Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 12 Sep - 21:34

Lou était finalement restée à Lytsoul le temps que ses blessures guérissent. Après un peu plus d'un mois, sa côte et son bras cassés s'étaient ressoudés. Quant à ses plaies et ecchymoses, elles avaient depuis longtemps disparu. La guérison de son intimité avait été lente et douloureuse, mais elle n'avait pas de graves séquelles selon les guérisseurs, fort heureusement. Dans l'intervalle, elle avait également pris du poids. Bien nourrie, elle en était venue à retrouver des formes saines, ce qui ne la rendait que plus attirante pour le regard...

Au début, elle avait dû marcher seule, ou avec l'aide de Damian. Ses tâtonnements en terrain inconnu lui avaient valu de nombreuses collisions, voire quelques chutes. Elle avait tout de même fini par se repérer sans y voir, et l'arrivée du nouveau bâton de marche promis par le jeune homme l'avait aidée à retrouver une façon de se déplacer tout à fait normale, et une aisance qu'elle avait perdue. Restait qu'elle se sentait un peu mal à l'aise dans le château, comme pas à sa place, même si paradoxalement, elle se sentait terriblement bien, en compagnie de son ami.

Cependant, vint le moment où elle se décréta assez remise pour rentrer chez elle. Et, de fait, elle l'était. Elle en fit donc part au Métamage, décidée à cesser d'être un boulet pour lui. Il n'avait pas paru ravi, à moins que ce ne soit elle qui aie mal interprété... En tout cas, il prétexta des choses à faire au niveau de l'Ordre, qui l'empêchaient de la raccompagner au village. Il donna cependant les instructions pour qu'elle n'aie pas à rentrer seule. De fait, ce fut en charrette, accompagnée d'un Métamage chien de chasse, qu'elle rentra à bon port. Cela lui fit comme un vilain pincement au coeur. Elle aurait largement préféré que Damian vienne avec elle... Mais il avait mieux à faire, et elle comprenait. Elle lui avait déjà gâché bien assez de temps.

Elle fut plus que soulagée de constater que tout était à sa place, une fois la porte de sa chaumine poussée. Il y régnait une vilaine odeur de renfermé, et elle ouvrit grand les fenêtres pour aérer. Le printemps était enfin parvenu à s'installer et à chasser l'hiver. Et, si son début il y a plusieurs semaines avait été timide et frisquet, il commençait maintenant à faire bon. C'était une excellente chose. Cela signifiait que les temps les plus durs étaient passés.

Son quotidien habituel reprit. Elle retourna travailler avec la couturière, et profita même des beaux jours revenus pour confectionner des paniers et d'autres petites choses. Elle se retrouva à faire un petit cheval de paille. Elle avait beau ne pas voir, elle sentait avec ses doigts que la figurine était réussie. Elle la posa dans un coin, en songeant qu'elle l'offrirait à Damian s'il passait la voir un de ces jours...

Bizarrement, la vie lui semblait un peu plus fade qu'avant, maintenant que la solitude était redevenue son unique compagne. Elle avait encore peur, terriblement peur, de croiser ses bourreaux, mais ils ne se manifestèrent pas. Ce qui ne l'empêchait pas de trembler dès qu'elle pensait à eux, et ce jusque dans son lit. Elle s'était sentie bien plus en sécurité, derrière de hautes murailles de pierre... Mais là n'était pas sa place, et elle devait s'y faire. Et puis, elle avait une promesse à tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 12 Sep - 23:47

Ce matin-là, Damian n'était pas le moins du monde concentré sur le cours de tactiques de bataille qu'on lui dispensait. Son regard était perdu dans la contemplation des jardins, en fleur avec l'arrivée du printemps, et sa plume habituellement si malmenée par toutes les notes qu'il prenait reposait paisiblement sur son pupitre. Accoudé à ce dernier, le menton appuyé dans la paume de la main, il regardait par la fenêtre du coin de l’œil, écoutant la leçon sans y prêter vraiment attention, distrait par le moindre oiseau qui passait. Il fut tiré de sa rêverie par un coup de coude de son voisin, ce cher Jake, visiblement inquiet de voir son ami aussi dissipé, lui qui avait plutôt des habitudes de premier de la classe.

- Bah alors Dam' ? lui chuchota le pangaré. Depuis quand est-ce que tu boudes les tactiques ? Je croyais que ça te passionnait ?

- Hum... Je ne sais pas, je n'arrive pas à me concentrer aujourd'hui...

- Arrête, ça fait plusieurs jours que tu es dans la lune, mais là c'est pire que tout ! Elle te manque, c'est ça ?

- Tu ne vas pas recommencer avec ça !

- Monsieur Dozendhaar, monsieur Ropeburn ! intervint le général qui leur donnait la leçon, un grand homme large d'épaules portant une épaisse barbe noire. J'attendrais davantage de discipline de votre part, surtout à vos âges !

- Bien sûr, pardonnez-nous mon Général... Toi, je te retiens.

Sa dernière phrase, sifflée entre ses dents, était bien entendue adressée à son camarade, qui pouffa de rire et continua à faire semblant d'être attentif à la leçon. Le pie, quant à lui, saisit sa plume et s'efforça de prendre quelques notes du reste du cours. Mais au final, son parchemin fut davantage criblé de gribouillages que de théorie tactique.

Et une fois de plus, Jake avait raison. Damian devait bien se rendre à l'évidence : depuis cinq jours que Lou était rentrée chez elle, elle avait laissé un vide dans son cœur, et il se morfondait de plus en plus à mesure que le temps passait sans elle à ses côtés. Ce n'était pas le même manque que celui que l'on peut avoir lorsque l'on quitte ses parents, ou qu'on laisse derrière soi un vieil ami. C'était autre chose, quelque chose de bien plus fort et de plus difficile à vivre. Et le fait de ne pas le comprendre, ou de ne pas vouloir, inconsciemment, le comprendre, énervait au plus haut point le Métamage.

Il fallait dire qu'ils s'étaient rapprochés, pendant son mois de convalescence. Lorsqu'elle avait pu marcher de nouveau, Damian la tenait par la main pour la guider, et la ramassait lorsqu'elle trébuchait en voulant se déplacer seule. Cela s'arrangea lorsqu'on lui apporta son nouveau bâton, mais le Métamage ne restait jamais bien loin d'elle, au cas où. Elle avait également partagé ses appartements pendant cette période, et malgré que le jeune homme affirma qu'il le lui laissait volontiers, Lou insista pour lui rendre son lit.

Il s'en voulait également de ne pas l'avoir raccompagnée lui-même, mais il ne se sentait pas le courage de la laisser dans ce village où sévissaient des personnes qui lui voulaient du mal. Il n'aurait pas pu lui dire au revoir et l'assurer que tout irait bien, alors que peut-être qu'au contraire, rien ne se passerait comme il le faudrait.

En revanche, il s’éclipsa une matinée où il avait quartier libre pour se rendre dans le village et se renseigner à propos des agresseurs de Lou. Une bande de brutes bien connue dans la région, qui avait pour habitude de traîner le soir à l'auberge. Aussi revint-il plus tard dans la nuit, armé et le visage dissimulé sous le capuchon d'une de ses vieilles capes, et les attendit-il caché dans les écuries de l'auberge. Ils avaient trouvé une autre victime, qu'ils voulurent traîner à leur suite à la rivière. Le Métamage avait prit forme équine et les avait dispersés en leur fonçant dessus, permettant à la jeune femme de s'échapper, avant de reprendre sa forme humaine pour les frapper avec son marteau.

Deux d'entre eux s'en tirèrent avec des côtes cassées, un troisième, que Damian avait identifié comme celui qui était sur le point de violer la jeune aveugle quand il l'avait rencontrée pour la première fois, vit sa virilité écrasée, au sens propre du terme. Le reste de la bande voulut s'enfuir, mais l'étalon changea de nouveau de forme, et c'est à coup de sabots qu'il marqua leurs corps d'ecchymoses et de plaies internes afin qu'il ne leur prennent jamais l'envie de recommencer. Il espérait avoir éliminé ainsi les prédateurs les plus dangereux pour la jeune femme, bien qu'il se doutât qu'ils n'étaient pas les seuls...

Quoi qu'il en fut, le manque le tiraillait trop pour qu'il tienne davantage. Aussi, lorsque le cours fut terminé, il s'empressa de monter ranger ses affaires, ou plutôt, les jeter en vrac sur son bureau, avant de passer à l'échoppe le temps de faire une course, puis de se rendre à la salle commune pour déjeuner avant l'entraînement sous forme animale. Au moins, cette discipline-ci lui occupait totalement le corps et l'esprit, si bien qu'il put décompresser et ne pas voir le temps passer. Lorsque ce fut terminé, il fit une toilette rapide et se changea, et fila hors du château sans plus de cérémonie, sur le dos d'une gentille jument baie, le cœur battant à la chamade comme il ne l'avait jamais fait.

Quand enfin, il se trouva face à la porte de l'ancienne maison du forgeron, il fut tout d'abord soulagé de voir que rien n'avait été endommagé. Puis il se sentit parfaitement idiot. Après lui avoir à peine dit au revoir et ne pas avoir donné signe de vie pendant cinq jours, il se présentait là, comme une fleur, avec un bocal de thé à la verveine. Un parfait idiot, en somme. Mais bon, puisqu'il était là... Après avoir poussé un long soupir, il frappa timidement à la porte.


- Lou ? Est-ce que tu es là ?

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 13 Sep - 9:30

Lou était en train de tresser un panier qu'elle espérait vendre quelques sous aux paysans pour remplir un peu sa bourse et agrémenter son quotidien, quand elle entendit des coups frappés à la porte. Elle n'attendait personne, ce qui lui fit froncer les sourcils. Elle espérait que ce ne seraient pas les brutes, bien qu'en plein jour, et avec des coups aussi hésitants...

" Lou ? Est-ce que tu es là ?

Cette voix, elle l'aurait reconnue entre mille. Avec un grand sourire, elle posa sur la table le panier à demi tressé qu'elle avait sur les genoux, prit son bâton posé près d'elle, et se leva pour aller ouvrir. Il lui avait terriblement manqué, en réalité, il fallait l'avouer. Et elle n'osait presque plus espérer de visite. Après un mois et quelques semaines passés à vivre ensemble, ces cinq jours lui avaient parus interminables et bien plus longs qu'ils ne l'étaient en réalité. Elle déverrouilla la porte, et l'ouvrit sur son visiteur.

- Damian, comme je suis heureuse que tu sois là! Viens, entre.

Elle s'effaça pour qu'il puisse passer, et referma la porte derrière lui. Ca lui faisait à peu près le même effet qu'une fleur qui retrouve un rayon de soleil après une longue période d'obscurité, tant elle se sentait bien. C'était comme si d'un coup sa solitude avait volé en éclats. Elle alla jusqu'à la petite table où elle avait posé la figurine du cheval de paille qu'elle avait fait pour lui. Un peu plus timidement, elle s'approcha de lui, et le lui donna.

- Tiens, c'est pour toi. Je l'ai fait pour te remercier... pour tout. Je sais que ce n'est pas grand chose, mais j'espère qu'il te plaira.

Elle alla jusque dans la cuisine pour y chercher de quoi boire. Elle avait fait un thé qui s'accordait bien avec le printemps, à base de plantes parfumées et de fleurs. Elle était retournée dans les bois et les champs, seule, pour cueillir ce qu'il lui fallait. Elle avait eu un peu d'angoisse de se retrouver si exposée, mais tout s'était finalement bien passé. Et puis, être dans la forêt qui renaissait après ce long et rude hiver, et qui fourmillait de bruits et d'odeur, cela lui avait apaisé sa solitude. Elle s'y sentait mieux que chez elle où rien ne venait troubler le silence.

- Un peu de thé?

Elle alla placer d'autorité la bouilloire au-dessus du feu qu'elle raviva pour que cela chauffe plus vite. Puis, elle resta un moment immobile, sans rien dire. Elle se mordit un peu la lèvre, puis s'approcha de Damian. Finalement, elle se laissa aller à ce que lui dictait sa pulsion, et elle se serra contre lui dans une étreinte des plus inattendue. Le fait de se retrouver ainsi contre un homme, même lui, la fit paniquer l'espace d'un instant, mais cela disparut vite, et elle tint bon.

- Tu m'as manqué. Je me suis sentie vraiment seule ici, c'est bizarre... Mais je suis contente, rien n'avait été saccagé.

Elle posa sa joue contre le torse de son ami. Son coeur battait la chamade, mais elle n'aurait su dire si c'était l'angoisse, la peur... ou plutôt autre chose, de plus doux. Elle finit par le relâcher doucement, et par s'éloigner pour aller vérifier où en était le thé. Elle ne savait même pas ce qui lui avait pris, si ce n'est qu'elle en avait eu envie, tout simplement. Quand la bouilloire se mit à siffler, elle les servit tous deux dans des gobelets d'argile.

- Alors, qu'est-ce qui t'amène?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 13 Sep - 18:19

Contre toute attente, la porte s'ouvrit quelques instants plus tard, dévoilant au grand jour une Lou tout sourire, qui fit chavirer le cœur du Métamage. Elle était visiblement ravie de le revoir, un plaisir amplement partagé. Il pénétra dans la demeure lorsqu'elle l'y invita, d'un pas bien plus assuré que la toute première fois qu'il y était entré, et se posta non loin derrière la jeune femme tandis qu'elle refermait la porte. Cependant, avant même de lui proposer quoi que ce soit, elle se dirigea vers une petite table sur lequel elle prit un petit objet qu'elle lui déposa dans les mains. Un cheval en paille tressée, une réalisation simple mais parfaitement exécutée, témoignant de l'habileté de la jeune aveugle.

- Tiens, c'est pour toi. Je l'ai fait pour te remercier... pour tout. Je sais que ce n'est pas grand chose, mais j'espère qu'il te plaira.

- C'est adorable Lou, merci beaucoup.

Il dégrafa sa cape pour la déposer sur le dossier de la chaise où il avait pris l'habitude de la mettre quand il la visitait régulièrement, tandis que Lou disparaissait dans la cuisine, sans doute partie en quête de thé. Elle ne fut pas bien longue à revenir avec sa bouilloire effectivement prête, qu'elle mis sur le feu sans même attendre qu'il ne confirme en désirer un gobelet. C'était de toute façon avec grand plaisir qu'il l'acceptait. Puis, après un instant d'hésitation, la jeune femme s'avança timidement vers lui, semblant vouloir dire ou faire quelque chose sans l'oser, et finalement se laissa tomber sur lui et le serra contre elle. Damian sursauta a cette initiative aussi soudaine qu'inattendue, mais ne fit rien pour la repousser, pour ne pas la vexer. Et cela n'avait rien de désagréable, bien au contraire...

- Tu m'as manqué. Je me suis sentie vraiment seule ici, c'est bizarre... Mais je suis contente, rien n'avait été saccagé.

- Heum, oui c'est... Tant mieux.

Il se sentit frémir à cet aveu. Il était toujours bon de savoir qu'il n'avait pas été le seul à souffrir du manque. Lorsqu'elle posa la tête contre son torse, il déglutit, sentant son rythme cardiaque accélérer et ses joues chauffer légèrement. Néanmoins, guidé par une envie survenue d'un seul coup, il passa délicatement ses doigts dans la chevelure de Lou et déposa un baiser sur le sommet de son crâne, après quoi elle le relâcha doucement pour surveiller sa bouilloire, qui siffla à peine une minute plus tard. Le jeune homme alla prendre place sur le divan, près de la cheminée, et saisit le gobelet rempli du liquide fumant qu'elle lui tendit, faisant tournoyer entre les doigts de sa main libre le petit cheval de paille.

- Alors, qu'est-ce qui t'amène ?

Damian prit une gorgée de la boisson, qui était tout à fait savoureuse, tout en réfléchissant à la question. Car il ne savait pas réellement ce qu'il était venu faire ici, finalement... Juste lui dire bonjour ? Non... Il voulait qu'elle revienne. Mais comment la convaincre ? Elle tenait à cette maison, c'était tout ce qui lui restait de l'unique personne qui s'était occupée convenablement d'elle, et qui l'avait aimée comme sa propre fille. Il se devait néanmoins d'essayer. Mais tout d'abord...

- J'ai quelque chose pour toi, moi aussi. Du thé à la verveine, tu pourras t'en servir pour tes préparations...

Il tira le petit bocal de sa sacoche et la donna à la jeune femme, lui laissant tout le loisir de l'examiner tandis qu'il sirotait le contenu de son gobelet. Mais aucune excuse valable ne lui vint à l'esprit. Il soupira et caressa la joue de Lou du bout des doigts, l'examinant furtivement du regard. Elle commençait déjà à maigrir loin des repas copieux du château. Ce qui était fort dommage, au vu des formes appétissantes qu'elle avait prises à cette occasion... Le Métamage se gifla mentalement. A quoi pensait-il, au juste ? Il se frotta la nuque, gêné. Autant lui parler honnêtement, il ne voyait pas d'autre solution...

- Je voudrais que tu reviennes avec moi au château... Je n'aime pas te savoir seule ici, dans cet environnement hostile, où tu n'as presque rien à te mettre sous la dent... Et puis, je... Enfin... Toi aussi, tu me manques énormément. Je fais n'importe quoi depuis que tu es partie.

Il se mordit la lèvre en réalisant ce qu'il venait de dire, car il réalisait dans le même temps ce qu'il éprouvait au fond de lui. Il avait besoin d'elle. Depuis quand avait-il besoin de quelqu'un ? Pourtant, il semblait bien qu'il se soit beaucoup plus attaché à la jeune femme qu'il aurait pu s'y attendre, et cela le déstabilisait. En tout cas, il espérait ne pas l'avoir blessée dans son orgueil en lui demandant de revenir...

_________________
You give me something that I can believe in.


Dernière édition par Damian Dozendhaar le Mar 13 Sep - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 13 Sep - 20:15

Quand Damian lui annonça qu'il avait quelque chose pour elle, et qu'il lui donna le bocal de thé, elle le prit avec un sourire. Cela lui rappelait sa première visite, quand il lui avait fait un cadeau semblable... Elle ouvrit le bocal pour en humer le contenu, non par méfiance cette fois, mais pour juger de la qualité du produit. Cela sentait très bon, et elle avait hâte d'y goûter. Mais il n'avait toujours pas répondu à sa question.

Refermant soigneusement le bocal, elle le posa sur la table près d'elle, avant de reporter son attention sur son ami. Elle ne le questionna pas plus avant, attendant qu'il lui réponde. Elle avait beau ne pas voir, elle sentait sa gêne aussi nettement que si on la lui hurlait aux oreilles. Il lui effleura la joue d'une caresse, ce qui la fit sursauter, mais elle ne se déroba pas. Et cela finit par sortir.


" Je voudrais que tu reviennes avec moi au château... Je n'aime pas te savoir seule ici, dans cet environnement hostile, où tu n'as presque rien à te mettre sous la dent... Et puis, je... Enfin... Toi aussi, tu me manques énormément. Je fais n'importe quoi depuis que tu es partie.

Son coeur bondit dans sa poitrine comme une biche qui s'élance depuis un promontoire pour franchir un fossé. Elle ne s'y était pas vraiment attendue, elle pensait plutôt à une visite comme avant le drame qui l'avait frappée, comme ils en avaient l'habitude avant... Mais les choses avaient changé, elle le savait au fond d'elle. Ou du moins, elle le sentait, presque inconsciemment. Restait que la question était épineuse. Elle était touchée de savoir qu'elle lui avait manqué, mais...

- Mais Damian, tu sais que je n'ai rien à faire au château... C'est ton monde, pas le mien.

Gênée, ne sachant pas vraiment quoi lui répondre, elle baissa les yeux et fit tourner son gobelet fumant entre ses mains. Elle ne voulait surtout pas l'offenser, au contraire. Elle voulait simplement lui faire comprendre ce qui la dérangeait dans tout cela. Elle se sentait tiraillée, à vrai dire. D'un côté, elle était tentée de le suivre, mais de l'autre, elle avait tout ce qui lui restait ici, et elle ne se sentait pas de tout abandonner, malgré le danger.

- Enfin, je veux dire, je ne suis qu'une bouche inutile à nourrir. Je ne sais pas si je serai la bienvenue là-bas.


De fait, elle n'avait pas exploré le château, durant sa convalescence. Elle ignorait en quoi elle pourrait se rendre utile dans un endroit si vaste. Rien que l'appartement de Damian avait la taille de sa maison, si on ne comptait pas la forge. Et cela voulait dire mettre les deux étages de la chaumine côte à côte. Il avait des latrines privées dans un coin, et même une salle d'eau rien que pour lui, avec un bassin chauffé par un dispositif au sol qui s'actionnait par levier. Quant à l'eau, un autre levier la faisait venir pour remplir le bassin. C'était magique, pour elle...

Et puis, à ça s'ajoutait également une vaste chambre pour lui-même, une autre chambre plus petite pour d'éventuels invités, une grande pièce à vivre avec une cheminée assez vaste pour y faire rôtir un cochon... De petites fenêtres, aussi, car il ne fallait pas oublier que Lytsoul était une forteresse. Pas de cuisine, en revanche, puisque les repas leur étaient préparés par les cuisines, en grands seigneurs qu'ils étaient, ou peu s'en fallait. En somme, elle s'y était sentie terriblement étrangère. Elle gigota un peu, mal à l'aise.

- Tu sais, j'ai tout ce qu'il me reste de mon père, ici. Je lui ai promis, sur son lit de mort, de bien m'occuper de tout ce qu'il laissait. Et de vivre, de me battre...

... et d'être heureuse? Ca aussi, il le lui avait fait promettre avant de mourir. Pour l'heure, elle n'avait pas vraiment tenu cette promesse-là. En dehors des incidents dont elle avait été victime, elle n'avait jamais été vraiment malheureuse, mais... heureuse? Non plus. C'était en fait la neutralité et la morne habitude qui avaient gouverné sa vie jusque là. Elle ne s'était jamais vraiment posé la question avant d'être au château pendant un bon bout de temps...

- Et puis, pour ce qui est de manger, ne t'en fais pas. J'ai l'habitude d'avoir le vendre à moitié vide, même si c'est plus difficile d'en reprendre l'habitude après la cuisine de Lytsoul.

Elle esquissa l'ombre d'un sourire qui se voulait rassurant. A vrai dire, quand elle était revenue, presque l'intégralité de son garde-manger avait été bon pour le fumier. Quant à ce qui était resté, elle en avait fait une mixture proche de l'infect, qui, à défaut d'être bon, l'avait au moins nourrie... mais pas assez. Les gargouillements furieux de son estomac avaient repris. Lui aussi devait s'habituer à nouveau à se restreindre. Elle avait bien assez profité des repas du château.

- Je ne peux pas, Damian. J'ai promis et... pourquoi est-ce que tu voudrais te charger d'une pauvre infirme? Cela te vaudrait des ennuis, j'en suis sûre, si tu me ramenais. Je ne sais même pas comment je pourrais me rendre utile là bas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 13 Sep - 21:31

Damian regardait ses pieds, le temps que Lou assimile ce qu'il venait de lui demander, à savoir, en résumé, de tout quitter pour le suivre. Il ne doutait pas que cela était difficile à envisager pour elle, non seulement parce qu'elle tenait à cette maison, mais aussi parce qu'il était plutôt incongru qu'un seigneur lui fasse une telle proposition. Mais il sentait que s'il repartait sans Lou, il aurait du mal à s'en remettre. Il n'y arrivait plus sans elle, c'était aussi simple que cela. Pourquoi ? Il aurait aimé le savoir. Mais c'était un fait. Finalement, la jeune femme baissa son regard aveugle vers son gobelet, et répondit d'une voix gênée.

- Mais Damian, tu sais que je n'ai rien à faire au château... C'est ton monde, pas le mien. Enfin, je veux dire, je ne suis qu'une bouche inutile à nourrir. Je ne sais pas si je serai la bienvenue là-bas.

- Bien sûr que non... Tu sais, un repas de plus ou de moins à servir, à Lytsoul, ça ne représente rien.

Évidemment, elle ne se sentait pas à sa place là-bas. Encore cette manie de se rabaisser en permanence... Cela commençait à sérieusement énerver le Métamage, qui aurait tant voulu lui dire que lui la trouvait tout à fait digne de résider là-bas... D'autant que les invités d'une personne aussi gradée que lui étaient considérés comme tout aussi importantes que leur hôte. Et d'ailleurs, que Lou aie été regardée de travers de part son handicap, lorsqu'elle sortait dans les couloirs avec l'aide de son sauveur, avait irrité ce dernier au plus haut point. En la voyant s'agiter du coin de l’œil, il avala une nouvelle gorgée de thé en s'accoudant au dossier du divan, prêt à écouter les nouveaux arguments qu'il devrait contrer.

- Tu sais, j'ai tout ce qu'il me reste de mon père, ici. Je lui ai promis, sur son lit de mort, de bien m'occuper de tout ce qu'il laissait. Et de vivre, de me battre... Et puis, pour ce qui est de manger, ne t'en fais pas. J'ai l'habitude d'avoir le vendre à moitié vide, même si c'est plus difficile d'en reprendre l'habitude après la cuisine de Lytsoul.

Le jeune homme se contenta d'un petit grognement. Ne pouvait-elle pas concevoir qu'il s'inquiète pour elle et ne veuille pas la voir vivre ainsi alors qu'il pouvait lui offrir beaucoup mieux ? Certes, elle voulait tenir sa promesse envers son père adoptif, mais aurait-il vraiment voulu qu'elle se condamne pour lui ? Il n'en était pas convaincu... Il la regarda tristement, s'apprêtant à lui expliquer tout cela, mais elle le devança.

- Je ne peux pas, Damian. J'ai promis et... pourquoi est-ce que tu voudrais te charger d'une pauvre infirme ? Cela te vaudrait des ennuis, j'en suis sûre, si tu me ramenais. Je ne sais même pas comment je pourrais me rendre utile là bas.

- Il y a beaucoup à faire au château, tu sais. Je suis sûr que tu pourrais trouver quelque chose à faire, si tu tiens vraiment à te "rendre utile". Pour ce qui est des ennuis, je n'ai pas besoin de toi pour m'en attirer, tu peux me croire. Je ne suis plus à ça près...

Un petit sourire se dessina au coin de ses lèvres, avant qu'il n'y porte son gobelet pour vider ce qu'il y restait de thé. En effet, il passait sa vie à commettre des maladresses qui, parfois, touchaient d'autres personnes... Il avait la chance de vivre dans un milieu civilisé, où les réprimandes étaient seulement verbales. Dans le village où il avait grandi, il avait bien failli se faire refaire le portrait à plusieurs reprises. Il posa le gobelet à présent vide, ainsi que le cheval de paille, sur la table où elle avait mis le bocal de thé que le Métamage lui avait amené. Puis, il se rapprocha doucement de Lou, et prit une de ses mains entre les siennes.

- Arrête de parler de toi comme d'un fardeau, c'est agaçant. Tu es une personne tout aussi méritante qu'une autre, si ce n'est plus, de vivre à Lytsoul avec moi. D'accord, tu es aveugle, et alors ? Tu as beaucoup d'autres qualités. Moi, j'ai la chance d'avoir mes cinq sens, et pourtant je sais être une catastrophe ambulante, bien pire que toi ! Et je te... je t'apprécie comme tu es.

Il rit doucement, et écarta une mèche de devant le visage de la jeune femme avant de poser une main sur sa joue, qu'il caressa. On voyait encore un peu la cicatrice de sa blessure à la pommette, très estompée, mais présente. Damian ne pouvait plus laisser cela arriver, il ne pourrait jamais se le pardonner. Il n'était déjà pas certain de pouvoir se pardonner le dernier incident, malgré qu'elle et Jake lui aient à maintes reprises assuré qu'il n'y était pour rien. Il fit glisser sa main le long du visage de Lou pour la reposer sur sa main qu'il tenait toujours.

- Pour ce qui est de ton père... Je comprends que tu veuilles ne pas faillir à ta promesse, mais je pense qu'il préférerait te voir vivre, et non survivre, comme tu le fais en restant ici. Tu es mon amie, et je veux que tu sois heureuse, et je pense que lui aussi souhaite cela... Mais je ne te forcerais pas, même si... Même si ça sera dur pour moi de ne plus te voir aussi souvent que ce à quoi j'ai été habitué, ces jours-ci...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 13 Sep - 21:55

Quand Damian lui dit qu'il était capable de s'attirer des ennuis tout seul, et qu'il n'était pas à ça près, Lou sourit. Elle avait eu l'occasion de s'en rendre compte, pendant le temps qu'elle avait vécu au château. Mais elle ne trouvait pas ça exaspérant, elle... Amusant, au plus. Elle vida lentement son gobelet, sentant le breuvage chaud lui descendre d'un trait jusqu'à l'estomac, en échauffant sa gorge au passage. Une impression toujours aussi agréable. Le Métamage lui prit doucement les mains, de manière inattendue.

" Arrête de parler de toi comme d'un fardeau, c'est agaçant. Tu es une personne tout aussi méritante qu'une autre, si ce n'est plus, de vivre à Lytsoul avec moi. D'accord, tu es aveugle, et alors ? Tu as beaucoup d'autres qualités. Moi, j'ai la chance d'avoir mes cinq sens, et pourtant je sais être une catastrophe ambulante, bien pire que toi ! Et je te... je t'apprécie comme tu es.


Elle rougit en l'entendant lui dire ça, mais elle ne détourna pas de lui son regard vide et aveugle. Mais c'était très difficile pour elle de se dire qu'elle était... normale. On ne l'avait jamais traitée comme telle. Soit on la surprotégeait, ce qui était rare, soit, bien plus souvent, on se moquait d'elle, on lui jouait des sales tours, ou pire... Ce qu'elle trouvait cruel, au fond, et qui la faisait beaucoup souffrir. Elle n'avait pas demandé à naître comme ça, et elle voulait simplement vivre tranquille.


- Tu ne comprends pas... Depuis aussi loin que je me souvienne, on m'a presque toujours reproché d'être ce que je suis... De ne pas voir, d'être un fardeau, une inutile. Il n'y avait que quelques-uns, dont mon père, pour penser le contraire. C'est difficile de ne pas en être convaincue soi-même au final.


Elle repensa à ce qu'il avait dit, comme quoi elle pourrait se rendre utile. Elle savait, en dépit de sa cécité, fabriquer des choses, faire la cuisine, s'occuper de chevaux. Elle pourrait travailler aux écuries, aux cuisines, ou bien même à la forge, si l'on voulait bien d'elle. Quand elle était à l'auberge, elle faisait même des confitures, mais le sucre étant rare et cher, elle n'avait plus eu l'occasion d'en faire depuis lors. Pourtant, elle était douée pour ça... Et est-ce qu'à Lytsoul, quelqu'un aurait l'utilité de ses paniers et autres objets faits main?

- Pour ce qui est de ton père... Je comprends que tu veuilles ne pas faillir à ta promesse, mais je pense qu'il préférerait te voir vivre, et non survivre, comme tu le fais en restant ici. Tu es mon amie, et je veux que tu sois heureuse, et je pense que lui aussi souhaite cela... Mais je ne te forcerais pas, même si... Même si ça sera dur pour moi de ne plus te voir aussi souvent que ce à quoi j'ai été habitué, ces jours-ci...

Voilà une question qui était épineuse. Quelque part, elle sentait qu'il avait raison. Elle se souvenait, lorsqu'elle était plus jeune, avoir demandé au forgeron ce qu'elle deviendrait lorsqu'elle serait une femme. Ce à quoi il avait répondu qu'elle se trouverait un gentil époux aimant, plus intelligent que toutes les brutes qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez, et qu'ils auraient une famille, qu'elle pourrait vivre heureuse. Parce que, disait-il, elle était pleine de bonté, sensible, intelligente, et plus douée de ses mains que beaucoup de gens qui voyaient. Cela avait longtemps baigné ses rêves d'adolescente, avant que la réalité ne la rattrape.

- Mon père m'a fait promettre de trouver le bonheur... Je n'ai pas pu tenir cette promesse jusqu'ici. Il voulait que... enfin, que je me trouve une famille à moi. Mais regarde-moi...

Elle soupira, et se mordit la lèvre en détournant la tête. Cela lui avait fait mal au coeur quand il avait dit que cela lui ferait mal de repartir sans elle, et elle se sentait plus tiraillée que jamais. Si elle acceptait, que ferait-elle de la maison, et de la vieille forge? Elle pouvait revendre... cela ferait toujours de l'argent bon à prendre. Mais ses affaires, ce à quoi elle tenait? Pourrait-elle emmener tout ça avec elle? Ne la verrait-on pas comme une vagabonde, qui venait en emportant toutes ses babioles inutiles?

- Si... si j'acceptais... Est-ce que je pourrais emmener mes affaires avec moi?

Cela ne représentait à vrai dire pas grand-chose. Les meubles, pour la plupart, elle allait devoir les laisser ici. Restaient donc à emporter ses vêtements, ses objets personnels, draps, couvertures et autres peaux de bêtes... D'autres petites choses aussi. Il leur faudrait au moins une petite charrette pour tout transporter. Et elle allait devoir également annoncer à la couturière qu'elle cessait de travailler avec elle. Et puis, vendre la maison... Elle pourrait la barricader en attendant et la vendre dans les prochains temps.

- Mais si je viens, où est-ce que je vais vivre? Avec toi? Où est-ce que tu vas dormir alors? Je ne vais pas encore devoir prendre ton lit j'espère!

Elle n'avait pas du tout envie de lui voler sa place une fois de plus. Elle se serait sentie trop mal de faire ça. Elle se contenterait parfaitement de la chambre d'amis. Elle doutait qu'on donne un appartement à quelqu'un comme elle... à moins qu'elle n'aie une chambre de domestique? En tous les cas, elle dormirait sans doute plus paisiblement la nuit, sans s'attendre à se faire égorger dans son lit, ou violer sur le chemin du travail. Ses promenades en forêt lui manqueraient, mais ils pourraient peut-être en faire de temps en temps... Et puis surtout, elle serait avec Damian, et plus toute seule. Elle prit une grande inspiration, et se tourna à nouveau vers lui.

- Bon, je... c'est d'accord. Je viens avec toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 14 Sep - 18:08

Le regard de Damian était à présent perdu dans le bleu du ciel qu'il entrevoyait par la fenêtre. Seuls quelques nuages cotonneux venant jouer avec les rayons du soleil troublaient la clarté printanière de temps à autres. C'était vraiment une belle fin de journée qui s'annonçait, et qui ne serait que plus radieuse si Lou acceptait de revenir au château... Mais rien n'était moins sûr pour le moment, et l'expression soucieuse de la jeune femme trahissait son hésitation. Le concernant, il n'avait plus aucun argument en réserve, et ne pouvait pas l'arracher à son environnement. Aussi n'avait-il plus qu'à attendre qu'elle aie prit sa décision.

- Mon père m'a fait promettre de trouver le bonheur... Je n'ai pas pu tenir cette promesse jusqu'ici. Il voulait que... enfin, que je me trouve une famille à moi. Mais regarde-moi...

- Je te regarde, et je vois une jeune femme intelligente, douce et sensible. Et... très jolie, aussi...

Le Métamage toussota pour lui-même. Qu'est-ce qui lui prenait, à la fin ? Il aurait cru entendre Jake en train de courtiser une de leurs camarades, ce qui était tout à fait normal pour le pangaré, mais absolument pas le genre de son ami pie. Celui-ci se passa une main dans les cheveux, commençant à reprendre espoir. Lou venait d'admettre qu'elle n'était pas heureuse de sa vie actuelle, et lui donnait donc raison. Mais allait-elle lui dire oui pour autant ? Rien n'était moins sûr, après tout...

- Si... si j'acceptais... Est-ce que je pourrais emmener mes affaires avec moi ?

Damian haussa un sourcil. Il ne voyait pas en quoi cela pourrait poser problème. Il avait bien assez de place dans ses quartiers pour y mettre quelques objets supplémentaires. Pour sa part, il n'avait pas énormément d'effets personnels, mis à part ses vêtements et ses livres, autant dire que sa chambre était assez vide, et que quelques babioles supplémentaires seraient loin d'être de trop. Il acquiesça donc.

- Mais si je viens, où est-ce que je vais vivre ? Avec toi ? Où est-ce que tu vas dormir alors ? Je ne vais pas encore devoir prendre ton lit j'espère !

- Bien sûr que non... répondit le jeune homme en riant. Enfin, si tu t'y sens bien, ça ne me dérangerait pas de t'y inviter à nouveau...

Malgré lui, son cœur avait fait un petit bond dans sa poitrine lorsqu'elle avait parlé de vivre "avec lui". Il ne s'était pas vraiment rendu compte qu'effectivement, ils vivraient ensemble à proprement parler, si elle revenait. Lors du mois qu'elle avait passé au château, elle avait été simplement en convalescence et était davantage une invitée qu'une colocataire. Et la perspective de partager sa vie avec quelqu'un, avec une femme, le cas échéant, lui faisait tout d'un coup une drôle d'impression... Il releva ses yeux, jusqu'alors perdus dans les poils d'une des peaux de bête disposées sur le divan, et posa son regard bicolore sur Lou. La jeune femme était plongée dans une profonde réflexion. Et, d'un seul coup, elle se tourna vers lui.

- Bon, je... c'est d'accord. Je viens avec toi.

Si Damian avait été un Métamage oiseau, il se serait transformé sans le contrôler pour se mettre à voleter dans toute la pièce, tellement il était heureux. Un bonheur qui lui était tout à fait étranger, comme il ne l'avait jamais connu jusqu'alors, et qui lui semblait des plus étranges. Après tout, elle n'était qu'une amie très chère pour laquelle il voulait le meilleur, n'est-ce pas ? Bah, il aurait amplement le temps de se poser ce genre de questions plus tard. Doucement, il passa ses bras autour de Lou et la prit contre lui.

- Je suis heureux... Tu as fais le bon choix. Tu seras mieux là-bas, et puis... peut-être serais-je un peu moins distrait si tu es à mes côtés ?

Le jeune homme sourit, et ferma les yeux en calant son menton dans le creux de l'épaule de Lou. Sa peau était douce, et sentait bon malgré ce à quoi l'on aurait pu s'attendre compte tenu de ses conditions de vie. Cela prouvait qu'elle était soucieuse de son hygiène, ce qui démontrait une fois de plus qu'elle avait appris certains principes de vie que nombre de femmes dont les yeux fonctionnaient parfaitement n'avaient pas. Sans réfléchir, guidé par une simple envie du moment, il déposa un baiser délicat dans le cou de la jeune aveugle, avant de la relâcher doucement.

- Bien, si c'est d'accord, je viendrais te chercher demain après-midi... Ça te va ?

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 14 Sep - 19:06

Lou fut sûre qu'elle avait fait le bon choix quand Damian lui avoua sa joie. Cela lui faisait un petit pincement au coeur à l'idée de tout quitter, mais il était peut-être temps pour elle de se soucier de son bonheur, et pas de maintenir à flots la chaumière d'un défunt qui l'avait quittée depuis des années... Quand il la prit contre lui, elle se sentit mal à l'aise, un peu paniquée. Son coeur s'était mis à battre follement, et elle sentait une boule d'angoisse qui lui nouait la gorge.

" Bien, si c'est d'accord, je viendrais te chercher demain après-midi... Ça te va ?

Il l'avait relâchée avec un petit baiser dans le cou. Cette fois, ce n'était plus de l'angoisse qu'elle ressentait. C'était... autre chose? Elle n'aurait su le dire vraiment. En tout cas, pour le moment rendue muette, elle acquiesça timidement. C'était rapide, mais le plus tôt serait le mieux. Cela lui laissait le temps de donner sa démission et de se mettre en quête d'un acheteur pour la petite maison et sa forge.


- C'est d'accord. Il faudra prévoir une charrette pour tout transporter...

Cela coulait de source, naturellement. Ils n'auraient pas pu tout emmener jusqu'à Lytsoul sous leur bras... Elle se sentait bizarre, comme si elle venait de prendre là le choix le plus capital de sa vie, comme si elle était à l'aube d'une véritable aventure. C'était un peu le cas: à présent, sa vie allait changer du tout au tout. Dans quelle mesure? L'avenir le dirait. Ils restèrent encore à converser longtemps. La nuit était déjà tombée quand le Métamage reprit la direction du château. Elle se coucha avec l'esprit plein de pensées, ce soir-là.



Le lendemain, elle alla trouver la couturière dès le matin. Celle-ci accepta sans se plaindre. C'était une brave femme, qui l'avait toujours traitée comme une personne tout à fait normale. Quant à la maison, contre toute attente, elle trouva déjà quelques intéressés alors qu'elle en annonçait la vente. Avec de la chance, l'affaire serait rapidement et rondement menée. Et elle attendait avec impatience l'arrivée de Damian.

Quand il arriva, avec la charrette prévue, tirée par deux chevaux, la jeune aveugle avait déjà rassemblé bon nombre de ses affaires. Elle avait rangé ce qu'il y avait de plus embêtant à transporter dans des caisses de bois qui lui restaient dans la vieille forge. Les peaux de bêtes étaient bien rangées, empaquetées en ballots tout comme les draps et autres couvertures. Dans la petite maison, presque tout était vide. Seuls les plus gros objets restaient à prendre, et il fallait évidemment charger le véhicule.


- Damian, enfin! J'ai déjà presque tout préparé. Il reste encore à faire, mais j'ai peut-être même déjà quelqu'un pour la chaumière. Un apprenti forgeron d'un village voisin qui aimerait exercer ici, et la maison serait parfaite pour lui.

Elle lui adressa un grand sourire. Du bâton, elle tâta les alentours pour trouver où charger les affaires. Elle ne pourrait pas transporter les caisses, car elle n'arriverait pas à marcher ainsi sans rien voir, mais elle pouvait mettre les affaires les moins encombrantes à l'arrière de la charrette. Elle alla donc chercher oreillers, vêtements dans des balluchons, couvertures, peaux de bêtes, ainsi que ses outils pour la confection des paniers.

Tout charger prit un bon moment. Il fallut transporter les caisses contenant la vaisselle, les petits objets, ainsi que des coffres plus lourds, et même quelques meubles auxquels elle tenait. Le gros poêle posa quelques soucis de par sa taille et son poids, mais ce ne serait pas inutile. Un ou deux vases, les seuls qu'elle possédait, étaient aussi du voyage. Et évidemment, il fallait mettre dans le convoi les objets qu'elle avait confectionnés.


- J'espère trouver quelque chose pour me rendre utile au château. Je ne veux pas qu'on m'accuse d'être un fardeau inutile."

Elle était à la fois angoissée et excitée à l'idée de partir. Elle alla voir les deux chevaux et leur donna des carottes qu'elle avait tirées de son maigre potager. Elle n'en aurait plus besoin, et toute la nourriture qui lui restait, le thé, les plantes, les remèdes... tout était déjà prêt à partir pour Lytsoul. Les deux bêtes semblèrent apprécier le cadeau. L'un deux la gratifia d'un coup de nez contre l'épaule. Cela la fit rire. Elle leva la tête, son regard aveugle perdu dans le ciel.

* Je vais enfin être heureuse, papa. Je vais essayer, comme je te l'ai promis... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   Jeu 15 Sep - 0:19

Damian eut bien du mal à trouver le sommeil cette nuit-là, tant son esprit était en ébullition. Des pensées diverses se bousculaient dans sa tête, allant de l'impatience d'avoir Lou qui partagerait ses appartements dès le lendemain à l'angoisse que lui provoquait la confusion dans ses sentiments. Il ne pouvait pas nier ressentir quelque chose de particulier pour elle, mais comme il n'avait jamais connu autre chose que l'indifférence et le mépris à l'égard de ceux qui se moquaient de lui, et de rares amitiés, il était pour ainsi dire complètement perdu.

Pourtant, il aurait espéré que Jake puisse lui expliquer le pourquoi du comment, lui qui était si doué en relations humaines. Mais le pangaré se contentait d'allusions vaseuses et, lorsqu'il était plus sérieux, de réponses évasives qui n'apportaient jamais de matière concrète au jeune homme pour réfléchir. Il semblait vouloir le laisser trouver une réponse lui-même, mais comment trouver une réponse à quelque chose qui vous tiraille tellement que vous en perdez le fil à force d'y penser et de retourner le problème en tous sens ? Aussi laissait-il les choses se faire, serein en apparence mais tétanisé à l'intérieur.

C'était en laissant les choses se faire de cette façon que, plus tôt, il avait prit la jeune aveugle dans ses bras, et l'avait embrassée dans le cou. Il ne se serait jamais, Ô grand jamais permis de telles choses avec une autre femme, lui qui se sentait se raidir et refroidir sur place lorsqu'une demoiselle le prenait dans ses bras, comme si on le transformait en statue de pierre. Mais avec elle... c'était différent. Lorsqu'ils se touchaient, il n'avait pas l'impression d'avoir froid. Bien au contraire, une douce chaleur, semblable à un crépitement, naissait bas dans son ventre pour le parcourir tout entier, jusqu'à le faire frémir. C'était une sensation toute nouvelle pour lui, très étrange, mais loin d'être désagréable...

Au terme de ces longues réflexions, le Métamage finit par s'endormir, finalement éreinté par son entraînement et toutes ses émotions de la journée, pour s'éveiller quelques heures plus tard, transpirant légèrement et avec une certaine tension omniprésente dans son vêtement de nuit, un pantalon de tissu léger et confortable, et un peu humide, à présent. Il avait rêvé de Lou, dans un contexte pour le moins... inattendu. Tant bien que mal, il mit fin à son supplice et se rendormit plus ou moins, contrarié et furieux contre lui-même d'en venir à de telles extrémités. Et le lendemain, à la table du petit déjeuner, il fit part discrètement à Jake de ces divagations obscènes.


- Sérieusement, assise sur toi ?

- Crie-le plus fort, surtout... grogna le pie entre ses dents, frottant pour la énième fois ses yeux bicolores encore ensommeillés. Je me demande parfois pourquoi je chuchote quand je te parle, la moitié du château doit connaître toute ma vie grâce à toi.

- Excuse-moi, mais là, c'est quand même pas le genre de choses auquel je m'attends quand je discute avec toi. En général, c'est plutôt basé sur ton dernier record de sprint, tes conversations.

- Dans le cas qui nous intéresse dans cette conversation, mieux vaut ne pas battre un record de sprint, justement...

- ... Qui êtes-vous et qu'avez vous fait de Damian Dozendhaar ?!

Le jeune homme rougit franchement et se plaqua une main contre le front. Ça y est, l'humour douteux de Jake l'avait contaminé. A moins qu'il ne devienne complètement fou tout seul ? Il finissait par le croire. En tout cas, il devait vite se remettre et ne rien laisser paraître lorsqu'il irait la chercher, après l'entraînement au combat armé. Au moins, taper dans quelque chose avec son marteau lui calmerait les nerfs et l'aiderait à mieux se maîtriser.

Et effectivement, la dépense physique lui fit le plus grand bien, malgré qu'au cours théorique matinal, il aie manqué de s'endormir plusieurs fois. Manqué seulement, car son "ange gardien Jake Ropeburn le Magnifique", comme celui-ci s'était auto proclamé, avait usé de son talent pour les coups de coude pour le maintenir éveillé. Il avait même pris exceptionnellement un parchemin de notes qu'il donna au pie à la fin de la leçon, non sans avoir annoté dans un coin de la feuille un petit "D+L" entouré d'un cœur, qui fit rire jaune le Métamage. Un véritable gosse, pensa-t-il.

Au terme de cette journée de travail, il fila dans sa chambre se changer, en retard par rapport à ce qu'il avait prévu, et en route pour la porte, il trébucha en plein couloir séparant les ailes du château respectivement assignée aux herbivores et aux carnivores. Et le hasard fit qu'il se trouva sur le chemin d'une Métamage de cette dernière catégorie, à la chevelure flamboyante et aux yeux d'un gris-vert troublant, qui l'enjamba avec un grognement peu engageant.


- Hors de mon chemin, herbivore.

- Ah, excuse-là, elle est un peu frustrée, ces derniers temps !

La personne qui venait de parler, un grand jeune homme aux cheveux blancs et à l'expression plutôt aimable contrastant beaucoup avec la rousse qui venait de passer, reçut un coup de poing de cette dernière tout juste assez dosé pour ne pas lui faire mal sur l'épaule. Après quoi, il rit de bon cœur et lui passa tendrement le bras derrière le dos, en saluant le cheval qui se relevait d'un signe de la main. Damian épousseta ses vêtements en déglutissant, venant de songer qu'il aimerait pouvoir tenir Lou contre lui de cette façon, puis se gronda de perdre encore du temps à rêvasser et fila en direction de la sortie.

Il n'arriva finalement au village qu'avec à peine vingt minutes de retard, aux commandes d'une charrette tirée par deux chevaux lourds, l'un gris clair, et l'autre présentant encore des pommelures sur son pelage, qu'il arrêta devant la maison que Lou avait déjà en grande partie vidée. Il sauta au bas du véhicule et flatta l'encolure des deux animaux, avant de se diriger vers la jeune femme, ne pouvant contenir les cognements de son cœur contre sa poitrine lorsqu'il la vit sourire.


- Damian, enfin ! J'ai déjà presque tout préparé. Il reste encore à faire, mais j'ai peut-être même déjà quelqu'un pour la chaumière. Un apprenti forgeron d'un village voisin qui aimerait exercer ici, et la maison serait parfaite pour lui.

- Oui, je suis un peu en retard, pardonne-moi, l'entraînement a duré un peu plus que prévu. Et tant mieux, pour la maison. C'est une bonne chose qu'elle ne soit pas laissée à l'abandon, et comme la forge est encore en très bon état, ce serait dommage de ne pas l'exploiter.

Ils se mirent bien vite au travail, il y avait fort à faire, et Damian se demanda l'espace d'un instant si tout ce qu'elle emmenait allait vraiment rentrer dans ses quartiers... Bon, il n'y avait que ce poêle qui prenait beaucoup de place, le reste des meubles étant de taille et de volume raisonnables. Mais le tout entassé ainsi dans la charrette paraissait tout de même bien encombrant... Le poêle en question avait d'ailleurs nécessité l'aide de quelques villageois pour être hissé dans le transport, et il allait falloir compter sur l'aide de bonnes âmes au château pour les aider à le monter. Peut-être certains étaient-ils déjà à les attendre ? Car en effet, Damian avait du demander, par protocole plus que pour en avoir réellement le droit, la permission au chef des armées Métamages d'accueillir Lou chez lui, et la nouvelle s'était répandue comme une traînée de poudre au château. On pouvait notamment remercier Jake pour sa discrétion légendaire. Quand ils eurent fini de tout charger, Lou se tourna vers lui.

- J'espère trouver quelque chose pour me rendre utile au château. Je ne veux pas qu'on m'accuse d'être un fardeau inutile.

- Ne t'en fais pas pour ça, ce ne sont pas les activités qui manquent là-bas... Il y a les cuisines, la laverie, l'office, et comme des bébés naissent au château, ils ont besoin de nourrices par moments...

Damian se racla la gorge à cette dernière déclaration, s'en voulant un peu d'avoir évoqué le sujet face à une jeune femme qui avait subit tant de maltraitances, et ne devait pas vraiment se sentir à l'aise d'envisager une chose telle que d'avoir un enfant. Mais elle n'avait pas l'air d'avoir entendu la fin de la phrase, occupée à gâter les chevaux avec des carottes qu'elle avait dans ses poches, ce qui sembla beaucoup leur plaire, l'un d'eux la gratifiant même d'un petit coup de nez affectueux. Il soupira de soulagement.

- Allez, en route. Nous devons t'installer avant la tombée de la nuit.

Il monta à l'avant de la charrette et tendit la main pour aider Lou à s'y hisser, et attendit qu'elle soit prête au départ en jetant un dernier coup d’œil à cette petite chaumière qu'il connaissait bien à présent. C'était une nouvelle vie qu'il allait lui offrir, qui, il le souhaitait de tout son cœur, la rendrait heureuse. Il était conscient bien sûr de ne pouvoir sauver toutes les personnes dans le besoin, mais s'il pouvait le faire pour au moins une d'entre elles... Et cela lui faisait d'autant plus plaisir qu'il s'agissait de Lou. Sans un mot, il lui passa doucement une main sur l'épaule pour la rassurer et l'encourager, car elle laissait tout de même une partie de sa vie derrière elle. Après quoi, il fit claquer les rênes, et ils partirent en direction du Lytsoul, alors que le soleil commençait à décliner, teintant de nuances pastel le monde qui renaissait en ce début de printemps.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ca s'en va et ça revient... [Privé Damian Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chape dérailleur revient feignasse !
» Au fait, a combien ca revient, de fabriquer un VM? -vue cote business-
» Prix de revient d'une bouillette maison
» coût de revient d'un PL pour un particulier
» [TUB - S1] Sélecteur ne revient pas en position centrale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Terres sauvages de l'Est :: Villages-
Sauter vers: