Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Ven 24 Juin - 23:16

Un petit mois avait passé depuis que Faust avait dévoilé son passé à sa compagne, et les choses allaient bien mieux entre eux à présent. Ils vivaient à nouveau comme un couple normal, amoureux. Il n'y avait plus les tensions qui étaient apparues auparavant, et ils avaient de nouveau droit à leurs petits moments intimes sous la couette... Le jeune homme avait cessé d'être aussi critique sur ce que faisait Shakra, d'autant que Noah était loin d'être malheureux.

Le petit bout approchait tout doucement de ses deux mois, et il commençait peu à peu à faire ses nuits. Il réclamait encore en sortant ses parents du sommeil, mais parfois, ils avaient la bonne surprise de n'être tirés du lit qu'au matin... Du coup, la jeune mère était plus en forme pour mener son navire, qui avait par ailleurs accueilli quelques nouveaux hommes pour remplacer ceux qui l'avaient quitté. Parmi eux, trois avaient éveillé la méfiance de l'Eternel, mais elle avait été curieusement dissipée dès qu'il y regardait de trop près. Ils lui avaient semblé trop... distingués et fins pour des Pirates, mais peut-être était-il trop soupçonneux?

En tous les cas, Shakra avait décidé de rechercher son père, au moins pour mettre un visage sur la silhouette de ce personnage. Pour cela, ils s'étaient rendus à Goruga, où vivait la mère de la jeune femme, qu'ils seraient peut-être obligés de rencontrer... En tout cas, les talents d'espion du jeune père seraient utiles, et pendant que les marins avaient leur soirée, eux se rendraient en ville pour obtenir des informations, en commençant par la taverne. Ils laisseraient leur bébé sous la surveillance de Black, dès qu'il aurait pris sa dernière tétée et serait endormi.

La nuit tombée, alors que la plupart des hommes étaient déjà descendus à terre pour dépenser leur solde durement gagnée, le couple était en train de se préparer dans la cabine du capitaine. Faust finissait de passer une tenue sobre mais pratique, noire, et pourvue de toutes sortes d'armes adaptées pour de multiples situations, au cas où: de l'épée aux poignards, en passant par les lames secrètes, dagues, poisons et autres accessoire du même acabit. Ce faisant, il regardait Noah prendre sa tétée de la soirée, bien calé dans les bras de sa mère, ses petits poings posés sur son sein et les yeux mi-clos comme un chaton comblé.


" J'espère qu'on sera de retour avant qu'il nous réclame pour une tétée ou autre chose. Black n'est pas équipé pour chaque situation qui pourrait se présenter.

Le jeune homme eut un sourire en coin, avant de jeter un oeil à son reflet dans le miroir. Satisfait, il alla s'asseoir sur le bord du lit, afin de récupérer son fils une fois qu'il aurait fait son rot. Comme ça, il pourrait l'endormir le temps que Shakra se prépare. Du bout des doigts, il caressa doucement la tête du nourrisson, recouverte d'un fin duvet de cheveux de jais. Et plus il grandirait, plus il allait finir par lui ressembler...

Il prit le petit une fois que la tétée fut terminée, et le rot fait. Avec la force de l'habitude, il l'installa dans ses bras et se mit à le bercer pour qu'il s'endorme. Noah bâilla largement avant d'étirer ses petits membres, puis il ferma les yeux, de toute évidence fatigué. A bien y repenser, il avait quelques points communs avec Umbre. Manger, puis dormir, voilà les activités principales que tous deux répartissaient dans leurs journées. Si ce n'est que le bébé allait devenir de plus en plus actif en grandissant...


- Pas trop anxieuse à l'idée de mener cette petite enquête?

Il leva les yeux vers sa compagne tout en continuant à bercer doucement son fils contre lui. Lui-même n'avait pas été angoissé à l'idée d'aller régler son compte à son géniteur quand le moment fut venu, juste... excité. Mais sa situation était différente de celle de la Pirate, et aller rencontrer des gens qui étaient ses propres parents tout en lui étant inconnus... Cela pouvait être difficile, et il le concevait. C'était aussi pour cela qu'il tenait à être avec elle. Quant à leur décision de laisser le nourrisson ici, c'était évidemment parce que l'emmener dans une ville pirate, surtout celle-ci, n'était pas particulièrement prudent. Il serait mieux dans son berceau, au calme et en sécurité, à dormir autant qu'il en avait besoin.

L'Eternel se leva pour marcher un peu dans la cabine, ce qui était terriblement efficace pour endormir le bébé. Il suçotait son pouce tout en s'endormant déjà, sa respiration se faisant de plus en plus lente, profonde et paisible. Il s'endormait souvent vite après avoir mangé, si les conditions étaient favorables. Et là, il y avait un silence presque parfait, troublé seulement par les rumeurs de la ville au-dehors, et tout était tranquille. Quand il fut totalement endormi, son père alla le coucher, et le borda soigneusement pour qu'il ne prenne pas froid. C'était l'hiver, et les nuits étaient donc sacrément fraîches. Il lui déposa un baiser sur le front, avant de venir enlacer Shakra par derrière.


- Allez, on y va? Je suis avec toi, tout se passera bien, ne t'en fais pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Sam 25 Juin - 14:17

Assise au bord du lit, la chemise ouverte et les cheveux ébouriffés par l'air marin les ayant secoués dans la journée, Shakra contemplait son petit bout d'homme auquel elle donnait le sein avant qu'on le couche. Il allait sur ses deux mois, et était en pleine forme. Lorsqu'il ne dormait pas, il se montrait éveillé, très curieux, et également très demandeur de câlins. Et plus le temps passait, moins il dormait dans la journée, ce qui faisait qu'il arrivait de plus en plus souvent à la Pirate de monter une petite heure sur le pont avec Noah dans un système de lanières en cuir et de tissu qui le maintenait contre sa mère, lui laissant les mains libres. Elle n'en était pas moins prudente, et dès qu'il commençait à montrer des signes de fatigue, elle le ramenait à sa cabine pour le coucher. Elle et Faust se relayaient pour passer voir de temps en temps si tout allait bien, et ils pouvaient également compter sur l'aide de Black.

Le couple avait pu, suite aux révélations de l’Éternel sur son passé, reprendre une vie bien plus paisible, sans les tensions qui parasitaient leur relation après la naissance de leur fils. Pour le plus grand bonheur de Shakra, elle s'était bien remise de son accouchement, et ils avaient ainsi pu donner un nouveau souffle à leurs étreintes nocturnes. D'abord prudentes, elles se faisaient peu à peu plus intenses, en douceur, puisque d'une certaine manière ils se redécouvraient, sobres et sans un gros ventre pour les gêner. Par ailleurs, ils avaient retrouvé la complicité des premiers jours, lorsque Faust avait fait son premier voyage à bord du SeaHorse, se lançant leurs petites piques amicales, parfois bien pimentées, pour le plus grand bonheur des répertoires de vocabulaire des matelots...

Récemment, la Capitaine avait d'ailleurs enrôlé quelques hommes pour compenser ceux qu'ils avaient perdu sur l'île de la Crête. Parmi eux, elle en avait remarqué trois qui lui semblaient louches, malgré les talents honorables qu'ils avaient vanté lorsqu'elle les avait recrutés. Et s'ils ne s'étaient pas consultés à ce sujet avec Faust, elle voyait sans mal que son compagnon nourrissait également des soupçons à leur égard. Il était toujours rassurant de savoir qu'elle n'était pas la seule a avoir une drôle d'impression les concernant. Toutefois, ils s'étaient montrés aussi bons marins que les autres, aussi la Pirate se dit que c'étaient simplement des matelots un peu plus distingués que sa bande de rustres, ce qui ne pouvait pas faire de mal au navire, au fond.

Ce soir, il faisaient escale à Goruga, où Shakra avait décidé d'entamer les recherches sur son père. Elle avait choisi cette ville car c'était là qu'elle était née, autant commencer par le commencement. Elle pourrait récolter des informations sur sa mère, pourquoi pas la rencontrer, d'ailleurs... Aussi passionnante que cette enquête puisse se présenter, elle ne pouvait s'empêcher d'être nerveuse. Après tout, il s'agissait de ses propres parents, et elle n'était pas vraiment sûre, au fond, de vouloir les voir. Même si, d'après Cyrion, sa sœur était vraiment désespérée lorsqu'elle lui avait laissé sa fille, et avait le cœur brisé de la laisser derrière elle, Shakra ne pouvait s'empêcher de penser que, quelque part, elle s'était par la même occasion débarrassée d'un fardeau. Elle comprenait, évidemment, une prostituée avec une gamine, ça ne fait pas marcher les affaires au mieux. Quant à son père... La belle affaire, il n'était certainement même pas au courant qu'il avait une fille. Et peut-être était-il mort, depuis le temps.

La jeune femme soupira et caressa la joue de Noah qui tétait goulûment, comme à son habitude. Le bébé avait l'air épuisé de sa journée, et semblait déjà sur le chemin du sommeil. Cela tombait à pic, car sa mère ne serait pas de retour avant un certain temps. Elle ne comptait pas s'éterniser en ville, mais il lui faudrait sans doute un bon moment avant d'obtenir des informations intéressantes. Elle avait au moins la chance d'être en couple avec un Éternel, qui, en tant qu'espion, lui faciliterait certainement les choses. Ledit Éternel se préparait à sortir, revêtant des habits noirs qui dissimulaient diverses armes et autres poisons, que Shakra s'imagina faire glisser à terre lorsqu'ils rentreraient, plus tard dans la soirée. A condition qu'il ne soit pas trop fatigué, évidemment. Elle se racla la gorge comme pour s'inviter à reprendre son sérieux, et rendit son regard tendre à Faust qui les couvait du regard, elle et Noah.


- J'espère qu'on sera de retour avant qu'il nous réclame pour une tétée ou autre chose. Black n'est pas équipé pour chaque situation qui pourrait se présenter.

La Pirate pouffa de rire. En effet, si les pectoraux du second étaient imposants, ils n'avaient sans aucun doute pas de quoi satisfaire l'appétit féroce d'un bébé de deux mois. Pour ce qui était du reste, à savoir, changer ses langes ou tout simplement le bercer, Shakra faisait confiance à Black, qui avait du s'occuper de ses tous jeunes frères et sœurs lorsqu'il était plus jeune, mais elle avait quand même changé Noah pour lui éviter de s'embêter. Et puis, elle préférait le faire elle-même. Elle avisa son compagnon qui vint s'asseoir à ses côtés et l'embrassa sur la joue, avant de redresser son fils qui venait de terminer sa tétée pour lui faire faire son rot. Cela fait, elle laissa Faust le prendre, puis se leva pour se préparer à son tour. Elle avait surtout besoin de se recoiffer et de prendre une veste chaude, au vu de la fraîcheur des nuits hivernales. Elle saisit donc sa brosse à cheveux avant de s'asseoir sur le tabouret face au miroir, et entreprit le démêlage. Toujours assis sur le lit, l’Éternel berçait doucement Noah.

- Pas trop anxieuse à l'idée de mener cette petite enquête ?

- Anxieuse ? Pas vraiment. J'appréhende juste ce que je vais bien pouvoir apprendre. Et de croiser ma mère, aussi. Elle ne me reconnaîtra sûrement pas. Et elle a pris plus de vingt ans depuis le seul portrait que j'ai d'elle, ça va me faire drôle...

Elle avait en effet une certaine image de sa mère en tête, et de la voir vieillie, même en s'y attendant, lui donnerait une drôle d'impression. Tout en s'acharnant sur un nœud particulièrement récalcitrant, elle jeta un regard vers son compagnon qui s'était levé pour marcher et achever d'endormir Noah. Ce qui, comme toujours, fonctionna à merveille, puis il alla ensuite border le nourrisson. Shakra avait achevé son combat contre sa tignasse ébouriffée, et se leva donc pour aller saisir la veste qu'elle avait préparé, se faisant capturer par les bras de Faust qui était venu l'enlacer par derrière.

- Allez, on y va ? Je suis avec toi, tout se passera bien, ne t'en fais pas.

- J'y compte bien...

Elle se retourna et déposa un tendre baiser sur les lèvres de son amant, avant d'aller caresser prudemment la tête de Noah qui dormait à présent paisiblement. Puis, elle précéda Faust à la sortie de leurs quartiers, donnant ses instructions à son second au passage, pour finalement inviter l’Éternel à la suivre sur la planche qui les mènerait en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Sam 25 Juin - 19:18

Le couple quitta le navire dès que Black eut rejoint la cabine afin de veiller sur le bébé. C'était rassurant de savoir qu'il veillerait sur lui, d'autant qu'il semblait avoir cette charge très à coeur. En bref, il ne fallut pas longtemps aux jeunes gens pour longer du port et en sortir en direction des tavernes les plus proches. La plus réputée d'entre elles était celle de la Verte Pucelle, dont l'enseigne présentait une vierge farouche en petite tenue verte, un sein dénudé et les jambes découvertes jusqu'au dessus du genou.

En poussant la porte pour entrer dans l'établissement, ils furent immédiatement assaillis par une forte odeur d'alcool, de poisson et de viande grillés, ainsi que de sueur. Et encore, d'autres effluves un peu moins évidentes flottaient dans l'air... La taverne avait à son service quelques prostituées qui avaient des chambres attitrées pour les clients qui payaient afin de consommer autre chose que de la bière. Et on y trouvait aussi des catins qui travaillaient dans des maisons closes de la ville, et qui venaient racoler les hommes présents afin de les entraîner avec elles.

Faust jeta un regard circulaire sur la vaste salle, et dénicha assez rapidement une petite table libre. Plusieurs filles de joie l'avaient de toute évidence déjà repéré, car elles lui jetaient des regard langoureux et équivoques. De quoi rendre probablement Shakra jalouse, même s'il les ignorait superbement. Néanmoins, il faudrait bien les interroger afin d'obtenir des informations sur la mère de la Pirate. Entre elles et les nombreux hommes de tous âges qui fréquentaient ce genre de compagnie, il y avait là une vraie manne de témoins potentiels à interroger.

Il prit la main de Shakra dans la sienne pour l'emmener à table. A peine installés, une serveuse vint essuyer la table crasseuse avec un chiffon passablement usé, et leur demander ce qu'ils souhaitaient consommer. Lorsque le jeune homme lui demanda un simple gobelet d'eau, elle le regarda de travers, mais s'abstint de toute forme de commentaire. Une fois ses commandes prises, elle disparut entre les tables en direction de l'arrière du bâtiment, pour aller leur chercher ce qu'ils avaient demandé, tout en esquivant habilement les mains des marins qui espéraient l'attraper ou la tripoter au passage. La force de l'habitude...


" Est-ce que tu sais à peu près à quoi peut ressembler ta mère maintenant? Et son nom?

Ce serait toujours un début. A dire vrai, ils ne savaient même pas si elle exerçait toujours en tant que prostituée... ni même si elle était toujours en vie. Nombreuses étaient ces femmes qui finissaient dans le fossé une fois qu'un homme plus ivre ou violent que les autres en avaient fini avec elles et décidait de ne pas payer... Ils n'eurent pas à attendre bien longtemps avant que les premières catins s'approchent de la table avec des airs enjôleurs afin de l'inviter à les suivre. Et il allait devoir subir ça pendant un moment.

- Dis mon mignon, ça te tente une petite douceur?

Celle qui venait de lui parler était une jeunette qui devait avoir environ l'âge de Shakra, mais qui était une belle rousse élancée aux longs cheveux bouclés et aux yeux d'émeraude scintillants. Un vrai morceau de choix, il ne pouvait pas le nier. Il afficha donc un sourire poli, car mieux valait ne pas la remballer s'il espérait obtenir d'elle quelques informations.

- Pas ce soir, malheureusement. Mais à vrai dire, je recherche quelqu'un. Enfin, pas moi, la capitaine ici présente, plutôt.

D'un signe de tête, il désigna sa compagne à la belle rousse, qui reporta son regard légèrement déçu sur elle. Elle sembla se demander un moment s'il valait la peine de lui proposer ses services, car après tout, dans cette ville, il y en avait pour tous les goûts, et pour tous les sexes... Puis, elle se contenta d'afficher une légère moue qui entacha sa beauté naturelle, et d'attendre qu'on daigne lui expliquer ce qu'on voulait d'elle, tout en lâchant des regards furtifs en direction d'autres hommes qu'elle pourrait tenter d'aguicher.

- Demande-lui ce que tu as à demander, Shakra."


Il posa son menton sur sa paume d'un air nonchalant, mais il était en réalité très éveillé, comme lorsqu'il effectuait une mission. Après tout, cette situation n'était pas très différente, et retrouver ces sensations perdues depuis des mois le rendait excité comme une puce. Il brûlait de trouver une piste sur laquelle se jeter comme un chien de chasse, afin de la remonter jusqu'à son but. Il avait l'impression que du feu courait dans ses veines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Dim 26 Juin - 17:14

A peine la passerelle quittée, Shakra ressentit un certain malaise, qui s'accrut lorsqu'ils poussèrent la porte de la Verte Pucelle. Elle avait toujours beaucoup appréhendé de devoir mettre les pieds à Goruga, mais elle n'avait pas le choix si elle voulait en savoir plus sur ses parents. D'un pas malgré tout assuré, elle s'engouffra aux côtés de son compagnon dans la taverne bruyante et crasseuse, non sans un regard noir vers les prostituées qui faisaient de l’œil à Faust. Elle savait qu'elle n'avait pas à s'en faire en remarquant comme il les ignorait, mais ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle leur mettrait bien sa main dans leurs figures trop maquillées.

Son hostilité envers les catins retomba légèrement quand l’Éternel la prit par la main pour l'entraîner à sa suite vers la table libre qu'il avait repérée, et elle adressa un large sourire satisfait à une brunette qui reluquait un peu trop Faust à son goût depuis qu'ils étaient entrés. Bah, elle ne pouvait pas leur en vouloir, c'était, honnêtement, un très bel homme. Malheureusement pour elles, elles étaient condamnées à regarder uniquement, tout ce qui se passait de plus près était réservé à la Pirate, et cela lui donnait un certain sentiment de supériorité, en plus de celui qu'elle avait physiquement.

Le couple tout juste assis, une serveuse vint essuyer brièvement la table et leur demander ce qu'ils désiraient. La Capitaine aurait bien commandé une bonne bière mousseuse, mais ici elle était trop brune et donc, trop forte pour elle qui allaitait encore. Elle renonça donc à l'idée en soupirant et laissa Faust demander un gobelet d'eau, non sans surprendre la femme qui afficha un air perplexe mais repartit pourtant sans broncher, zigzagant entre les tables et ramassant les chopes vides au passage. Shakra se laissa aller contre le dossier de son siège, les bras pendant dans le vide.


- Est-ce que tu sais à peu près à quoi peut ressembler ta mère maintenant ? Et son nom ?

La jeune femme regarda le plafond un instant, avant de tirer de la poche intérieure de sa veste le portrait de sa mère, alors âgée de dix-huit ans, à l'époque où elle vivait encore dans le manoir familial dont avait hérité Cyrion. Elle non plus n'avait pas eu une vie simple... Elle était née de l'union illégitime de son père et d'une de ses maîtresses. La femme était morte en couches, et le grand-père de Shakra l'avait donc gardée auprès de lui, malgré le fait que que sa femme s'y oppose fortement. Cyrion, en revanche, qui était déjà très philosophe et prenait les choses avec recul, avait tout de suite pris sa demi-sœur sous son aile, et ils s'entendaient très bien. Seulement, à la mort de leur père, la femme légitime de celui-ci chassa sa belle-fille de la maison. Désespérée, elle avait prit le premier bateau qui s'était présenté, et avait accosté en terres Pirates, ou de fil en aiguille elle était finalement devenue prostituée.

- Ce portrait date d'il y a environ vingt-cinq ans, elle a du donc beaucoup changer. Et elle s'appelle Rose Longwood, elle a gardé le nom de son père... enfin, aux dernières nouvelles. Elle a aussi un nom de fonction, Rosa Divina, si je ne me trompe pas.

S'étant assurée que Faust avait bien vu le portrait, elle le remit à sa place dans sa poche intérieure et se massa les tempes, avant de remarquer qu'une rousse aux beaux verts s'approchait dangereusement de leur table. Il fallait à tout prix qu'elle se contienne si elle essayait d'aguicher Faust, car le but de la sortie étant de localiser une prostituée, quoi de mieux que d'en interroger une autre. Mais elle ne savait pas si elle tiendrait longtemps, et su en effet que ce ne serait pas le cas quand la jolie rousse se pencha sur l’Éternel avec son plus beau sourire enjôleur.

- Dis mon mignon, ça te tente une petite douceur ?

- Pas ce soir, malheureusement. Mais à vrai dire, je recherche quelqu'un. Enfin, pas moi, la capitaine ici présente, plutôt.

Shakra fronça les sourcils. Comment ça "pas ce soir" et "malheureusement" ? "Jamais de la vie et ça ne me manquera pas", voilà les mots qu'elle aurait préféré entendre. Cela dit, ce n'étaient probablement pas les mots appropriés si l'on voulait tirer quelque chose de cette pimbêche, autrement dit, Faust avait bien choisi les siens. Elle rendit son regard interrogateur à la catin, puis se redressa sur sa chaise, prenant une gorgée du gobelet d'eau que la serveuse venait de leur rapporter. Elle était fraîche et claire, c'était déjà ça...

- Demande-lui ce que tu as à demander, Shakra.

La rousse tiqua lorsqu'il prononça le prénom de la Capitaine, ce qui n'était pas étonnant en soi. Le SeaHorse et sa meneuse au fort caractère étaient connus dans l'ensemble des terres Pirates, même à Goruga où elle ne descendait jamais de son navire. Ravie de voir que sa réputation avait son petit effet, la Pirate s'en trouva ragaillardie et afficha un air plus sûr d'elle.

- J'aimerais savoir si Rosa Divina exerce toujours ici, ou du moins, si elle y vit encore.

L'autre cessa de jeter des regards aux hommes autour d'elle quand Shakra cita le nom de scène de sa mère. De toute évidence, il rappelait quelque chose à la jeune prostituée, qui rejeta ses cheveux flamboyants en arrière avant de héler la serveuse, lui commandant un verre de rhum que lui envia grandement la Capitaine. Puis elle prit place à table avec le couple, faisant tourner le contenu de son gobelet d'un geste souple du poignet avec un air soudain assez sérieux.

- Tout dépend de ce que vous attendez d'elle. En tant que catin, elle n'exerce plus depuis une dizaine d'années. Elle gère la Minette Polissonne, un bordel assez réputé dans le coin. Je pense que vous trouverez sans trop de mal. Bon, c'est pas le tout, mais je gagne pas ma vie à rien faire moi. A une prochaine fois, peut-être...

Ces derniers mots étaient surtout adressés à Faust, qu'elle devait prendre pour un matelot quelconque. Alors qu'elle les laissait après avoir terminé son verre de rhum, Shakra afficha un sourire amer en grommelant un "dans tes rêves" avant d'avaler ce qu'il restait dans son verre d'un trait. Ils étaient sur la bonne piste, apparemment. Restait à voir s'il s'agissait bien de sa génitrice. Et si elle arrivait à la rencontrer, étant donné son but, elle serait bien obligée de se présenter à elle comme sa fille. Elle poussa un long soupir et se leva finalement, posant une main sur l'épaule de son compagnon pour l'inviter à faire de même.

- Bien, autant ne pas perdre de temps. Allons là-bas, nous verrons bien ce que nous y trouverons.

Elle souhaitait faire vite, d'autant que Noah allait sans doute les réclamer tôt ou tard. Elle avait un étrange pressentiment, comme un malaise profond d'avoir laissé son fils derrière elle. Cela ne lui avait posé aucun problème, jusqu'ici. Elle était déjà descendue à terre pour les affaires, le laissant à bord du navire, endormi à poings fermés, et tout s'était bien passé. Peut-être était-ce simplement son appréhension de rencontrer sa propre mère qui faussait son jugement... Restait qu'elle ne voulait pas que leur excursion s'éternise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Dim 26 Juin - 19:19

Faust laissa sa compagne prendre la parole, calé contre le dossier de sa chaise, les bras croisés, dans une attitude décontractée. En réalité, il était attentif au moindre petit signe d'activité suspecte dans la taverne pourtant bien animée. N'importe quoi qui pourrait leur être utile. Mais peut-être qu'ils avaient fait mouche dès le premier coup, car la rouquine semblait être au courant de quelque chose. Après avoir pris un verre de rhum qu'elle dégusta, elle leur livra ce qu'elle savait.

" Tout dépend de ce que vous attendez d'elle. En tant que catin, elle n'exerce plus depuis une dizaine d'années. Elle gère la Minette Polissonne, un bordel assez réputé dans le coin. Je pense que vous trouverez sans trop de mal. Bon, c'est pas le tout, mais je gagne pas ma vie à rien faire moi. A une prochaine fois, peut-être...

- Mais avec plaisir.

Il adressa un grand sourire à la catin qui s'éloignait, ayant lancé ça à la fois pour être dans son rôle et pour taquiner Shakra. Il jeta un regard en coin à celle-ci, l'air innocent, et éclata de rire à sa plaisanterie, en voyant son air. Au moins, jusque là, ils avaient eu de la chance. Restait à voir si la prostituée ne leur avait pas menti, même s'il n'avait pas vu de signe de mensonge sur son visage et dans ses expressions. Peut-être que cette affaire serait vite réglée, après tout...

Il prit le temps de finir de boire, tout en suivant les allées et venues dans la taverne. Il en était arrivé à compter combien de clients se laissaient entraîner dans les chambres réservées aux catins de la taverne, à l'étage, et il en était déjà à une dizaine quand il se demanda s'il ne serait pas temps d'y aller. Il laissa sur la table de quoi payer et se leva en s'étirant avec nonchalance. Puis, il acquiesça quand sa compagne l'invita à continuer leurs recherches dans la ville.

Il se faufila sans mal jusqu'au dehors du bâtiment, et inspira profondément un grand bol d'air froid et salé. Il entendait encore le bruit des vagues se fracassant contre les quais, au port non loin d'ici. Ils allaient devoir prendre le chemin du quartier des bordels, là où la plupart s'amassaient. Disons que c'est là qu'ils auraient le plus de chances de trouver la maison close qu'ils recherchaient. Le jeune homme n'était pas ravi par l'idée de se retrouver entouré de catins qui tenteraient de l'aguicher, mais il n'avait pas le choix.

Pendant qu'ils marchaient tous deux, ils croisaient de temps à autres des Pirates ivres et titubants, ou des prostituées qui ramenaient leurs prises dans leurs bordels, voire carrément certaines de ces femmes qui exerçaient à leur compte dans la rue, en pleine action avec leurs clients. C'était risqué, et elles étaient les premières victimes quand il s'agissait de tuer dans cette catégorie sociale. Mais elles étaient toutes tellement pauvres qu'elles n'avaient pas grandement le choix...

Ils avaient presque atteint le quartier quand les sens de l'Eternel se mirent en alerte. Quelqu'un les suivait depuis un moment. S'il avait douté au début, il en était à présent certain. D'autant qu'ils avaient coupé par une petite ruelle qui était déserte, et qui offrait donc un terrain parfait pour une agression. Il fit un signe discret à Shakra pour la mettre en garde, puis il s'arrêta comme s'il cherchait quelque chose. Une silhouette encapuchonnée de noir apparut au coin d'une ruelle encore plus exigüe et sombre, et il reconnut sans mal un Eternel à sa façon de se mouvoir.

Inutile de faire semblant à présent. Il tira silencieusement une dague de sa botte, et se posta entre l'inconnu et sa compagne. Il se doutait qu'il ne pourrait pas leur échapper indéfiniment... Il semblait décontracté, mais en réalité, il était tendu comme la corde d'un arc. Mortel. L'autre s'arrêta à quelques pas de lui. Son attitude était curieusement pacifique, et le jeune homme ne comprenait d'ailleurs pas pourquoi il s'était montré aussi facilement si c'était pour les attaquer.

Contre toute attente, leur possible adversaire retira son capuchon de sa tête, révélant un visage féminin non masqué, ce qui était étrange, mais surtout éblouissant de beauté. Les traits délicats semblaient tracés à la perfection, les lèvres pulpeuses d'un rose léger tranchaient avec élégance sur la peau claire, et de grands yeux d'un bleu limpide ponctuaient le tout, comme deux lacs où l'on pouvait se noyer. A tout ça se rajoutait une longue chevelure d'un blond doré comme les blés, qui lui cascadaient sur les épaules. Et pour couronner le tout, elle était aussi doté d'un corps parfait aux formes généreuses, somme toute, la femme physiquement idéale. Elle dévisagea le paria avec de la curiosité, mais aucune animosité. Pour n'importe qui, c'était flagrant: ils se connaissaient.


- Bonsoir, Faust.

- Toi! Si je m'étais douté qu'ils te lanceraient TOI sur mes traces! Et tu leur obéis, hein?

Il comprenait sans peine pourquoi elle s'était présentée à lui de manière aussi peu discrète. Elle possédait un pouvoir très pratique, qui consistait tout simplement à n'être vue que de ceux dont elle le désirait. En somme, seul le couple pouvait la voir, à ce moment précis. Pour les autres passants... elle était aussi invisible qu'un fantôme. Elle fit un élégant geste apaisant, pour montrer qu'elle n'était pas armée.

- Je ne suis pas là pour te faire du mal, au contraire, je suis venue t'avertir.


- Comment est-ce que je pourrais te faire confiance? Tu es toujours membre de la guilde!

- Par les ombres éternelles et notre credo sacré, je te le jure: je ne te veux aucun mal.

Elle avait prononcé ces mots avec les mains posées sur le coeur. Il s'agissait du serment suprême des Eternels, qui avait une si forte valeur que quiconque le rompait était abattu. Après une légère hésitation, Faust abaissa son arme, toujours un peu méfiant. En quelque sorte, cela le rassurait qu'elle ne veuille pas l'abattre. Ils avaient été très proches, fut un temps: elle avait été sa maîtresse, longtemps, et il lui avait même voué une affection forte et sincère, jusqu'au jour où l'une de ses actions l'avait gravement offensé, le poussant à mettre fin à leur relation.

- Shakra, je te présente Alyssa, une Eternelle, et une... amie. Mais cela ne nous dit pas ce que tu nous veux très exactement.

- Faust, je ne te crois pas capable d'avoir tué ton maître. Pour moi, tu es un innocent victime d'une conspiration, en raison de tes talents. Et plus le temps passe, plus j'en ai la conviction: j'ai vu des choses louches. Mais pour le moment, je suis surtout venu te prévenir. Trois Chasseurs se sont lancés à tes trousses. Et je suis étonnée qu'ils ne t'aient pas encore trouvé.

Les Chasseurs, les membres des unités dépêchées par les chefs de la guilde afin de traquer et abattre les traîtres et les parias. Bien souvent, des Eternels de très haut niveau, avec des dons particuliers. Des machines à tuer, pratiquement du niveau des Elites... Il savait évidemment qu'il en aurait à sa poursuite, mais c'était tout de même une nouvelle inattendue.

- Quand sont-ils partis, au juste?

- Eh bien, là où le bât blesse, c'est qu'ils auraient dû te trouver depuis plusieurs semaines au moins..."

L'air déconcerté d'Alyssa était authentique. Elle avait haussé les sourcils, surprise de comprendre qu'ils n'avaient pas encore été pris pour cibles. Faust, lui, avait progressivement pâli, alors que la lumière se faisait peu à peu dans son esprit. Il y a plusieurs semaines au moins... Les hommes étranges qu'ils avaient enrôlé, et la façon dont il n'était pas parvenu à découvrir leurs identités exactes... Se pouvait-il que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Lun 27 Juin - 17:38

L'air frais des soirées d'hiver et les embruns marins firent un bien fou à Shakra lorsqu'elle sortit enfin de la taverne, Faust sur ses talons. Elle aimait pourtant l'ambiance qui régnait dans ce genre d'endroit, détendue, propre à l'allégresse, et alcoolisée, bien entendu. Mais là, il y avait bien trop de femmes, et surtout, elles tournaient bien trop autour de l’Éternel. Même si elle les respectait en tant qu'êtres humains, elle n'avait jamais porté les catins dans son cœur, en raison de son ressentiment par rapport à sa mère. Mais là, il y avait en plus la jalousie, et cet idiot de Faust qui en rajoutait juste pour la taquiner. Seulement, ce n'était pas vraiment le moment de plaisanter, aussi le fait de quitter la Verte Pucelle fut un véritable soulagement pour la Pirate.

Ils se mirent en marche, d'un pas assez nonchalant, vers le quartier des bordels. Pour le coup, Shakra aurait bien renvoyé son compagnon au navire, histoire de ne pas avoir à subir la vision de toutes ces parvenues reluquant SON Faust en espérant le mettre dans leur lit. Elle préférait renverser ses coffres à trésor à leur pieds plutôt que de leur laisser son cher et tendre, dont elle prit la main alors qu'ils progressaient dans la ville. C'était elle qui ralentissait l'allure, car elle voulait tout de même prendre le temps de trouver ce qu'elle dirait à sa mère si effectivement elle la rencontrait. Qu'est-on censé dire à une mère que l'on n'a pas connu ? Aucun livre ne lui avait appris cela, et c'était bien dommage, car ça lui aurait grandement servi.

A mesure qu'ils avançaient dans la ville, s'éloignant du port où les vagues heurtaient les quais et les coques des bateaux dans un bruit de roulis assourdissant, à la longue, ils croisaient des Pirates plus ou moins ivres, et accompagnés ou non de prostituées qui les traînaient à leur suite vers le bordel, ou bien leur faisaient leur affaire directement dans un coin de rue plus ou moins exposé. Décontenancée devant une telle débauche, la jeune femme entraîna Faust d'un pas soudain plus vif afin de couper par une ruelle qui semblait déserte, et ralentit de nouveau la cadence une fois à destination afin de profiter du calme et du seul bruit de leurs pas qui résonnait contre les murs.

Cependant, alors qu'ils arrivaient à la moitié de la ruelle, l’Éternel lui jeta un coup d’œil furtif avant de s'arrêter, et la Pirate fit de même, restant à deux ou trois pas derrière lui. Une silhouette sombre se détachait du décor non moins lugubre, émergeant d'un minuscule passage à leur gauche. Faust, ayant récupéré d'un geste habile une dague dissimulée dans sa botte, se tenait prêt à accueillir l'intrus. Shakra elle-même avait posé sa main sur la poignée de son épée, regardant rapidement derrière elle pour voir si on ne les avait pas coincés. Mais la personne qui se présentaient à eux avait l'air d'être seule, et s'avança vers le couple d'un pas souple avant de faire glisser sa capuche sur ses épaules.

C'était une femme, et une femme magnifique. Un peu plus vieille que Shakra, à première vue, mais blonde aux yeux d'un bleu clair envoutant, à la démarche gracieuse, grande et élancée mais aux formes bien dessinées. Somme toute, une femme parfaite, et accessoirement le parfait contraire de la Pirate. Cela ne l'aurait pas gênée plus que ça si son compagnon ne la fixait pas avec une expression surprise. Il la connaissait, n'importe qui l'aurait deviné. A son vêtement de fonction, qui fut révélé à leurs yeux lorsqu'elle fut assez proche d'eux, Shakra devina qu'il s'agissait d'une Éternelle. Était-elle là pour les tuer ? Sans aucun doute. Mais elle ne ferait rien avant de voir ce que l'autre allait dire. Car, pour se dévoiler au grand jour, s'il est possible de s'exprimer ainsi en pleine nuit, elle devait avoir quelque chose à dire.


- Bonsoir, Faust.

- Toi ! Si je m'étais douté qu'ils te lanceraient TOI sur mes traces ! Et tu leur obéis, hein ?

La Pirate se rapprocha de Faust, perplexe. Ils n'avaient pas particulièrement l'air d'être en bons termes. Du moins, en ce qui concernait son compagnon, il ne semblait pas enchanté de la revoir. L’Éternelle, quant à elle, écarta les pans de sa cape d'un geste souple, les paumes des mains ouvertes, pour montrer qu'elle ne portait pas d'arme. Son expression demeurait neutre, mais à bien y regarder, elle avait presque l'air inquiète.

- Je ne suis pas là pour te faire du mal, au contraire, je suis venue t'avertir.

- Comment est-ce que je pourrais te faire confiance ? Tu es toujours membre de la guilde !

- Par les ombres éternelles et notre credo sacré, je te le jure : je ne te veux aucun mal.

Shakra ne connaissait pas cette expression, mais se douta qu'il s'agissait d'une sorte de serment. En tout cas, cela calma relativement Faust qui se détendit légèrement et abaissa son arme. Puis, la petite brune et la grande blonde se dévisagèrent pendant un instant, en silence, chacune interrogeant l'autre de manière muette, simplement du regard.

- Shakra, je te présente Alyssa, une Éternelle, et une... amie. Mais cela ne nous dit pas ce que tu nous veux très exactement.

La Capitaine grommela un "enchantée", suivi d'un "ou pas" simplement murmuré pour elle-même. De toute manière, l’Éternel était trop occupé à savoir ce que la dénommée Alyssa princesse des blondasses leur voulait pour entendre sa compagne faire de l'ironie poussée par de la pure jalousie. Shakra n'avait rien de personnel contre la nouvelle venue, étant donné qu'elle ne la connaissait pas, mais toute femme plus belle qu'elle, surtout si elle avait un air innocent collé aux traits, avait le don de lui porter sur les nerfs. C'était viscéral et involontaire, et sans aucun doute du aux moqueries que la jeune femme avait subi toute son enfance de la part de ses cousines, parce que contrairement à elles, en plus de n'être la fille de personne, elle était petite et rondelette. Et si le temps des complexes ridicules était révolu, elle en avait tout de même été marquée.

- Faust, je ne te crois pas capable d'avoir tué ton maître. Pour moi, tu es un innocent victime d'une conspiration, en raison de tes talents. Et plus le temps passe, plus j'en ai la conviction : j'ai vu des choses louches. Mais pour le moment, je suis surtout venu te prévenir. Trois Chasseurs se sont lancés à tes trousses. Et je suis étonnée qu'ils ne t'aient pas encore trouvé.

La princesse des blondasses marquait tout de même un point dans l'estime de la Pirate, en affirmant croire en l'innocence de Faust. Il était bon de savoir qu'il avait quand même des alliés, ils ne seraient pas tout à fait seuls face aux ennemis du jeune homme dans la guilde. En revanche, d'entendre que des "Chasseurs" lui courraient après la fit frissonner. Rien qu'à entendre leur nom, sans savoir le détail de leurs qualifications, elle devinait qu'ils étaient redoutables.

- Quand sont-ils partis, au juste ?

- Eh bien, là où le bât blesse, c'est qu'ils auraient dû te trouver depuis plusieurs semaines au moins...

Plusieurs semaines ? Shakra ressentit l'impression étrange qui l'avait déjà tiraillée plus tôt se réveiller. Elle fit subitement le lien entre cette impression et le sentiment de malaise qu'elle avait eu à plusieurs reprises vis-à-vis des trois marins qu'ils avaient recruté à Silmento il y avait un peu moins d'un mois. Depuis le début, elle les avait trouvé trop distingués pour être des Pirates, et tout bêtement trop parfaits pour être honnêtes... Trois hommes louches, avec un comportement se rapprochant de celui d'un... Éternel.

- Oh putain de merde, Noah !

D'un seul mouvement, sans même se soucier d'Alyssa et de Faust qui restaient à se regarder en chien de faïence, la Pirate fit volte-face et, d'un bond, se mit à courir en direction du port. Plus rien n'avait d'importance, ni les gens qu'elle bousculait, ni les quelques fois où elle trébucha sur les pavés humides, mis à part l'urgence de retourner au navire, et au plus vite. Malgré la vitesse à laquelle elle courrait, le temps semblait s'écouler au ralenti autour d'elle, et quand elle atteignit enfin la passerelle, qu'elle enjamba presque, elle avait l'impression d'avoir couru des heures. Plusieurs de ses hommes étaient massés au pied du mat, tenant un des suspects ligoté au gigantesque cylindre de bois. Il était torse nu, et un des matelots avait le flanc en sang.

- Nous sommes désolés Capitaine, nous n'avons rien pu faire, ils ont filé trop vite...

La Capitaine entendit à peine ce qu'on lui dit, et se rua simplement dans ses quartiers. Rien n'avait bougé dans le mobilier, mais Parson était accroupi auprès de Black qui était étendu face contre terre non loin de la table. Avant que le médecin ne puisse l'interpeller, elle enjamba le corps inerte de son second et se pencha sur le berceau. Qui était désespérément vide... Les bras de Shakra tombèrent le long de son corps, sans qu'elle ne puisse dire un mot. Elle respirait très fort et vite d'avoir couru, et tremblait et pleurait pour évacuer la colère, la frayeur et la culpabilité qu'elle ressentait profondément ancrées en elle.

- Nous avons envoyé des hommes à leur poursuite, pour le moment ils n'ont arrêté que celui qui est sur le pont. Pour Black, il est simplement endormi. Un sédatif puissant et rapide...

Shakra acquiesça d'un unique coup d’œil désespéré au médecin de bord, avant de se diriger vers son lit, de sous lequel elle tira son bâton, avant de repasser par-dessus Black, toujours en larmes, et de défoncer la porte de sa cabine d'un coup de pied. D'un pas rageur, elle traversa le pont jusqu'au mât, écartant les marins qui se tenaient autour du traître par la seule aura destructrice qui l'entourait, et fit face à l’Éternel qu'on avait délesté de son attirail meurtrier, ce qui expliquait les blessures de ses hommes qu'elle constatait au fur et à mesure, tant bien que mal avec ses yeux embués de larmes.

- Où est-ce qu'ils l'emmènent ?

Son ton était d'un monocorde effrayant, qui suffit à faire le silence sur le pont du SeaHorse. En l'absence de réponse, elle empoigna son bâton et en asséna un coup dans les côtes de l'assassin. Pas un coup mortel, mais suffisamment douloureux pour lui faire comprendre à quelle point elle-même souffrait à cet instant. Devant l'obstination du pseudo matelot à garder le silence, elle le frappa aux jambes, puis au visage, avec une violence qui devenait de moins en moins mesurée. Bouillante de rage, le visage humide de larmes de colère, elle vit à peine Faust qui arrivait à son tour.

- DIS-MOI OU ILS L’EMMÈNENT OU JE TE FAIS BOUFFER TES COUILLES POUR TE LES FAIRE CHIER ENSUITE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Lun 27 Juin - 19:52

De toute évidence, Faust n'était pas le seul à comprendre ce qui n'allait pas. Alyssa semblait réellement ignorer ce qui se passait, et se contentait de le dévisager. Il aurait vraiment dû se méfier... Un de ces trois imposteurs devait posséder un pouvoir qui calmait toute forme de soupçon, et qui lui fournissait une couverture impossible à éventer... Pourtant, il aurait dû se douter qu'il s'agissait d'Eternels. Il s'en voulait terriblement, et le juron sonore que poussa Shakra derrière lui le tira de sa léthargie.

" Oh putain de merde, Noah !

Sans même l'attendre, elle tourna les talons et se mit à courir vers le port. Le jeune homme échangea un regard avec l'Eternelle, comme pour savoir si elle allait le suivre et l'aider, puis il partit sur les traces de sa compagne. Son coeur cognait douloureusement contre ses côtes, et cela n'avait rien à voir avec l’essoufflement de sa course, qu'il avait régulière, rapide et souple, comme le trot infatigable des loups. Non, c'était la peur, la terreur. Il ne savait que trop bien ce que les Chasseurs faisaient à toute personne ayant un lien avec leur proie et qui leur permettrait de la débusquer et d'avoir un aval sur elle... Et tout ça par sa faute, parce qu'il n'avait pas été assez méfiant. D'autant qu'il doutait que Black fasse le poids face à trois assassins, quand lui-même, seul, pouvait aisément le tuer.

Il se rendit soudain compte qu'Alyssa courait à son côté, telle une ombre silencieuse. Elle était probablement toujours invisible aux yeux d'autres que lui. Il ne savait pas ce qu'elle avait décidé, si elle venait pour l'aider ou juste observer de loin, et en fait, il s'en fichait à l'heure actuelle. Il voulait simplement trouver son fils et éradiquer la menace qui planait sur sa famille. Même si à la réflexion, son aide aurait été plus que bienvenue.


- Qu'est-ce qui se passe? Qui est Noah?

- Je pense que les Chasseurs sont parmi les nouvelles recrues de l'équipage. L'un d'eux doit posséder un pouvoir qui m'a empêché de les démasquer. Et Noah, c'est mon fils.

- Tu as un fils?

Il jeta un regard en coin à son ancienne maîtresse. De la surprise sincère avait percé dans sa voix, et elle avait un regard étonné. Ils arrivèrent bien vite sur le navire, et elle resta comme prévu en retrait, invisible pour tous, mais son regard rivé sur l'Eternel prisonnier. Shakra était ressortie de la cabine avec son bâton, en pleurs, l'air à la fois furieuse et terrifiée. De fait, il n'avait même plus besoin d'aller voir par lui-même: on avait bel et bien enlevé le bébé.

Il sentit une poigne glacée lui enserrer la poitrine, alors qu'il s'était figé. Il s'y était attendu pendant sa course, mais c'était une constatation terrible. Pendant ce temps, sa compagne avait entrepris de torturer grossièrement le prisonnier, dans l'espoir de lui arracher des aveux. Ce serait peine perdue: n'importe quel Eternel subissait un entraînement pour résister à la torture. Entraînement terriblement éprouvant et douloureux, mais qui ne laissait pas de traces... Celui là n'ouvrirait pas la bouche. D'autant que...


- DIS-MOI OU ILS L’EMMÈNENT OU JE TE FAIS BOUFFER TES COUILLES POUR TE LES FAIRE CHIER ENSUITE !!!

Même lui n'était pas certain de réussir à lui tirer des aveux. Mais qu'un assassin de ce niveau se laisse prendre par une bande de Pirates, même forts et motivés... Ca n'avait pas de sens. Il s'approcha d'un pas vif, et saisit l’extrémité du bâton de Shakra d'une main ferme, pour l'empêcher de continuer à cogner. Il commençait à comprendre ce qu'ils avaient l'intention de faire. Et ils perdaient du temps, à s'acharner ainsi sur lui.

- Shakra, ça ne sert à rien, il ne va pas parler. Tu vas le tuer, à ce rythme.

Il était envahi par un calme glacé, qui surpassait sa peur pour son fils. Il s'accroupit face au prisonnier, qui haletait sous la douleur. Il plongea un moment son regard dans le sien. A cette distance, il l'entendait haleter sous le coup de la souffrance. Il saignait, et des hématomes commençaient déjà à apparaître sur son corps. Le jeune homme prit la parole d'une voix posée, après s'être assuré qu'il ne connaissait pas son interlocuteur.

- Où ont-ils emmené le bébé? Pourquoi s'en prendre à lui?

Comme unique réponse, l'autre lui cracha au visage. Il ne broncha même pas. D'un coup, l'assassin se raidit, ses yeux se révulsèrent, et sa tête retomba mollement contre son épaule. Il avait un peu de bave mousseuse au coin des lèvres. Posément, Faust lui tâta le pouls. En vain. Il était mort, de manière fulgurante. Il s'essuya le visage avec un pan des vêtements du mort, puis se releva.

- Il a croqué une capsule de poison. Il n'était là que pour faire diversion, sinon il ne se serait jamais fait attraper. Tout ça pour donner le temps aux deux autres de prendre la poudre d'escampette, pour se mettre en sécurité dans une cache et m'y attirer ensuite. Il n'y a pas de temps à perdre.

Il fit volte-face, et alla rejoindre Alyssa en faisant signe à sa compagne de le suivre. Son ancienne maîtresse semblait ne pas avoir perdu une miette de la scène, les bras croisés. Si celui-là s'était sacrifié pour donner une chance aux autres de s'échapper avec leur prise, c'est qu'ils ne le sous-estimaient pas. Et que Noah était vivant, probablement. Maintenant, il fallait les rattraper avant qu'ils n'aient pu disparaître dans la nature.

- Tu vas nous aider, ou pas?


- S'ils meurent tous, oui. Je ne tiens pas à me mettre en danger.

- Ne t'en fais pas pour ça.

Il avait grogné cette réponse avec férocité. Evidemment, qu'il n'allait pas les laisser s'en tirer à si bon compte! Il descendit à nouveau sur le port. En premier lieu, il leur faudrait sans doute passer par les toits pour faire du repérage... Mais aussi avoir des chevaux sous la main. Auquel cas, ils pouvaient toujours confier les chevaux à la Pirate pendant qu'ils arpentaient la ville, et descendre les récupérer si le besoin s'en faisait sentir.

- On va avoir besoin de réquisitionner des chevaux.

- Il y a une écurie pas loin.

Alyssa le mena jusqu'à une écurie où on louait des chevaux. Faust héla le palefrenier pendant que l'Eternelle flânait innocemment dans les allées. Plantant son regard dans le sien, il l'endormit sans cérémonie, et le laissa au milieu du chemin. Efficace, la jeune femme était déjà partie chercher le matériel pour seller et brider trois montures. Lui récupéra pour lui-même un beau gris dans une stalle proche, qui lui semblait fiable, et commença rapidement à le seller, pendant qu'Alyssa choisissait une jument bai cerise et qu'il laissait Shakra chercher le sien. Si elle traînait trop à choisir, en revanche, il lui en trouverait bien un rapidement. Ce n'était pas le moment de chipoter.

- Shakra, jette un oeil au hongre alezan dans le box à ta droite. Je pense qu'il pourrait te convenir. Mais fais vite, il faut qu'on essaie de rattraper notre retard."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mar 28 Juin - 16:45

Shakra allait asséner un coup fatal sur le crâne du prisonnier quand elle fut coupée dans son élan meurtrier par une main qui s'était fermement refermée sur son bâton. Elle tourna la tête pour voir que c'était Faust qui l'avait retenue. L’Éternel affichait une expression de calme glacial, qui faisait barrière à une colère terrible, elle le devinait aisément. Mais malgré cela, son visage était livide, et si sa voix ne trembla pas lorsqu'il s'adressa calmement à sa compagne, on pouvait y lire l'angoisse. La Pirate abaissa son arme et se laissa tomber à genoux sur le plancher du pont et éclata en sanglots, les deux mains plaquées contre ses yeux, démunie et rongée par la culpabilité. Elle aurait du se rendre compte de ce qui n'allait pas avec ces soi-disant marins, et agir tant qu'il en était temps. Tandis que Faust s'était penché sur son "collègue", Parson avait rejoint l'assemblée et vint s'accroupir près de sa Capitaine.

- Vous n'arriverez à rien si vous vous laissez aller au désespoir. Essayez de vous calmer, vous serez bien plus à même d'aider Noah que dans cet état.

Le médecin attendit un instant que Shakra reprenne le contrôle de ses sanglots avant de lui passer un bras derrière le dos pour l'aider à se remettre debout. Dans le même temps, Faust tenta de tirer quelque chose de l'autre Éternel, sans franc succès, puisque celui-ci lui cracha au visage avant de se raidir et de rendre l'âme dans une convulsion dégoûtante, les yeux révulsés dans leurs orbites et de la mousse aux lèvres. Parson fit claquer sa langue avec mépris en secouant la tête, puis tendit à Shakra une gourde, qui contenait une infusion de plantes qu'il lui faisait déjà consommer lorsqu'elle avait des crises de nerfs pendant sa grossesse, et qui l'aidait à retrouver son calme. Sans discuter, la jeune femme la porta à ses lèvres et en but quelques gorgées tandis que Faust se redressait en se tournant vers eux.

- Il a croqué une capsule de poison. Il n'était là que pour faire diversion, sinon il ne se serait jamais fait attraper. Tout ça pour donner le temps aux deux autres de prendre la poudre d'escampette, pour se mettre en sécurité dans une cache et m'y attirer ensuite. Il n'y a pas de temps à perdre.

Sur ces mots, l’Éternel tourna les talons et se dirigea d'un pas rapide vers la princ... Alyssa, qui attendait adossée à la rambarde, bras croisés, et il invita la Pirate à le suivre d'un signe de tête. Étrangement, personne ne semblait avoir remarqué sa présence. Si Shakra pouvait on ne peut mieux concevoir, étant la première concernée, que la situation était très préoccupante, elle ne l'était tout de même pas assez pour que des Pirates ne détournent pas le regard vers une beauté pareille. Peut-être était-ce en rapport avec son pouvoir, qui sait. Mais pour le moment, elle avait d'autres poissons-chats à fouetter. Essuyant ses joues encore humides, elle rendit sa gourde à Parson, ramassa son bâton resté par terre, et rejoignit les Éternels qui l'attendaient pour quitter le navire.

Après avoir convenu qu'ils auraient sans doute besoin de chevaux, ils suivirent Alyssa jusqu'à une écurie qui proposait d'en louer. La perspective de pouvoir monter réjouissait Shakra, quelque part. Depuis toujours les présences animales l'apaisaient, et nul doute que pendant qu'ils chevaucheraient à travers la ville elle parviendrait à s'éclaircir les idées, ce qui la rendrait bien plus efficace. Faust endormit le palefrenier d'un regard pendant que sa camarade repérait déjà où les harnachements étaient rangés. Rapidement, il jeta un coup d’œil aux différents chevaux qui mâchonnaient paresseusement leur paille de leurs stalles, semblant trouver de l'intérêt pour un gris pommelé, puissant et vif, avant d'aviser une jument bai cerise plus fine et définitivement taillée pour la vitesse, qu'il désigna à Alyssa. Pour sa part, la Pirate avait du mal à trouver mieux que ces deux-là pour elle. Ce qui n'était pas tellement étonnant, après tout, ce n'était qu'une écurie de location, pas celle d'un riche éleveur aux bêtes sélectionnées avec soin. Voyant qu'elle semblait avoir du mal à se décider, Faust, qui sellait son gris, lui fit signe.


- Shakra, jette un oeil au hongre alezan dans le box à ta droite. Je pense qu'il pourrait te convenir. Mais fais vite, il faut qu'on essaie de rattraper notre retard.

La jeune femme acquiesça d'un hochement de tête et regarda à l'endroit désigné. Le petit cheval, aux crins assez longs et désordonnés et à la croupe pleine de poussière, avait davantage l'air d'un poney capricieux que d'un cheval de course, mais il ferait très bien l'affaire. Elle saisit la bride qu'Alyssa avait amenée pour elle, mais ne rentra même pas dans la stalle avec. Le hongre avait un chanfrein bien trop fin pour la muserolle de ce bridon-ci, cela se voyait à quelques kilomètres, au moins. Mais considérant la situation d'urgence, elle préféra ne pas faire de remarque, et se contenta de courir prendre la bride adaptée à son alezan, avant de venir la lui passer. A le voir de plus près, il avait une musculature assez bien développée, et semblait souple sous la selle, ce qui serait un avantage pour elle par rapport à la grande jument d'Alyssa, elle pourrait plus aisément négocier les virages serrés si besoin était.

Leurs chevaux harnachés, ils quittèrent l'écurie et les enfourchèrent pour les mettre aussitôt au grand galop. Inutile de traîner plus longtemps. Le petit alezan qu'avait choisi la Pirate était en effet confortable, mais également dissipé, probablement non content d'être sollicité à une heure si tardive. Il rua légèrement quand Shakra lui laissa davantage de rênes pour qu'il puisse accélérer l'allure, mais la Pirate le reprit aussitôt avec autorité, et d'une seule main, comme elle tenait son bâton de l'autre. Comme elle le supposait, si Noah restait bien évidemment sa préoccupation principale, le fait d'être à cheval lui fit beaucoup de bien, elle pouvait se concentrer sur sa monture plutôt que sur la peur qui lui nouait l'estomac, et cela lui éclaircissait les idées. Elle pressa son pseudo cheval pour venir se mettre à la hauteur de Faust.


- Tu as une idée d'où ils ont pu aller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mar 28 Juin - 20:34

Faust fit adopter une allure rapide à son cheval, à peine sorti de l'écurie. Il scrutait le moindre signe de passage, même si traquer des hommes passés maîtres dans l'art de la furtivité serait difficile. Vu le temps qu'ils avaient mis à revenir au navire, puis à se lancer à leur poursuite... Ils pouvaient déjà être loin. Et il pouvait être trop tard. Néanmoins, ils se serviraient du petit comme d'un appât. Plus tard. Pour l'heure, leur souci était de se mettre en sécurité pour pouvoir élaborer une nouvelle stratégie pour leur futur piège.

" Tu as une idée d'où ils ont pu aller ?

A croire que Shakra faisait écho à ses réflexions. Elle avait mené son petit cheval alezan à hauteur du sien, avec les idées visiblement plus claires. Le jeune homme lui lança un léger regard en coin. Non, il n'avait pas d'idée précise... mais il pouvait déduire. Il connaissait la façon de faire des limiers de la guilde, cela lui donnait au moins quelques menus avantages.

- Pas vraiment. Mais à mon avis, ils cherchent à quitter la ville pour se mettre en sécurité quelque part. Et m'attirer dans un piège ensuite en utilisant Noah comme appât. Mais comme ils vont sans doute le garder en vie, ils vont devoir avancer lentement.

Ils chevauchèrent un bon moment dans les ruelles. De temps à autres, l'un des deux Eternels laissait sa monture aux autres et grimpait sur les toits pour repérer des signes. Mais plus la nuit avançait, plus la tension montait: pour l'heure, ils étaient bredouilles. Même chez le jeune homme, la pression commençait à se faire sentir. Et ce n'était pas le moment, car cela l'empêcherait d'avoir les idées bien claires.

Il était sur le point de se résigner à changer de méthode, quand il entendit une discussion animée entre deux prostituées, sur le pas de la porte d'une maison close. Les ragots allaient souvent bon train, dans ce milieu. Et de toute évidence, elles semblaient outrées. Sa curiosité piquée, il mena son cheval jusqu'à elles au petit trot, et le stoppa avant de leur adresser un aimable sourire, fort de son charisme naturel.


- Bonsoir mesdames, un problème?

- Un peu ouais! Figurez-vous qu'on a aperçu des voleurs d'enfants! Deux, qu'ils étaient, l'air de brigands. Ils avaient avec eux un bébé qui pleurait. Rendez-vous compte, un bébé! Ils ont dû le prendre au berceau. Je plains ses parents.

- On aura vraiment tout vu dans cette ville. Viols, meurtres... Mais enlever des enfants, ça, c'est nouveau! Ca présage rien de bon, ma main au feu que c'est des étrangers, et ils vont devenir un danger pour tout le monde, s'moi qui vous l'dis!

Faust sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine. Alors qu'il voyait le mur se dresser devant lui, entravant son chemin, voilà que la lumière se faisait et lui révélait une brèche. Et un espoir fou auquel il voulait croire de toutes ses forces. Cette description correspondait... Alors avec de la chance, peut-être qu'ils pourraient les rattraper encore.

- Ces voleurs... Ils sont passés il y a longtemps?

- Non, pas tant que ça. Quelques minutes au plus, et ils avaient l'air de pas savoir quoi faire avec leur prise. J'espère qu'ils l'ont pas tué, pauvre gosse.

- Quelle direction ont-ils prise?

Sentant sa nervosité, son gris se mit à trépigner sur place, piaffant d'impatience. Le jeune homme raccourcit machinalement les rênes pour le tenir sous ses ordres, puis il lança un regard plein d'espoir aux deux catins. Elles étaient vraiment son dernier espoir, car ils n'avaient trouvé aucune vraie piste jusqu'ici. Celle qui se tenait devant le pas de la porte lui fit un signe, désignant d'un geste vague des quartiers plus éloignés et clairsemés.

- Les entrepôts, pour stocker tout ce qui est ensuite ramené au port. S'ils veulent s'y cacher, c'est l'endroit idéal. En plus, j'vous parie qu'ils y ont un bâtiment plein d'enfants volés, qu'ils comptent vendre comme esclaves.

- Pour sûr, ça fait aucun doute.

- Merci pour ces informations. Nous allons voir ça de plus près.

L'Eternel fit un signe de tête pour les saluer, puis il fit volter sa monture si brutalement qu'elle se cabra à demi. Evidemment, Alyssa et Shakra n'avaient sans doute pas perdu une miette de l'échange. Quand il pressa les flancs de son étalon pour la lancer au galop dans la direction des entrepôts, il vit les autres chevaux lui emboîter le pas. S'il y avait une menue chance qu'ils se soient réfugiés là, il pourrait les débusquer. Mais il faudrait jouer serré. Récupérer le bébé d'abord, les tuer ensuite.

Quand ils parvinrent à destination, il stoppa son cheval à bonne distance des bâtiments déserts. Ils allaient devoir cacher les chevaux quelque part. Les Chasseurs ignoraient sans doute qu'Alyssa était là, et ils pourraient en tirer partie. Elle pourrait, si elle jouait bien, récupérer Noah ou en abattre un ou deux sans se faire voir. Restait à les débusquer.


- On va cacher les chevaux dans les buissons derrière le bâtiment là-bas. Ensuite, Alyssa et moi allons essayer de repérer où ils se cachent. Shakra... il faudrait que tu fasses le guet. Si tu vois quoi que ce soit de suspect, dis le moi, mais je pense que tu ne pourras pas relever de signe de leur passage. C'est d'un niveau de pistage très élevé. Ensuite, quand ce sera fait, je pense que l'idéal serait d'attirer leur attention. Shakra et moi, dans le rôle des parents furieux. Ce ne sera pas difficile à mimer, mais il faudra être prudents. Alyssa, si tu pouvais récupérer notre fils sans te faire voir...

- Ca devrait être dans mes cordes, mais je ne veux pas me faire découvrir. Ils devront mourir, peu importe de qui il s'agit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mer 29 Juin - 16:51

La chevauchée fut longue malgré la taille relativement peu imposante de la ville et l'allure rapide que le petit groupe avait donné à ses chevaux. Par moments, Faust ou Alyssa mettait pied à terre et grimpait avec agilité sur les toits dans l'espoir d'apercevoir quelque chose qui leur indiquerait une piste à suivre, laissant son cheval sous la surveillance des deux autres, mais en vain. Bien calée sur le dos de son petit alezan, qui avait fini par se montrer plus coopératif au vu des aptitudes de sa cavalière, Shakra commençait à se laisser regagner par la nervosité. Au fur et à mesure que le temps passait, les rues se vidaient, et seuls quelques prostituées et marins dans un état d'ivresse avancé traînaient encore dehors.

Alors qu'ils s'enfonçaient toujours plus loin dans la ville, atteignant le quartier des bordels, ils firent ralentir leurs montures en entendant deux prostituées discuter vivement à la porte d'une maison close, affichant des expressions scandalisées. Après un instant d'hésitation, Faust finit par mener son cheval vers elles au trot, suivi par Shakra et Alyssa qui se rapprochaient afin d'écouter ce qui allait se dire, et entama la récolte d'informations.


- Bonsoir mesdames, un problème?

- Un peu ouais! Figurez-vous qu'on a aperçu des voleurs d'enfants! Deux, qu'ils étaient, l'air de brigands. Ils avaient avec eux un bébé qui pleurait. Rendez-vous compte, un bébé! Ils ont dû le prendre au berceau. Je plains ses parents.

- On aura vraiment tout vu dans cette ville. Viols, meurtres... Mais enlever des enfants, ça, c'est nouveau! Ca présage rien de bon, ma main au feu que c'est des étrangers, et ils vont devenir un danger pour tout le monde, s'moi qui vous l'dis!

Le cœur de la Capitaine se serra lorsqu'elle entendit le récit des deux catins. Si elle était heureuse d'avoir enfin une piste, elle restait très inquiète pour Noah. Mais cette inquiétude fut partiellement levée lorsqu'une des prostituées précisa qu'ils n'étaient passés que quelques minutes plus tôt. Ils avaient donc été ralentis par le bébé, et le trio avait ainsi encore une chance de les rattraper. Puis, enfin, on leur désigna la direction des entrepôts, et après avoir remercié ses interlocutrices, Faust fit tourner son cheval sur place d'un brusque coup de rêne et le talonna pour prendre le grand galop. Shakra lança elle-même sa monture à pleine vitesse, lui donnant un léger coup de bâton sur la cuisse pour l'encourager à accélérer, suivie d'Alyssa qui fermait la marche, n'ayant pas besoin de pousser énormément sa grande jument pour soutenir une allure rapide.

Finalement, ils mirent pied à terre à distance respectable des larges bâtiments de pierre et de bois dans lesquelles un certain nombre de marchandises diverses étaient stockées. Il n'y avait personne alentour, quoi de plus normal en pleine nuit. Mais les Chasseurs étaient sans nul doutes des professionnels de la dissimulation, et il faudrait arriver à les repérer dans ce grand espace. Le fait de ne pas entendre les pleurs de son bébé résonner raviva la peur de la Pirate, qui se demandait par quels moyens ils avaient bien pu faire taire Noah. Ils avaient sans nul doute besoin de le garder en vie, mais ils étaient capables de bien des choses dont la jeune femme n'osait pas imaginer un certain nombre...


- On va cacher les chevaux dans les buissons derrière le bâtiment là-bas. Ensuite, Alyssa et moi allons essayer de repérer où ils se cachent. Shakra... il faudrait que tu fasses le guet. Si tu vois quoi que ce soit de suspect, dis le moi, mais je pense que tu ne pourras pas relever de signe de leur passage. C'est d'un niveau de pistage très élevé. Ensuite, quand ce sera fait, je pense que l'idéal serait d'attirer leur attention. Shakra et moi, dans le rôle des parents furieux. Ce ne sera pas difficile à mimer, mais il faudra être prudents. Alyssa, si tu pouvais récupérer notre fils sans te faire voir...

- Ça devrait être dans mes cordes, mais je ne veux pas me faire découvrir. Ils devront mourir, peu importe de qui il s'agit.

Shakra approuva le plan de Faust d'un signe de tête tout en flattant l'encolure de son hongre avant de suivre les Éternels vers l'endroit que son compagnon avait désigné, où ils attachèrent les chevaux aux branches les plus solides qu'ils trouvèrent. Semblant sentir la nervosité des humains, le cheval gris qu'avait monté l’Éternel commença à souffler bruyamment et à piétiner, ce qui menaçait de compromettre leur plan. La Pirate agit vite, et alla prendre la bride de l'animal en le flattant doucement, s'efforçant de contenir sa propre peur. Finalement, le cheval s'apaisa et se mit à brouter avec les autres, et la Pirate entraîna les deux autres un peu plus loin pour ne pas risquer de stresser à nouveau leurs montures.

Juste avant de mettre à exécution leur mission de sauvetage, Shakra prit Faust dans ses bras et l'embrassa furtivement sur les lèvres. Elle avait peur, et savait que lui aussi, or depuis qu'ils étaient partis à la poursuite des ravisseurs ils n'avaient pris un seul instant pour se soutenir mutuellement, et le simple fait de pouvoir le serrer contre elle redonna du courage à la Capitaine.


- Fais attention...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mer 29 Juin - 21:01

Une fois les chevaux laissés à l'endroit convenu, et calmés par la Pirate, Faust commença déjà à s'intéresser aux infimes traces de passage qu'il pourrait trouver. Il craignait que leur tentative de diversion tourne au vinaigre, et il espérait que sa compagne ne risquerait rien. Il ne supporterait pas qu'elle soit blessée par sa faute, il en avait déjà bien assez fait. Comme pour lui mettre un peu de baume au coeur, elle l'enlaça et lui fit un léger baiser sur les lèvres.

" Fais attention...

- Ne t'en fais pas. C'est de ma faute si on en est là, et c'est à moi de nous tirer de là.

A vrai dire, ses pires craintes s'étaient réalisées, et il avait même commencé à mettre le bien fondé de leur relation en question, alors qu'ils chevauchaient. Il se demandait s'ils ne seraient pas plus en sécurité sans lui... En brouillant les traces en tuant les Chasseurs, Shakra et Noah seraient sans doute hors de danger, du moment qu'il se débrouillait pour ne pas les remettre sur leur piste... Il secoua la tête et se défit doucement de son étreinte. Il était temps de passer à l'action, pas de se perdre en vaines spéculations.

Il commença donc à traquer le moindre petit signe de présence humaine aux alentours des entrepôts. Alyssa s'occupait d'une autre section. Il procédait avec minutie, mettant tout en oeuvre pour ne pas se faire repérer. Ses déplacements souples étaient semblables à ceux d'une panthère. Pas un bruit ne venait troubler le silence parfait. Le temps semblait s'écouler au ralenti alors qu'il faisait le tour des bâtiments, l'un après l'autre, guettant le moindre signe.

A part des marques grossières provenant sans doute des hommes qui s'occupaient de transférer les marchandises, et des preuves de présence animale comme des chiens errants, des chats ou des rats, il ne trouva rien. La lenteur de la tâche l'exaspérait presque, car il craignait que leurs proies leur échappent pendant ce temps. Il craignait d'être repéré, et de tout mettre par terre, mais il se forçait à continuer avec la même minutie.

Ils devaient être quelques petites heures avant l'aube quand il rejoignit Alyssa au dernier entrepôt. Il la questionna dans le langage des signes propre aux Eternels, afin de savoir si elle avait trouvé quelque chose. Et la réponse, décevante, fut évidemment négative. Il serra les dents mais ne fit pas de commentaire alors qu'ils se partageait le travail sur le dernier bâtiment. Mais toujours rien. Tout indiquait que personne n'y était venu depuis un certain temps. De plus, on ne voyait pas la moindre trace d'effraction. Aucune fenêtre n'était brisée, et les verrous étaient en place.

Dépité et désespéré, ne sachant pas quoi dire à Shakra quand il irait lui annoncer, Faust manqua de donner un coup de poing dans le mur, quand il entendit un bruit. Il se figea, et tendit l'oreille. C'était étouffé, mais il entendit une fois encore des pleurs de bébé. Et pas n'importe lequel, il aurait reconnu cette voix entre mille. Il en était sûr à présent: son fils se trouvait dans cet entrepôt. Il devait donc y avoir une entrée secrète quelque part. Il fit signe à Alyssa d'approcher. Quand elle eut entendu elle aussi, il lui fit signe de chercher l'entrée dissimulée. Elle hocha la tête, et partit de son côté.

Après quelques minutes de recherches minutieuses, le jeune homme finit par découvrir un ensemble de quatre briques qui pouvaient être bougées de telle sorte qu'un pan de mur s'écartait pour laisser le passage à une personne seulement. Impossible d'être à deux de front. Il rappela son ancienne maîtresse, puis fit signe à sa compagne de les rejoindre. Maintenant, ils allaient devoir faire comme ils l'avaient prévu. Le couple occuperait les Chasseurs pendant que la jeune femme irait récupérer Noah. Elle passerait donc en dernier, furtivement.


- Il va falloir être très prudents. La priorité, c'est de mettre Noah en sécurité. Ensuite, on s'occupera de les abattre. De toute façon, c'est moi qu'ils veulent, mais il ne faut pas qu'ils voient que le bébé leur a échappé. Pas avant qu'on puisse les abattre. Shakra... Ne fais rien d'inconsidéré, d'accord?

Prenant une inspiration, il pénétra dans le petit passage, légèrement courbé. Il entendait des bruits de pas derrière lui, mais ceux d'Alyssa étaient tellement feutrés que seule son ouïe entraînée les distinguait. Il faisait sombre dans l'entrepôt. Seule la lumière de la lune et des étoiles semblait éclairer, même si elle pâlissait: le ciel allait commencer à s'éclaircir. Mais dans cette obscurité, l'Eternel n'était pas gêné. Il fouilla les ténèbres du regard, à la recherche des Chasseurs.

Les pleurs étouffés du nourrisson s'étaient tus. Faust essayait de ne pas faire attention à l'étau glacé qui lui enserrait le coeur. Il ne savait pas ce qu'on avait bien pu lui faire pour le forcer à se taire. Il avança silencieusement, à pas de loup. Il capta finalement une odeur. Quelqu'un avait fait un feu, et il n'était pas éteint depuis longtemps. Avec le froid qu'il faisait, ce n'était pas du luxe... mais c'était risqué. Il se dirigea vers la source de l'odeur, en restant près de sa compagne. Il ne voulait pas qu'elle soit prise pour cible.

Alyssa n'était plus avec eux. Conformément à ce qui avait été prévu, elle était partie de son côté, pour récupérer Noah. Lui parvint près du foyer. Il y avait encore des traces d'occupation. Des couvertures... encore tièdes. Ils étaient partis en hâte. Mais ils n'étaient pas sortis de l'entrepôt, c'était certain. Le jeune homme se pencha pour y voir de plus près. Et à ce moment là, il entendit le sifflement d'un projectile. Il se plaqua au sol en poussant Shakra sur le côté. Trois aiguilles empoisonnées se fichèrent dans une caisse à côté d'eux.


- Je ne pensais pas que tu nous retrouverais si vite! Décidément, ta réputation n'est pas usurpée, Faust Svartem.

Le concerné se releva, tandis que les deux hommes leur faisaient enfin face. Pas de trace du bébé avec eux. Il se mit devant la Pirate pour la protéger, au cas où. Il sentait la rage monter en lui, mais pour l'heure, il devait les occuper, et gagner du temps. Il devait être possible de parler un peu. Il serra les poings, en espérant qu'ils n'avaient pas touché à un cheveu de son fils.

- A quoi est-ce que vous vous attendiez, à vous en prendre à mon fils? J'espère pour vous que vous ne lui avez pas fait de mal.

Il frissonna en songeant que, comme ça ou comme ça, dans le cadre de ces missions, toute la famille du condamné était exécutée également, femme, enfants, frères et soeurs, éventuellement parents... Tout ce qui était proche de la victime et pouvait éventuellement réclamer vengeance par la suite. En somme, Shakra était également sur leur liste d'assassinats.

- Vous vous en prenez à un innocent. C'est moi que vous voulez, mais vous ignorez même ce qui s'est vraiment passé. Je n'ai pas tué mon maître. Et le vrai coupable court toujours, pendant que je suis le bouc émissaire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Jeu 30 Juin - 15:22

Un long moment s'écoula durant lequel Shakra guetta, comme convenu, le moindre signe de vie pouvant se présenter de près ou de loin. L'aube approchait peu à peu, sans qu'elle en ai décelé le moindre. Un peu plus loin, autour des entrepôts, elle voyait les deux Éternels s'affairer à repérer les ravisseurs, sans rencontrer grand succès non plus, apparemment. La Pirate était épuisée, à bout de nerfs et terrifiée, si bien que de temps à autre une petite larme venait rouler sur sa joue. Elle ne pouvait pas se permettre de craquer maintenant, son bébé avait besoin d'elle, mais son état de fatigue physique et moral avancé arrivait à prendre le dessus sur sa détermination à le sauver.

Entendant un craquement derrière elle, elle sursauta et se retourna d'un bond, le bâton prêt à fondre sur l'ennemi... mais ce n'était que son petit cheval alezan qui s'était détaché et avait entreprit d'aller brouter un peu plus loin. Soupirant de soulagement, la jeune femme s'avança doucement vers lui pour récupérer ses rênes avant qu'il se prenne les pieds dedans, ce qui pouvait l'effrayer et conduire à ce qu'ils se fassent repérer, et le reconduit derrière le buisson où la jument somnolait debout, tandis que le gris grignotait de l'herbe tranquillement. Elle repassa les rênes autour d'une grosse branche, faisant un nœud grossier avant de lui flatter l'encolure pour repartir à son poste, quand elle vit du coin de l’œil que l'animal prenait les rênes entre ses dents pour se détacher.


- Non mais, tu prends des libertés toi ! Espèce de bon à rien, j'vais t'en faire du nœud, tu vas voir si tu arrives à le défaire celui-là.

Un petit sourire se dessina au coin de ses lèvres alors qu'elle s'appliquait à mieux attacher le petit hongre. Ses facéties lui mettaient un peu de baume au cœur, bien qu'elles ne suffisent évidemment pas à la remettre totalement en état. Elle aimait bien ce genre de chevaux, avec un petit caractère, et songea qu'elle amènerait bien celui-ci jusqu'à Agadya. En s'assurant que le bridon était bien réglé, elle remarqua une inscription dans le cuir du montant gauche, qu'elle du dépoussiérer pour déchiffrer.

- "Sheep" ?! Si c'est ton nom, on s'est bien moqué de toi, pauvre vieux. Bien, ne bouge plus maintenant, je reviens plus tard, mais là, je dois retourner faire le guet.

Shakra grattouilla le cheval derrière l'oreille, ce qui sembla beaucoup plaire à celui-ci, puis se remit en hâte à sa place, le plus silencieusement possible. Aucun signe d'urgence, tant mieux. Et toujours personne aux alentours alors que, petit à petit, l'horizon s'éclaircissait, indiquant le lever du jour tout proche. Enfin, elle vit au loin Faust lui faire signe, et les rejoignit, lui et Alyssa, d'un pas de course souple et aussi silencieux qu'elle le pouvait. Il avait trouvé un passage dans un des entrepôts en déplaçant quelques briques, dans lequel ils pourraient avancer en se suivant l'un après l'autre. Ne restait plus qu'à rentrer et exécuter le plan.

- Il va falloir être très prudents. La priorité, c'est de mettre Noah en sécurité. Ensuite, on s'occupera de les abattre. De toute façon, c'est moi qu'ils veulent, mais il ne faut pas qu'ils voient que le bébé leur a échappé. Pas avant qu'on puisse les abattre. Shakra... Ne fais rien d'inconsidéré, d'accord ?

- Mouais...

Si ça n'avait tenu qu'à elle et que ses adversaires n'avaient pas été aussi redoutables, elle aurait prit grand plaisir à faire beaucoup de choses inconsidérées, comme arracher la tête des Éternels qui avaient enlevé son fils. Mais la vie de Noah en dépendait, elle ne pouvait pas se permettre d'agir sans réfléchir... Prudemment, elle s'engouffra derrière Faust dans l'entrepôt plongé dans l'obscurité. Alyssa partit de son côté assez vite après être entrée, comme convenu, à la recherche du bébé pendant que ses parents feraient diversion. Shakra progressait lentement, son compagnon non loin d'elle, se laissant guider par ce dernier qui était bien plus à même qu'elle, de par son entraînement, à mener l'opération. Ils arrivèrent devant les restes d'un feu qui devait encore brûler quelques minutes plus tôt, près duquel avaient été abandonnées deux couvertures. L’Éternel se penchait pour y regarder de plus près, mais se retourna d'un coup et se jeta à terre en poussant la Pirate sur le côté. Une fraction de seconde plus tard, cette dernière entendit le bruit de trois flèches qui se plantaient dans une caisse non loin d'eux.

- Je ne pensais pas que tu nous retrouverais si vite ! Décidément, ta réputation n'est pas usurpée, Faust Svartem.

Shakra se releva, époussetant sa veste, pour faire face aux gibiers de potence qu'elle avait eu le malheur d'engager sur son navire, mais Faust aussi s'était remis sur ses pieds et s'était mis entre elle et les Éternels. Elle bouillait intérieurement, mais elle ne devait pas trop s'emporter. Le but étaient qu'ils reviennent tous sains et saufs, pas que Noah soit privé de sa mère parce qu'elle avait agi trop impulsivement. Elle laissa donc son compagnon parler, afin de gagner du temps.

- A quoi est-ce que vous vous attendiez, à vous en prendre à mon fils ? J'espère pour vous que vous ne lui avez pas fait de mal.

Ça aussi, la Pirate l'espérait fortement, autrement elle leur referait tellement le portrait, même déjà morts, qu'on ne pourrait pas graver de nom sur leur tombe. La main serrée sur son bâton, elle s'efforçait de ne pas se jeter déjà sur eux. Mais, Faust avait dit "ne fait rien d'inconsidéré", cela ne stipulait donc pas qu'elle n'était en revanche pas interdite de parole. En plus de faire partie du plan, cela la soulagerait de plus grandement.

- Vous vous en prenez à un innocent. C'est moi que vous voulez, mais vous ignorez même ce qui s'est vraiment passé. Je n'ai pas tué mon maître. Et le vrai coupable court toujours, pendant que je suis le bouc émissaire.

- En effet, vous courrez après la mauvaise personne. Et je vous jure que si vous avez ne serait-ce que laissé tomber un cheveu de Noah sur la route, je vous désarticule, bande de sales poulpes en sauce, mouettes dégénérées, fientes de goéland sans couilles !!

Dans une autre situation, son vocabulaire l'aurait sans doute amusée, mais là, il lui faisait surtout beaucoup de bien de proférer des jurons sans queue ni tête, même s'ils ne lui remontaient pas le moral. Ses opposants, eux, se regardèrent un instant, semblant trouver les menaces de la jeune femme plutôt particulières, et pourtant celle-ci était on ne peut plus sérieuse. Elle posa son regard épuisé sur Faust, espérant de tout cœur qu'Alyssa allait bientôt revenir avec Noah...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Jeu 30 Juin - 16:23

Faust attendait le signal d'Alyssa, en jetant de petits regards autour de lui, nerveusement. Involontairement, il cherchait encore un indice de la présence de son fils. Si son ancienne maîtresse trouvait Noah, elle le préviendrait sans doute par un signal sonore quelconque. Si elle échouait, en revanche, elle viendrait l'aider à neutraliser les Chasseurs, afin de les interroger.

" En effet, vous courez après la mauvaise personne. Et je vous jure que si vous avez ne serait-ce que laissé tomber un cheveu de Noah sur la route, je vous désarticule, bande de sales poulpes en sauce, mouettes dégénérées, fientes de goéland sans couilles !!

Il ne s'était pas attendu à cette intervention fleurie de sa compagne, mais cela n'avait rien de bien étonnant. Encore, si elle se contentait de cela, c'était un moindre mal, et cela servirait leur plan. Néanmoins, il se tint prêt à la protéger de toutes éventuelles représailles. Les deux hommes, néanmoins, semblèrent d'abord un peu surpris, puis ils éclatèrent de rire, se moquant d'elle sans la moindre vergogne, et sans doute très peu impressionnés.

- A mon avis, tu en mèneras moins large quand on t'aura coupé la langue et qu'on te la fera manger. Mais je me demande si avant ça, juste pour te remettre les idées en place, on ne devrait pas te ligoter pour te faire assister à la mort lente et douloureuse de ce cher Faust, et à celle de ton enfant.

Le jeune homme se raidit. Ce genre de façon de faire, un peu sadique, cela ressemblait bien au comportement de certains Chasseurs. Pour ce genre d'expéditions, c'étaient toujours des membres talentueux, mais également, bien souvent, soit des sadiques, soit certains qui tenaient grandement au respect du credo et des règles de la guilde. Lui-même avait fait partie de la seconde catégorie, et il n'avait jamais pris de plaisir à abattre ses proies. Ce qui ne semblait pas être le cas de ces deux là. Néanmoins, ils semblaient dire que le bébé n'était pas mort...

- Alors, il est en vie?

- Pour le moment, oui. Mais ça ne va pas durer. De toute façon, tu ne te serais pas déplacé pour un cadavre, pas vrai?

En cela, il n'avait pas tort. S'il avait eu la certitude qu'ils avaient abattu son fils, il ne se serait pas lancé à leur poursuite, même pas par vengeance. Pour ne pas exposer Shakra. Il leur aurait réglé leur compte plus tard... Et puis, s'enfuir en enlevant un cadavre? Cela n'avait aucun sens. Il se renfrogna en leur lançant à tous deux des regards venimeux, rêvant du moment où il pourrait les abattre. Dans un grognement, il lâcha une question qui le taraudait.

- Ce que je me demande, c'est comment vous avez fait pour passer inaperçus, alors que vous détonniez dans l'équipage.

- Disons que j'ai un pouvoir très pratique, qui me protège de toute forme de méfiance à mon égard. Tu n'avais pas la moindre chance.

Celui qui avait parlé, plus petit que le premier, et visiblement sous les ordres de ce dernier, afficha un air de suffisance écoeurant. Il avait des cheveux courts et un visage fin qui lui donnait presque l'air d'une fouine. Ils n'avaient pas pris la peine de mettre leurs masques. A quoi bon, après tout? En tout cas, Faust avait confirmation de ce qu'il avait redouté. Sa vigilance avait été trompée par un don inné. Ils furent interrompus par un cri strident, semblable à celui d'un oiseau de proie, suivi du fracas d'une pile de caisses qui s'écroulait. Surpris, ne sachant pas que quelqu'un d'autre était entré, les Chasseurs se retournèrent d'un bloc en direction du vacarme.

C'était ce que Faust attendait. Pendant la seconde où les deux autres relâchèrent leur attention, surpris par le vacarme, il plongea sur le premier et l'emmena avec lui bouler à terre. Il n'eut même pas le temps de le tuer que son comparse avait réagi, et un couteau de lancer vint se planter dans l'épaule de Faust. Il poussa un léger grognement de douleur avant de bondir sur ses pieds, tirant son épée, et de parer l'autre qui lui fonçait dessus. Ils luttèrent un moment, épée contre épée. Le regard du jeune homme rencontra celui de son adversaire, et...


- Non, ne le regarde pas dans les yeux!

Trop tard. L'autre s'écroula comme une masse sur le sol, lâchant son arme dans un fracas métallique. Cela ne durerait sans doute pas longtemps, car il n'était pas en état d'endormir convenablement et profondément un ennemi pleinement réveillé avec l'esprit en ébullition, mais cela ferait au moins l'affaire le temps qu'il règle son compte à l'autre...

Ce dernier s'était relevé, et avait tiré de ses vêtements un petit tube qui semblait lancer les aiguilles métalliques empoisonnées. Au lieu de viser directement sa proie, il se tourna vers la Pirate avec un sourire malsain. Faust bondit sur lui, juste à temps pour lui faire rater son tir. Ils se retrouvèrent à nouveau à terre, l'un sur l'autre. Le Chasseur tira un poignard qu'il avait l'intention de planter dans le cou de sa proie, mais le jeune homme le bloqua à temps. Ils luttaient en vain à quelques millimètres de sa peau, menaçant à tout moment de le tuer. De sa main libre, le tueur enserrait la gorge de son assaillant qui se trouvait sur lui. Ce dernier commençait à manquer d'air, mais il parvint à faire jaillir sa lame secrète pour la planter dans la gorge de son ennemi.

Il se défit de son étreinte en crachotant, suffoquant, pour se retrouver avec l'autre sur le dos, déjà tiré de son sommeil. Il avait dû lutter de toutes ses forces pour sortir de ces limbes artificielles. Impressionnant, mais moins que si ce petit sort avait été convenablement jeté. Faust sentit le poignard planté dans son épaule s'enfoncer encore plus profond, déchirant les muscles et la chair au passage. Il ruait comme un cheval sauvage pour tenter de se défaire de Tête de Fouine, qui avait plaqué la lame d'une dague contre sa gorge, prêt à le sacrifier comme un porc. Pendant un instant, il se revit sur l'Ile de la Crête, dans une situation similaire, si ce n'est que le Chasseur était si bien placé qu'il ne pouvait l'atteindre.

Il se sentit brutalement tiré en arrière, et paniqua avant de comprendre que c'était son adversaire qu'on attaquait. La lame lui érafla salement la gorge, mais pas gravement. L'autre le libéra de son étreinte en s'effondrant au sol, et c'est alors qu'il vit un serpent d'un vert brillant proprement enroulé autour de son cou, qui l'avait étranglé. L'animal se retira et rampa comme jusqu'à Alyssa qui se tenait devant eux, avant de rentrer dans la jambe de son pantalon, aussi docile qu'un chien. Il ne parvint à retenir un frisson. Son ancienne amante avait le pouvoir de commander aux serpents, et elle maîtrisait cette aptitude à la perfection. Elle avait quelques-uns de ses protégés toujours avec elle, parfois sur son corps, parfois dans des sacoches...

Elle tenait dans ses bras un petit paquet de couvertures, qui s'avéra être Noah. En s'approchant pour voir s'il allait bien, Faust sentit son coeur se serrer en voyant son état. S'il n'avait de toute évidence pas été maltraité, on l'avait en revanche drogué afin de mettre fin à ses pleurs. Il était totalement amorphe, dans les vapes. Il ne semblait même pas réagir à ce qui l'entourait, lui qui était déjà très éveillé pour son âge. Et pour couronner le tout, il avait grand besoin d'être changé, rien qu'à l'odeur. Il devait avoir pleurniché pour qu'on s'occupe de lui, et ses ravisseurs n'avaient rien trouvé de mieux pour le faire taire que de lui faire absorber une drogue. D'un signe de tête, il désigna Shakra, et l'Eternelle alla vers elle pour lui rendre son enfant.

Après quoi, elle vint inspecter les cadavres, afin d'être sûre qu'ils étaient bien morts, et de voir si elle les connaissait. De toute évidence, c'était le cas. Elle retourna le premier du bout du pied, afin de ne pas se salir dans la mare de sang dans laquelle il gisait. Laissant au jeune homme le soin d'inspecter les corps pour trouver quelque chose d'utile ou de compromettant, elle alla cracher sur le second cadavre.


- Ca, c'est Renly. Et l'autre face de fouine, c'est Bert. Deux espèces de timbrés sadiques, malheureusement assez talentueux pour qu'on ne veuille pas s'en défaire.


Faust ne trouva qu'un peu de matériel utile sur les corps, ainsi que des lettres parlant de lui, et qu'il faudrait brûler. Quand aux cadavres, ils n'avaient qu'à rester là. Ils seraient bien découverts à un moment ou à un autre, et ce n'était pas ce genre de tueries qui étaient rares, ici. Il se redressa et alla près de sa compagne. Il effleura la joue de Noah, puis embrassa Shakra au coin des lèvres, avant de pousser un soupir.

- Allez, sortons d'ici. Retournons auprès des chevaux, et rentrons."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Jeu 30 Juin - 22:06

Shakra serra les dents quand l'un des Chasseurs lui répondit avec un sourire sadique. Comme elle aurait aimé lui régler son compte... Mais elle devait attendre le signal d'Alyssa avant de faire quoi que ce soit. Par ailleurs, elle ne pourrait probablement pas faire grand chose, mais un coup de bâton dans les dents d'un des Éternels ne seraient sans doute pas malvenu. Elle verrait bien ce qu'elle pourrait faire le moment venu. Et d'après ce que le Chasseur avait avancé, Noah était bel et bien vivant. Ce que confirma le second ravisseur, après que Faust aie posé la question, en partie pour continuer de gagner du temps.

La discussion se poursuivit, l'air de rien, durant laquelle la Pirate apprit la raison pour laquelle elle n'était pas parvenue à se méfier d'eux, à savoir, le pouvoir de l'un d'entre eux. Cela la rassurait, en un sens, car ce n'était pas entièrement de sa faute s'ils en étaient là. Et elle se doutait d'ailleurs que celui qui, à cet instant, prenait toute la responsabilité de cet incident sur ses épaules, qui n'était autre que Faust. Pourtant, si, certes, c'était parce qu'il était sur le navire avec eux que elle et Noah étaient menacés, Shakra estimait avoir elle aussi sa part de responsabilité. Elle savait à quoi elle s'exposait, en acceptant que l’Éternel reste avec elle. Mais elle ne pouvait plus faire autrement. C'était simple, elle n'imaginait plus vivre sans lui.

D'un coup, un cri perçant retentit, laissant place à au vacarme assourdissant d'une pile de caisse qui s'effondrait. Le signal, à n'en pas douter, qui remplit à merveille son rôle de prendre les Chasseurs par surprise. Faust n'attendit pas plus d'une seconde pour se jeter sur le plus grand des deux, l'envoyant rouler avec lui à terre. Et le second chasseur n'attendit pas non plus la seconde suivante pour lancer un de ses couteaux dans l'épaule du paria, de manière fulgurante. Malgré la situation qui s'envenimait déjà, la Capitaine préférait rester en retrait pour le moment, pour n'agir qu'en soutien. Cela l'agaçait, mais elle n'était pas de taille face à ces machines à tuer.

De plus, son compagnon était entraîné pour faire face à ce genre de situation, et si le couteau de lancer fiché dans sa chair ne lui faisait sans aucun doute pas de bien, il s'en accommodait parfaitement et s'était relevé pour tirer son épée, échangeant des coups avec le plus petit des deux Chasseurs qui venait de lui foncer dessus, avant de parvenir à l'endormir malgré l'avertissement, trop tardif, de son camarade.

Ce dernier se releva finalement, et saisit dans une poche intérieure de son vêtement une arme singulière, une sorte de tube, du même acabit que certaines armes primitives que Shakra avait eu l'occasion de voir dans ses livres. Sans doute contenait-il des fléchettes imbibées de sédatif, comme celui qui avait été employé pour Black, voire de poison. En tout les cas, le Chasseur pointait cette arme sur elle, et sans qu'elle puisse prévoir d'échappatoire. En voyant son compagnon fondre sur l'autre Éternel, la Pirate plongea sur le côté pour éviter le tir que rata son adversaire lorsque le paria le percuta.

Après une lutte acharnée au sol, Faust, qui avait manqué de se faire étrangler, parvint à planter une de ses lames secrètes dans la gorge de l'autre. Il se débarrassa ensuite du traître agonisant, mais eut à peine le temps de reprendre son souffle que le second, que le pouvoir de Faust n'avait que partiellement atteint, passait à l'attaque à son tour en se jetant sur le dos du jeune Éternel. Shakra revit, et supposa qu'il en était de même pour son compagnon, la scène de l'île de la Crète. Mais cette fois, ce n'était pas un sauvage sans tactique, mais un assassin entraîné, qu'il avait accroché au dos.

La Capitaine se préparait à intervenir, quand Alyssa surgit dans l'ombre, derrière les adversaires, lui faisant signe de ne pas bouger, un bras de toute évidence occupé. Shakra sentit la tension retomber en partie, Noah était en sûreté avec l’Éternelle, et cette dernière avait tout l'air de savoir quoi faire. Et, une poignée de secondes plus tard, le Chasseur à l'expression de mustélidé se raidissait, un anneau luisant d'écailles vertes lui entourant le cou pour l'étrangler. Faust put alors se libérer de son agresseur, la gorge seulement éraflée par la lame qu'il avait jusque là plaquée contre son cou, et constater lui-même ce qui l'avait sauvé alors que le serpent achevait son travail, avant de revenir vers la grande blonde pour se glisser dans son pantalon. De toute évidence, elle avait la capacité de se faire obéir des serpents, aptitude que lui envia la Pirate, en amoureuse des bêtes qui se respectait.

Elle délaissa ses réflexions quand l’Éternelle vint vers elle pour lui rendre son fils, que Shakra serra bien fort contre elle, tombant à genoux, en laissant enfin aller ses larmes, laissant couler avec elle toute la tension et l'inquiétude qui l'avaient rongées jusque là. Écartant les couvertures qui entouraient le bébé, elle remarqua qu'il était très peu actif, réveillé mais dans les vapes. Ses salopards de ravisseurs avaient du le droguer pour qu'il cesse de pleurer. Aucun mal ne lui avait été fait, autrement, c'était déjà cela. En revanche, le petit avait grand besoin d'être changé. Et il devait avoir faim, mais pour le moment il était trop amorphe pour pouvoir téter. Il faudrait l'amener à Parson en rentrant au navire.

Après avoir pleuré toutes les larmes de son corps, la Pirate se releva péniblement, rompue par tant d'émotions, et alla vers les Éternels qui venaient d'inspecter les cadavres. Elle avait entendu Alyssa les nommer, mais n'avait pas retenu les noms en question et de toutes façons c'était bien le cadet de ses soucis pour le moment. Elle accueillit avec plaisir le petit baiser que Faust lui donna au coin des lèvres avant de leur proposer de quitter les lieux.


- Allez, sortons d'ici. Retournons auprès des chevaux, et rentrons.

- Avec plaisir, je n'en peux plus de cet endroit. Et Noah doit voir Parson au plus vite.

Malgré la fatigue, elle ouvrit la marche et se pressa vers le buisson où les chevaux étaient attachés. Le jour pointait peu à peu à l'horizon, quelques rayons perçant les nuages qui s’amoncelaient. Il allait pleuvoir. La jeune femme constata avec soulagement que son demi cheval n'avait pas réussi à se détacher à nouveau, et lui flatta l'encolure avant de dénouer ses rênes. Avant de monter, elle tendit son bâton à Faust.

- Pourrais-tu le prendre, s'il-te-plaît ? Je voudrais garder Noah, mais je dois avoir une main libre pour les rênes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Ven 1 Juil - 11:12

Tandis qu'ils sortaient de l'entrepôt, Faust arracha le couteau qui était toujours planté dans son épaule, et qui lui faisait un mal de chien. Il avait été tellement occupé à s'assurer de l'état de son fils, et à fouiller les cadavres qu'il n'y avait même plus prêté attention. Pas mal d'idées noires se bousculaient dans sa tête, même s'il était terriblement soulagé de retrouver Noah en vie. Ils retournèrent auprès de leurs chevaux, et le jeune homme récupéra le bâton que sa compagne lui avait confié. Il se hissa souplement en selle sur son gris qui somnolait debout, après l'avoir détaché.

Le trajet de retour fut silencieux, et bien plus court qu'à l'allée. Ils n'avaient qu'à retourner au port, en prenant garde à ne pas être suivis. Il pouvait toujours y avoir d'autres Chasseurs dont ils ignoraient la présence... On n'était jamais trop prudent. Ils arrivèrent près du SeaHorse alors que l'horizon commençait déjà à se colorer de rose, à l'Est. L'Eternel se sentait soudain las et fatigué, mais ils avaient encore des choses à faire. Il mit pied à terre et attacha sa monture à une barre d'attelage, non loin de la rampe d'accès au navire. Il irait rendre l'animal un peu plus tard.

Pour l'heure, il se contenta de monter sur le bateau. Tout le monde semblait amassé là en attendant leur arrivée, qui n'était pas passée inaperçue. Il y avait même Black, qui semblait rongé par l'inquiétude et la culpabilité. Bien sûr, il n'y était pour rien... C'était lui-même qui était responsable de tout ça. En voyant Shakra avec le petit dans les bras, l'équipage ne put retenir des exclamations et des vivats. Parson, voyant que Faust était encore poissé de sang, se détacha du groupe pour venir vérifier son état. Il secoua la tête en faisant l'inventaire de ses blessures.


" Décidément, vous êtes incapable d'aller quelque part et d'en revenir entier, sain et sauf!


Il disparut en direction de son office, pour aller chercher le nécessaire pour nettoyer et recoudre les plaies. Le second sembla terriblement soulagé à la vue du bébé, et il s'approcha de sa capitaine, sans doute pour aller lui faire de plates excuses concernant son incapacité à protéger le petit de ses ravisseurs. Le jeune père, lui, considérait qu'on ne pouvait pas lui en vouloir. Même s'il n'avait pas été pris par surprise, il n'aurait rien pu faire.

Quand le médecin de bord revint, il le fit asseoir sur un tonneau, et le mit torse nu pour commencer à s'occuper de sa blessure, ainsi que de sa gorge où le sang avait salement coagulé. Alyssa, qui était montée sur le navire, toujours invisible aux yeux d'autres que le couple, ne se gêna pas pour se rincer tranquillement l'oeil, adossée au bastingage, les bras croisés sur sa généreuse poitrine. Faust eut un petit sourire en coin en la voyant faire. Elle lui en avait voulu d'avoir mis fin à leur liaison. Mais au fond, elle devait surtout s'en vouloir à elle-même d'avoir agi de telle sorte que leur histoire prenne fin. Elle l'avait prouvé en les aidant dans cette affaire. Et puis, on voyait au fond de son regard qu'elle avait toujours de l'affection pour lui, et surtout qu'elle le désirait encore avec la même intensité. Intensité qui faisait passer Shakra pour une jeune femme à la chasteté exemplaire...


- Il faudrait que vous vous occupiez de Noah. Ses ravisseurs l'ont drogué pour qu'il cesse de pleurer, et il est totalement amorphe.

- Pff, sur un bébé si jeune, ce n'est pas étonnant. Il va mettre un peu de temps à revenir à lui, je suppose.

Le chirurgien alla voir ce qu'il en était par rapport au bébé une fois qu'il en eut terminé avec son père. Ce dernier se rhabilla et s'approcha d'Alyssa. Elle ne s'était pas encore évaporée, et il voulait en profiter pour la remercier de l'aide qu'elle leur avait apportée. Il s'accouda au bastingage à côté d'elle, et garda un moment le silence en fixant les chevaux sur le quai.


- Merci de nous avoir aidés à retrouver Noah. Je ne sais pas ce qui se serait passé sans ton aide.

- C'est ma façon de me racheter pour mon erreur passée. Si jamais tu as besoin de moi... tu sais comment me contacter. Compte sur mon aide pour prouver ton innocence, si tu veux vivre tranquillement avec ta petite famille, un jour.

Elle avait un petit sourire aux lèvres en le considérant. Il hocha la tête et se redressa afin de lui faire ses adieux, car il sentait bien qu'elle allait les quitter à présent. Il resta simplement planté devant elle, à ne pas savoir quoi lui dire. Et comme il aurait dû s'y attendre, elle trouva d'elle même une solution. L'attrapant par le col, elle l'attira vers elle pour lui plaquer un baiser sur les lèvres. Après tout, elle avait pris pour habitude de le saluer ainsi bien avant qu'ils ne deviennent amants... Elle lui adressa un clin d'oeil en le relâchant, puis s'éloigna en direction du quai.

- Alyssa, est-ce que tu peux ramener les chevaux à l'écurie?

- Je ne vais pas rendre ma jument, ça me fera une monture de qualité toute trouvée quand je serais à terre.

Elle avait dit ça avec un sourire espiègle, et il leva les yeux au ciel. Après tout, lui aussi procédait comme cela, auparavant. En général, il ne rendait le cheval que s'il en avait l'occasion. Sinon, il revendait la bête, ce qui était tout bénéfice pour lui. Il lança un petit regard au beau gris, qu'il aurait volontiers gardé pour son usage. Mais à quoi bon, sur un navire?

- Dans ce cas, ça te gêne de ramener les deux autres?

- Pas de souci, compte sur moi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Ven 1 Juil - 23:33

Après un trajet qui fut nettement plus court que le premier, comme ils n'avaient cette fois pas à s'arrêter pour trouver leur chemin ou guetter des indices sur les toits, ils arrivèrent au port, où Shakra descendit prudemment de son alezan, tenant fermement Noah contre elle, avant d'attacher sa monture près du gris qu'avait prit Faust pour ensuite monter sur la passerelle menant au SeaHorse. Son retour avec le bébé fut salué par les hourras de ses hommes, qui formaient une masse compacte sur le pont de laquelle émergea Parson, suivi de près par un Black à l'air visiblement soulagé, bien que contrarié. Il devait beaucoup s'en vouloir, mais sa Capitaine ne lui en voudrait pas, il n'aurait rien pu faire contre les Chasseurs.

La Pirate décida de profiter que le médecin s’attèle immédiatement à panser les blessures de Faust pour se rendre à ses quartiers pour changer Noah, qui en avait grand besoin, si bien qu'on avait seulement besoin de narines pour s'en rendre compte. Mais elle n'eut pas le temps d'esquisser un pas vers la cabine que Black venait à sa rencontre, une expression infiniment désolée collée aux traits. Elle regarda Parson installer son compagnon sur un tonneau pour pouvoir le soigner correctement tandis que la foule amassée sur le pont se dispersait peu à peu, puis se tourna vers son second, qui baissa les yeux.


- Je suis vraiment désolé, Shakra, tout est de ma faute, rien ne serait arrivé si...

- Non Black, tu n'es aucunement responsable de ce qui est arrivé. Tu ne pouvais rien faire de plus, ne te bile pas pour ça.

Bien entendu, elle ne pouvait pas entrer dans les détails, car elle avait promis à Faust de ne rien dire à personne concernant sa fonction, or si elle avouait que c'étaient des assassins envoyés par la guilde des Éternels qui avaient enlevé le bébé, il faudrait bien qu'elle explique pourquoi ils étaient là, et, de fait, qu'elle avoue qui était son compagnon. Elle offrit au jeune homme un sourire sincère et lui tapota l'épaule, l'invitant à la suivre dans ses quartiers. Elle aurait sans doute besoin d'aide pour changer Noah, qui était tellement amorphe qu'il ne serait pas du luxe de s'y mettre à deux pour lui maintenir les jambes tout en le nettoyant. Et avec l'aide de son second, ce fut très rapide, et elle prit même le temps d'appliquer à son fils une pommade contre les irritations que lui avait concocté Parson, qui serait certainement bienvenue avec tout ce que le bébé avait accumulé dans ses langes. Cela fait, elle ressortit pour amener le petit garçon au médecin, que Faust avait apparemment prévenu pour la drogue, car ses manipulations étaient déjà ciblées.

- Bien, je vais l'emmener dans mon office quelques minutes pour vérifier qu'il n'a vraiment rien d'autre. Pendant qu'ils l'ont trimballé avec eux, il a certainement été secoué, et je veux m'assurer que tout va bien.

Shakra acquiesça et tendit Noah au médecin, qui se dirigea comme convenu vers ses quartiers. Elle le regarda partir avec une pointe d'inquiétude. Il n'avait pas l'air d'avoir de blessures, mais la drogue pouvait fausser la donne. La jeune femme se frotta les yeux qui commençaient à lui piquer. Elle était complètement épuisée, et n'aspirait qu'à une chose : se glisser sous les draps avec ses deux hommes, pour dormir d'un profond sommeil jusqu'à être totalement reposée.

Son regard obliqua vers l’Éternel, qui faisait face à Alyssa, que son équipage n'avait apparemment toujours pas remarqué. Elle haussa les épaules, puis se raidit en voyant la blonde saisir son ancien camarade par le col pour l'embrasser. Rien de particulièrement entreprenant, une simple bise sur les lèvres, mais c'en était déjà bien assez pour mettre la Pirate hors d'elle, surtout après autant d'émotions, et d'autant plus que ça n'avait pas l'air de gêner son compagnon plus que ça. D'un pas vif, elle se dirigea vers les deux Éternels, regrettant d'avoir laissé son bâton à son second, car elle s'en serait bien servi pour déboîter la tête de la princesse des blondasses, et sans doute des chaudasses, également, à la façon qu'elle avait de dévorer Faust du regard depuis qu'ils s'étaient rencontrés quelques heures plus tôt. Ce dernier venait de demander à son "amie" de ramener les chevaux, ce qui donnait une raison de plus à Shakra d'être désagréable, puisqu'elle comptait garder le sien.


- Hé, reste-là toi.

Son ton était sec et glacial comme la toundra en hiver, et elle ne comptait pas en changer. Alyssa fit volte-face avec un sourire innocent et charmeur, qui avait du faire tourner la tête à nombre d'hommes, mais pas de chance pour elle, Shakra était une femme, et une femme qui n'appréciait guère que l'on touche à ce qui lui appartenait, surtout quand il s'agissait de la personne qu'elle aimait plus que tout au monde. Ne jugeant pas utile de lui faire remarquer que son geste envers Faust était déplacé, d'autant plus qu'elle ne s'était pas gênée pour faire cela en présence de sa compagne légitime, elle se contenta de saisir une bourse bien garnie à sa ceinture et de la jeter sèchement dans les mains de l’Éternelle.

- Je vais garder mon cheval. Tu n'as qu'à laisser ça dans son box, il y a là de quoi permettre au gérant de racheter une bonne monture qu'il pourra faire louer, ainsi qu'un harnachement complet.

- Garder une telle carne ? Soit, si c'est ce que tu veux...

Les deux femmes restèrent un instant à se fixer en silence. Dans les yeux bleus limpides de l’Éternelle, Shakra lisait une fierté conquérante, ainsi que toute la supériorité que la blonde ressentait vis-à-vis de la Pirate, et cela donna grandement à cette dernière l'envie d'étrangler sa rivale. Car elle voyait aussi très bien qu'elle éprouvait quelque chose pour Faust, et si ce n'était pas de l'amour, du désir, au moins. Prenant énormément sur elle, et tachant de penser que, sans elle, ils n'auraient jamais pu récupérer Noah, la Capitaine parvint à garder un certain contrôle d'elle-même, et se contenta de héler deux de ses hommes qui rêvassaient, sans détourner le regard.

- Hé bien, merci de ton aide, en tout cas. Au revoir.

Alyssa répondit par un simple sourire, et descendit du navire pour prendre sa jument par les rênes, prenant le chemin de l'écurie. Ses hommes parvenus à elle, Shakra ordonna à l'un de préparer une stalle, à l'autre de l'aider à faire monter son nouvel ami sur le navire. Le petit cheval rechigna un peu, intimidé par l'environnement nouveau et le tangage léger du bâtiment, mais à force d'encouragements de la Pirate, il se laissa finalement guider jusqu'aux étables où l'on gardait les bêtes imposantes, telles que les vaches à lait. Le petit Sheep débarrassé de son harnachement et confortablement installé, la jeune femme revint sur le pont pour voir que Parson venait de rendre Noah à son père, et elle vint à leur rencontre pour prendre des nouvelles.

- Il n'a rien, apparemment, mais il faudra le surveiller dans les jours à venir. Je lui ai donné une décoction à base de plantes qui devrait aider son organisme à évacuer la drogue, mais pour un bébé de cet âge, il faudra sans nul doute attendre demain pour qu'il revienne complètement à lui. Si vous pouviez essayer de lui donner la tétée, également, ça l'aiderait beaucoup, il doit avoir très faim.

- Entendu, merci beaucoup Parson.

- Et n'oubliez pas de dormir, surtout, vous en avez besoin tous les trois.

La Pirate sourit et fit oui de la tête, avant de se tourner vers Faust, qu'elle foudroya du regard. D'un signe de tête, elle l'invita à le suivre dans leurs quartiers. En effet, ils allaient dormir, mais pas avant d'avoir eu une petite discussion. Si cette pimbêche de blondasse perverse espérait le mettre, ou le remettre dans son lit, qui sait, après tout ils avaient peut-être déjà couché ensemble, elle s'enfonçait le doigt dans l’œil jusqu'au coude. Shakra n'était peut-être pas une Éternelle, mais elle saurait lui faire comprendre, si besoin était, qu'on ne pénétrait pas impunément sur son territoire. Une fois la petite famille réunie dans la cabine, elle verrouilla la porte derrière eux et alla s'asseoir sur le lit pour donner tant bien que mal le sein à Noah, sans accorder un seul regard à Faust.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Sam 2 Juil - 10:34

Faust regarda d'un air perplexe les hommes de Shakra faire monter le petit alezan à bord. Il avait vu la façon glaciale dont elle s'était comportée avec Alyssa, et cela lui avait mis la puce à l'oreille. Tout en se demandant ce qu'elle comptait bien faire avec un cheval à bord d'un navire, il lui emboîta le pas quand elle lui fit signe de le suivre dans la cabine, tenant toujours Noah contre elle. Quand ils furent à l'intérieur, elle verrouilla la porte et alla s'asseoir sur le bord du lit pour tenter de donner le sein au bébé, enfermée dans un silence boudeur.

Le jeune homme se passa les doigts dans les cheveux, et alla retirer ses vêtements qui avaient bien souffert. Son haut était taché de sang, là où il avait été blessé. Il allait devoir nettoyer et raccommoder tout ça. Il alla jusqu'à la cuvette dans laquelle il versa de l'eau claire, et il entreprit de faire sa toilette. Il se sentit un peu mieux une fois propre, et il alla enfiler ses vêtements de nuit, se sentant extrêmement las. Dehors, il entendait Black beugler des ordres aux hommes: par précautions, ils allaient lever l'ancre, cap au large, avant de se retrouver avec d'autres assassins embusqués sur le navire.

Quand il alla s'asseoir de son côté du lit, Umbre jaillit mystérieusement d'en dessous de celui-ci. Il bondit souplement sur les jambes de son maître en ronronnant de façon prononcée, se frottant contre lui tout en se laissant caresser. Ces ronronnements apaisèrent un peu l'Eternel. Il leva les yeux vers sa compagne qui n'avait toujours pas prononcé un mot, et qui ne lui accordait pas un regard. Noah tétait maladroitement, s'en mettant partout. Du lait lui coulait au coin des lèvres et sur le menton, et il s'étouffait plus qu'autre chose quand il essayait de déglutir. La drogue devait encore avoir un effet trop fort sur lui...


" Pourquoi est-ce que tu fais la tête? A cause d'Alyssa?


Il se doutait qu'elle avait probablement vu le baiser que l'Eternelle lui avait donné, et poussa un petit soupir. Il aurait préféré ne pas avoir à s'expliquer là dessus, surtout que cela ne voulait rien dire. C'était une marque d'affection qu'ils avaient presque toujours eue entre eux, si ce n'est que cela faisait longtemps qu'elle ne l'en avait pas gratifié. Elle lui avait fait la tête un certain temps, une fois qu'il avait mis fin à leur liaison...

- Ca ne voulait rien dire, ce baiser. C'était une simple bise sur les lèvres, en guise d'adieu.

Il guetta une réaction tout en grattant le crâne de son chat du bout des doigts. Ce dernier s'était roulé en boule sur ses cuisses tout en continuant à ronronner intensivement. Faust le repoussa doucement au bout d'un moment, et vint s'installer derrière Shakra, son torse contre son dos. Il lui passa doucement les bras autour du ventre, dans une douce étreinte pleine de tendresse. Il posa son menton sur son épaule, et repoussa ses cheveux de l'autre côté pour dégager son cou.

- Je n'ai même pas eu le temps de réagir tellement j'ai été surpris. Elle... Ca fait des années qu'elle ne m'a pas salué ainsi. Depuis que j'ai rompu notre liaison.

Il soupira, songeant qu'il allait devoir lui expliquer toute la situation s'il voulait qu'elle comprenne bien. Son regard se posa sur le bébé, qui avait refermé les yeux, de toute évidence épuisé. Dormir ne pourrait lui faire que du bien, surtout maintenant qu'il était en sécurité. Son père ne laisserait plus jamais personne toucher à un seul de ses cheveux. Il effleura doucement la tignasse de jais qui recouvrait le crâne du nourrisson, puis il s'expliqua.

- Tu m'as demandé l'autre fois si je me serais engagé en tant que père si j'avais eu un enfant d'une autre femme. Ca a failli arriver. Quand j'étais encore dans la guilde, j'avais de nombreuses conquêtes là bas. Juste des histoires d'une nuit. Nous étions tous libres de nous donner à qui bon nous semblait, pour aussi longtemps qu'on le souhaitait. Seul l'amour était découragé par les dirigeants, pour éviter des complications... Alyssa et moi avons été amants pendant près de deux ans. C'était une vraie tigresse au lit, ce qui était assez contraire à mes habitudes. Mais c'est peut-être ce qui me plaisait chez elle... Enfin bref, sans aller jusqu'à l'amour, nous avions une vraie affection l'un pour l'autre. Mais un jour, il s'est avéré qu'elle attendait un enfant de moi. Or, c'était bien la dernière chose que notre ordre tolérait. Une femme enceinte cesse d'accomplir ses missions pendant sa grossesse, et il y a tout un entraînement à refaire par la suite... Bref, cela aurait été l'exclusion pour nous deux. Et elle ne voulait pas ça, elle était encore plus loyale à la guilde que moi. Elle a donc avorté avant même de me dire qu'elle était enceinte. Quand je l'ai appris... je l'ai très mal pris, et j'ai mis fin à notre relation. Elle m'en a longtemps voulu, c'est aussi pour ça que j'ai été surpris de la voir ici, dans de si bonnes dispositions à mon égard. Peut-être que le temps a guéri ses blessures...

Il s'interrompit, ayant dévoilé toute l'histoire. Timidement, il effleura la joue de sa compagne du bout des doigts, dans une légère caresse, puis il lui déposa un tendre baiser dans le cou. Il avait déjà tellement de choses qui le préoccupaient en cet instant qu'il n'avait pas envie de se fâcher avec elle par-dessus le marché. Il caressa doucement son ventre de la main qu'il avait gardée dessus.

- Mon amour, tu n'as pas à t'en faire. Jamais je ne retournerai vers Alyssa, tu as ma parole. Je n'ai jamais ressenti pour elle ce que je ressens pour toi. Arrête de faire la tête, s'il-te-plaît. Tu sais que je t'aime plus que tout au monde, non?

Il ponctua cette déclaration par un léger baiser au coin de ses lèvres, après quoi il l'embrassa à nouveau dans le cou, très tendre. Il ferma les yeux pour retrouver son calme. S'il continuait comme ça, malgré ses préoccupations et son état de fatigue et de lassitude, son corps allait encore décider qu'il était parfaitement apte à passer le temps autrement qu'en dormant. Il retrouva finalement un état de plénitude relative, et rouvrit les yeux.

- Est-ce que tu pourrais juste m'expliquer ce que tu as l'intention de faire avec ce cheval? Sur un bateau, j'ai un peu de mal à comprendre l'utilité..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Dim 3 Juil - 0:04

Shakra garda le silence tout le temps que Faust mis à se laver et passer son vêtement de nuit, de toute façon trop occupée à faire en sorte que Noah ne s'étouffe pas en tétant, et à essuyer les joues et le menton de celui-ci qui ruisselaient du lait qu'il n'arrivait pas à garder dans la bouche. Elle guettait néanmoins le moment où l’Éternel viendrait lui faire son numéro du petit chien battu qui ne comprend pas pourquoi on lui refuse une caresse. Elle voulait bien qu'il soit assez maladroit, mais elle n'était pas d'humeur à passer l'éponge avec la bouche en cœur, ce jour-là.

Noah commençait à doucement s'endormir quand Faust vint s'installer à côté de la Pirate, bien vite rejoint par Umbre qui, comme toujours, avait surgit de nulle part, et qui alla se frotter contre les jambes de son maître en ronronnant bruyamment. Le petit manège charmeur du matou rappelait en tous points Alyssa, qui savait sans nul doute obtenir ce qu'elle voulait des hommes en les gratifiant de son regard le plus intense et le plus langoureux, et en ronronnant, à sa manière, se déhanchant autour d'eux. La jeune femme gronda intérieurement, et tâcha de retrouver son calme pour ne pas stresser Noah, qui avait plus que tout besoin de récupérer. Finalement, l’Éternel brisa le silence d'une voix prudente.


- Pourquoi est-ce que tu fais la tête? A cause d'Alyssa ?

La Capitaine avait grandement envie de répondre "non, je fais la tête parce que je trouvais la chemise de Parson particulièrement affreuse aujourd'hui", mais elle ne trouvait plus la force pour les plaisanteries amères. Tout ce qu'elle voulait, au fond, c'était que Faust la prenne dans ses bras, mais elle ne pourrait pas le lui demander ouvertement tant qu'elle ne saurait pas ce qu'il en était avec la grande blonde, question de fierté.

- Ça ne voulait rien dire, ce baiser. C'était une simple bise sur les lèvres, en guise d'adieu.

Shakra émit un son méprisant tout en écartant délicatement Noah de son sein. Ça ne voulait peut-être rien dire pour lui, mais il n'avait pas l'air de mesurer tout ce que sa personne représentait pour la Pirate. Peut-être était-ce une habitude qu'ils avaient pris dans la guilde, mais Faust n'en faisait plus partie à présent, et dans le monde de la Pirate, on n'embrassait que la femme que l'on aimait, et rien qu'elle, pas ses amies les plus proches, ni un peu plus éloignées... Elle prit son bébé contre elle pour essayer de lui faire faire son rot, qui fut timide et renvoya un peu plus de lait qu'à l'accoutumée, mais le petit était assuré d'un sommeil paisible, à présent. Elle le recala dans le creux de son bras pour le bercer, ne se rendant compte que son compagnon avait écarté Umbre de ses cuisses pour venir l'enlacer qu'au moment où il passa les bras autour de son ventre, le menton sur son épaule de laquelle il avait écarté sa tignasse noire.

- Je n'ai même pas eu le temps de réagir tellement j'ai été surpris. Elle... Ça fait des années qu'elle ne m'a pas salué ainsi. Depuis que j'ai rompu notre liaison.

- Donc, vous avez bien eu une liaison. Tu n'aurais pas eu besoin de t'en cacher bien longtemps, c'est évident quand on voit comment elle te regarde...

Elle sentit l’Éternel soupirer contre sa peau, puis le regarda passer très délicatement sa main sur la tête fragile de leur bébé, guettant une réponse de sa part. Du coin de l’œil, elle remarqua qu'il avait l'expression des grandes révélations. Avec la nuit qu'elle venait de passer, elle n'était plus vraiment à ça près... Savourant malgré tout les cajoleries de Faust, dont elle avait bien besoin, elle poussa un long soupir et baissa les épaules qu'elle avait jusque là très tendues, prête à entendre ce qu'il avait à lui dire concernant sa relation avec Alyssa.

Elle resta muette lorsqu'il eut terminé son récit. Ainsi donc, elle avait été enceinte de lui, et elle avait avorté, ce qui avait conduit son amant à la quitter. Elle comprenait un peu mieux les manières un peu trop conciliantes d'Alyssa envers l’Éternel à présent : elle cherchait à se racheter. Shakra doutait fort que Faust lui pardonne un tel acte. Si elle lui en avait parlé avant, à la rigueur, il aurait pu comprendre, mais c'était certainement le fait qu'elle aie agit sans le consulter qui l'avait blessé. Elle remarqua à peine que Faust continuait de la câliner, et retrouva ses esprits seulement quand il lui déposa un baiser dans le cou.


- Mon amour, tu n'as pas à t'en faire. Jamais je ne retournerai vers Alyssa, tu as ma parole. Je n'ai jamais ressenti pour elle ce que je ressens pour toi. Arrête de faire la tête, s'il-te-plaît. Tu sais que je t'aime plus que tout au monde, non ?

Puis il vint embrasser la Pirate au coin des lèvres, puis au creux de son cou à nouveau. C'était bien beau, tous ces mots, mais si lui ne comptait pas retourner avec l’Éternelle, en ce qui concernait cette dernière, il était plus qu'évident qu'elle sauterait sur la première occasion pour tenter de le récupérer, ce qui donna froid dans le dos à Shakra. Il l'avait lui-même dit, c'était une vraie tigresse. Doucement, la jeune mère se dégagea de l'étreinte de Faust et lui donna le bébé pour aller faire sa toilette à son tour, après qu'il lui ai demandé ce qu'elle comptait faire du cheval qu'elle avait finalement pris à bord.

- Je compte amener le cheval chez mon oncle, à Agadya. Je pense que regagner le continent un moment ne peux pas me faire de mal, je suis vraiment épuisée, ces derniers temps...

Elle alla saisir sa chemise de nuit, posée sur le tabouret assigné à sa coiffeuse, se regardant brièvement dans le miroir. Son visage, marqué par la fatigue et l'inquiétude qui l'avaient rongée pendant la nuit, lui provoqua un pincement au cœur. Elle tourna le dos au miroir pour fuir son reflet, et se déshabilla pour se laver rapidement, d'humeur sombre. Au bout d'un moment, elle remarqua Faust qui la regardait faire, rêveur, et sentit des larmes remonter jusqu'à ses yeux une nouvelle fois.

- Tu sais, je comprendrais que tu préfères Alyssa... Elle est magnifique, elle a un style de combat bien plus sophistiqué que le mien, elle ne parle pas comme une poissonnière et qui plus est, elle doit être infiniment meilleure que moi au lit... Comment je peux rivaliser face à elle ? Je me demande ce que tu me trouves, parfois.

A vrai dire, elle avait tout cela sur le cœur depuis un moment, cette impression de ne pas le mériter, et son état de nerfs avait fini par le lui faire avouer. Il avait l'air sincère quand il disait l'aimer, mais dans la situation actuelle, à la suite de cette nuit d'émotions diverses et variées, elle doutait d'elle-même pour de bon. Lasse, elle acheva sa toilette sans hâte, enfila sa chemise de nuit et se détacha simplement les cheveux sans même se les brosser, elle qui passait d'ordinaire beaucoup de temps à les démêler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Dim 3 Juil - 13:36

Quand sa compagne lui apprit qu'elle avait l'intention de faire halte à Agadya pour y laisser le cheval, il songea que ce n'était pas une mauvaise idée. Il pourrait tenter d'y renouer quelques contacts pour l'aider dans sa traque de la vérité. Mais il faudrait être prudents: il ne voulait pas que d'autres assassins leur tombent dessus. Enfin, tout ça, ce serait dans l'optique où il ne les quittait pas avant, pour leur sécurité. Il pourrait toujours les laisser à cette occasion... Son coeur se serra.

- Tu sais, je comprendrais que tu préfères Alyssa... Elle est magnifique, elle a un style de combat bien plus sophistiqué que le mien, elle ne parle pas comme une poissonnière et qui plus est, elle doit être infiniment meilleure que moi au lit... Comment je peux rivaliser face à elle ? Je me demande ce que tu me trouves, parfois.

Il la regarda, interloqué. Alors qu'elle se préparait pour la nuit, sa voix avait tremblé. Il vit également qu'elle avait des larmes dans les yeux. Apparemment, cette affaire l'avait prise à coeur. La voilà qui commençait à se comparer à Alyssa... C'est vrai que cette dernière pouvait passer pour la femme parfaite, mais ce n'était pas d'elle que l'Eternel était amoureux. Il posa délicatement son fils sur l'oreiller de sa mère, confortablement installé et bien calé, en cessant de le bercer.


- Shakra... Tu sais, Alyssa ne m'a pas manqué. A aucun instant. J'ai eu des regrets que notre relation d'amitié et de confiance ait pris fin, et j'ai été assez heureux d'en retrouver quelque chose cette nuit, mais... Ca n'a rien à voir avec le manque que je ressens rien que quand on passe une journée plus ou moins séparés, quand tu diriges le navire et que je m'occupe de Noah. Le soir, j'ai un vrai manque à compenser. J'ai l'impression de ne pas avoir été entier. J'ai besoin de te toucher, de sentir ton odeur, de te câliner et de te dire combien je t'aime...

Il l'attira doucement dans ses bras. Du bout des doigts, il lui caressa la joue, puis les lèvres. La sentir tremblante contre lui lui fit mal au coeur. Il devait à tout prix lui enlever ce genre de doutes de l'esprit. Pour lui, il n'y avait qu'elle au monde. Il lui déposa un baiser sur le ventre, avant de lui prendre la main pour l'amener à ses lèvres et lui embrasser le bout des doigts avec délicatesse. Il l'installa sur ses genoux pour la serrer tout contre son coeur.

- Pour moi, tu es la plus belle femme au monde. Je t'aime telle que tu es, et aucune femme ne pourra jamais te faire de l'ombre. Jamais.

Il ponctua cette phrase par un tendre et langoureux baiser. Il resta longuement à la câliner, même s'il aspirait au repos. En plus d'être fatigante, la nuit avait été agitée et riche en angoisses. A présent endormi, le bébé lâcha une petite exclamation dans son sommeil. Le jeune homme se retourna pour l'observer, et jugea que c'était plutôt bon signe: avec la drogue, il n'avait plus produit le moindre son depuis qu'ils l'avaient récupéré.

- Je ne veux plus jamais qu'il se reproduise ce qui est arrivé ce soir.

Il n'alla pas plus loin, et se tut. Ce n'était absolument pas le moment de parler à Shakra de sa résolution raisonnable mais douloureuse de les quitter tous deux afin qu'ils ne soient plus menacés par sa présence à l'avenir. L'idée de ne plus la revoir, et de ne pas voir son fils grandir l'insupportait, et lui donnait la sensation qu'on lui broyait le coeur. Mais il avait assez songé à son bonheur. S'il voulait se comporter en père et en amant responsable, il devait penser à ce qu'il y avait de mieux pour les êtres qui lui étaient les plus chers. Comme il l'avait fait pour ses frères et soeur auparavant.

- Si on se couchait? Je pense qu'on a tous eu notre dose d'évènements pour aujourd'hui. Tu veux bien?"


Il se dégagea avec douceur, avant d'aller s'étendre dans les draps, à sa place, veillant à ne pas tirer sur sa nouvelle suture qui se trouvait sous un bandage propre. Couché sur le dos, sur l'oreiller de sa mère, le nourrisson était calme, endormi. Son père lui caressa doucement le ventre du bout des doigts, s'émerveillant une fois de plus devant ce petit être innocent mais qui lui ressemblait déjà tellement. Il eut un vague sourire attendri, puis il s'écarta pour laisser de la place à sa compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Lun 4 Juil - 23:08

Finalement rassurée sur les sentiments de Faust à son égard, Shakra finit par s'endormir profondément dans les bras de celui-ci, pouvant enfin aspirer à un repos bien mérité. Elle fut réveillée en fin d'après-midi par une montée de lait qui précéda tout juste des geignements de Noah, qu'ils avaient gardé dans leur lit pour cette fois. Elle se redressa doucement en position assise et donna au bébé ce qu'il réclamait, avec bien plus de succès que précédemment, la drogue s'éliminant progressivement de l'organisme du petit garçon, puis elle se leva ensuite pour le changer rapidement avant de retourner se coucher. Si Faust avait été réveillé par ce remue-ménage, il n'en avait pas montré le moindre signe, ce qui amusa relativement sa compagne, qui ne tarda pas à replonger dans un sommeil sans rêves.

Elle n'en émergea que le lendemain matin, peu après l'aube, quand Noah réclama le sein à nouveau. Le sourire enfin retrouvé après autant d'émotions, la Pirate caressa doucement le visage de Faust qui somnolait encore tout en donnant la tétée à son fils qui, bien qu'encore un peu lent dans ses réactions, était bien plus éveillé qu'après que ses parents l'aient récupéré. Après avoir fait faire son rot au bébé, Shakra se leva pour lui faire une toilette, avant de le poser sur le lit pour se rafraîchir à son tour. Tout en se démêlant les cheveux, elle regarda avec un plaisir non dissimulé Noah qui fixait son père endormi avec insistance, semblant se demander pourquoi il était encore en train de roupiller alors que le jour était levé.

Quand elle eut terminé sa toilette et fut habillée, la jeune femme se pencha sur le lit et embrassa doucement l’Éternel sur l'épaule, puis dans le cou, son geste tendre souligné par une exclamation de Noah, visiblement vexé qu'on lui cache la vision Ô combien divertissante de papa dormeur. Sa mère sourit et écarta les longs cheveux noirs du visage de son amant pour lui déposer un baiser sur la joue.


- J'emmène Noah voir Parson, je reviens tout de suite après, essaie de te réveiller d'ici là...

Elle rit et l'embrassa à nouveau sur la joue avant de prendre Noah dans ses bras pour prendre le chemin de l'office de Parson. Sur le pont, elle croisa Black, qui l'accueillit avec l'air très soulagé. Le sourire de sa Capitaine tendit à le rassurer davantage, et c'est d'un pas enjoué qu'il partit aux cuisines chercher un copieux petit-déjeuner sur les ordres de celle-ci. Car en effet, elle mourrait de faim et supposait que c'était également le cas de Faust. Le second parti, Shakra alla toquer à la porte de Parson, qui lui ouvrit presque aussitôt.

- Oh, bonjour Capitaine. Quelque chose ne va pas avec Noah ?

- Non non, tout a l'air d'aller. Il a prit deux bonnes tétées depuis hier, c'est assez peu par rapport à d'habitude, mais compte tenu de son état avec la drogue...

- Bon, entrez, on va voir ça.

Shakra emboîta le pas à son médecin dans l'office, posant doucement Noah sur la table du chirurgien. Le bébé avait les yeux grands ouverts et scrutait son environnement avec attention malgré la lenteur relative de ses gestes. Une fois les mains lavées, le médecin commença à ausculter Noah, très concentré et appliqué, comme à son habitude.

- Donc, rien de particulier à signaler, Capitaine ?

- Non, il n'y a eu que des améliorations depuis hier. Il doit évacuer la substance petit à petit. Il a dormi et bu, et il y a encore quelques minutes, il commentait avec détermination l'état végétatif de son père.

Un sourire amusé se dessina au coin des lèvres de Parson tandis qu'il testait les réflexes du bébé, qui commençait à s'agiter, implorant sa mère du regard. Cette dernière s'approcha de la table et lui passa délicatement une main sur la tête, sentant glisser jusqu'à son poignet son bracelet en or orné d'un hippocampe que Faust lui avait offert lorsqu'il était revenu à bord du SeaHorse. Elle ramena son bras vers elle et caressa le bijou du bout du doigt avec un soupir, nostalgique du temps où ils n'avaient pas à avoir peur... D'ailleurs, si l’Éternel s'était montré plus que convainquant pour la rassurer la veille, la Pirate avait néanmoins décelé chez lui une certaine inquiétude, comme s'il avait quelque chose à lui dire, mais jugeait que le moment était mal choisi. Elle était tellement éreintée que cela n'avait pas troublé son sommeil, mais à présent qu'elle y repensait, elle espérait que ce n'était pas encore une mauvaise nouvelle...

- Bon, tout à l'air d'aller pour lui. Je vais lui redonner un peu de ma potion pour l'aider à éliminer ce qu'il reste de drogue en lui, et vous pourrez repartir. Il serait bon pour lui de dormir encore, et d'ici demain il devrait pouvoir reprendre ses activités normales.

Comme le breuvage était déjà prêt, cela ne prit qu'une petite minute à le donner au nourrisson, après laquelle la Capitaine put repartir vers ses quartiers, dont deux jeunes mousses sortaient tout juste, déclarant fièrement que le petit-déjeuner était servi. Shakra les remercia cordialement, puis poussa la porte de sa cabine, dans laquelle l'attendait son compagnon enfin réveillé.

- Noah va beaucoup mieux, d'après Parson. Il lui faut seulement du repos.

La jeune femme installa le bébé, qui commençait déjà à piquer du nez, bien confortablement dans le creux de son coude, puis marcha lentement en rond dans la cabine jusqu'à ce qu'il s'endorme, ce qui ne prit que quelques minutes. S'il pouvait seulement s'endormir aussi vite à chaque fois... Mais si cela impliquait de le droguer, elle préférait encore avoir mal à la tête. Elle déposa délicatement son fils endormi dans son berceau, puis vint s'installer à table pour entreprendre de battre un record de vitesse pour vider le plateau sur lequel l'attendait son repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mar 5 Juil - 17:40

Faust s'était endormi comme une masse très rapidement, une fois couché, épuisé par les évènements et par sa nouvelle blessure. En plus de cela, le sommeil lui épargnait d'avoir à se torturer l'esprit avec mille questions. Il dormait si profondément qu'il ne se réveilla même pas durant l'après-midi, quand Noah réclama sa première tétée que sa mère s'empressa de lui donner. Il ne se réveilla vraiment que le lendemain matin, quand le bébé pleura à nouveau pour manger. Il entrouvrit une paupière juste le temps de voir la Pirate s'en occuper, puis il la referma.

Il se sentait encore las dans son corps et dans son esprit, et c'était une sensation désagréable. Il sentit cependant Shakra lui effleurer le visage d'une caresse pendant qu'elle donnait le sein à son fils, mais il ne réagit pas plus que ça, même s'il appréciait le geste qui était fort agréable. Il était encore à moitié endormi, et le monde lui semblait brumeux à tous points de vue. Il frissonna quand elle vint l'embrasser sur l'épaule et dans le cou, sur sa peau nue et tiède. Il l'entendit lui parler alors qu'elle lui écartait des cheveux du visage et lui déposait un baiser sur la joue.


" J'emmène Noah voir Parson, je reviens tout de suite après, essaie de te réveiller d'ici là...

Il lâcha un grommellement indistinct en guise de réponse, juste avant qu'elle ne l'embrasse une dernière fois avant de partir. Ce genre de tendres attentions le rendait à la fois fou de bonheur, et terriblement malheureux. Sans qu'elle le sache, elle accentuait le malaise qu'il ressentait. Il avait l'intention de partir pour leur bien, mais cela lui faisait terriblement mal, et il doutait qu'elle prenne la nouvelle avec le sourire. Mais il allait devoir lui expliquer à quel point c'était nécessaire...

Avec un soupir, il ouvrit les yeux et se les frotta du revers de la main. Il resta étendu sur le dos, un bras en travers du front, à fixer le plafond d'un regard vide de poisson sorti de l'eau. Finalement, il rejeta les couvertures pour se lever, et aller jusqu'à la cuvette dans laquelle il versa de l'eau claire. Il s'en passa un peu sur le visage, avant de faire une toilette plus poussée, et de finir par un rasage de près. Pendant qu'il en finissait, on toqua à la porte des quartiers, et deux mousses entrèrent avec un grand plateau généreusement garni pour le premier repas de la journée.

Ils le saluèrent avant de sortir, et le jeune homme enfila une chemise et un pantalon avant d'aller s'asseoir à table et de jeter un oeil à ce qu'on leur avait apporté. Il y avait encore beaucoup de denrées fraîches et périssables, qu'ils avaient chargé depuis Goruga. Ainsi, il eut le plaisir de trouver une coupe de fruits frais, ainsi qu'un gruau épais. Il y avait aussi des biscuits parfumés à la vanille, du miel, du pain encore chaud et croustillant, de la confiture et du fromage de chèvre frais. Il eut un léger sourire. Il aimait ce genre de moment, quand les cales étaient garnies de produits de qualité, mais qui devaient être mangés rapidement... et qui était réservés au capitaine, à sa famille et à son second. Il venait de mettre la table et de commencer à se servir quand Shakra revint avec Noah dans ses bras, l'air de bonne humeur.


- Noah va beaucoup mieux, d'après Parson. Il lui faut seulement du repos.

- Voilà une excellente nouvelle.

Il sourit et la regarda endormir le nourrisson, avant de le mettre dans son berceau et de s'attabler face à lui pour dévorer littéralement tout ce qu'il avait eu le temps de disposer à son attention. Il la regarda faire un moment avant de manger tranquillement son bol de gruau. Il mourait de faim, maintenant qu'il y faisait attention, et manger ne lui ferait que du bien. Quand il eut fini, il se coupa une belle tranche de pain noir, avant d'y étaler du fromage de chèvre frais. C'était tout simplement délicieux. Sorti de nulle part comme à son habitude, Umbre vint roucouler en se frottant entre ses jambes dans l'espoir de participer au repas.

- J'aime quand les cales sont pleines de bonnes choses à manger. Ca change agréablement du quotidien de la pleine mer.

Il attendit que le plateau soit entièrement vidé, jusqu'au moindre biscuit ou fruit qui s'y trouvait auparavant, avant d'aborder le sujet délicat qui le préoccupait. Il débarrassa la table, confiant les restes à un mousse qui les ramena aux cuisines, puis il alla jusqu'au berceau pour caresser doucement le front de son fils, heureux de le voir à nouveau presque normal. Il mettait du temps à éliminer la drogue, mais ces longues heures de sommeil avaient de toute évidence été bénéfiques au petit.

- Dors bien, bonhomme.

Il sourit à nouveau, puis il se tourna vers sa compagne, l'air plus sérieux. Il ne savait pas vraiment comment aborder tout ça. Il y avait longuement réfléchi, et avait retourné le problème dans son esprit, sans vraiment trouver de solution adéquate. Alors autant ne pas y aller par quatre chemins, même si cela allait être dur pour tous les deux. Il espérait de tout coeur qu'elle allait comprendre, car ce n'était vraiment pas simple pour lui de s'y résoudre, et il ne faisait pas ça contre elle, bien au contraire...

- Shakra... J'ai longuement réfléchi à tout ce qui s'est passé. C'est entièrement de ma faute si on a failli perdre Noah. Donc... Je pense que pour éviter que cela se reproduise à l'avenir, il faut que je vous quitte, une fois qu'on aura atteint le continent. Maintenant que les Chasseurs sont morts, on devrait vous laisser tranquilles, tous les deux, et je n'aurais pas à trembler pour vous. Il ne me restera plus qu'à faire la lumière sur cette affaire. Ca va être terriblement dur, mais c'est ce qu'il y a de mieux à faire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mar 5 Juil - 21:28

Le plateau de victuailles vidé de tout son contenu, Shakra se laissa tomber contre le dossier de sa chaise, le ventre plein et le sourire aux lèvres. Certes, ils n'étaient sans doute pas totalement hors de danger, mais après le sort qu'avaient subi les deux ravisseurs de Noah, il y avait fort à parier que leurs ennemis ne réitèreraient pas une attaque immédiatement, ils seraient donc tranquilles un moment. Cela tombait bien, si la Pirate restait avec Noah au manoir familial à Agadya, ils seraient une cible fixe, et donc bien plus faciles à atteindre, même si le lieu était bien gardé. Des Éternels auraient vite fait d'infiltrer les lieux, garde rapprochée ou pas.

La jeune femme leva les yeux vers Faust, qui venait de finir de débarrasser la table et de confier le plateau vide au mousse revenu le chercher, et son air soudain sérieux lui fit froncer les sourcils. Allons bon, y avait-il quelque chose qu'il ne lui avait pas dit ? Un détail sur leurs ennemis, ou sur ses rares alliés ? Elle se redressa sur son siège et interrogea l’Éternel du regard, assez inquiète, jouant avec le bracelet à son poignet.


- Shakra... J'ai longuement réfléchi à tout ce qui s'est passé. C'est entièrement de ma faute si on a failli perdre Noah. Donc... Je pense que pour éviter que cela se reproduise à l'avenir, il faut que je vous quitte, une fois qu'on aura atteint le continent. Maintenant que les Chasseurs sont morts, on devrait vous laisser tranquilles, tous les deux, et je n'aurais pas à trembler pour vous. Il ne me restera plus qu'à faire la lumière sur cette affaire. Ça va être terriblement dur, mais c'est ce qu'il y a de mieux à faire.

- Que tu nous quitte ? Tu veux dire... Même après qu'on aie déposé le cheval, ne pas revenir à bord ?

L'air infiniment triste de Faust et sa non-réponse confirmèrent l'hypothèse de la Pirate, qui se figea. Elle comprenait ses raisons, et ne pouvait pas nier qu'elles étaient justifiées, mais selon elle, ce n'était pas la bonne solution. Au-delà du fait que son absence lui serait insupportable, sans lui, ils ne seraient pas aussi en sécurité qu'il semblait l'imaginer. Pour un temps, peut-être, mais au bout du compte ils chercheraient à éliminer Noah. Et sa mère. Celle-ci tenta de garder son calme malgré le coup de poignard qu'elle venait de recevoir en plein cœur.

- Non, je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux. Si tu pars et qu'ils reviennent à la charge, ça me fait mal au cœur de le dire, mais je suis impuissante, et là, ils nous auront. Et ils reviendront, tôt ou tard, je sais qu'ils ne laissent aucun survivant de l'entourage d'un Éternel paria... La différence entre moi et tes frères et sœurs, c'est qu'eux ne savent pas ce que tu es devenu, alors que moi, je suis directement impliquée.

Doucement, la Pirate se leva et s'avança vers Faust, restant face à lui pour le regarder dans les yeux. Ses beaux yeux bleus dans lesquels elle se perdait si souvent... Elle savait très bien ce qui l'attendait quand elle avait accepté de rester avec lui malgré qu'il soit un Éternel condamné à mort, et elle n'avait plus qu'à assumer ce choix en protégeant son fils malgré tout cela. Mais elle ne renoncerait pas à son compagnon pour autant. La simple perspective de devoir se séparer de lui un moment lorsqu'elle serait à Agadya lui brisait déjà suffisamment le cœur...

- En fait, j'avais pensé rester à Agadya pendant que tu commencerais à œuvrer pour faire la lumière sur cette histoire, comme tu me l'avais dit il y a quelques mois. Ça ne me réjouit pas que tu y ailles sans moi, mais Noah a besoin de sa mère, et je ne peux évidemment pas l'emmener. Mais dans mon plan, tu reviens ensuite...

Shakra baissa les yeux et réprima un sanglot. Face à la perspective de peut-être ne jamais revoir son compagnon, elle perdait peu à peu son calme, et commençait à sentir une forte pression dans sa cage thoracique. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas été dans cet état... Sentant sa respiration se faire de plus en plus fastidieuse et des larmes incontrôlées rouler sur ses joues, elle prit la main de Faust dans la sienne, puis finalement, se laissa tomber contre sa poitrine.

- Et... Si tu pars, tu n'auras plus à trembler pour nous, dis-tu, mais... et moi alors ? Tu crois peut-être que je vais attendre sereinement ton retour ? J'ai vu... j'ai vu qui sont tes ennemis. Tu pourrais bien ne jamais rentrer. Et cette pensée m'est tout simplement insupportable... Je crois que... j'en deviendrais folle... Et si tu ne reviens effectivement pas, quand Noah sera grand... qu'est-ce que je vais lui dire ?

Elle tremblait, à présent. Elle manquait d'air, si bien qu'elle tomba à genoux. Oui, comment pourrait-elle supporter l'idée de peut-être ne jamais le revoir si le simple fait de l'évoquer la mettait dans cet état ? Malgré la douleur qui lui comprimait la cage thoracique, elle releva ses yeux embués de larmes vers l’Éternel, une main agrippée à la chemise de ce dernier, articulant tant bien que mal une dernière supplication.

- Ne... me laisse pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mer 6 Juil - 12:37

" Que tu nous quittes ? Tu veux dire... Même après qu'on aie déposé le cheval, ne pas revenir à bord ?

Faust se mordit la lèvre sans répondre. Il espérait de tout coeur qu'elle allait comprendre ses raisons, mais il lisait au fond de son regard qu'elle avait déjà ressenti ça comme un coup terrible. Néanmoins, pour le moment, elle semblait se maîtriser. Il ne savait pas trop comment se comporter. Evidemment qu'il ne faisait pas ça contre elle... au contraire, il voulait sacrifier le bonheur qu'il avait à vivre avec sa petite famille pour leur assurer une sécurité convenable.

- Non, je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas ce qu'il y a de mieux. Si tu pars et qu'ils reviennent à la charge, ça me fait mal au cœur de le dire, mais je suis impuissante, et là, ils nous auront. Et ils reviendront, tôt ou tard, je sais qu'ils ne laissent aucun survivant de l'entourage d'un Éternel paria... La différence entre moi et tes frères et sœurs, c'est qu'eux ne savent pas ce que tu es devenu, alors que moi, je suis directement impliquée.


Il avait entendu sa voix trembler, mais ce furent ses arguments qui semèrent le trouble en lui. De son point de vue, les Chasseurs tués, il n'y avait plus de témoin pour nuire à sa famille. Les Terres Pirates ne possédaient aucune vascularisation du réseau de la guilde, et il espérait donc que l'information n'avait pas été relayée jusqu'au continent. Espérait... il n'avait aucun moyen d'en être sûr. Auquel cas, sa compagne avait raison. Ils viendraient finir le travail, et s'il n'était pas là pour les protéger, ils seraient condamnés... Elle s'était planté devant lui tandis qu'il réfléchissait, et elle lui expliquait comment elle avait vu la suite des choses une fois qu'ils seraient sur le continent. Il resta plutôt perplexe et indécis...

- Et... Si tu pars, tu n'auras plus à trembler pour nous, dis-tu, mais... et moi alors ? Tu crois peut-être que je vais attendre sereinement ton retour ? J'ai vu... j'ai vu qui sont tes ennemis. Tu pourrais bien ne jamais rentrer. Et cette pensée m'est tout simplement insupportable... Je crois que... j'en deviendrais folle... Et si tu ne reviens effectivement pas, quand Noah sera grand... qu'est-ce que je vais lui dire ?

Shakra avait finalement commencé à pleurer, l'air anéantie et paniquée, et s'était laissée tomber contre sa poitrine en sanglotant tout en continuant à lui parler. Cela acheva de le démolir, et de lui faire perdre ses moyens. Il n'avait pas voulu lui causer tant de peine... Et si elle était dans un tel état à la simple idée d'être séparée de lui, qu'est-ce qu'il adviendrait une fois qu'il serait parti? Serait-elle assez forte pour aller de l'avant, et s'occuper de Noah? Il le pensait, mais il semblait qu'il se trompait au moins en partie...

- Ne... me laisse pas...


Elle était tombée à genoux, agrippant toujours sa chemise d'une main. Elle faisait terriblement peine à voir, et le jeune homme s'en voulut d'être responsable de son état. Il se mordit doucement la lèvre, ne sachant pas trop quoi faire, torturé. Il ne voyait plus comment les empêcher d'être la cible de ceux qui le traquaient lui. Sa seule solution venait d'être balayée par le chagrin et les arguments de sa compagne. La relevant pour la prendre doucement dans ses bras, il céda.

- Je ne t'abandonnerai jamais. Je te le promets, et le jure par tout ce à quoi je tiens. Je veux voir mon fils grandir, et peut-être lui donner un petit frère ou une petite soeur pour lui tenir compagnie à l'avenir... Mais je ne veux pas être la cause de votre malheur.

Il soupira en fermant les yeux, réfléchissant à ce qu'elle lui avait dit. Il pouvait tenter de rencontrer certains de ses anciens amis encore membres de la guilde, quand ils seraient à terre... Voir s'ils prendraient parti pour lui, et peut-être ainsi pouvoir fonder son propre réseau d'information, qui lui serait utile afin de trouver des preuves de son innocence. S'ils avaient foi en lui... Ce serait faisable. Cela prendrait du temps, indéniablement. Mais il serait alors aux côtés des siens afin de les protéger si cela s'avérait nécessaire. Il embrassa doucement la Pirate sur les lèvres.

- Je vais essayer de fonder un réseau d'information qui m'est fidèle, quand nous serons à terre. Et ensuite, je reviendrais. Je te le promets."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakra Longwood
Pirate
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 105
Age RPG : 22 ans
En couple avec : Faust Svartem

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mer 6 Juil - 18:14

Regard baissé, toujours accrochée à la chemise de l’Éternel, Shakra essayait de retrouver un rythme respiratoire normal. Ce qui était difficile, étant donné que presque à chaque fois qu'elle pouvait reprendre une inspiration, elle était secouée par un sanglot. Finalement, elle sentit Faust la saisir doucement pour l'aider à se relever, avant de l'amener contre lui pour la serrer tendrement dans ses bras, ce qui fit d'autant plus couler les larmes de la jeune femme.

- Je ne t'abandonnerai jamais. Je te le promets, et le jure par tout ce à quoi je tiens. Je veux voir mon fils grandir, et peut-être lui donner un petit frère ou une petite soeur pour lui tenir compagnie à l'avenir... Mais je ne veux pas être la cause de votre malheur.

Ne pouvant rien répondre verbalement à cette déclaration, la Pirate passa les bras dans le dos de son compagnon pour le serrer fermement, le visage fourré dans son cou qu'elle inondait de ses pleurs. Voilà une décision qui était raisonnable... Elle savait qu'elle ne vivrait jamais sereinement s'il partait pour une durée indéterminée, la laissant seule sur le navire avec leur enfant. En revanche, si comme elle l'avait imaginé il ne s'absentait qu'un temps lorsqu'ils seraient à Agadya, elle s'inquiéterait pour lui, sans le moindre doute, mais serait déjà plus tranquille sachant qu'il reviendrait aussi vite que possible. Elle releva doucement la tête pour recevoir un doux baiser de Faust sur ses lèvres humides des larmes qui y avaient glissé.

- Je vais essayer de fonder un réseau d'information qui m'est fidèle, quand nous serons à terre. Et ensuite, je reviendrais. Je te le promets.

Shakra acquiesça d'un timide signe de tête. Peu à peu elle parvenait à reprendre son souffle, mais ce n'était pas en restant debout à trembler qu'elle y parviendrait complètement. Doucement, elle se dégagea de l'étreinte de l’Éternel pour aller s'asseoir prudemment au bord du lit, après avoir saisi un passage son gobelet d'eau resté sur la table. Elle posa le récipient sur la table de nuit, attendant que ses spasmes s'atténuent davantage avant de boire, et avisa Faust qui l'avait suivie.

- Je suis désolée... Quand je commence à laisser l'angoisse me submerger, je ne contrôle plus rien...

Elle soupira et but très lentement une gorgée d'eau, prenant bien garde de ne pas l'avaler de travers. Puis, elle laissa doucement tomber sa tête sur Faust, le front appuyé contre le ventre du jeune homme, et ferma les yeux, se concentrant uniquement sur sa respiration. Lentement, mais sûrement, elle put reprendre des inspirations de plus en plus longues, et quand elle sentit qu'elle pouvait prendre des bouffées d'air complètes, elle se redressa et se laissa tomber sur le dos, le regard perdu dans la contemplation du plafond.

- Tu sais, ma réaction te paraît peut-être démesurée, et elle me surprend moi-même, d'ailleurs, il faut dire que c'est la première fois que je ressens ça pour quelqu'un... Mais tu es ce que j'ai de plus cher au monde, avec Noah. Aucun trésor, d'or ou de diamants, n'a plus de valeur à mes yeux que tu n'en as toi. Et si je devais te perdre...

La phrase resta en suspend. Ce n'était pas le moment de penser à cela. Faust ne se laisserait pas tuer si facilement, après tout... La jeune femme s'étira, écartant les bras en croix, repensant à ce que son compagnon venait de lui dire. Parmi ses promesses et ses paroles rassurantes, il avait parlé de donner un petit frère ou une petite sœur à Noah. Pourquoi pas ? Shakra s'était souvent imaginée avec une petite fille aussi curieuse et casse-cou que sa mère... Mais pas tout de suite, de préférence. Ce n'était pas le moment de retomber enceinte, pas avec les Éternels à leurs trousses. De toutes façons, avec tout le stress qu'elle subissait en ce moment, elle doutait fort qu'elle parvienne à porter de nouveau un enfant. De plus, son corps n'était pas encore totalement remis de sa précédente grossesse.

- Pour ce que tu as dit, tout à l'heure... Quand tout sera terminé, j'aimerais vraiment que Noah aie un frère ou une sœur. Enfin, ça ne nous interdit rien entre temps, ne va pas te mettre ça en tête.

Elle avait malgré elle affiché un sourire en coin. Elle qui était tétanisée par les hommes et n'envisageait même pas qu'ils lui effleurent l'épaule, Faust l'avait plutôt bien soignée... Peut-être que ses envies assez fréquentes étaient une façon inconsciente pour elle de rattraper les années durant lesquelles elle avait tellement angoissé et appréhendé ce genre de choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust Svartem
Eternel
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 108
Age RPG : 24
En couple avec : Shakra Longwood

MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   Mer 6 Juil - 22:27

Faust laissa Shakra se dégager de son étreinte pour aller s'asseoir sur le lit avec son gobelet d'eau. S'il lui fallait ça pour se calmer totalement... Il jeta un coup d'oeil au berceau. Sans doute encore épuisé par les évènements, Noah ne s'était même pas réveillé malgré l'agitation et le bruit qu'avaient fait ses parents. Son père effleura doucement quelques petites mèches noires qui barraient son front, puis il passa les doigts dans la tignasse de fins cheveux de jais qui lui couvraient le crâne. Il sourit, attendri de le voir si innocent, et surtout en meilleur état.

" Je suis désolée... Quand je commence à laisser l'angoisse me submerger, je ne contrôle plus rien... Tu sais, ma réaction te paraît peut-être démesurée, et elle me surprend moi-même, d'ailleurs, il faut dire que c'est la première fois que je ressens ça pour quelqu'un... Mais tu es ce que j'ai de plus cher au monde, avec Noah. Aucun trésor, d'or ou de diamants, n'a plus de valeur à mes yeux que tu n'en as toi. Et si je devais te perdre...


Lorsqu'il s'était approché du lit, elle avait appuyé sa tête contre son ventre. Puis, une fois calmée, et la respiration plus profonde et régulière, elle se laissa tomber sur le lit, sur le dos, le regard dans le vague. Le jeune homme comprenait parfaitement son ressenti. Pour lui aussi, sa petite famille était ce qu'il avait de plus cher au monde. Il n'avait jamais aimé avec une telle intensité, et jamais personne ne lui avait été aussi... indispensable. Même pas sa mère.

- Pour ce que tu as dit, tout à l'heure... Quand tout sera terminé, j'aimerais vraiment que Noah aie un frère ou une sœur. Enfin, ça ne nous interdit rien entre temps, ne va pas te mettre ça en tête.

En entendant cela, l'Eternel sourit franchement. Concevoir un enfant lors d'une nuit d'amour lorsqu'ils nourrissaient des sentiments profonds l'un pour l'autre... C'était une perspective qui le réjouissait, et c'était surtout important pour lui. Il adorait son fils, mais quelque part, le fait de le devoir à une nuit d'ivresse et à de l'inconscience pure le gênait. D'un autre côté, même avant sa naissance, il avait été entouré de tout l'amour de ses parents, cela n'avait donc pas d'importance. Restait que pour lui, c'était important de faire un nouvel enfant dans de bonnes conditions.

Il vint se mettre à quatre pattes au dessus de Shakra, avec un sourire malicieux aux lèvres. Il enchaîna quelques baisers sur sa bouche et sa peau, avant de finir par un dernier sur sa poitrine. S'il s'écoutait, il aurait pu faire des folies sur le champ. Mais ce n'était pas le moment: elle avait un navire à mener. Il lui mordilla la peau du cou avec un grognement taquin, puis il rit et s'assit à côté d'elle.


- Je suis content de te l'entendre dire. Quand le petit aura grandi, je pense qu'on pourra songer à lui donner un peu de compagnie. Et pour ce qui est de l'abstinence... J'aurais pu te sauter dessus hier soir, je crois, même dans notre état. Alors ne t'en fais surtout pas pour ça.

Il vint à nouveau se mettre au-dessus d'elle, simplement pour la câliner gentiment. En cet instant, ses soucis s'étaient volatilisés. Et cela faisait un bien fou. Tout ce qu'il sentait encore c'était l'amour brûlant qu'il avait pour la jeune femme, et à quel point cela lui enflammait la poitrine. Il allait devoir faire de son mieux pour protéger ce qui lui était cher. Maintenant, il allait cesser d'être la proie, et prendre les choses en main. D'autant que les récents évènements l'avaient incité à faire preuve d'une prudence accrue...

- Et puis, j'ai toujours eu envie de passer une petite nuit en amoureux dans la vigie..."

Il rit et la mordilla à nouveau dans le cou, avant de rouler sur le côté pour la libérer. Il se passa une main dans les cheveux en se relevant du lit, afin d'y mettre un peu d'ordre. Après quoi, il récupéra un ruban sur la coiffeuse et se noua les cheveux en queue de cheval. Il allait rendre visite à Parson pour qu'il jette un oeil à l'état de sa blessure, et qu'il lui fasse un nouveau pansement. Pendant ce temps, Shakra aurait tout son temps pour vaquer à ses occupations de capitaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premiers ennuis [Privé Shakra Longwood]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premiers corégones
» Gestion de bassins privé
» rivière privée
» Messages privés
» VD : projet 72v vos avis (config voie privée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Terres Pirates :: Goruga-
Sauter vers: