Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 10 Sep - 0:51

[ Arrow Début du RP ici]



Lorsque Lou s'éveilla péniblement, se sentant faible et pâteuse, elle ne savait pas combien de temps s'était écoulé. Elle se demanda d'abord, à mesure que ses pensées lui revenaient, si elle n'était pas finalement parvenue dans l'au-delà. Mais elle aurait été en droit d'espérer recouvrer la vue dans ce cas, non? Or, elle était toujours dans ces éternelles ténèbres. Elle pouvait en déduire qu'elle était en vie. La moindre parcelle de son corps la faisait souffrir comme jamais, surtout son bras gauche, son flanc, et son entrejambe. C'était sans doute une preuve supplémentaire qu'elle s'en était tirée.

Mais comment? Tout ce dont elle se rappelait, c'était l'agression, puis d'avoir été jetée comme un sac dans le fossé. Le froid, la neige, le sang, la douleur. Puis plus rien. Jusqu'à son réveil il y a un instant. Lentement, elle tâtonna autour d'elle de ses doigts gourds. Le moindre de ses membres lui semblait de plomb tant il lui était difficile de remuer. Elle sentit des draps, et un édredon léger et mou, bourré de plumes d'oie, alors qu'elle sondait son environnement. Elle avait bien chaud, et était couchée dans un lit, c'était certain. Mais pas le sien. Ce matelas-ci était à la fois dur et moelleux, confortable. Et elle n'avait pas d'édredon. Elle se servait de peaux de bêtes pour maintenir le chaud dans ses draps.

Cela la paniqua un peu, que de se savoir en terrain inconnu, totalement impuissante. En voulant bouger le bras gauche, elle émit un petit gémissement étranglé quand la douleur la transperça comme une flèche. Elle renonça à la manoeuvre. Cassé, sans nul doute. Elle explora précautionneusement son corps à l'aide de sa main valide, et il s'avéra qu'elle avait la poitrine bandée. Se rajoutait à ça qu'elle portait ce qui semblait être une robe de nuit, et qu'elle avait également emplâtres, onguents et baumes sur elle. On ne lui voulait sans doute pas de mal, si on l'avait soignée... Les odeurs fortes des plantes utilisées lui sautèrent aux narines quand elle souleva légèrement la couverture.

Tendant l'oreille, elle distingua le crépitement puissant d'un bon feu autrement plus vivace que celui qu'elle entretenait chez elle. Ca, et puis le bruit ténu d'une respiration toute proche. Elle tâtonna encore, puis finit par toucher autre chose sur les draps, là où ils se faisaient le plus lourds. Des cheveux, puis une tête. Quelqu'un qui s'était assoupi sur le bord du lit, peut-être en la... veillant? Resta qu'après ce qu'elle avait enduré, elle poussa un petit cri de surprise et de peur.

Elle entendit la personne se trouvant là se redresser en sursaut, alors qu'elle s'était écartée. Penaude et ne sachant pas trop quoi dire ou faire, elle resta muette l'espace d'un instant. Il lui semblait que parler serait d'une incomparable difficulté. On aurait dit qu'elle n'avait pas utilisé ses cordes vocales depuis des siècles, et c'était vraiment l'effet que ça lui faisait. Elle toussa un peu, frissonna, puis finit par parler d'une voix un peu éraillée.

" Qui est là? Où suis-je?"

C'étaient là des questions essentielles pour elle. Les autres viendraient sans doute après si l'occasion s'y prêtait. Restait qu'elle avait été déracinée, qu'elle avait perdu tous ses repères, et qu'ainsi elle se sentait totalement nue, vulnérable, exposée. En dehors des limites qui lui étaient familières, elle avait les plus grandes peines du monde à s'en sortir. Et là, elle ne savait pas du tout où elle se trouvait. Même si elle pensait pouvoir dire sans la moindre erreur possible qu'elle était à l'intérieur d'un bâtiment...

Ses yeux aveugles fouillèrent la pièce autour d'elle, apeurés, pour finalement tenter de fixer l'endroit où se trouvait l'inconnu. Elle tâtonna encore un peu sur les bords du lit pour trouver son bâton. Il n'était pas là où elle le posait toujours, ce qui la troubla beaucoup. Sans son bâton... elle était encore plus handicapée qu'avec. Et même si pour l'heure elle ne savait même pas si elle parviendrait à s'asseoir au lieu de rester allongée, c'était une perspective angoissante que de se savoir piégée. Son estomac émit un long et puissant grondement de protestation en se contractant violemment, presque à lui faire mal, tant elle avait faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Dim 11 Sep - 1:07

Damian rentra dans ses appartements vers six heures du soir, après avoir ramené le traîneau au vieillard du village qui le lui avait prêté pour conduire Lou au château d'urgence, trois jours auparavant. Cela lui avait fait prendre un peu l'air, même s'il n'avait pas réussi à se défaire de son inquiétude. La jeune femme avait été prise en charge immédiatement par les guérisseurs, qui avaient sommé le Métamage de patienter dans la petite salle d'attente tandis qu'ils la soignaient. Au bout de trois heures qui lui avaient parues interminables, une guérisseuse était enfin sortie de la pièce où ils avaient soigné la jeune aveugle.

- On peut dire qu'elle a eu énormément de chance. Si vous l'aviez trouvé cinq minutes plus tard, elle était perdue. La plupart de ses blessures sont superficielles, mais c'est leur nombre qui est embêtant. Elle a un bras et une côte cassée, sans parler de... Enfin, vous voyez de quoi je parle. Nous l'avons réchauffée également, avec grand mal, tant elle était gelée. Elle est tirée d'affaire, mais avec tout le sang qu'elle a perdu, elle risque de rester inconsciente quelques jours.

Entendant cela, le jeune homme lui avait fait part de son souhait de passer un certain temps à l'office à la veiller, ce qui n'était pas vraiment du goût des médecins, qui préféraient disposer de place pour s'occuper d'autres malades et blessés, et n'avaient pas vraiment besoin d'un étalon stressé tournant en rond et s'agitant au risque de se blesser lui-même. Il fallait dire que Damian ne leur était pas inconnu, pour le bon nombre d'accidents qu'il avait provoqué, causant quelques dégâts à la fois matériels et physiques... Ils lui suggérèrent donc d'installer la jeune femme dans ses appartements afin qu'il puisse rester auprès d'elle autant qu'il le voudrait, moyennant le passage de l'un d'eux au moins une fois dans la journée pour s'assurer que tout allait bien. Ainsi, Lou avait été prudemment déplacée jusqu'à la chambre du Métamage, et était endormie dans le lit de ce dernier depuis trois journées.

Damian referma la porte derrière lui et se délesta de sa cape, qu'il posa sur le dossier de la chaise associée à son bureau. Cette cape-ci, un peu usée, était une de ses anciennes capes de voyage qu'il avait gardé en cas de besoin. Celle qu'il portait habituellement était tachée de sang, et avait été envoyée à laver, ainsi que la chemise qu'il portait ce fameux jour. Il regarda Lou, toujours profondément endormie. Ses blessures au visage étaient refermées, mais demeuraient bien visibles et assez impressionnantes.

Après une toilette rapide, il descendit dîner, bien qu'il n'aie pas vraiment faim. La culpabilité le rongeait, malgré les tentatives désespérées de Jake pour le convaincre qu'il n'y était pour rien, et malgré ses plaisanteries vaseuses visant à remonter le moral de son ami pie. Le voir dans cet état l'inquiétait au plus haut point, lui qui était d'habitude détaché de tout et désabusé s'en faisait à présent vraiment pour quelqu'un. Voilà qui était assez inattendu...


- Je maintiens que je crois que tu finiras par l'épouser...

Damian s'était contenté de donner un coup de poing dans l'épaule de son ami avec un sourire nerveux, puis de mordre avec autorité dans sa miche de pain, qu'il termina en quelques bouchées avant de quitter la table pour retourner dans ses appartements, sans daigner lâcher un seul mot. Là-bas, il trouva une jeune assistante guérisseuse qui venait d'achever de changer les bandages de Lou, et qui s'éclipsa après avoir débarbouillé la jeune femme et souhaité timidement une bonne soirée au Métamage. Celui-ci savait bien qu'elle avait un faible pour lui, et ce depuis quelques mois, mais n'avait jamais su comment l'aborder. Et, de toutes façons, elle ne l'intéressait pas plus que ça, et il doutait fortement qu'ils aient grand chose en commun...

Sur ces réflexions, il s'étira et s'agenouilla au pied de son lit, calant son menton sur ses bras croisés, se perdant dans la contemplation des traits délicats de la paysanne. Elle avait l'air si paisible, dans son profond sommeil... N'ayant lui-même pas réussi à faire de nuit complète depuis qu'il l'avait retrouvée mourante, il se sentit soudain piquer du nez, et, finalement, bercé par la respiration régulière de sa protégée, il finit par lui-même se laisser gagner par la fatigue, et s'endormit en moins d'une minute.

Il fut tiré brutalement de son sommeil par quelque chose qui lui tâtait la tête. Encore a moitié endormi, il se redressa d'un bond, sentant par la même occasion son cœur lui remonter jusqu'à la gorge. Reprenant ses esprits, il se frotta les yeux et réalisa que Lou avait les yeux ouverts, et tâtonnait le lit, visiblement déboussolée. Il soupira de soulagement, et décolla quelques mèches de cheveux de sa joue, sur lesquels il s'était endormi. La jeune femme voulait parler et semblait éprouver des difficultés à remettre en marche ses cordes vocales, mais finit par s'exprimer d'une voix rauque et engourdie.


- Qui est là ? Où suis-je ?

- N'ayez crainte Lou, c'est moi, Damian. Je vous ai trouvée mourante dans le fossé près de la rivière, et je vous ai ramené à Lytsoul pour qu'on vous soigne d'urgence. Vous êtes tirée d'affaire maintenant, ne vous en faites pas. Nous sommes dans mes appartements, j'ai veillé sur vous en attendant que vous vous réveilliez... Ça fait trois jours, maintenant.

Le jeune homme s'était assis au bord du lit, et, pour l'assurer de sa présence, lui prit sa main restée immobile là où elle avait tâtonné un instant auparavant, pour chercher son bâton, sans doute. Il avait également entendu son ventre gronder furieusement, ce qui n'était pas tellement étonnant, considérant qu'elle n'avait rien avalé depuis plusieurs jours.

- N'essayez pas de vous lever, ou même de simplement vous asseoir surtout. Je vais chercher un guérisseur et demander à ce qu'on vous apporte quelque chose à manger.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Dim 11 Sep - 12:21

Lou sursauta en sentant une main prendre la sienne, mais c'était une prise très délicate. La personne avait les mains chaudes et douces, et c'était un geste assez agréable finalement. Quand elle entendit s'élever la voix de l'homme, elle se sentit soulagée. C'était Damian, elle n'avait donc rien à craindre. Il était venu la secourir, finalement... Un peu tard cette fois, mais elle n'allait pas s'en plaindre, d'autant qu'elle n'avait gardé aucun souvenir du sauvetage.

" N'ayez crainte Lou, c'est moi, Damian. Je vous ai trouvée mourante dans le fossé près de la rivière, et je vous ai ramenée à Lytsoul pour qu'on vous soigne d'urgence. Vous êtes tirée d'affaire maintenant, ne vous en faites pas. Nous sommes dans mes appartements, j'ai veillé sur vous en attendant que vous vous réveilliez... Ça fait trois jours, maintenant.

Trois jours? Elle avait donc dormi si longtemps? La couturière allait sans doute se demander où elle était passée... Elle espérait qu'elle n'allait pas renoncer à l'employer, sinon de quoi allait-elle vivre? Et puis, elle craignait aussi que les brutes n'aient saccagé son chez elle en la croyant morte. C'était tout ce qui lui restait de son défunt père adoptif, et elle se devait d'en prendre soin. Mais pour l'heure...

- Je suis... au château?!


Elle avait fait des efforts colossaux pour articuler de son mieux. Elle avait la bouche desséchée, et sa langue lui semblait être aussi dure qu'un morceau de cuir bouilli. Elle aurait tant aimé voir, en cet instant... Pour au moins découvrir cet endroit inconnu qui l'avait tant fait rêver. Timidement, elle se risqua à retirer sa main à celle du jeune homme, et à lui effleurer le visage du bout des doigts. Elle voulait essayer de se représenter ce à quoi il ressemblait, au moins autant que c'était possible.

- N'essayez pas de vous lever, ou même de simplement vous asseoir surtout. Je vais chercher un guérisseur et demander à ce qu'on vous apporte quelque chose à manger.

Son estomac approuva avec un grognement sonore. Elle avait tellement faim que ça en devenait douloureux. Et au vu de son état, elle qui n'avait presque plus que la peau sur les os, ce n'était guère étonnant qu'elle se soit aussi facilement brisée sous les coups. Elle poussa un petit gémissement en faisant un faux mouvement. Elle avait mal partout, et plus elle revenait à elle, pire c'était. Lorsqu'il revint, elle tourna son regard aveugle vers lui.

- Qu'est-ce que j'ai?

- Une côte et un bras cassés, de multiples ecchymoses, diverses plaies ouvertes, sans parler de votre intimité qui a été plus que sévèrement blessée. Mais vous êtes en voie de guérison. Il faudra être patiente.

La guérisseuse qui venait de parler vint l'examiner, avec douceur mais fermeté. Quand elle réclama de l'eau, la femme l'aida à en boire un peu. Cela lui fit un bien fou, même si elle manqua de s'étouffer et se mit à tousser et crachoter. Après avoir été examinée partout où c'était nécessaire, on mit son bras en écharpe à la blessée, afin qu'elle ne le bouge pas inutilement tant qu'il était immobilisé pour se ressouder. La consultation finie, un serviteur vint pour lui apporter son repas.

Lorsqu'elle eut le plateau sur les genoux, alors qu'elle était à demi assise, le dos calé contre les coussins, elle prit le soin d'explorer chaque plat, et ce malgré la faim qui la tenaillait. Elle portait assiettes et bols à ses narines pour en humer le contenu, après quoi elle en goûta un peu de chaque du bout des lèvres. Rassurée quant à ce qu'on lui avait servi, elle commença par une soupe de potiron à la crème qui sentait terriblement bon. Même si elle aurait volontiers tout englouti, pour une fois qu'elle avait de quoi se remplir l'estomac, elle se força à la lenteur afin de savourer au maximum.

Après la soupe qui la réchauffa agréablement, elle eut droit à des morceaux de cochon de lait rôtis au miel et au thym, accompagnés d'une poêlée de champignons frais à l'ail et au persil. Elle n'avait jamais rien mangé d'aussi bon de toute sa vie, même pas chez les aubergistes. Et le simple fait de consommer de la viande était le summum du luxe, pour elle qui pouvait se permettre de temps à autres la folie d'acheter quelques oeufs.

Quand elle eut fini avec le morceau de fromage du printemps dernier, un peu dur, mais délicieusement parfumé, accompagné de pain croustillant et tiède tout juste sorti du four, puis son dessert, du pain perdu au sucre et à la cannelle, un luxe qu'elle n'avait jamais connu, elle repoussa légèrement son plateau. Elle avait largement fait honneur au repas, et se sentait l'estomac plein à ras bord, ce qui ne lui était jamais arrivé d'aussi loin qu'elle se souvienne. Elle avait pris beaucoup de temps pour manger, mais elle en avait savouré chaque instant.

Elle rougit un peu en pensant qu'elle n'avait même pas réfléchi au fait que Damian pouvait avoir faim lui aussi. Elle s'était comportée comme une goinfre et une égoïste, et la honte la submergea. Elle ne savait plus vraiment où se mettre ni quoi dire, surtout qu'il l'avait sans doute observée tout du long. Elle s'essuya la bouche avec la serviette qu'on lui avait mis à disposition, puis elle détourna la tête, gênée.


- Je suis désolée je... j'ai tout mangé, je ne sais même pas s'il reste quelque chose pour vous...

Restait que maintenant, il lui fallait rentrer au plus vite. Elle avait largement assez abusé de son hospitalité. Surtout qu'elle n'avait rien à faire là. On allait sans doute la trouver indésirable, et elle ne voulait pas être une cause de tracas pour le jeune homme. Cela aurait été bien mal le remercier. Oh, elle savait que dans son état, c'était imprudent de partir, et qu'elle allait souffrir le martyr, mais il fallait qu'elle le fasse.

- Il faut que je rentre chez moi, avant que l'on se demande où je suis passée. Je ne peux pas me permettre de perdre mon travail chez la couturière...

Elle tenta de se redresser en position assise sans être appuyée aux coussins. Cette simple tentative lui coûta un terrible effort, et la laissa un peu tremblante. Elle se sentait encore faible, même si elle était bien mieux avec l'estomac plein, et la douleur l'avait secouée pendant qu'elle bougeait. Elle devait vraiment être dans un sale état. Et sans doute que la prochaine fois, ses bourreaux la tueraient proprement au lieu de lui laisser une infime chance de s'en sortir...


- Encore merci pour tout. Je... je ne sais pas comment je pourrais vous rembourser tout ça un jour."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Dim 11 Sep - 21:32

Damian ne fut pas très long à faire l'aller-retour entre ses appartements et l'office, afin de ne pas laisser Lou seule trop longtemps. Il avait bien remarqué qu'elle était déboussolée, et ne voulait pas prendre le risque que, reprenant ses esprits, elle panique et se blesse davantage. Aussi s'empressa-t-il d'avertir une des guérisseuses du réveil de la jeune femme afin que l'on vienne s'occuper d'elle. En chemin, il du se contenir pour ne pas avancer trop vite et se montrer malpoli, mais s'il s'était écouté, il aurait couru à toutes jambes jusqu'à ses quartiers. Le soulagement de voir Lou réveillée lui avait fait pousser des ailes, plus qu'il aurait pu s'y attendre...

Une fois de retour, il prit place sur un des confortables fauteuils meublant sa chambre, placés près de la cheminée, observant du coin de l’œil les manipulations prudentes de la guérisseuse, et détournant le regard lorsque celles-ci devenaient gênantes. Puis, quand un serviteur apporta le repas que Damian avait demandé aux cuisines juste avant de remonter, il resta assit, à regarder sa protégée manger de bon cœur, en prenant malgré tout son temps pour savourer la moindre miette de son plat. Il fallait dire qu'elle n'était sans doute pas habituée à une nourriture aussi fastueuse et savoureuse... Lui-même, lorsqu'il était arrivé à Lytsoul, avait été particulièrement impressionné par la qualité des repas qu'on leur servait. Finalement, elle s'essuya timidement la bouche avec sa serviette, visiblement gênée, ce qui piqua la curiosité du jeune homme.


- Je suis désolée je... j'ai tout mangé, je ne sais même pas s'il reste quelque chose pour vous...

Damian ne put s'empêcher de rire, même s'il comprenait son embarras. Elle ne devait pas se douter que chacun pouvait se servir à volonté, à n'importe quelle heure de la journée... Dire que lui-même avait boudé son dîner, tant il s'inquiétait pour elle... Il se leva et vint prendre le plateau vide pour le poser sur son bureau, puis enfin revenir s'asseoir sur le lit.

- Ne vous en faites pas, j'ai déjà mangé, il y a à peine deux heures. Et il y a bien assez ici pour que vous puissiez manger à votre faim, ne vous souciez pas de cela.

Le Métamage étira ses bras et se détacha les cheveux, couvant Lou du regard, avec une expression se voulant apaisante. Mais il soupira aussitôt contre lui-même. Elle ne pouvait pas le voir, donc, quelle importance... Cela dit, elle pouvait peut-être ressentir sa bienveillance, aussi pouvait-il agir normalement sans se poser de questions. Il fut tiré de ses réflexions aussi stupides qu'inutiles par un mouvement de la jeune aveugle, qui semblait vouloir se redresser, et tourna vers lui ses yeux bleus, sans le voir.

- Il faut que je rentre chez moi, avant que l'on se demande où je suis passée. Je ne peux pas me permettre de perdre mon travail chez la couturière... Encore merci pour tout. Je... je ne sais pas comment je pourrais vous rembourser tout ça un jour.

- Oh là ! intervint Damian en se levant pour venir la stopper dans son entreprise de s'asseoir. Il est absolument hors de question que vous quittiez ce château pour le moment. Vous n'avez pas l'air de vous rendre compte de l'état dans lequel vous êtes... Je pourrais intervenir moi-même auprès de la couturière si vous le souhaitez. Je lui expliquerais la situation, mais en attendant que vous soyez rétablie, vous resterez ici. Ne vous inquiétez pas de choses telles que me rembourser, vous êtes mon invitée, je n'attends rien en retour.

Il resta debout près d'elle, une main posée sur son épaule pour lui intimer l'ordre de ne pas bouger. Il se sentait déjà bien assez responsable de son état actuel pour la relâcher dans la nature, surtout avec les monstres qui lui avaient infligé ce traitement en liberté. Il assumerait donc entièrement la jeune femme jusqu'à ce qu'elle aille mieux... Il soupira et se rassit sur le lit, juste à côté de Lou, et reprit sa main dans la sienne. Il frémit en repensant à l'instant où elle lui avait effleuré le visage un peu plus tôt, juste avant qu'il ne descende. C'était la première fois qu'elle avait établit d'elle-même un contact, et malgré lui, il ne pouvait s'empêcher de repenser à la douceur de ses mains sur sa peau... Timidement, il amena les doigts délicats jusqu'à ses lèvres pour les effleurer d'un baiser mal assuré, avant de se sentir piquer un fard monumental. Qu'est-ce qui lui prenait, tout à coup ? Il se racla la gorge et se passa sa main libre dans les cheveux.

- Si vous saviez comme moi je suis désolé... J'ai l'impression de vous avoir abandonnée, et que ce qui vous est arrivé est de ma faute... J'ai beau me dire que j'étais coincé ici et que je n'avais pas d'autre choix que de reporter ma visite... Je me sens tellement coupable et bon à rien...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Dim 11 Sep - 22:02

Alors que Lou tentait de se redresser de son mieux, même si ses membres ne lui obéissaient que très approximativement, elle sentit la main de Damian se poser sur son épaule pour la retenir. C'était un contact dénué de violence, mais tout de même ferme. Et dans son état, elle n'était absolument pas de taille à lutter. Elle dut donc se résigner à rester dans le lit, et à cesser ses douloureux efforts pour s'en extraire.

" Oh là ! Il est absolument hors de question que vous quittiez ce château pour le moment. Vous n'avez pas l'air de vous rendre compte de l'état dans lequel vous êtes... Je pourrais intervenir moi-même auprès de la couturière si vous le souhaitez. Je lui expliquerais la situation, mais en attendant que vous soyez rétablie, vous resterez ici. Ne vous inquiétez pas de choses telles que me rembourser, vous êtes mon invitée, je n'attends rien en retour.

Voilà qui la gênait un peu. Tant de bonté désintéressée lui était inconnue ou presque. Elle avait l'impression d'abuser de la gentillesse du jeune homme, et elle se sentait terriblement redevable envers lui. Il l'avait sauvée deux fois, mais elle ne voyait pas du tout comment elle pourrait un jour lui retourner tout ça. Elle ne savait même pas en quoi elle pourrait lui être utile... Elle savait faire des choses, mais avec un bras blessé et immobilisé, c'était actuellement impossible pour elle de vaquer à quelque tâche que ce soit, elle le savait bien.

Le Métamage lui avait pris la main, à nouveau, sans doute rassuré par le fait qu'elle aie renoncé à se lever. Sans qu'elle le voie, elle le sentit la soulever et la porter à ses lèvres, avant d'y déposer un petit baiser, ce qui la fit sursauter. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas eu droit au moindre baiser, et celui-ci était des plus inattendus, bien que très loin d'être désagréable... Elle sentit le rouge lui monter aux joues, et elle fut terriblement tentée d'emprunter sa vue un moment pour voir à quoi il ressemblait, mais elle y renonça. Après un instant d'hésitation, elle laissa finalement sa main dans la sienne.

- Si vous saviez comme moi je suis désolé... J'ai l'impression de vous avoir abandonnée, et que ce qui vous est arrivé est de ma faute... J'ai beau me dire que j'étais coincé ici et que je n'avais pas d'autre choix que de reporter ma visite... Je me sens tellement coupable et bon à rien...

- Ce n'est pas vrai. Vous m'avez sauvé la vie deux fois... Sans vous, je serais morte à l'heure qu'il est, je n'appelle pas ça être bon à rien. Et puis, vous avez vos membres en état de fonctionnement, vous voyez et vous savez vous battre. Vous êtes bien plus apte et utile que je ne le suis, moi qui ne suis qu'une infirme...

Elle lui adressa un petit sourire qui se voulait apaisant, mais qui lui tira finalement une grimace lorsque cela fit souffrir les plaies qu'elle avait au visage. A croire que même un sourire ne lui était plus permis à présent. Elle garda le silence un moment, laissant ses pensées dériver. Elle se demandait s'il n'était pas en droit de savoir ce qui était arrivé précisément, même si ce serait une torture pour elle de le revivre. Avec un frisson, et une voix tendue, elle se lança.

- Ils m'ont eue alors que j'allais rentrer chez moi. Ils m'ont emmenée dans les rapides de la rivière et m'ont jetée dans l'eau après avoir déchiré mes vêtements. Après quoi, ils m'ont battue avec mon bâton et à coups de poings et de pieds. Et puis ils m'ont... à tour de rôle. Je ne me souviens plus de grand chose ensuite.


Des larmes s'étaient mises à couler sans qu'elle puisse les retenir. Elle se souvenait d'avoir crié, supplié, de s'être débattue, en pure perte. Elle ne comprenait même pas pourquoi on lui faisait subir tout ça, elle qui ne demandait qu'à vivre tranquillement sans embêter personne... Elle frissonna à nouveau, et songea avec malaise qu'elle n'avait même plus un vêtement à se mettre sur le dos. La robe de nuit qu'on lui avait enfilée n'était pas à elle.

- Je pensais que vous aviez le droit de savoir... A propos, où est mon bâton? Sans lui, je ne peux même pas me déplacer...

Encore une chose qu'elle était incapable de faire. Sans l'aide de son bâton, elle tâtonnait et se cognait partout, ou trébuchait fréquemment. Jusqu'à ce qu'elle connaisse par coeur l'emplacement de chaque chose. Elle avait vécu ainsi, toute petite fille, et ensuite à l'auberge. Elle n'avait eu son bâton qu'une fois avec le forgeron. Une idée à lui, ça, comme beaucoup de choses qui avaient ensuite forgé le quotidien de la jeune aveugle.

- J'ai peur d'être importune dans ce grand château. Et puis, j'ai peur qu'ils viennent chez moi pour tout saccager en me croyant morte. C'est tout ce qu'il me reste de mon père, je ne peux pas me permettre que ce soit réduit à néant.

Choses futiles comparées à la valeur de sa vie, même si elle ne s'en rendait pas vraiment compte elle-même. Une nouvelle fois, elle leva la main pour tâter délicatement le visage du jeune homme, qui était assis sur le bord du lit. Elle se pencha vers lui et déposa un baiser timide sur sa joue, en guise de remerciement. C'était un peu gauche, mais cela venait du coeur. Après quoi, elle amena la main de Damian jusqu'à sa propre joue qu'elle posa contre. Cela la réconfortait, quelque part, de sentir ce contact humain et chaud.

- Vous allez rester avec moi? Je ne vais pas être seule ici?"


A vrai dire, l'idée d'être seule dans un endroit aussi vaste, et inconnu de surcroît, l'angoissait. Surtout si elle ne pouvait pas tout découvrir et explorer à sa guise, pour être rassurée. Et pour en rajouter, elle ne connaissait personne ici à part lui. Autant dire que cela faisait un grand nombre de prédateurs potentiels qui pouvaient s'en prendre à elle. Plus cela allait, et plus elle redoutait les gens, surtout les hommes. Mais elle n'y pouvait rien, c'était plus fort qu'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 12 Sep - 17:28

En entendant la jeune femme tenter à son tour de le convaincre qu'il n'était pas en cause dans l'incident, Damian ne put s'empêcher de la considérer avec sévérité. Comment pouvait-on se dénigrer de la sorte ? Certes, elle était aveugle, et alors ? Elle n'en était pas moins humaine, et sans doute une personne bourrée de qualités. En tout cas, même plongée dans le noir permanent, il n'avait pas eu de mal à constater qu'elle était bien plus habile que lui, qui était pourtant en pleine possession de ses capacités visuelles. Quant au fait de savoir se battre... Il savait foncer dans le tas pour écraser quelques crânes à coup de marteau, ou de sabots, selon les circonstances, mais il était loin d'être l'élève le plus doué dans l'art du combat.

En tout cas, elle avait énormément de mérite pour être parvenue à survivre tout ce temps dans son milieu avec son handicap, surtout considérant les maltraitances qu'elle avait du subir dans sa jeunesse, et plus récemment. En parlant de cela, Lou semblait s'être tendue, d'un seul coup, et Damian la sentit serrer légèrement sa main. Elle avait l'air de vouloir lui dire quelque chose, aussi l'encouragea-t-il en pressant sa main dans la sienne à son tour, gardant toutefois le silence. L'initiative devait venir d'elle, il ne voulait pas la forcer. Finalement, elle fixa son regard aveugle dans le vide face à elle, et inspira avec un frisson avant de prendre enfin la parole.


- Ils m'ont eue alors que j'allais rentrer chez moi. Ils m'ont emmenée dans les rapides de la rivière et m'ont jetée dans l'eau après avoir déchiré mes vêtements. Après quoi, ils m'ont battue avec mon bâton et à coups de poings et de pieds. Et puis ils m'ont... à tour de rôle. Je ne me souviens plus de grand chose ensuite.

Le jeune homme sentit la colère monter en lui au fur et à mesure qu'elle lui racontait l'agression et son extrême violence. Sa main libre se crispa sur sa cuisse, si bien que les jointures de ses doigts en blanchirent. Il avait beau savoir que le monde n'était pas tout rose, la cruauté dont certains pouvaient faire preuve ne cesserait jamais de le surprendre et de le dégoûter. S'il les avait sous la main, il leur arracherait la tête à coup de marteau pour leur apprendre qu'on ne s'en prenait pas gratuitement à ses amis sans en payer les conséquences. Ses... amis ? Était-elle son amie ? Oui, sans doute, autrement il n'aurait pas été autant bouleversé par ses blessures...

- Je pensais que vous aviez le droit de savoir... A propos, où est mon bâton ? Sans lui, je ne peux même pas me déplacer... J'ai peur d'être importune dans ce grand château. Et puis, j'ai peur qu'ils viennent chez moi pour tout saccager en me croyant morte. C'est tout ce qu'il me reste de mon père, je ne peux pas me permettre que ce soit réduit à néant.

Damian sursauta en entendant Lou reprendre la conversation après un silence, et se tourna vers elle. Constatant qu'elle pleurait, il se mordit légèrement la lèvre inférieure, ne sachant trop quoi faire pour la réconforter. La prendre dans ses bras ? Il avait trop peur de la briser en deux, tant elle semblait fragile, toute fine qu'elle était et avec ses blessures en plus... Il inspira profondément pour reprendre un tant soi peu de sang-froid.

- Votre bâton... Je l'ai retrouvé en morceaux non loin du fossé, là où... "ça" s'est passé, je suppose... J'en ferais refaire un très vite, promis. Du reste, je peux aussi me rendre chez vous, pour voir si tout va bien et récupérer quelques affaires, si vous le souhaitez.

Il avait l'intention de le faire, de toute façon. Et si, en passant, il pouvait mettre la main sur les bourreaux de la jeune femme, ça ne le dérangerait pas, bien au contraire. Il rêvait à comment il leur ferait payer toutes les souffrances qu'ils avaient fait subir à Lou, lorsque celle-ci dégagea sa main de celle du Métamage pour de nouveau effleurer le visage de ce dernier du bout des doigts. Damian se laissa faire, savourant ce contact pudique et délicat. Puis, sans qu'il s'y attende, il la vit se pencher légèrement sur lui pour déposer un baiser sur sa joue pâle, légèrement humide en raison des larmes qui avaient roulé sur son visage meurtri, avant de reprendre la main du jeune homme pour la poser sur sa propre joue, mouillée elle aussi.

- Vous allez rester avec moi ? Je ne vais pas être seule ici ?

La première réponse qui se formula dans l'esprit embrumé de Damian fut quelque chose se rapprochant plus ou moins de "Abagaheugnéhé", c'est pourquoi il préféra garder le silence dans un premier temps. Combien de temps cela faisait-il qu'on ne l'avait pas embrassé ? Ça devait dater d'au moins dix ans, avec sa mère... Il n'avait jamais été en couple, bien que les prétendantes n'aient pas manqué. Contrairement à beaucoup de ses camarades, il n'accordait pas énormément d'importance aux femmes. Il savait les apprécier, pour leur physique comme pour leur intelligence, mais n'avait jamais été assez touché par l'une d'elle pour vaincre sa timidité et franchir le cap. Était-ce en train de se produire en cet instant ? Le jeune homme secoua la tête et caressa la joue sur laquelle Lou avait posé sa main.

- Mais oui, je resterais avec toi, mais cesse de pleurer, s'il-te-plaît...

Il s'étrangla avec sa salive en remarquant qu'il venait de la tutoyer sans y penser. Enfin, après tout, ils allaient devoir se fréquenter tous les jours à présent, et ils n'étaient plus tout à fait des étrangers. Il amena son autre main sur la seconde joue de Lou pour essuyer doucement les traces de gouttes salées y ayant glissé. Damian se sentait envoûté par le charme de la jeune femme, qui persévérait malgré son état actuel, mais il s'efforçait de ne pas se laisser emporter, à la fois parce que cela le déstabilisait, et aussi pour ne pas la brusquer. Il lui sourit.

- Ça ne te dérange pas si l'on se tutoie ? Je pense qu'on se connait assez pour se le permettre, maintenant.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 12 Sep - 20:33

Lou se mordit la lèvre en entendant Damian lui répondre que son bâton était en morceaux. Elle y tenait presque comme à un ami, ou plutôt, une partie intégrante de son corps. C'était bête, mais c'était ainsi. C'était son père adoptif qui le lui avait fabriqué, et il avait donc une valeur sentimentale. En plus de cela, elle serait bien embêtée pour se déplacer sans lui. Mais elle ne pouvait rien y faire. Elle fut cependant remplie de gratitude quand il se proposa de lui en faire un autre. Et elle se contenta d'acquiescer d'un air hésitant quand il se proposa d'aller récupérer des affaires chez elle. Puisqu'elle ne comptait pas rester...

Alors qu'elle avait amené le dos de la main du jeune homme contre sa joue encore humide de larmes, elle se sentit mieux. C'était un contact plein de réconfort, qu'elle n'aurait jamais consenti à avoir avec quelqu'un d'autre que lui. Il avait vraiment pris une place très spéciale dans son coeur depuis qu'elle le connaissait. Son seul et unique véritable ami, on pouvait le dire...


" Mais oui, je resterais avec toi, mais cesse de pleurer, s'il-te-plaît...

Elle fut rassurée d'entendre cela, mais en même temps, elle sentit son coeur faire un petit bond dans sa poitrine. Elle n'avait pas manqué de remarquer qu'il l'avait tutoyée. Quelque part, c'était comme s'ils venaient de se rapprocher un peu plus, de briser une limite invisible ou un mur de glace qui se dressait encore l'instant d'avant entre eux sans qu'ils en aient vraiment conscience, et ce malgré ce qu'ils avaient pu traverser.

- Ça ne te dérange pas si l'on se tutoie ? Je pense qu'on se connait assez pour se le permettre, maintenant.

- Je... oui bien sûr, si tu veux, avec plaisir.

Ca lui faisait tout drôle de le tutoyer. Quand il lui essuya les larmes, elle se sentit frissonner à ce contact. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle ressentait, mais elle finit par sentir une boule d'angoisse lui nouer la gorge. Il était encore sans doute trop tôt pour elle pour avoir un contact aussi rapproché avec un homme... Tout doucement, et presque avec honte, elle le repoussa légèrement, le relâchant par la même occasion.


- Je reste juste le temps d'aller mieux, alors. Je ne veux être un fardeau pour personne.

Elle avait beau être ce qu'elle était, elle gardait sa fierté. Elle ne voulait pas être un boulet au pied de Damian, même s'il était sans doute trop gentil pour lui en faire la remarque. Non, elle voulait s'assumer seule, et tenir la promesse qu'elle avait faite au forgeron. Et si cela impliquait de reprendre des risques avec ces brutes... Non, elle ne voulait pas y repenser. Mais elle savait qu'elle braverait tout de même le danger pour revenir chez elle. Aussi tenace que du chiendent...

- Je... je suis désolée, mais je crois que je vais me rendormir bientôt. Je suis encore très fatiguée...

Elle lui offrit un petit sourire navré, mais c'était vrai. Elle sentait ses paupières se faire lourdes, de plus en plus lourdes... Elle avait du mal à garder les yeux ouverts, et plus cela allait, plus le sommeil semblait refermer sur elle son poing d'acier ganté de coton, pour l'attirer dans le royaume des rêves. Elle masqua un bâillement derrière sa main, et se résigna à se recoucher convenablement, avec précautions. Elle posa un instant sa main sur celle du Métamage. Elle sombra presque immédiatement dans le sommeil, sur quelques mots soufflés.

- A plus tard..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 12 Sep - 22:12

Damian demeura silencieux, écoutant leurs respirations respectives, jusqu'à ce que Lou le repousse finalement avec douceur. Ce qu'elle venait de dire le blessait un peu, non pas que cela le vexe, mais il se sentait plutôt mal pour elle, qu'elle en vienne à se considérer comme un fardeau. Comme si elle n'arrivait pas à se dire que cela faisait peut-être plaisir au jeune homme de l'avoir auprès de lui, même s'il aurait bien entendu préféré que ce soit dans d'autres circonstances... Pourtant, c'était bien le cas. Il se sentait bien lorsqu'il était avec elle. Il n'avait pas besoin de faire semblant, et quelque part, cela le forçait à vaincre sa timidité, puisqu'il fallait qu'il se montre tel qu'il était. Peut-être aussi ne voulait-elle dépendre de personne, et cela, il pouvait le comprendre sans mal...

- Je... je suis désolée, mais je crois que je vais me rendormir bientôt. Je suis encore très fatiguée...

- Dors, ne t'en fais pas. Tu en as bien besoin.

Il se leva un instant pour la laisser s'installer sous les couvertures à sa guise, puis se rassit, les bras croisés sur ses cuisses, et la regarda s'endormir à vue d’œil. La pauvre avait été tellement amochée qu'il n'était pas étonnant que le simple fait d'avoir mangé et discuté l'aie autant épuisée. Considérant ses oreillers qu'il lui avait abandonnés, il eut un petit rire silencieux. Il devrait se contenter cette nuit encore du lit simple qui était assigné à chaque chambrée pour les invités éventuels, mais qui pour sa part était resté inoccupé depuis qu'il était arrivé au château. Au final, l'invitée lui avait volé son propre lit ! Voilà qui était assez incongru et, au fond, ne le gênait pas le moins du monde. Il eut un frisson en sentant la main de Lou se poser un instant sur la sienne, alors qu'elle se laissait glisser pour de bon dans un véritable sommeil bien mérité.

- A plus tard...

- Bonne nuit...

Damian hésita un instant, avant de lui passer délicatement les doigts dans ses longs cheveux sombres, et de lui caresser ainsi la tête et le visage alors qu'elle entamait ce qui serait sûrement une longue nuit réparatrice pour elle. Puis, il se leva et, sans faire de bruit, se saisit du plateau vide pour le ramener aux cuisines, songeant qu'il était déjà bien tard et que le réveil du lendemain serait au moins aussi difficile que les trois jours qui avaient précédé. Au pire, il s'endormirait lors du cours théorique. Pour une fois... En passant la porte de ses appartements, il crut faire une crise cardiaque. Jake était adossé au mur face à lui, bras croisés, et éclata de rire en le voyant.

- Bon sang Dam', ce n'est que moi, ne vas pas te faire dessus !

- Qu'est-ce que tu fiches ici ?

- Je passais voir si tout allait bien, et apparemment... Tu l'embrasses quand ?

Le pie fut très tenté de lui jeter le plateau en pleine figure, avant de se rappeler à l'ordre. Il avait été bien assez réprimandé ces derniers jours pour en rajouter. Il se contenta de refermer doucement la porte avant de prendre le chemin des escaliers d'un pas décidé, faisant mine d'ignorer que ses joues s'étaient teintes d'un superbe voile écarlate, s'accordant parfaitement à sa couleur de cheveux. Cependant, comme il s'y attendait, le pangaré lui emboîta le pas.

- Bah, ne prends pas la mouche. Je trouve juste que vous allez bien ensemble...

- Arrête, je doute fort d'être l'homme idéal. Je casse la moitié de ce que je touche, je trébuche partout et pour couronner le tout, je suis incapable de la protéger comme il faudrait. Tu parles d'un bon parti !

Il cessa d'argumenter en arrivant dans les escaliers, pour se concentrer sur la descente des marches et rien d'autre, afin de ne pas se retrouver en bas avec des bosses et des bleus, ni avec de la vaisselle cassée. Une fois en bas, il confia la vaisselle sale à l'une des servantes en la priant de remercier les cuisiniers, puis prit le chemin du retour, toujours suivit de Jake qui l'avait attendu à la porte des cuisines. Dans le fond, comment tenir tête à son ami ? Il était vrai que Damian ressentait quelque chose d'étrange vis-à-vis de la jeune aveugle. Mais était-ce une amitié profonde ? De l'amour ? Du désir ? Il n'aurait su le dire, puisqu'il n'avait connu aucun des trois. Mis à part avec Jake, mais ce n'était que la complicité d'une amitié entre hommes, et ce qu'il éprouvait pour Lou était... différent. De retour dans sa chambre, il salua son camarade et le remercia de l'avoir raccompagné, pour finalement aller se glisser sous les draps de son lit d'appoint, s'endormant contre toute attente en quelques minutes, bercé par la respiration régulière de la jeune femme endormie à quelques mètres de lui.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sauvée? [Privé Damian Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages :: Appartements des Métamages-
Sauter vers: