’Éternel, qui avait l'air tétanisé. Il y avait un seau sous le lit, au besoin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Lun 20 Juin - 18:09

Faust avait enfin réussi à se concentrer sur autre chose que sur les nausées qui lui tordaient les entrailles, et s'apprêtait à s'endormir quand Shakra le tira du lit sans qu'il s'y attendre. Trop surpris pour résister, il se contenta de protester verbalement, avant de se laisser entraîner sans en rajouter sous peine de repeindre le parquet, ce qu'elle n'apprécierait sans doute pas le moins du monde. Elle l'emmena dans son ancienne chambre et ferma la porte derrière eux. Umbre, qui dormait sur le lit jusque là, leva la tête avec son habituel air exaspéré.

" Mais enfin, comment est-ce que tu peux proférer des conneries pareilles ? Tu ne vois donc pas que je passe mon temps à m'en faire depuis qu'il est là ? Oui je vais voir ailleurs quand il dort, et ? Je ne vais pas lui baver sur les langes alors qu'il est endormi, ça ne change rien que je sois là ou pas dans ces moments-là, tant que quelqu'un est a proximité pour le surveiller, tout va bien. Mais tu vois, je m'inquiète quand même de savoir comment il va, tout le temps. Même quand je suis en train de faire la fière devant mon gouvernail, je m'en veux un peu de le laisser, même si tu es là. D'ailleurs, tu es trop là. Tu me reproches de ne pas en faire assez, mais c'est toi qui en fait trop ! Tu vas lui pomper tout son oxygène à force de le coller ! Il ne va pas mourir si tu t'éloignes deux minutes pour aller pisser, si si, je t'assure !


Avec un air qui semblait nettement vouloir dire "Nom d'un poisson chien, on ne peut pas dormir tranquille sur ce fichu rafiot?", le chat disparut sous le lit, de toute évidence contrarié par les cris. Son maître, quant à lui, restait tétanisé devant l'explosion. Il préféra écouter en silence, même si son visage se décomposait un peu plus à chaque mot. Lui qui ne voulait que le bien de son fils, voilà ce à quoi il avait droit en récompense... Mais ce n'était pas encore fini, puisqu'elle gardait le meilleur pour la fin.

- Tout à l'heure, quand je disais qu'il était exaspérant, c'était en l'air, je ne le pensais pas. Je croyais que tu me connaissais assez pour comprendre que ça me fait du bien de menacer, insulter, taquiner. J'arrive pas à croire que t'aies pensé que c'était sincère. Ah et aussi, je n'ai pas besoin qu'on m'explique pourquoi un bébé pleure, et je ne lui en veux pas d'être né, c'est la plus belle chose qui me soit arrivée dans la vie, après toi. Enfin, sauf si tu continues à être aussi insupportable. Je l'aime ce bébé, plus que tout, mais j'ai aussi besoin de mon air et non il ne souffrira pas qu'on lui laisse aussi un peu le sien. Putain, ta mère était si mauvaise que tu m'en fais une fixette ou quoi ? La mienne je l'ai pas connue, et je m'en sors, va falloir te relever de tes problèmes d'enfance parce que ça peut plus durer comme ça. Et je ne peux pas devenir une mère parfaite en seulement quelques semaines, personne ne le peut. Ça aussi tu as tendance à l'oublier.

Quand elle fit mention de sa mère, l'Eternel reçut ça comme une gifle, comme une lame glacée plantée en plein coeur. Il sentit une rage froide monter en lui, le genre de rage meurtrière qui le prenait quand on touchait à certaines choses. Dont celle-ci. Il dut se faire violence pour refouler tout ça, sans quoi il l'aurait probablement tuée sans sommation, avant même d'avoir pu réfléchir. Il ne lui resta que cette boule infâme dans la gorge, cette nausée étouffante si différente du mal de mer. Il tremblait de manière visible, mais il se contenta de planter momentanément son regard dans celui de Shakra.

Il n'avait jamais dit qu'elle était une mauvaise mère, seulement, il ne connaissait rien d'autre que ce qu'il avait vécu, petit, avec la sienne. Et puisque cela avait été une source de bonheur immense pour lui, il ne voulait pas en priver son fils. Sauf qu'évidemment, elle ne pouvait pas comprendre. Pas sans savoir, et il ne lui avait jamais dit. Et il n'en avait pas envie. Il ne voyait pas comment un enfant ne pouvait pas souffrir d'être coupé de sa mère, au vu de ce que lui avait enduré.

Il serra les poings, à s'en faire blanchir les jointures. Sa mâchoire aussi était crispée, et il avait le plus grand mal du monde à garder son calme. Il sentait des émotions diverses l'agiter, et se savait sur le point de faiblir, d'exploser. Mais il devait éviter, lui pardonner, elle ne pouvait pas savoir... Mais c'était trop dur pour lui, pas après ce qu'elle avait dit. Parler ainsi de sa mère sans la connaître, alors qu'elle était si merveilleuse, si parfaite...


- Je voulais simplement que Noah n'aie pas à souffrir de l'absence de sa mère. Qu'il puisse être entouré et jouir de ce bonheur, et qu'il ne finisse pas par voir sa mère se faire violer et tuer sous ses yeux par son PROPRE PERE!"


Et voilà, il l'avait dit, sans vouloir le faire, commençant d'une voix glacée, terminant en hurlant, comme cela ne lui était encore jamais arrivé. Il avait dérapé, inconsciemment, passant de son fils à sa propre expérience, à son vécu, malgré lui. Tremblant encore plus, et sentant pour la première fois depuis des années des larmes de chagrin et de rage couler sur ses joues, il décida qu'il n'allait pas rester ici pour se faire interroger plus avant. Ni pour offrir à sa compagne ce spectacle navrant de faiblesse. Il secoua la tête, et s'avança vers elle.

Elle lui barrait le passage, adossée contre la porte, mais ce n'était pas grave. Il la saisit sans effort par le bras et la tira sur le côté, avant d'ouvrir la porte à la volée, le passage ainsi libéré. D'un pas vif mais raide, tout mal de mer momentanément dissipé, il prit la direction de la porte principale de la cabine, pour se rendre sur le pont, dans la cale, n'importe où où il pourrait se rouler en boule dans un coin et laisser passer la tempête.

En cet instant, il voulait fuir, ni plus ni moins. Comme un animal blessé, qui se sentait acculé sans l'être encore totalement, qui fuyait pour se mettre en sécurité avant qu'il ne soit trop tard. Même en cet instant, il refusait de se faire interroger sur son passé, même par Shakra. Comment pourrait-elle comprendre tout ça? Elle n'avait pas connu ses parents, elle l'avait bien dit. Alors comment pourrait-elle réussir à comprendre ce qui rendait la mère de Faust si chère à ses yeux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Lun 20 Juin - 18:47

Le silence qui suivit fut pesant, très pesant, et d'autant plus que Faust semblait avoir très mal prit ce que sa compagne venait de dire. Il tremblait, de rage apparemment, ce qui terrifia Shakra l'espace d'un instant. Il semblait prêt à lui sauter à la gorge, et même si elle savait ce qu'il était, elle n'aurait pas le temps de se défendre. Un Éternel était bien trop rapide pour qu'on puisse l'esquiver dans un espace aussi réduit. S'il perdait définitivement son sang-froid, elle était fichue. Il voulait se contenir, cela se voyait, mais allait-il seulement y parvenir ? Finalement, il explosa, mais pas dans le sens où la Pirate l'aurait cru.

- Je voulais simplement que Noah n'aie pas à souffrir de l'absence de sa mère. Qu'il puisse être entouré et jouir de ce bonheur, et qu'il ne finisse pas par voir sa mère se faire violer et tuer sous ses yeux par son PROPRE PÈRE !

La jeune femme se figea contre la porte de la cabine, tétanisée à la fois par la révélation en elle-même et par l'état de Faust. Il était encore plus fébrile, et des larmes commençaient à rouler le long de ses joues, et il était troublé comme elle ne l'avait jamais vu. Ainsi, c'était ça... Shakra s'en voulut terriblement d'avoir dit les choses telles qu'elles les avaient dites juste avant, mais sans cela, elle doutait qu'il lui aurait avoué la vérité un jour. Elle comprenait un peu mieux, à présent, même si elle n'avait pas tous les détails. Son comportement découlait de ce traumatisme. Néanmoins, il allait falloir lui expliquer que la situation de Noah était tout à fait différente...

Seulement, l’Éternel prit le chemin de la porte, n'ayant pas l'air de vouloir s'étaler sur le sujet. Toujours en larmes, il s'avança d'un pas rapide vers la Pirate, qui lui barrait le passage. Il s'en défit bien vite en lui prenant le bras pour l'écarter du passage, avant d'ouvrir la porte d'un grand geste et de filer vers celle des quartiers. D'abord paralysée par l'émotion, Shakra ne bougea pas. Mais elle réalisa bien vite qu'il fallait lui parler tout de suite, et qu'elle ne devait pas le laisser s'enfuir. Aussi, n'ayant pas le temps de lui barrer la route, elle joua le tout pour le tout et se jeta sur lui pour l'enlacer par derrière.


- Non attends, ne pars pas, s'il te plaît !

Elle s'accrochait fermement à lui, bien décidée à ne pas le laisser s'en tirer à si bon compte. Elle réalisa alors qu'elle pleurait aussi, trop d'émotions accumulées prenant finalement le dessus sur son self-control. Si elle avait pu faire autrement, elle l'aurait laissé tranquille avec son passé. Mais cela affectait leur relation, et elle ne pouvait pas le tolérer. Tant pis s'ils devaient en souffrir ponctuellement, ce serait un mal pour un bien. Cependant, avant de lui réclamer davantage d'explications, elle jugea sage de d'abord le rassurer sur leur propre situation.

- Noah n'a pas ce genre de père, enfin, je ne crois pas... Il peut baigner dans l'amour sans que nous soyons toujours sur son dos. Tu sais, je n'ai pas eu de mère, mais mon oncle m'a donné autant d'amour qu'il m'en fallait, sans quoi, je ne serais pas là...

Elle espérait que cela suffirait, et s'attendait à ce que Faust la jette à terre avant de prendre la fuite. Elle comprendrait, mais elle en souffrirait, également. Elle voulait partager cela avec lui, parce qu'elle l'aimait. Et l'aimer signifiait partager aussi ses souffrances...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Lun 20 Juin - 21:37

Faust avait déjà la main droite sur la poignée de la porte, prêt à sortir dans la tourmente qui se calmait peu à peu, en dépit de son mal de mer dont il n'avait même plus conscience, quand il sentit Shakra se plaquer contre son dos en l'enlaçant. Il fut donc obligé de s'arrêter, mais il se figea carrément, comme une statue. Il avait des picotements dans tout le corps alors qu'il gardait le silence, les larmes continuant à couler sans qu'il parvienne à les arrêter.

" Non attends, ne pars pas, s'il te plaît !

Au son de sa voix, elle pleurait elle aussi. Sans doute à cause de beaucoup de choses qui s'étaient cumulées. Elle qui avait besoin de beaucoup de sommeil, elle ne faisait plus de nuits complètes depuis la naissance du bébé. C'était tout de même fatiguant, mis bout à bout... Et puis, ils étaient un peu tendus dans leur relation également, depuis un certain temps, et cela leur pesait probablement autant à l'un qu'à l'autre. Il restait donc là à attendre, bêtement, sans rien dire, ne sachant pas quoi faire, et ne voulant pas développer le sujet. Même s'il sentait qu'il n'y couperait pas.

- Noah n'a pas ce genre de père, enfin, je ne crois pas... Il peut baigner dans l'amour sans que nous soyons toujours sur son dos. Tu sais, je n'ai pas eu de mère, mais mon oncle m'a donné autant d'amour qu'il m'en fallait, sans quoi, je ne serais pas là...

Bien sûr que les choses étaient différentes... Mais l'Eternel avait tellement de mal à ne pas faire le rapprochement entre son fils et lui. Ils se ressemblaient tant! Il se voyait, petit, à travers lui. Et il voulait plus que tout au monde lui offrir l'enfance heureuse qu'il n'avait pas eu, comme pour racheter les erreurs de son propre géniteur. Au fond, même après toutes ces années, il n'avait jamais vraiment fait son deuil. Il avait juste relégué ça dans un coin de son esprit, en tirant d'abord la force de devenir un assassin pour venger la mort de sa mère, puis l'enfouissant tant bien que mal quelque part pour ne plus y penser...

Mais au fond, est-ce que cela ne lui ferait pas du bien d'en parler, pour une fois? De cesser de garder tout ça pour lui? Peut-être que cela exorciserait enfin la douleur... Cela ne changerait rien aux faits, et chargerait également sa compagne d'un triste fardeau... Mais pouvoir partager cela avec quelqu'un qui vous aimait... C'était peut-être un remède envisageable.

Tandis que toutes ces pensées tournoyaient dans sa tête, il frissonna violemment. Il se doutait que sa compagne était dans l'attente d'une réponse ou d'une réaction quelconque, mais ni l'un ni l'autre ne venaient. Finalement, avec lenteur, il relâcha la poignée de porte, et laissa retomber son bras le long de son corps, en silence toujours. La houle s'était atténuée avec la disparition progressive de l'orage, mais le navire continuait à tanguer, et le mal de mer du jeune homme se réveilla. Il ferma les yeux pour le contenir, et se concentra malgré lui sur la respiration calme et régulière de son fils, dans son berceau au fond de la cabine, près du lit.

Cela l'apaisa. Il se focalisa bien dessus, respirant profondément pour tenter de retrouver son calme. Il mit un temps à apaiser la colère, mais la douleur resta là, elle. Tout comme ses larmes qui ne tarissaient pas, ce qui l'exaspéra. En cet instant, il se sentait... faible et vulnérable. Plus encore que quand il avait été affecté par des blessures mortelles. C'était extrêmement troublant. Il tourna légèrement la tête vers Shakra, et la fixa d'un regard humide.


- Ma mère était tout ce que j'avais. C'était mon îlot de bonheur, le soleil de mon enfance. Je ne peux pas concevoir que ce soit autrement pour Noah... alors qu'il me ressemble déjà tellement. Je me revois à travers lui. Je ne veux pas qu'il souffre comme moi j'ai souffert."

Sa voix tremblait un peu. Il se défit doucement de l'étreinte de la Pirate, et se dirigea d'un pas mal assuré vers le lit. Là, il récupéra un seau, et rendit finalement son repas. Il se sentit un peu moins nauséeux après ça. Il sortit un instant de la cabine pour le vider, puis il revint se rincer la bouche et le visage. Cela lui avait au moins permis de penser à autre chose. Il jeta un regard au berceau, pour s'assurer que le bébé dormait toujours. Et c'était le cas: son sommeil était maintenant profond et réparateur.

Il sentit les larmes se remettre à couler. Il alla jusqu'au lit, et s'assit sur le bord, à sa place. Il se prit la tête entre les mains, ne sachant plus quoi faire. Au point où il en était, autant faire des confessions. Mais il ne s'en sentait pas capable. C'était comme si les mots, l'histoire, restaient coincés au fond de sa gorge et formaient une boule douloureuse qui refusait catégoriquement de sortir.

Le bonheur de son fils était tellement important pour lui... Mais avec ce que sa compagne lui avait dit, il craignait maintenant de trop en avoir fait, ou de s'y être mal pris, même si cela partait de sentiments honorables. Il avait l'impression d'avoir fait fausse route, mais ne voyait pas comment faire autrement que de subvenir à tous ses besoins pour qu'il ne se sente jamais mal. Lui-même avait fait de la souffrance sa première épouse, et ce depuis son âge le plus tendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Mar 21 Juin - 14:02

Au terme d'un long silence, pendant lequel Shakra n'avait pas lâché Faust, ce dernier retira finalement sa main de la poignée de la porte de leurs quartiers. Sans qu'elle voie son visage, la Pirate devinait qu'il pleurait encore, à sentir sous ses doigts sa poitrine se soulever en un sanglot par moments. Elle desserra un peu son étreinte, gardant néanmoins la tête calée contre le dos de son compagnon. L’Éternel tourna alors vers elle son regard triste et fatigué.

- Ma mère était tout ce que j'avais. C'était mon îlot de bonheur, le soleil de mon enfance. Je ne peux pas concevoir que ce soit autrement pour Noah... alors qu'il me ressemble déjà tellement. Je me revois à travers lui. Je ne veux pas qu'il souffre comme moi j'ai souffert.

La jeune femme préféra garder le silence, pour le moment. Elle avait déjà fait assez de dégâts comme ça, et pour les réparer, il valait mieux qu'elle réfléchisse avant de parler. Quand elle le voulait, elle savait trouver les bons mots, mais la diplomatie n'avait jamais été sa réaction première... Elle comprenait le sentiment de Faust, à présent. Quel que fut son passé, il ne voulait pas Noah revive la même chose. Il était aveuglé par cette peur ancrée en lui, et transposait cela sur son fils, ne réalisant de fait pas que la situation était bien différente, même si, au fond de lui, il le savait bien.

En tout cas, Shakra pensait qu'il était temps pour lui de s'ouvrir sur ce passé douloureux, car jusqu'ici, le garder secret n'avait amené que de la mésentente et des quiproquos dans leur relation, depuis la naissance de Noah. A long terme, elle ne savait pas s'ils auraient tenu le coup. Elle qui avait toujours été habituée à l'honnêteté en ce qui concernait le passé, elle avait déjà eu du mal à se faire à l'idée que son amant le garde pour lui, si en plus celui-ci parasitait le présent... Son oncle ne lui avait jamais caché ses origines, jugeant qu'il était plus sage qu'elle sache d'où elle vient que de grandir dans l'ignorance pour en vouloir à la terre entière ensuite. Et elle approuvait totalement cette décision.

Faust se dégagea doucement de l'étau des bras de la Pirate, pour se diriger en titubant vers le seau qu'il avait posé plus tôt non loin du lit, et y rendit finalement ce qu'il avait mangé au dîner. Shakra aurait voulu faire quelque chose, mais le connaissant bien, elle sentait qu'il préférait qu'on le laisse pour l'instant. Le fait d'avoir vomi l'avait sans doute déjà un peu soulagé, et il ne serait plus gêné ensuite, comme la tempête se calmait. Elle ne broncha pas lorsqu'il sortit avec le seau, devinant qu'il comptait simplement le vider par-dessus bord, et profita qu'elle était seule pour se rincer le visage et se dénouer les cheveux.

Quand l’Éternel revint, elle était toujours assise devant son miroir, et achevait de démêler sa tignasse noire. Elle le regarda aller à son tour vers le tonneau d'eau pour se rafraîchir également, tournant son regard sur le berceau un instant, avant d'aller s'asseoir sur le bord du lit, la tête entre les mains, s'étant remis à pleurer. Le cœur de la Capitaine se serra. Elle se doutait qu'il devait se trouver pitoyable, mais à vrai dire, elle voyait juste face à elle un homme blessé, une blessure profonde et douloureuse qui n'avait jamais cicatrisé, qu'il avait essayé de soigner seul sans avoir une idée précise du remède à suivre. Et cela lui fendait le cœur, car c'était l'homme qu'elle aimait qu'elle voyait ainsi. Se mordant la lèvre inférieure, elle quitta le tabouret de sa coiffeuse pour venir doucement s'asseoir à côté de Faust. Elle passa prudemment, craignant d'être repoussée, une main dans le dos de son compagnon.


- Je me doute que tu le sais, mais Noah a la chance d'avoir des parents qui l'aiment, et qui s'aiment aussi. Lorsqu'il aura besoin de nous, il saura nous le dire, et nous serons là pour lui. Mais il est inutile que nous soyons sur son dos en permanence. Dans son cas, ce ne serait pas bon pour lui, ça le perturberait plus qu'autre chose.

Shakra prit l'une des mains de son amant et la lui écarta du visage, pour caresser sa joue trempée de larmes, et posa sa tête sur son épaule, serrée tout contre lui. S'il avait seulement pensé à l'envoyer paître, il se sentait certainement trop affaibli pour protester. Ou peut-être était-il simplement résigné à l'écouter ? Dans tous les cas, cela rassura la jeune femme, qui essuya une larme qui avait roulé jusqu'au menton mal rasé de l’Éternel.

- Je suis vraiment désolée de m'être emportée, à propos de ta mère. Je ne pouvais pas savoir... Et pour avoir failli partager son sort, je... Je m'en veux doublement, parce que je sais quel effet ça fait, quand un homme profite de ton impuissance pour faire ce qu'il veut de toi. Elle était sans aucun doute très courageuse...

Puis elle se tut. Maintenant, la balle était dans le camp de Faust. Elle espérait vraiment qu'il lui raconterait en détail ce qu'il avait vécu, afin qu'elle soit à même de comprendre totalement son ressenti, et de l'aider, également. Elle ne savait pas si elle supporterait de le voir à nouveau dans cet état, sans pouvoir rien faire. Son cœur était tellement serré qu'elle avait l'impression qu'il pouvait s'arrêter de battre d'un instant à l'autre.


Dernière édition par Shakra Longwood le Mar 21 Juin - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Mar 21 Juin - 15:41

Alors que Faust était sur le lit, il sentit sa compagne le rejoindre, et passer un bras autour de ses épaules. Il ne la repoussa pas, ne s'en sentant ni l'envie ni la force. Quel pitoyable assassin il faisait là... Ses anciens camarades auraient bien ri de lui. Elle le rassura une fois de plus sur la situation de Noah. Tout cela, il le savait déjà... mais sans pouvoir s'empêcher de craindre que l'histoire ne recommence. C'était idiot, il en avait conscience, mais c'était tellement plus fort que lui...

" Je suis vraiment désolée de m'être emportée, à propos de ta mère. Je ne pouvais pas savoir... Et pour avoir failli partager son sort, je... Je m'en veux doublement, parce que je sais quel effet ça fait, quand un homme profite de ton impuissance pour faire ce qu'il veut de toi. Elle était sans aucun doute très courageuse...

Elle lui avait écarté une main du visage pour lui caresser la joue et sécher ses larmes. Le jeune homme conserva un moment le silence, et ferma les yeux en essayant de se calmer au maximum. Il mit un certain temps à vaincre son agitation. Il inspira profondément, se sentant déjà un peu plus clair dans ses idées. Mais il n'arrivait toujours pas à cesser de pleurer. Les larmes coulaient toutes seules sur ses joues...


- Ce que ma mère a subi, c'est encore bien pire que ce qui t'es arrivé. Mais elle a toujours fait passer le bonheur de ses enfants avant le sien, d'aussi loin que je me souvienne.

Puisqu'il en était là, autant lui raconter toute l'histoire... D'autant que s'il s'obstinait à refuser, cela ne donnerait rien de bon. Shakra voulait savoir et au fond, elle en avait le droit, même si cela ne la concernait pas. Après tout, cela affectait leur liaison... Peut-être qu'en parler à quelqu'un qui l'écouterait sans le juger ou disséquer ses paroles lui ferait du bien. Il posa ses mains sur ses genoux, puis perdit son regard dans le vague.

- Je suis le quatrième enfant d'une famille paysanne du Nord-Est de Magikheart, fils d'Hektor et Katherin Svartem. Notre fratrie comptait sept enfants au total, lorsque nous étions les plus nombreux: Tom, Ann, Flynn, moi-même, puis les plus jeunes, Lou, Janne, et Oliver. Trois d'entre eux sont décédés la même année en succombant à une épidémie qui avait frappé la région. La mort a fauché en quelques mois les vies de Flynn, Janne et Oliver, qui était à peine plus âgé que Noah. Flynn... c'était mon frère le plus proche, celui avec qui je m'entendais le mieux. Il me protégeait toujours de tout. Quand il est mort... ça a été terrible pour moi. Pour ma mère aussi. Mais tu comprends maintenant pourquoi je voulais que notre fils porte son prénom.

Il s'interrompit un moment. Il les revoyait clairement, tous, dans son esprit. Comme des fantômes, ses frères et soeurs se tenaient devant lui, enfants, comme lorsqu'ils étaient encore tous ensemble. L'air bravache de Tom, le plus âgé, la douceur d'Ann, le sourire cordial de Flynn. Lou et Janne qui jouaient avec des poupées de chiffon, et Oliver qui pleurnichait dans son berceau, bébé potelé de six mois à peine. Cela lui tira presque un sourire nostalgique.

- Moi, j'étais un petit garçon très doux, timide, rêveur. Au contraire de mon frère aîné, j'étais extrêmement calme et sensible, pas bagarreur du tout. Ca a toujours irrité mon père, je crois. D'aussi loin que je me souvienne, il a toujours été un ivrogne. Un ivrogne qui engloutissait le peu d'argent que nous avions dans des chopes de mauvaises bières dans la taverne du village. Ma mère parvenait toujours à sauver quelques pièces pour qu'on puisse au moins manger... Enfin bref, quand il rentrait, ivre mort, il s'en prenait à ma mère, devant nous ou pas. Notre présence ne lui faisait rien. Au mieux, il la frappait, au pire, il la violait. Pour les trois aînés, je ne sais pas, mais en tout cas, nous tous, les plus jeunes, sommes sans aucun doute les fruits d'un de ces viols. Mon père était un vrai ours, gigantesque et large comme un taureau. Ma mère ne pouvait pas se défendre. Et je peux t'assurer qu'il n'y avait plus une once d'amour entre eux. Elle ne restait avec lui que pour subsister. Pour nous, en somme. Et elle supportait cette violence afin qu'il ne s'en prenne pas à nous.

Il ferma les yeux. Elle était bien loin, l'époque où il n'était qu'un bambin crotté de sept ans, mais il se souvenait encore de tout ça avec une netteté déconcertante. Il avait tant de fois repassé tout ça dans sa mémoire, que c'en était devenu machinal. Il se massa un instant les tempes, arrivant au plus difficile dans cette affaire. Il sentit ses main se mettre à trembler légèrement, et il les reposa sur ses genoux.


- Un soir, il est rentré plus ivre que d'habitude. Je le craignais et le détestais plus que tout, et j'avais peur pour ma mère. J'ai eu raison, mais je suis resté là, et j'ai donc tout vu. Il a voulu la violer, elle s'est défendue. Alors, il l'a battue, et il a eu la main trop lourde. Elle est tombée, et s'est éclaté le crâne contre le bord métallique d'un vieux coffre massif que nous avions. J'avais sept ans.


Elle était morte sans un cri, mais surprise. Et lui avait tout vu. Les débris du crâne qui avaient explosé, le sang et la cervelle qui coulaient par terre... Il en avait vu d'autres depuis, mais même maintenant, un frisson de dégoût le secoua, et il se sentit à nouveau violemment nauséeux. Il laissa passer cette abominable impression, et chassa cette image de son esprit en pensant à son fils endormi. Cela l'apaisa efficacement, et il put continuer.

- J'ai été totalement anéanti par tout ça. J'avais déjà perdu deux frères et une soeur, et voilà qu'on me prenait ma mère, le centre de mon univers. Et maintenant qu'elle n'était plus là, mon père me choisit comme nouveau souffre-douleur, considérant que mon caractère doux était une preuve de tare ou de faiblesse, me prenant pour une fillette. Rien à voir avec Tom, qui à quatorze ans, fréquentait déjà des filles du village de façon plus qu'intime, je n'ai pas besoin de préciser. Bref, à l'âge de huit ans, je me suis rendu dans une ville en me cachant à l'arrière d'un chariot de foin. Et là, j'ai pris contact avec un Eternel, finalement. Je lui ai expliqué que je voulais tuer mon père, et lui ai raconté toute l'histoire. Il a refusé en riant, malgré la somme d'argent dérisoire que je lui proposais en échange, que j'avais réussi à voler tout seul.

Cette fois, c'était l'Eternel qu'il revoyait face à lui. La trentaine tout juste, avec des cheveux sombres tirés en arrière et la tenue des assassins en fonction... Il l'avait énormément impressionné, quand il était apparu. Pour un gamin de la campagne, c'était comme si un dieu en personne était descendu du ciel pour le rencontrer. Il avait fondé tellement d'espoir sur cette guilde légendaire dont sa mère lui racontait les histoires...

- J'ai très mal pris son refus. Mon unique espoir de vengeance s'évanouissait d'un coup, avec le rire de cet homme. Sans même m'en rendre compte, j'ai utilisé mon pouvoir pour tenter de l'endormir. Je ne l'avais encore jamais fait sur un humain. Sur des chiens, des porcs ou des poulets dans mon village, souvent, mais pas plus. Il m'a giflé en se rendant compte de ce que je faisais, mais dans le même temps, il m'a pris sous son aile en me disant que si j'acceptais d'être son apprenti, je pourrais me venger moi-même. J'ai accepté, et suis rentré dans la guilde. Il est devenu mon maître. De là, on m'a tout appris: calcul, lecture, écriture, hygiène, langage, comédie, vol, poisons, combat avec toutes sortes d'armes, crochetages de serrures, désactivation de pièges... Tout. En quelques années, étant très bon élève, je suis devenu un Eternel à part entière, à l'âge de quinze ans. Je suis revenu chez moi, et j'ai tué mon père. Mais en me montrant, pas par des moyens détournés. Je lui ai dit qui j'étais, et il avait l'air aussi surpris que ma mère l'était en mourant, lorsqu'il sentit la lame de mon épée l'éventrer.

Il se tourna finalement vers Shakra. Il était pratiquement arrivé au bout, et il se sentait fébrile. Il ne savait pas quel regard elle allait porter sur lui à présent, en sachant tout ça. Dégoût? Pitié? Un peu des deux? Ce n'était pas une vie facile qu'il avait eue, et elle était seulement la deuxième personne à être au courant. Et actuellement, la seule personne à part lui à le savoir tout en étant en vie.

- Une fois ma vengeance accomplie, j'ai coupé les ponts avec mes frère et soeurs restants. Tom et Ann avaient déjà pris le relai de ma mère à la tête de la famille durant ces années d'absence. Mon frère avait tout de même vingt-deux ans à l'époque... Bref, pour ne pas les mettre en danger, j'ai cessé de les voir. Et ils me croient sans doute mort. Je suis retourné prendre de leurs nouvelles de temps à autres, sans jamais me montrer, juste pour être sûr qu'ils allaient tous bien. Ils ont chacun leur famille, aux dernières nouvelles. Tout ça pour que les Eternels ne puissent pas les faire souffrir par ma faute, s'il y avait lieu. Et puis, finalement, il y a environ un an, j'ai été accusé à tort du meurtre de mon maître, banni, et condamné à mort. Depuis, je fuis en continu, le seul endroit où je m'étais jamais senti bien jusque là. Avant de te connaître en tout cas. Et encore maintenant, je veux mettre la main sur le responsable de ce crime et le faire payer pour rétablir la vérité."

Il se tut pour de bon, cette fois, ayant tout dit. Il se sentait comme vide, ne ressentant plus vraiment quelque chose de net. Et ses larmes s'étaient peu à peu taries pendant son récit. Il ne percevait plus que les bruits de sa respiration, de celle de sa compagne, et de celle de Noah, toujours profondément endormi dans son berceau. Au moins, une fois qu'il fermait les yeux, il dormait bien jusqu'à ce que ce soit le moment pour lui de réclamer sa tétée nocturne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Mar 21 Juin - 23:17

Shakra écouta, silencieuse et calme, le récit de la vie de Faust. Malgré toutes les horreurs qu'il lui racontait, elle encaissait chaque nouveau détail sordide sans broncher, un bras toujours appuyé contre le dos de l’Éternel, et l'autre main sur la cuisse de celui-ci. Les flot de larmes qui coulait le long des joues du jeune homme s'atténuait petit à petit, alors qu'il se concentrait sur son histoire. Par moments, il considérait sa compagne en silence, entre deux longues tirades, comme s'il sondait ses réactions. Mais elle se contentait d'écouter, estimant qu'elle aurait tout le temps de réagir une fois qu'il aurait terminé. Et quand ce fut le cas, il tourna ses yeux rougis vers le berceau, où Noah dormait encore profondément.

La Pirate ferma les yeux et soupira, tâchant de remettre ce qu'elle venait d'apprendre dans l'ordre. Pour commencer, le père de Faust était un ivrogne violent qui battait sa femme, qui s'était résignée à rester avec lui et subir ses violences et abus sexuels pour le bien de ses enfants, ce qui l'avait conduite à sa perte. Ses frères et sœurs avaient des caractères différents mais il tenait à eux tous, et avait beaucoup souffert de perdre trois d'entre eux à cause de la maladie. Il avait demandé à un Éternel de le venger, celui-ci avait refusé mais découvrant son pouvoir d'endormir les êtres vivants par le regard, il avait décidé de le former afin qu'il puisse accomplir lui-même sa vengeance, ce qu'il avait fait avec succès, avant de définitivement couper les ponts avec le reste de sa famille, pour les protéger. Puis on s'était joué de lui, et on lui avait mis le meurtre de son maître sur le dos et condamné à mort, le poussant à fuir. Et à présent il était là, avec elle.

La jeune femme se décolla finalement de son compagnon pour se lever et marcher en rond en face de lui, pour faire le point avant de lui répondre. Elle réfléchit à ce qu'elle aurait fait, à sa place. Nul doute qu'elle aurait elle aussi haï son géniteur, dans un tel cas. Et l'idée que peut-être son père était ce genre de personne la fit frissonner. Elle avait eu beaucoup de chance, que sa mère la conduise à son frère afin qu'il l'élève. Elle n'avait jamais manqué de rien, ni d'amour, ni d'attentions, ni de cadeaux et de plaisirs oisifs. Elle qui s'était souvent considérée comme une femme que la bonne fortune n'avait pas gâtée relativisait, à présent. Certes, elle n'avait pas été la petite fille la plus heureuse du monde, mais pas la plus malheureuse non plus. Et elle en prenait conscience maintenant que Faust lui avait révélé son passé, qui n'avait été que souffrance, misère et tristesse.

Elle se tourna vers son compagnon, qui avait reporté son regard sur elle, et sentit qu'elle allait se remettre à pleurer. Comment avait-il pu vivre avec tant de douleur en lui depuis toutes ces années ? Elle était tiraillée par les sentiments qu'il avait pu ressentir dans sa vie : la tristesse, la haine, le désir de vengeance, et tout ce qu'il avait du endurer durant son entraînement d’Éternel, qu'elle savait particulièrement éprouvant. Elle admirait son courage, ne sachant pas si elle-même aurait eu la force de lutter face à autant d'épreuves. Estimant qu'assez de larmes avaient coulé pour ce soir, elle refoula celles qui lui montaient aux yeux, et vint tout doucement s'asseoir sur les genoux de Faust, pour coller leurs fronts l'un contre l'autre.


- Je ne sais vraiment pas quoi te dire. Que répondre à une telle histoire, honnêtement ? En tout cas, tu as bien agi, à mon sens. Qu'il ai été ton père ou pas, cet homme qui a fait de ta vie un enfer ne méritait pas d'autre sort. Et que vengeance aie été faite de ta main n'est que justice.

Elle ferma les yeux et caressa la joue de l’Éternel. S'il y avait une chose de sûre et certaine, dans tout cela, c'est qu'elle l'aimait et qu'elle ne voulait pas le perdre. Une autre injustice devait être réparée, à présent. La lumière devait être faite sur l'innocence de Faust, sans quoi ils ne vivraient jamais en paix. Finalement, elle avait de la chance comparé à d'autres, mais une chance empoisonnée. Elle avait eu une famille, en quelque sorte, et avait eu une enfance heureuse, mis à part l'intervention du salopard qui avait gâché son adolescence et une petite partie de sa vie d'adulte, mais elle avait subit les brimades de ses cousines et des autres enfants, parce qu'elle n'avait pas ses vrais parents avec elle. Et maintenant qu'elle était heureuse, amoureuse et enfin libérée de son traumatisme, l'homme qu'elle aimait était poursuivi pour un crime qu'il n'avait pas commis, et n'importe quand des assassins pouvaient venir le trouver. Ils pourraient même s'en prendre à Noah... Qu'avait-elle donc fait aux dieux pour mériter cela ?

Remarquant qu'un nouveau silence s'installait, elle jeta un œil au berceau, dans lequel le bébé venait de s'agiter dans son sommeil. Il rêvait, simplement, dans son profond sommeil. Quelle chance il avait, de ne pas avoir conscience de tout cela... Puis, elle plongea son regard dans celui de Faust, lui passant les mains derrière la nuque. Elle réalisa, telle qu'elle était positionnée sur lui, à quel point il lui avait manqué ces derniers temps, avec toute la tension qu'il y avait pu avoir entre eux. C'était à peine s'ils se donnaient une brève caresse sur la joue en se couchant, alors qu'ils passaient de longues minutes à se câliner avant la naissance de Noah. La Pirate secoua la tête. Ce n'était pas le moment de penser à cela.


- Merci. Merci de m'avoir tout dit. Tu n'es plus tout seul à présent. Et s'il-te-plaît, promets-moi de ne plus souffrir en silence et en solitaire. Je ne supporterais pas de te revoir aussi mal. C'est tellement douloureux, pour moi...

Et voilà, finalement, elle pleurait à nouveau. Au point où ils en étaient, après tout, quelques gouttes de plus ou de moins... Elle laissa tomber sa tête dans le creux du cou de son compagnon, là où il portait la cicatrice de l'île de la Crète, pour y laisser couler ses larmes, passant ses doigts dans les longs cheveux noirs de l’Éternel pour essayer de se calmer. Quand les sanglots s'atténuèrent, une petite minute plus tard, Shakra déposa un léger baiser sur les lèvres de son compagnon, avant de reposer son front contre l'épaule de celui-ci.

- Je t'aime. Je t'aime plus que tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Mar 21 Juin - 23:51

Quand il en eut fini avec son récit, Faust regarda Shakra faire les cent pas devant lui, sans doute pour digérer tout ce qu'elle venait d'apprendre d'un seul coup. Pour sa part, il se sentait... las. Las et fatigué. Plus encore qu'après une longue journée d'exercice. Comme quoi, les émotions pouvaient aussi être fatigantes... Elle finit par venir s'installer sur ses genoux, posant son front contre le sien, et il la laissa faire.

" Je ne sais vraiment pas quoi te dire. Que répondre à une telle histoire, honnêtement ? En tout cas, tu as bien agi, à mon sens. Qu'il ai été ton père ou pas, cet homme qui a fait de ta vie un enfer ne méritait pas d'autre sort. Et que vengeance aie été faite de ta main n'est que justice.


- D'une certaine manière, je me suis toujours senti... responsable de la mort de ma mère. Si j'avais osé intervenir, attirer l'attention de mon père à ce moment-là, peut-être qu'elle ne serait pas... Mais j'avais tellement peur de lui, avant d'entrer chez les Eternels...


Il secoua la tête. En plus du chagrin et du deuil non fait, c'était aussi la culpabilité qui lui pesait. Il avait l'impression d'avoir joué un rôle là dedans, et il n'était pas parvenu à se défaire de cette idée. Sans oublier sa conviction sans doute fondée d'être le fruit d'un viol. Avec le recul, il avait éprouvé un grand malaise. Cela induisait, à son sens, d'être un fardeau pour sa mère, un être dont elle n'avait pas voulu. Et pourtant, elle avait aimé tous ses enfants bien plus qu'elle-même, elle l'avait montré tant de fois...

- Merci. Merci de m'avoir tout dit. Tu n'es plus tout seul à présent. Et s'il-te-plaît, promets-moi de ne plus souffrir en silence et en solitaire. Je ne supporterais pas de te revoir aussi mal. C'est tellement douloureux, pour moi...

La Pirate s'était remise à pleurer, au milieu de ses douces caresses. Elle posa sa tête sur son épaule anciennement blessée pour laisser passer la crise de larmes. Lui se contenta de la serrer doucement contre lui, et d'acquiescer en murmurant un léger "promis". Après tout, c'était bon de retrouver ce contact. Et curieusement, même s'il ressentait toujours ce vide étrange, il avait l'impression que son fardeau s'était... allégé. Comme si le fait d'avoir partagé ces horreurs l'avait exorcisé de sa souffrance. En partie du moins, mais on pouvait dire que c'était en voie de guérison. Il s'était toujours projeté vers l'avant, mais tout en conservant ce boulet à son pied. Maintenant, avec l'aide de sa compagne, il pouvait supprimer ce poids et rêver à un avenir plus heureux.

- Je t'aime. Je t'aime plus que tout...

- Moi aussi je t'aime.

Faust se laissa doucement tomber sur le dos pour la garder serrée contre lui. La reprise de l'exercice lui faisait peu à peu perdre les formes que la grossesse lui avait données, mais elle gardait en revanche une poitrine très remarquable, grâce à l'allaitement. Somme toute, il y avait de quoi donner des idées... Mais pas ce soir. Néanmoins, il ne serait pas contre le fait de reprendre les câlins incessamment sous peu. Restait qu'une question le tracassait.

- Tu sais, cette histoire d'être issu d'un viol... Ca me perturbe beaucoup, encore maintenant. C'est très désagréable, comme impression. Mais qu'est-ce qu'on va dire à Noah, le jour où il posera la question? "Mon grand, tu as été conçu une nuit où papa et maman étaient trèèèèèèèèèèès saouls". Car après tout, c'est la pure vérité, nous n'étions pas en couple à ce moment là.

Il soupira, et se tordit un peu la tête en arrière pour jeter un oeil au berceau. Toujours aucun signe de réveil du bébé. Mais d'ici combien de temps se mettrait-il à piauler pour réclamer sa tétée de la nuit? Avec de la chance, la fatigue accumulée par des heures de pleurs le ferait dormir un peu plus longtemps que de coutume... Même si dérégler les heures de ce genre de choses n'était pas pour plaire à Shakra, qui se retrouvait avec tous les désagréments d'un léger trop plein de lait qui ne demandait qu'à être évacué. Enfin bon...

- Il va falloir que je reprenne mes recherches pour mettre la main sur le coupable de l'assassinat de mon maître. Ca impliquera peut-être que je passe du temps à terre... Mais si on veut vivre enfin tranquilles, il faut que je le fasse, tu comprends?

Il lui caressa doucement la joue, avant de l'écarter délicatement de lui. Il se leva et alla se débarbouiller un peu le visage, qu'il sentait un peu poisseux à cause des larmes qui avaient commencé à sécher sur ses joues. Il but également un gobelet d'eau fraîche, tout de même prudent vis à vis de son mal de mer précédent, avant de revenir s'étendre sur le lit. La fatigue commençait à l'assaillir, et il avait de plus en plus envie de s'endormir, si possible avec sa compagne blottie dans ses bras.

- Enfin, je pense que tu comprends aussi pourquoi je tenais tellement à ce que Noah soit entouré, tout le temps. Il est... la seule chose bien que j'aie faite de ma vie. Moi qui met fin aux jours des gens, j'ai finalement créé une nouvelle vie. Ca me fait un drôle d'effet, mais ça me tient très à coeur, et ce depuis l'instant où tu m'as avoué que tu étais enceinte."


Dernière édition par Faust Svartem le Ven 24 Juin - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Ven 24 Juin - 15:54

Shakra se laissa faire avec un petit sourire soulagé quand Faust se laissa tomber sur le dos, l'entraînant dans sa chute pour la tenir tout contre lui, et elle ferma les yeux alors qu'il continuait à la cajoler tendrement. Elle comprenait son sentiment de culpabilité, mais sa réaction à l'époque était normale. Comment faire face, lorsqu'on est un si petit garçon, à un homme à la carrure et à la violence comparable à celle d'un ours ? Et ivre, qui plus est. De plus, la jeune femme était intimement convaincue que la mère de Faust préférait la situation ainsi plutôt que de voir son fils la sauver dans un éclair de courage inconscient pour mourir à sa place. Car, nul doute que, ivre comme il était, le père de Faust aurait été tout à fait capable de reporter sa colère sur le petit garçon.

- Tu sais, cette histoire d'être issue d'un viol... Ça me perturbe beaucoup, encore maintenant. C'est très désagréable, comme impression. Mais qu'est-ce qu'on va dire à Noah, le jour où il posera la question? "Mon grand, tu as été conçu une nuit où papa et maman étaient trèèèèèèèèèèès saouls". Car après tout, c'est la pure vérité, nous n'étions pas en couple à ce moment là.

La Pirate ne put réprimer un petit rire. Il n'avait pas tort, mais il n'était pas au courant d'un minuscule détail. Qui avait pourtant toute son importance, de son point de vue à elle.

- Oui, je vois très bien ce que tu veux dire. Même si ma mère a sans doute été payée le soir où j'ai été conçue... va savoir comment mon Pirate de père l'a traitée. Pour ce qui est de Noah, sache que ce soir-là, même si j'étais ivre, je ne serais jamais venue vers toi si je n'avais rien éprouvé à ton égard. Et même si j'étais un peu paniquée d'apprendre que tu m'avais mise enceinte, j'étais heureuse que ce soit toi. Parce que je t'aimais déjà...

En effet, plus elle y pensait, plus elle était convaincue que c'était une petite plaisanterie divine pour les réunir. S'il n'y avait pas eu Noah, Faust ne serait jamais revenu sur le SeaHorse, et il aurait fini par oublier sa Capitaine. Comme quoi... Avec tous les désagréments et les responsabilités que cela impliquait, la naissance du petit garçon arrangeait finalement bien les affaires sentimentales de sa mère. Celle-ci passa une main sur la poitrine de son compagnon, qui respirait à présent de façon régulière en regardant le berceau, comme s'il guettait le réveil du bébé. Shakra espérait qu'il aurait la bonne idée de réclamer sa tétée avant qu'elle ne se couche, histoire qu'elle n'aie pas à se lever alors qu'elle commencerait tout juste à trouver le sommeil.

- Il va falloir que je reprenne mes recherches pour mettre la main sur le coupable de l'assassinat de mon maître. Ça impliquera peut-être que je passe du temps à terre... Mais si on veut vivre enfin tranquilles, il faut que je le fasse, tu comprends?

La jeune femme haussa un sourcil perplexe. Passer du temps à terre, oui, mais voulait-il dire "sans toi" ? Elle comprenait, évidemment, mais n'était pas convaincue qu'elle serait plus en sécurité sur le navire. Les Éternels pouvaient profiter de l'absence de leur proie pour s'en prendre à elle et au bébé, afin de lui tendre un piège. Néanmoins, elle ne se sentait plus en état d'avoir une autre discussion sérieuse, et se contenta d'acquiescer d'un hochement de tête, ils auraient tout le temps d'en parler plus tard. D'autant qu'elle approuvait totalement l'initiative, il était en effet temps de mettre un terme à cette mascarade, afin qu'ils puissent vivre en paix, et non dans la peur permanente.

Profitant que Faust la relâche pour aller se débarbouiller, elle descendit également du lit et alla passer sa chemise de nuit et se redonner un coup de brosse, espérant qu'elle n'aurait plus jamais à vivre une telle soirée. Elle avait toujours haï les disputes avec les gens qu'elle appréciait, et se disputer avec l'homme qu'elle aimait, c'était pire que tout pour elle. Mais à présent que les choses étaient tirées au clair concernant Noah, elle comptait sur l’Éternel pour être moins exigeant avec elle, ce qui lui enlèverait une certaine pression des épaules. Éternel qui d'ailleurs venait de s'étendre à nouveau sur le lit après avoir bu lentement un gobelet d'eau. La jeune femme posa sa brosse à cheveux et alla le rejoindre, assise en tailleur à côté de lui.


- Enfin, je pense que tu comprends aussi pourquoi je tenais tellement à ce que Noah soit entouré, tout le temps. Il est... la seule chose bien que j'aie faite de ma vie. Moi qui met fin aux jours des gens, j'ai finalement créé une nouvelle vie. Ça me fait un drôle d'effet, mais ça me tient très à coeur, et ce depuis l'instant où tu m'as avoué que tu étais enceinte.

- Oui, je comprends...

Shakra caressa la joue de son compagnon, puis baissa les yeux sur ses jambes croisées. Elle avait sommeil, mais elle restait encore tendue, et sentait qu'elle ne pourrait pas dormir immédiatement. D'autant qu'une question venait de lui traverser l'esprit. C'était idiot, sans aucun doute, mais c'était plus fort qu'elle. Nerveusement, elle se passa les doigts dans les cheveux et regarda par la fenêtre.

- Dis-moi... Tu aurais réagi pareil, si tu avais eu un enfant, mais avec... une autre femme ? Je veux dire, tu aurais certainement tout fait pour subvenir aux besoins de l'enfant et lui faire savoir que tu étais là pour lui, mais... aurais-tu été jusqu'à venir vivre avec la mère ?

Ce n'était pas de la jalousie primaire, d'autant qu'elle n'avait aucune raison de l'être, elle était la seule femme à bord de son bâtiment, alors à moins que Faust ne se prenne le mât sur la tête et se mette à aimer les hommes suite au choc, elle ne risquait rien. Mais aussi puérile qu'était la question, elle était également innocente, de la simple curiosité. Et puis, changer de sujet de conversation ne pourrait pas lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   Ven 24 Juin - 17:29

Faust avait fermé les yeux avec un soupir quand il entendit sa compagne venir s'asseoir près de lui sur le lit. Il entrouvrit une paupière quand elle lui caressa la joue, et lui trouva un air un peu préoccupé, et indéniablement pensif. Est-ce que cela avait un rapport avec tout ce qu'il venait de lui dévoiler? Ne pas vouloir charger inutilement les autres avec son passé était une des raisons qui l'avaient toujours poussé à ne pas en parler... Il y avait aussi le fait que dans la guilde, on lui avait toujours bien dit de ne jamais rien dévoiler de lui, par sécurité. Et il s'y était toujours tenu.

" Dis-moi... Tu aurais réagi pareil, si tu avais eu un enfant, mais avec... une autre femme ? Je veux dire, tu aurais certainement tout fait pour subvenir aux besoins de l'enfant et lui faire savoir que tu étais là pour lui, mais... aurais-tu été jusqu'à venir vivre avec la mère ?

Le jeune homme ne répondit pas tout de suite, préférant réfléchir soigneusement à la question. A vrai dire, il avait déjà eu à faire à ce genre de cas. Mais c'était différent. Il serait effectivement resté avec la mère, parce qu'il avait été très attachée à elle, même sans être amoureux comme il l'était avec la Pirate... Mais elle avait avorté avant même qu'il soit au courant. Et s'il avait un jour engrossé une prostituée malgré ses précautions, il n'aurait jamais vécu avec, c'était certain. Mais il aurait pris soin de l'enfant, en revanche.

- Non, je n'aurais pas été vivre avec n'importe quelle femme. Il fallait que j'y sois déjà attaché, je pense, et dans ton cas... Je crois que j'avais déjà des sentiments, en quelque sorte, sans que je m'en rende vraiment compte. C'est pour ça que je n'ai pas trop eu besoin de réfléchir quand tu me l'as annoncé.

Il avait soigneusement pesé ses mots. Ce n'était sans doute pas utile qu'il lui raconte cette affaire qui après tout, n'avait eu aucun impact sur sa vie. La femme dont il avait été question avait été sa maîtresse un temps avant qu'il coupe court à leur liaison. Il avait eu beaucoup d'amantes, et même des amants, souvent pour le bien de ses missions d'Eternel. Comme les autres, elle était reléguée dans un coin de sa tête, et appartenait au passé. Son présent était bien plus important. Il se coucha sur le flanc et ouvrit les bras pour l'inviter à s'y blottir.

- Viens mon amour. Je crois qu'on a besoin de dormir tous les deux.


Il referma doucement les yeux. Il était fatigué, certes, mais plus... Aussi tendu, et il avait l'impression d'être un peu plus léger. Il n'allait pas crier son histoire sur tous les toits, mais de partager cela avec celle qu'il aimait lui avait fait du bien, finalement. Et de plus, elle ne l'avait pas rejeté ou jugé sur ce qu'il avait pu faire ou vivre. Et il lui en était reconnaissant, lui qui culpabilisait encore tellement pour tout ça. Et après tout, c'est vrai qu'elle était issue d'une relation tarifée... C'était un peu moins terrible que d'être le fruit d'un viol, mais ce n'était pas une belle situation non plus.

Il referma finalement ses bras sur elle une fois qu'elle l'eut rejoint. Cela lui fit un bien fou, car ils avaient été souvent en désaccord depuis la naissance du bébé, ce qui les avait un peu éloignés l'un de l'autre. Il l'embrassa doucement dans le cou, avec tendresse. De sentir son odeur un peu sucrée, le nez enfoui dans son opulente chevelure de jais, était un réconfort énorme. Il se sentait bien, maintenant, et n'aspirait plus qu'à un repos bien mérité.


- Je t'aime."

Il lui avait murmuré ça à l'oreille, avec une tendre sensualité. Bientôt, il espérait qu'ils pourraient reprendre leurs étreintes comme avant, et même mieux, maintenant qu'elle n'était plus enceinte. Cela lui manquait beaucoup aussi, et il supposait que c'était réciproque, la connaissant... Ses réflexions étant de moins en moins claires et de plus en plus cotonneuses, il finit par sombrer doucement dans un sommeil réparateur, apaisé comme il ne l'avait pas été depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Passé dévoilé [Privé Shakra Longwood]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pêche (Dans le privé...)à l'honneur sur M6!!
» Gestion de bassins privé
» rivière privée
» Messages privés
» VD : projet 72v vos avis (config voie privée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Terres Pirates :: Océan Oréus :: Pleine mer-
Sauter vers: