Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 21 Sep - 13:44

Depuis la tentative de viol qu'elle avait subie quelques jours auparavant, Lou n'était plus sortie des appartements de Damian, encore secouée. Ce dernier avait signalé l'incident aux officiers supérieurs de Lytsoul, qui avaient pris les sanctions qui s'imposaient. Le meneur du groupe, qui n'en était pas à son premier forfait du genre, s'était vu purement et simplement délester de la partie gênante de son anatomie, ce qui garantissait à paix à toutes les jeunes femmes du château à son propos. Après quoi, il avait été envoyé pour une semaine dans une geôle sombre et humide. Et ses complices écopaient séparément de quelques jours de cellule pour leur passer l'envie de recommencer.

La jeune femme avait été rassurée d'apprendre qu'on avait puni les coupables de manière exemplaire. Mais elle ne s'était pas réjouie pour autant. Quelque part, elle avait un peu de mal à se réjouir de la souffrance de quelqu'un. Elle se contentait de penser qu'il avait eu ce qu'il méritait. Restait qu'elle avait à présent un arrière-goût amer constant en bouche, celui du malaise et de la trahison. Tout ce qui lui semblait auparavant si beau avait perdu son attrait et sa saveur, et elle était infiniment déçue, même blessée.

Il lui faudrait sans doute du temps pour se remettre du choc. Au moins était-elle épargnée par les cauchemars cette fois-ci. Du moins, en partie. Elle savait qu'elle dormait assez mal, mais se réveillait oppressée, sans se souvenir au juste de ce qui l'avait mise dans cet état. Elle parvenait ensuite à se rendormir et dormait comme une souche jusqu'au lendemain matin, sans rêves ni quoi que ce soit.

Il y avait quand même une fois où elle s'était réveillée au plein milieu de la nuit, en sueur et en larmes, terrifiée sans se rappeler de ce qui avait peuplé son mauvais rêve. Mais elle ne se sentait pas capable de rester dans sa chambre, seule, avec ce sentiment d'angoisse terrible. Elle avait comme l'impression que quelqu'un la guettait dans l'ombre pour lui faire du mal. Et pour couronner le tout, un orage qui grondait au loin s'était approché et déchaîné sur le château.

Elle avait une peur panique des orages. C'était terriblement bruyant et effrayant, surtout pour elle qui n'y voyait rien. Ni tenant plus, elle s'était levée et glissée dans la chambre de Damian. Elle l'entendait ronfler paisiblement, et elle s'étendit dans le lit à côté de lui. Son coeur battait follement, mais elle vint doucement se coller contre lui, tremblante, pour profiter de sa présence rassurante et de sa chaleur. Malgré la peur, elle se rendormit assez vite dans ces conditions, un peu apaisée.

Le château était en effervescence à présent. L'arrivée de l'été était officiellement là, et à partir de ce soir-là, débuterait la fête de la belle saison, qui durerait durant toute la semaine. Même dans son petit village, quand elle y vivait encore, on célébrait l'évènement par des danses, des chants, des repas collectifs. Ce qui se passerait à Lytsoul serait infiniment plus somptueux, et depuis quelques jours déjà, il y avait d'importantes allées et venues. Des convois qui apportaient de la nourriture et toutes sortes de choses, des artistes, des musiciens et des chanteurs conviés pour l'occasion, toutes sortes de choses destinées à la décoration... Bref, cela promettait d'être magnifique.

Cela le serait sans doute moins cloîtrée dans les appartements de Damian. Surtout sans rien voir. A part le bruit et les odeurs, la jeune aveugle ne savait rien de ce qui se passait. Elle n'osait pas mettre le nez dehors par crainte de ce qui pourrait lui tomber dessus, mais dans le même temps, cela lui faisait du mal. En somme, elle restait là à ne rien faire, à broyer du noir en attendant que le temps passe. Elle avait recommencé à fabriquer des choses, tricotant cette fois une écharpe, même si la saison était loin de s'y prêter. Au moins avait-elle les mains et l'esprit occupés un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 21 Sep - 21:25

Il ne restait plus que deux jours. Deux jours avant l'échéance fatidique, l'épreuve ultime, le jugement dernier. Deux jours avant le bal. Ce matin-là, Damian s'était éveillé avec grand mal, la tête lourde et les membres engourdis. Il avait eu beaucoup de mal à s'endormir, à la fois préoccupé par cette maudite fête et par Lou. Après sa mésaventure, la pauvre n'avait plus mis le nez en dehors des appartements du Métamage. Celui-ci s'était empressé, dans la soirée qui avait suivi l'incident, d'en informer ses supérieurs afin qu'ils prennent les mesures nécessaires. Et celles-ci ne tardèrent pas, bien qu'il les trouve au final pour le moins... radicales. Mais au moins, le récidiviste ne nuirait plus à personne, de cette façon...

Et s'il n'y avait que ça. De voir la jeune femme dépérir ainsi le mettait lui-même dans tous ses états. Il n'avait presque plus d'appétit, dormait peu et mal et s'inquiétait en permanence s'il ne l'avait pas sous les yeux. Il ne déjeunait plus, ni ne dînait à la salle commune, préférant remonter en compagnie de son amie, même s'il n'avalait au final pas grand chose. Au moins, récemment, elle s'était attaquée à un tricot. C'était toujours mieux que de se morfondre sans rien faire.

Et puis, il y avait eu cette nuit d'orage la veille. Pour une fois, il était parvenu à s'endormir assez vite, et ce malgré les grondements de l'orage qui d'ordinaire le stressaient. Mais au beau milieu de la nuit, il se réveilla brutalement en sentant quelque chose venir se blottir contre lui. C'était Lou, qu'il sentit trembler alors qu'elle s'installait sous les couvertures. Il devina qu'elle avait du cauchemarder, et peut-être était-elle effrayée par l'orage également.

Il paniqua un peu dans un premier temps, frissonnant quand sa peau douce entra en contact avec son torse nu, mais il s'efforça de ne pas se laisser aller, et passa doucement son bras autour des épaules de la jeune femme, qui se rendormit assez vite. Mais lui n'y parvint pas, trop troublé par cette situation pour retrouver le sommeil. Il se rendit compte qu'en fait, il avait passé une bonne partie de la nuit à la regarder dormir. Il somnola simplement peu avant l'heure du lever, et au matin, il s'extirpa du lit en prenant grand soin de ne pas la réveiller, et ne fit aucun commentaire là-dessus de toute la journée, qui se déroula normalement jusqu'au soir où chacun dormi, cette fois, dans son propre lit.

Damian rejeta les couvertures et se leva pour se diriger vers la salle d'eau, où il fit une toilette rapide puis s'habilla. Il se sentait las, las et fatigué. Quand il revint dans la pièce à vivre, il y trouva Lou, qui était déjà réveillée. Et le fait de la voir, bien qu'elle paraisse encore un peu déprimée, lui remonta un peu le moral. Et le sien avait l'air de s'améliorer un peu également, puisqu'il parvint à lui arracher un sourire alors qu'ils discutaient en petit-déjeunant, ce qui lui mit un peu plus de baume au cœur. Puis il prit le chemin de la salle de cours, d'un pas traînant, après avoir salué la jeune femme d'un petit baiser sur la joue.

Il marcha lentement, encore ensommeillé, prêtant à peine attention aux personnes qu'il croisait. Il progressait dans les couloirs sans les voir, l'esprit ailleurs, resté dans ses appartements avec la jeune aveugle et le premier sourire qu'elle lui avait accordé depuis quelques jours. Et d'un coup, il eut un sursaut et s'arrêta. Ça lui apparut comme une évidence, et pour cause, c'était tout ce qu'il y avait de plus évident. Ses parchemins et sa plume sous le bras, il reprit sa route en courant, bousculant légèrement quelques autres Métamages en prenant à peine le temps de s'excuser. A quelques couloirs de l'escalier menant à sa destination, il repéra Jake qui avançait en baillant à s'en décrocher la mâchoire. Il vint à sa hauteur et l'attrapa par le bras pour l'entraîner dans un corridor désert, dans lequel il le lâcha et se pencha pour reprendre sa respiration, sa main libre sur un genou.


- Aïeuh ! Qu'est-ce que c'est cette fois, t'es tellement frustré que tu comptes te soulager avec moi ? Je t'aime bien tu sais, mais il y a des limites...

- Je crois que je l'aime.

Damian se laissa aller contre le mur auquel il tournait le dos, et leva les yeux vers le plafond. Tout ce qui se bousculait dans son esprit depuis quelques semaines avait enfin trouvé un ordre logique, une place, et la réponse à toutes ses interrogations se trouvait à présent là, claire et évidente. Néanmoins, il n'était pas rassuré pour autant. Qu'était-il censé faire, au juste ? Jake eut un éclat de rire et lui donna une petite tape sur l'épaule.

- Eh ben, tu as mis le temps à comprendre...

- C'était... si évident ?

Le pangaré hocha la tête d'un air faussement solennel, et Damian baissa les yeux et se frotta l'arrière du crâne. Après tout, c'était vrai qu'elle était devenue son principal sujet de conversation, qu'il était nerveux de façon tout à fait visible en son absence, et puis il y avait eu ces fameux rêves... Ça ne lui était jamais arrivé avant, et c'était toujours concentré sur elle, et elle seule. Il secoua la tête et implora son ami du regard.

- Mais... Qu'est-ce que je suis censé faire ? Je ne suis même pas sûr qu'elle éprouve la même chose pour moi...

- Invite-la au bal, pour commencer, et déclare-toi ! Tu ne seras jamais fixé autrement... Allez viens, on va être en retard. Tu n'as qu'à réfléchir à tout ça pendant la leçon, je prendrais des notes pour toi.

Le brun lui adressa un clin d’œil et l'entraîna à sa suite jusqu'à la salle de cours. Durant celui-ci, Damian ne fut absolument pas attentif, et repensa à ce que Jake lui avait dit tandis que ce dernier prenait effectivement en note tout ce que le général leur expliquait, comme il l'avait promis, non sans lui jeter de temps à autre un petit regard insistant assorti d'un sourire amusé. Le pie les ignora et cogita en silence. Il avait tellement peur d'effrayer Lou, qui ne devait certainement pas s'attendre à ça... Mais dans le même temps, son ami avait raison. S'il ne disait rien, il ne saurait jamais ce qu'il en était de son côté...

Lorsque la leçon fut terminée, il dut pratiquement être traîné jusqu'à ses appartements par Jake, tant il rechignait. Pourtant, il ne s'agissait que de l'inviter à venir danser avec lui au bal, alors pourquoi était-il aussi tétanisé ? Par peur d'essuyer un refus, peut-être. Il fallait dire qu'elle n'était pas sortie depuis la tentative de viol. Mais pourtant, il en avait tellement envie... Sous la pression du regard insistant de son ami pangaré, il poussa finalement la porte de sa chambre et y rentra timidement. Lou était assise face à la cheminée, à continuer son tricot. Il la salua, son cœur faisant un bond dans sa poitrine dont il connaissait à présent l'origine, et tourna en rond quelques instants avant de s'approcher d'elle.


- Dis-moi Lou... Je me demandais... Tu sais qu'il y a le bal, dans deux jours, en fait je... J'aimerais bien que... Tu voudrais m'accompagner ?

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Jeu 22 Sep - 19:07

Lou était en plein ouvrage quand elle entendit Damian qui rentrait. Concentrée, elle termina sa ligne de boucles avec ses grosses aiguilles, avant de se lever. Elle répondit à son salut, mais curieusement elle le sentit un peu nerveux. C'était le genre de choses qu'elle ressentait facilement, auxquelles elle était sensible. Elle s'approcha de lui et lui passa l'écharpe qu'elle faisait autour du cou. Elle la lui destinait, afin qu'il ne prenne pas froid au retour de l'hiver. La laine était bonne, et épaisse, teinte en bleu sombre. C'est ce qu'on lui avait dit, en tout cas, et elle espérait que cela irait bien au jeune homme.

" Dis-moi Lou... Je me demandais... Tu sais qu'il y a le bal, dans deux jours, en fait je... J'aimerais bien que... Tu voudrais m'accompagner ?

Elle était en train de lui enrouler son ouvrage autour du cou pour juger de la longueur qu'il lui fallait encore faire, et sursauta. Elle s'attendait à tout, sauf à ça. Et puis, elle était plutôt interloquée. Elle, à un bal? Elle y serait autant à sa place qu'une poule dans une salle d'entraînement. Ce serait une fête somptueuse... pour les Métamages. Elle n'avait rien à y faire. Et puis, elle avait encore peur de sortir. D'autant que si c'était pour lui faire honte, avec les vêtements sans atours qu'elle avait...

- Je... je ne sais pas danser.

A croire qu'elle n'avait rien trouvé de mieux. Rougissante, elle se demanda pourquoi elle avait répondu ça, et se hâta de récupérer son tricot. Elle s'éloigna de lui pour retourner s'asseoir à sa place et recommencer ses mailles, furieusement, surtout pour cacher son trouble. Dans le même temps, elle n'avait pas menti. Aveugle, elle était incapable de mettre un pied devant l'autre de manière correcte sans s'aider de son bâton. Alors se mouvoir avec grâce, et danser... il ne fallait pas y penser.

- Tu sais que ce n'est pas pour moi... C'est pour les Métamages, ce bal. Pas pour une pseudo-domestique.

Elle s'arrêta un moment dans son ouvrage, et laissa aller sa tête en arrière contre le dossier. Son ventre gargouillait presque rien qu'à l'idée de ce qui allait être servi à table. Ce serait plus somptueux que tout ce qu'elle avait jamais mangé. Il y aurait des volailles, des cochons de lait, de la venaison, du poisson, sans oublier des légumes et des fruits à volonté, et plein d'autres choses encore... Rien que pour ça, cela vaudrait la peine... mais elle ne le méritait pas.

- Et puis, je n'ai rien à me mettre, tu sais. Je te ferai honte.

Elle savait qu'avec lui, elle ne risquerait pas grand-chose de la part des autres. Et puis, il y aurait du monde, donc potentiellement pas de coin où se faire agresser. Restait qu'elle se sentait terriblement mal à l'aise rien qu'à l'idée de s'y rendre. Même si, d'un autre côté, elle avait terriblement envie de dire oui... Elle se mordit la lèvre, se débattant avec ses pensées, soupesant le pour et le contre. Pourquoi l'avait-il invitée, d'abord?

- Il n'y a pas... quelqu'un d'autre? De mieux, avec qui tu voudrais y aller?

Cela lui ferait sans doute très plaisir qu'elle dise oui... Enfin, elle le supposait. Peut-être n'avait-il proposé que pour être poli. Mais si ça lui faisait plaisir, peut-être qu'elle devrait dire oui... Qu'est-ce qu'elle risquait? Elle pourrait peut-être s'amuser un peu, après tout. Et si elle était certaine qu'accepter lui ferait du bien à lui, elle était plus que tentée de dire oui. Finalement, détournant la tête, elle capitula, mal à l'aise et le visage bouillant.

- Bon, si ça te fait plaisir et que... que tu n'as personne de mieux à inviter, je veux bien venir..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Jeu 22 Sep - 22:44

Damian s'était immobilisé alors que la jeune femme lui passait l'écharpe qu'elle était en train de faire, pour en évaluer la longueur, sans doute, mais se sentit devenir d'autant plus nerveux en raison de la soudaine proximité de leurs corps. Et l'expression qu'elle afficha en entendant sa proposition n'arrangea rien à l'affaire. Elle semblait gênée, et troublée. Et cela fut confirmé par sa réponse bancale, mais justifiée en un sens, qui était qu'elle ne savait pas danser. Puis elle reprit son tricot et retourna s'asseoir pour le poursuivre à un rythme effréné. Le Métamage vint s'accouder au dossier du fauteuil, bien décidé à faire de son mieux pour la convaincre malgré sa nervosité palpable.

- Tu sais que ce n'est pas pour moi... C'est pour les Métamages, ce bal. Pas pour une pseudo-domestique.

- Mais non voyons, tu n'es pas une domestique ici. Et quand bien même ce serait le cas...

- Et puis, je n'ai rien à me mettre, tu sais. Je te ferai honte.

Le jeune homme soupira. Sur ce dernier point, elle n'avait pas tout à fait tort, mais ça pouvait toujours s'arranger... Il avait prévu depuis un certain temps de lui faire cadeau d'une belle robe à sa taille, mais n'avait pas vraiment eu le temps d'y réfléchir sérieusement qu'elle s'était déjà confectionné elle-même quelques vêtements, de facture très honorable considérant son handicap et les tissus auxquels elle se cantonnait, mais pas de quoi se présenter à une telle soirée. Il se promit donc de faire un saut chez le couturier du château dès l'après-midi... moyennant que Lou accepte, bien entendu. Celle-ci avait fait une pause dans son tricot et l'avait posé sur ses genoux.

- Il n'y a pas... quelqu'un d'autre ? De mieux, avec qui tu voudrais y aller ?

Damian fronça les sourcils. Si par "mieux" elle entendait toutes ces dindes écervelées qui le courtisaient pour son grade plutôt que pour sa personne, il la préférait elle et de très loin. Peu importe qu'elle soit vêtue de guenilles, qu'elle ne soit pas la plus gracieuse danseuse de la fête, qu'elle ne soit qu'une humaine ou qu'elle soit aveugle. Il l'aimait, et c'était bien l'unique personne qu'il voulait vraiment amener avec lui à ce maudit bal. Il contourna le fauteuil pour s'agenouiller devant Lou et lui prendre délicatement une main.

- Non, absolument pas. Tu es la seule que j'aie envie d'inviter. Aucune autre femme, toute Métamage qu'elle soit, ne me donne envie de l'avoir pour cavalière. Tu sais, je n'aime pas danser, je ne suis pas très doué pour ça... Mais je pourrais t'apprendre quelques pas faciles pour que nous participions à au moins une ou deux danses, histoire de faire bonne figure... Juste deux danses, s'il te plaît...

Il se mordit la lèvre en se rendant compte que tout ce qu'il venait de dire ressemblait presque à une déclaration... Presque. Mais en tout cas, la jeune femme ne sembla pas s'en offusquer plus que cela, bien qu'il remarqua le voile écarlate qui couvrait à présent les joues de celle-ci alors qu'elle se détournait, rendant les armes.

- Bon, si ça te fait plaisir et que... que tu n'as personne de mieux à inviter, je veux bien venir...



Finalement, ça y était, c'était le grand jour, et Damian ne s'était jamais senti aussi anxieux de toute sa vie. Il n'aurait jamais cru cela possible, au vu de sa nature déjà stressée d'étalon farouche, et pourtant, si. Après que Lou aie accepté son invitation, il s'était presque senti pousser des ailes, et avait filé chez le couturier après l'entraînement de l'après-midi afin de commander une robe pour la jeune femme. Un habit sobre mais très élégant, en soie bleu nuit aux longues manches brodées de fil d'argent, sans dentelle ni fanfreluches. Elle fut prête et envoyé aux appartements du Métamage le jour de la fête, et il la regarda ouvrir son paquet avec stupeur et gêne. Comme toujours, elle commença par s'excuser de ne pouvoir l'accepter, mais il insista, en imposant notamment l'argument qu'il était certain qu'elle serait magnifique dedans.

La veille, il avait comme promis enseigné quelques pas de danse à la jeune aveugle, chose qui ne fut pas facile en raison de sa cécité, mais il se montra très patient et encourageant, si bien qu'elle finit par se débrouiller encore mieux que lui. Il s'amusa beaucoup lors de ce pseudo cours, riant de sa propre maladresse en particulier, et cela détendit un peu Lou, par la même occasion.

Le grand soir était à présent arrivé, et Damian avait cédé sa place dans la salle d'eau à la jeune femme afin qu'elle se prépare. Il avait revêtu une tenue d'un noir profond rehaussée d'une chemise bleu ciel faisant ressortir ses yeux, et les bottes cirées qu'il sortait une fois par an, pour cette fête. Assis sur un de ses fauteuils, il feuilletait un livre sans pouvoir vraiment se concentrer sur son contenu, trop nerveux et trop impatient de voir la jolie Lou dans sa belle robe. Et, finalement, après ce qui lui sembla être une éternité, il entendit la porte se déverrouiller et se leva pour découvrir l'élue de son cœur plus belle qu'il ne l'avait jamais vue. Mais il doutait que la robe soit seule en cause, puisqu'il la trouvait superbe de toute façon...


- Waoh... Tu es... Vraiment magnifique. J'ai bien choisi, on dirait.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 23 Sep - 17:23

Après s'être soigneusement lavée, Lou avait eu du mal à mettre sa nouvelle robe. Rien qu'au toucher, elle avait deviné qu'il s'agissait d'un tissu d'une qualité exceptionnelle, à la fois léger et assez épais pour être confortable. C'était le genre de choses qu'elle n'avait jamais manipulée de sa vie, et qu'elle n'aurait jamais pu se payer même dans ses rêves les plus fous.

Après d'intenses efforts et batailles contre le vêtement, elle parvint enfin à l'enfiler convenablement. Elle n'avait aucune idée de ce à quoi elle ressemblait, et elle espérait ne pas être ridicule. Elle coiffa soigneusement ses longs cheveux sombres et les laissa simplement flotter librement dans son dos. Après quoi, elle récupéra son bâton et sortit prudemment de la pièce. Le son de la voix de Damian l'accueillit presque aussitôt.


" Waoh... Tu es... Vraiment magnifique. J'ai bien choisi, on dirait."

Elle rougit à ce compliment. Elle ne pouvait que se fier à lui, elle-même ne pouvant pas franchement en juger. Elle lui glissa un remerciement gêné, et se laissa conduire quand il fut temps de partir pour la grande salle commune où se déroulerait le bal. Dans un premier temps, il y aurait le banquet, après quoi seulement les danses commenceraient. Ce n'était pas plus mal, en soi. Elle mourait de faim, et brûlait de goûter à tous ces plats.

Quant aux danses... Son ami avait bien tenté de lui inculquer quelques petites notions, et elle était finalement parvenue à suivre le rythme en se laissant guider sans trop lui écrabouiller les pieds, mais ça restait laborieux, et il lui arrivait de se tromper encore bien trop souvent à son goût. Aussi espérait-elle qu'elle pourrait éviter de danser, histoire de ne pas avoir à se ridiculiser devant tout le monde...

Quand ils arrivèrent, beaucoup de monde était déjà là, et attablé, à en croire le bruit. Sans surprise, Damian alla rejoindre Jake. Ce dernier lui glissa lui aussi un compliment sur son apparence quand ils eurent pris place, ce qui la fit se tortiller un peu sur son banc, mal à l'aise, peu habituée à ce genre de choses. Elle se sentait encore plus étrangère à ces lieux que d'habitude, dans une tenue trop luxueuse pour elle, dans une fête où elle n'avait aucunement sa place. Elle espérait que l'arrivée du repas dissiperait sa gêne.

Elle dut encore attendre un petit moment, le temps que les derniers arrivent et que les places libres aux longues tables se remplissent. Et encore un peu plus, le temps que le Commandant de l'Ordre fasse son discours à tous en l'honneur de l'occasion et du changement de saison. Après quoi, il les invita tous à se régaler avec le banquet, ce qu'elle ne put qu'approuver silencieusement. Elle se morigéna en songeant que si elle continuait comme ça, elle finirait grasse comme une truie, mais l'arrivée d'innombrables serviteurs avec les premiers plats dans les bras dissipa ses remords.

Il y eut plus de vingt services de plats, au total. C'était plus somptueux que ce qu'elle avait jamais vu, et elle se fit un devoir de goûter de tout, et de se resservir de ce qu'elle préférait. Des soupes parfumées, on passa à divers plats de légumes et de fruits, certains rôtis, d'autres en sauces, les derniers farcis, puis vinrent les plats de viandes et de venaison, ainsi que de poissons. Cela prit un temps fou pour tout manger, mais c'était plus succulent que tout ce que la jeune femme avait connu jusqu'alors, ce qu'elle n'aurait jamais cru possible. Elle remercia silencieusement les dieux de lui avoir offert l'opportunité de participer au festin. Un an auparavant, elle n'aurait même pas pu imaginer que ce soit possible.

Après les nombreux plats, arrosés d'eau, de bière ou de vin selon les convenances de chacun, faisant s'affairer les serviteurs chargés de pichets et de cruches, on laissa un petit temps de digestion à tout le monde, où le tapage des conversations s'accentua encore plus qu'avant, puis on apporta les desserts. Des gâteaux à la crème, ou encore fourrés, et des tartes aux fruits de saison, sans oublier des oeuvres d'art entièrement en feuilles de sucre cuites, qu'on appelait caramel.

Le banquet entièrement terminé, les serviteurs s'occupèrent de repousser les tables dans un coin de la pièce pour dégager un vaste espace de danse. Les jongleurs et autres acrobates et cracheurs de feu qui avaient assuré l'animation jusque là laissèrent la place aux musiciens et aux chanteurs. On laissa une poignée de table et les bancs disponibles contre les murs, pour ceux qui ne pouvaient ou ne souhaitaient danser. Lou préféra donc largement rester assise à leur table, laissant tout le monde danser. Elle ne voyait rien de ce qui se passait, mais elle pouvait au moins apprécier la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 24 Sep - 2:13

Damian repoussa son assiette vidée de la grosse part de tarte à la crème qui était encore déposée dedans à peine dix minutes plus tôt en soupirant. Rendu nerveux par le "plan" que Jake avait mis au point pour la soirée, et la perspective que son ami ne le laisserait pas tranquille tant qu'il ne se serait pas déclaré à la jeune aveugle qui occupait ses pensées depuis plusieurs mois, il n'avait pas énormément mangé, en dehors du dessert qu'il avait englouti. Il raffolait du sucré, c'était plus fort que lui. Et en d'autres circonstances, il aurait certainement pris une deuxième part, mais un regard à Lou qui finissait lentement sa propre assiette suffit à nouer son estomac et lui faire perdre définitivement le peu d'appétit qui aurait pu lui rester.

Les conversations allèrent bon train dans la salle commune jusqu'à ce que l'on annonce l'ouverture imminente du bal. A ce moment, le brouhaha régulier des discussions diverses s'était mu en petites exclamations excitées de la part des jeunes filles et en grommellements pour un certain nombre d'hommes, un peu moins enthousiastes, concert de mauvaise volonté auquel Damian participa sans se priver. De manière moins marquée que les années précédentes, cependant. Car il y avait Lou, cette fois-ci.

Cette dernière reprit place sur un banc une fois que tous furent poussés contre les murs, et le Métamage vint s'asseoir à côté d'elle tandis que le Commandant, les généraux et leurs cavalières ouvraient le bal sur le premier morceau. Prit d'un léger coup de fatigue du à la digestion, il bailla et s'étira à s'en faire craquer le dos avant de se servir un grand verre d'eau pour se réveiller un peu. Ce n'était pas le moment de s'endormir.

Lorsque la seconde danse commença, Jake, qui avait faussé compagnie à ses deux amis depuis que l'on avait déplacé les tables, avait entraîné avec lui une jolie blonde, Métamage de léopard, qu'il faisait tournoyer avec grâce et élégance. Le rouquin soupira avec un petit sourire en coin. Si seulement tout était aussi facile pour lui que pour le brun. Celui-ci pouvait même se permettre d'inviter une Métamage carnivore à danser, malgré les frictions inévitables qui pouvaient survenir entre les deux types de natures animales opposés. Cela n'empêchait bien évidemment pas l'entente, mais la part animale en chacun ne facilitait pas les choses.

La soirée se poursuivit dans la bonne humeur générale, ou presque, si l'on excluait Damian et la Métamage rousse qu'il avait déjà croisée dans les couloirs auparavant, qu'il repéra affalée sur une table en face de lui après avoir été traînée un peu plus tôt par son compagnon parmi les danseurs, qui appréciait visiblement autant les bals que l'étalon pie. A la fin de la danse en cours, Jake s'avança vers eux, et saisit Damian par le bras.


- Ma cavalière fait une pause, mais moi je me sens encore d'attaque. Lou, je t'emprunte Damian une minute ou deux, ne t'en fait pas, je te le ramène entier !

Le pangaré entraîna son ami dans l'espace dégagé réservé à la danse, et le prit par la taille en engageant le pas et en papillonnant des cils avec la bouche en cœur. Cela dura tout juste un instant, le temps que Damian ne lui assène un léger coup de poing sur le sommet du crâne, faisant éclater de rire Jake, qui lâcha prise.

- Je croyais qu'il y avait des limites à ton affection, il faudrait savoir. observa Damian d'un ton parfaitement monocorde.

- Bah, ne prends pas la mouche ! Je me demande seulement quand tu comptes faire danser Lou. Tu es venu là pour ça, non ?

- Moui...

- Allez, il y a déjà du monde qui s'en va, il ne doit plus rester qu'un ou deux morceaux après celui-là. Invite-la à la prochaine danse ou bien... Je t'emprunterais tes notes !

- Bon bon, d'accord, la prochaine danse...

Si la menace de Jake était à demi-sérieuse seulement, la peur de ne jamais retrouver un parchemin perdu dans la jungle qu'étaient les appartements du pangaré était presque efficace... Damian baissa les épaules, vaincu, et réajusta son col pour revenir vers la jeune femme, qui n'avait pas bougé. Doucement, il vint s'asseoir près d'elle, et, aux premières notes de musique qui suivirent la partition précédente, il prit doucement sa main.

- Viens-tu danser ? Juste ce morceau, il n'est pas très compliqué ni trop rapide, tu n'as qu'à suivre le rythme. Et après ça, nous rentrerons, d'accord ?

Galamment, il l'aida à se lever et la guida au centre de la salle, puis posa timidement une main sur sa taille, glissant l'autre dans celle de Lou qu'il tenait déjà. Tout doucement, il conduisit la danse en s'efforçant de garder un rythme lent afin qu'elle puisse le suivre. Et au moins, ainsi, il ne risquait pas de se mélanger les jambes et de se faire tomber tout seul. Mais il trouva quand même le moyen de trébucher légèrement, et en reprenant son équilibre il attira la jeune femme tout contre lui alors que le morceau s'achevait. Il se racla la gorge, rougissant, et la relâcha, passant brièvement le revers de sa main sur la joue de Lou.

- Désolé, c'est ma faute. Tu t'es très bien débrouillée. Allons-y maintenant.

Il prit une grande inspiration, et retourna avec elle jusqu'au banc où ils avaient laissé son bâton, qui gênait pour danser. Jake s'était assis là et le tendit à la jeune aveugle, en leur souhaitant une bonne fin de soirée, avec un grand clin d’œil à l'intention de son camarade. Ce dernier haussa les épaules, les joues encore un peu roses et le cœur battant à la chamade. Sur le chemin menant à ses appartements, il eut maintes fois envie de faire demi-tour, mais il ne pouvait pas laisser Lou seule dans les couloirs, pas après ce qui c'était passé une semaine plus tôt, même si les coupables avaient été punis. Il était donc condamné, et c'est plus nerveux que jamais qu'il poussa la porte pour laisser entrer la jeune femme. En la refermant, il déglutit.

- Lou... Je... J'ai quelque chose à... te dire.

Mais quel idiot. Ça, c'était une l'introduction des plus romantiques ! Aucune subtilité, vraiment, il n'aurait pu trouver plus stupide ! Mais c'était dit maintenant, et il n'avait plus qu'à cracher le morceau... Ou peut-être pourrait-il esquiver le sujet en racontant autre chose ? Que Jake l'avait trouvé particulièrement belle ? Non, il l'avait déjà dit lui-même. Qu'il comptait lui offrir une autre robe ? Mais bien sûr que non, c'était complétement stupide ! Il secoua la tête pour se forcer au calme, tandis que Lou venait vers lui pour s'enquérir de ce qu'il avait à lui dire. Sentant son visage bouillir, il ferma les yeux pour faire le tri dans toutes les choses diverses et contradictoires qui s'entremêlaient dans son esprit, afin de retrouver l'essentiel, ce qu'il ressentait.

- Quand... quand je t'ai rencontrée, j'ai tout de suite su qu'il y avait quelque chose en toi... Qui me plaisait. Mais je n'y ai pas vraiment fait attention, ce sont des choses qui arrivent... Et puis il y a eu ce jour où je t'ai retrouvée, à moitié morte dans ce fossé. Ce jour-là, j'ai pris conscience que tu avais pris de l'importance pour moi, et... Au fil du temps que tu as passé ici, je me suis senti bien avec toi, et de mieux en mieux. Quand tu n'es pas là, je ne suis plus moi-même, tu me manques, et j'en suis presque malade... Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait et ça me rendait d'autant plus fou.

Tout en parlant, il avait pris la main de Lou qui ne tenait pas son bâton entre les siennes, et l'avait amenée contre son cœur. Il s'avança tout près d'elle, et posa sa main droite sur la joue de la jeune femme pour la caresser. Son anxiété s'était changée à mesure qu'il avait parlé en une sensation plus douce, en ces papillons répandant la chaleur dans le corps du Métamage à chacun de leurs battements d'aile. Il pencha légèrement la tête pour déposer un baiser très tendre sur ses lèvres fines, qui lui donna des frissons qui remontèrent le long de son échine, avant de conclure dans un souffle.

- Mais j'ai compris il y a peu. C'était simple : je suis tombé amoureux. De toi. Je t'aime, Lou...

_________________
You give me something that I can believe in.


Dernière édition par Damian Dozendhaar le Lun 26 Sep - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 24 Sep - 9:50

Lou était plutôt satisfaite de ne pas avoir été forcée à danser jusque là, se contentant d'écouter tranquillement la musique. C'était tantôt entraînant, tantôt langoureux, et très plaisant à écouter. Elle ne broncha pas quand Jake vint lui ravir Damian, se contentant de rester simplement à la même place. Elle sirota un petit verre de cidre, jusqu'à ce que son ami revienne.

" Viens-tu danser ? Juste ce morceau, il n'est pas très compliqué ni trop rapide, tu n'as qu'à suivre le rythme. Et après ça, nous rentrerons, d'accord ?


- Euh... D'accord, juste celle-là alors.

Délaissant son bâton, elle se laissa entraîner, songeant avec amertume qu'elle devait devoir ça à Jake. Et voilà qu'elle allait se ridiculiser en public... D'un autre côté, elle était assez flattée qu'il désire danser avec elle, même rien qu'une fois. Ca lui donnait l'impression d'être... importante. Au final, elle se sentait perdue dans ce qu'elle ressentait, tout se mélangeait et tourbillonnait. Elle préféra tout chasser de son esprit pour se concentrer uniquement sur la danse qui commençait, sans quoi elle allait effectivement se ridiculiser.

Elle sursauta légèrement quand la main du Métamage glissa sur sa taille. Et presque immédiatement, elle sentit en irradier comme des ondes de chaleur, qui picotaient mais qui étaient aussi terriblement agréables. Ca lui faisait cet effet à chaque fois. Puis, ils commencèrent à se mouvoir, et elle se concentra de toutes ses forces pour ne pas trébucher. Elle y parvint plutôt bien, et ce fut son cavalier qui manqua de tomber, la plaquant du même coup contre lui. Elle ne se déroba même pas, jusqu'à ce qu'il la relâche et lui caresse furtivement la joue.


- Désolé, c'est ma faute. Tu t'es très bien débrouillée. Allons-y maintenant.

Elle ne répondit pas et se contenta d'acquiescer, troublée. Elle se sentait bouillante comme si le soleil venait l'accabler directement de ses rayons, et quitter les lieux ne la peinait pas outre mesure. La nuit était très avancée, et bien des convives s'étaient déjà retirés: la fête allait finir. Elle aurait peut-être juste bien mangé encore une part de tarte au sucre... Gourmande qu'elle était. Elle récupéra son bâton, et ils purent s'en aller. A mesure qu'ils marchaient dans les couloirs, le bruit des réjouissances s'estompait peu à peu. Le château était calme, et bien des occupants devaient maintenant dormir en paix, ou alors cuver leur trop plein de vin.

Lorsqu'ils rentrèrent, ils trouvèrent le feu éteint dans la cheminée. Il faisait un peu frais, et la jeune femme alla donc jusqu'à l'âtre pour allumer un petit foyer qui réchaufferait un peu la pièce. On avait beau être en été, la chaleur du dehors n'empêchait pas les murs épais du château de garder l'intérieur très au frais. Alors qu'elle attisait un peu les braises et les flammèches qu'elle avait obtenues, elle entendit Damian se racler la gorge. Elle se redressa et s'approcha de lui pour écouter ce qu'il avait à dire.


- Lou... Je... J'ai quelque chose à... te dire. Quand... quand je t'ai rencontrée, j'ai tout de suite su qu'il y avait quelque chose en toi... Qui me plaisait. Mais je n'y ai pas vraiment fait attention, ce sont des choses qui arrivent... Et puis il y a eu ce jour où je t'ai retrouvée, à moitié morte dans ce fossé. Ce jour-là, j'ai pris conscience que tu avais pris de l'importance pour moi, et... Au fil du temps que tu as passé ici, je me suis senti bien avec toi, et de mieux en mieux. Quand tu n'es pas là, je ne suis plus moi-même, tu me manques, et j'en suis presque malade... Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait et ça me rendait d'autant plus fou.


Elle n'eut même pas le temps de digérer sa surprise qu'il avait pris sa main libre pour la poser sur sa poitrine. Elle sentait sous les muscles son coeur qui battait follement. Le sien également cognait comme un fou contre ses côtes, presque douloureusement, à les rompre. Elle le sentit s'approcher, son souffle sur son visage. Cela la tétanisa un instant, malgré la caresse qu'il lui fit sur la joue. Et vint ensuite le plus inattendu: il posa ses lèvres sur les siennes et l'embrassa langoureusement. C'était totalement inconnu pour elle... et terriblement délicieux. Elle se sentait des picotements dans tout le corps, et la tête lui tournait au point qu'elle se sentait sur le point de tomber dans les pommes. Il la relâcha finalement pour conclure.

- Mais j'ai compris il y a peu. C'était simple : je suis tombé amoureux. De toi. Je t'aime, Lou...

Elle en resta bouche bée, trop surprise et perdue pour penser à répondre quoi que ce soit. Finalement, de surprise, elle en laissa tomber son bâton qui heurta le sol avec un bruit mat avant de rouler légèrement sur le côté. Tremblante et hésitante, elle s'avança lentement vers lui, ne sachant même pas ce qu'elle faisait au juste, mais certaine au fond d'elle d'être guidée par son coeur et par ce qu'elle ressentait. Elle avait l'impression qu'un brasier bien plus puissant que celui de la cheminée lui consumait la poitrine. C'était à la fois doux et douloureux.

Finalement, elle tendit la main et le toucha. Elle vint se blottir dans ses bras, toujours sans rien dire, et se serra tout contre lui. Après quoi, elle releva la tête. D'émotion, des larmes commençaient à lui inonder les joues. Mais ce n'étaient pas des larmes de tristesse, bien au contraire... C'étaient des larmes nouvelles, d'une sorte qu'elle n'avait jamais versées. Son regard aveugle fixé sur son visage, elle fit doucement remonter sa main droite le long de son torse, puis de sa gorge, tâtonnante, avant d'arriver au menton, et de rencontrer finalement les lèvres, qu'elle caressa légèrement du bout des doigts, dans un effleurement délicieux. Ayant localisé sa bouche, elle se mit légèrement sur la pointe des pieds et, même peu sûre d'elle, prit l'initiative de l'embrasser, elle. Ce fut tendre et tout doux, mais elle trouva ça aussi bon que la fois précédente.

Quand elle le relâcha, elle lui caressa une fois de plus les lèvres, pleurant pour de bon cette fois. Elle voulait dire quelque chose, mais elle avait l'esprit trop confus. Et pour couronner le tout, elle avait la gorge serrée de sanglots. De sanglots de bonheur. Elle était au moins sûre d'une chose: elle aussi l'aimait, de tout son coeur et de tout son être, depuis déjà longtemps. Il était devenu en quelques mois son univers, sa raison de vivre et de sourire, son refuge et son confident, son meilleur ami et son protecteur. Elle eut un petit sourire timide embrouillé par les larmes.


- Moi aussi je t'aime, Damian. Je... je t'aime plus que tout au monde.

Elle se mordit la lèvre, un peu maladroite. Elle aurait aimé s'exprimer mieux que ça, mais c'est tout ce qui lui était venu et qu'elle avait réussi à prononcer d'une voix enrouée par l'émotion. Elle avait l'impression de mourir littéralement de chaud, d'être sur le point de fondre, et tout son être, de la poitrine au bas ventre, était ravagé pas ces papillonnements étranges et brûlants. Restait qu'il y avait une zone de doute qui subsistait pour elle, et qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de ressentir.

- Mais... Tu es sûr de vouloir me prendre pour compagne? Je suis infirme et je... je ne suis pas digne de toi, je n'ai pas ton rang. Tu mériterais quelqu'un de mieux né, ou qui t'égale par son statut.

Elle avait beau espérer de tout coeur qu'il ne se détourne pas d'elle, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir un certain malaise vis à vis de ça. Elle voulait entendre sa réponse pour être rassurée, ou bien pour... En tout cas, même s'il se détournait finalement d'elle, elle comprendrait. Elle en souffrirait mille morts, mais accepterait, et comprendrait totalement ses raisons. Elle posa doucement sa tête contre son torse puissant, et ferma les yeux, blottie contre lui, ses mains posées sur sa poitrine. Finalement, elle reprit la parole.

- Dis, Damian. Tu me... me trouves euh... jolie?"

Elle s'en voulut de poser la question. Mais d'un autre côté, c'était totalement compréhensible. Non seulement elle ne savait pas à quoi l'homme qu'elle aimait ressemblait, mais en plus de ça, elle ne savait même pas de quoi elle-même avait l'air. Elle avait conscience d'avoir pris de belles formes généreuses qu'elle n'avait pas avant, grâce à la bonne alimentation qu'elle recevait, mais sa dernière image d'elle remontait à un reflet dans le miroir quand elle avait utilisé ses pouvoirs, alors qu'elle était adolescente... Elle avait sans doute beaucoup changé depuis. La vie et les mauvais traitements l'avaient-ils rendue laide, repoussante?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 26 Sep - 21:34

Damian relâcha doucement Lou en se mordant la lèvre. Après cette déclaration, il n'était pas vraiment soulagé, craignant que la jeune femme ne le prenne mal, ou tout simplement que ses sentiments ne soient pas réciproques... Il avait également peur de l'avoir froissée en l'embrassant, mais en revanche, il ne regrettait pas ce geste le moins du monde. Il sursauta lorsque le bâton de Lou heurta le sol dans un bruit sourd, et réalisa alors qu'elle s'avançait vers lui, choquée. Ne sachant pas comment réagir, il resta immobile jusqu'à ce qu'elle tende la main pour le toucher, avant de se laisser presque tomber contre lui pour le serrer contre elle.

Ne pouvant que l'entourer de ses bras lui-même, Damian eut alors la sensation de fondre comme de la neige au soleil, comme si toute la tension désagréable en lui avait coulé à ses pieds pour laisser place à un sentiment de profonde félicité, tellement intense qu'il en eut presque les larmes aux yeux. Mais en fait, c'était Lou qui s'était mise à pleurer. La jeune aveugle avait relevé la tête, jusqu'alors appuyée contre la poitrine du Métamage, et effleura du bout des doigts le torse de celui-ci, puis sa gorge, son menton et enfin ses lèvres.

Le jeune homme frissonna violemment à ce contact, dont il avait rêvé tellement de fois, et il en fut tellement troublé qu'il ne remarqua qu'au dernier moment que Lou s'était hissée sur la pointe des pieds pour à son tour lui donner un baiser, dont la douceur infinie ne fit qu'attiser le feu qui gagnait peu à peu l'intégralité de son corps. Doucement, il glissa ses doigts dans la chevelure sombre de la jeune femme, qu'il caressa avec tendresse jusqu'à ce qu'elle descelle leurs lèvres pour y repasser ses doigts.


- Moi aussi je t'aime, Damian. Je... je t'aime plus que tout au monde.

Cette phrase tant espérée sans y croire, couplée aux larmes qui s'écoulaient telles des perles de rosée sur les joues de Lou, submergea d'émotion Damian qui du étouffer un sanglot et essuyer des gouttes qui scintillèrent brièvement au coin de ses yeux bicolores, avant de passer ses pouces sur le visage de la jeune femme pour essuyer les siennes. Le regard aveugle de celle-ci le fixait intensément, son visage marqué d'une soudaine inquiétude.

- Mais... Tu es sûr de vouloir me prendre pour compagne ? Je suis infirme et je... je ne suis pas digne de toi, je n'ai pas ton rang. Tu mériterais quelqu'un de mieux né, ou qui t'égale par son statut.

- Mon amour, tu serais servante de la plus basse classe dans ce château que ça n'aurait pas d'importance. Je t'aime comme tu es, de toute mon âme. Mais je t'en prie, arrête de pleurer...

Il la serra fort contre lui alors qu'elle avait posé sa tête contre sa poitrine, son visage enfoui dans la masse de cheveux bruns soigneusement coiffés pour le bal, et s'enivra un instant de son odeur en frémissant. Mais il se reprit presque aussitôt. Il savait très bien, et mieux que personne, les traumatismes qu'elle avait vécu, et ne voulait pas la brusquer en perdant le contrôle de lui-même. Mais d'un autre côté, il la désirait tellement...

- Dis, Damian. Tu me... me trouves euh... jolie ?

Le jeune homme eut un petit rire. Quelle drôle de question ! Cela dit, il était vrai qu'elle ne pouvait se voir, et que finalement, cette interrogation était assez justifiée. Il passa ses mains de part et d'autre du cou de Lou pour l'éloigner tout doucement de lui et la regarder attentivement, et apprécier ses traits fins et délicats, ses épaules fines, et ses formes généreuses rendues encore plus superbes récemment par la riche nourriture de Lytsoul.

- Ta beauté est à couper le souffle. En tout cas, le mien me manque pour la qualifier...

Il revint vers elle pour la prendre par la taille, et se pencha pour déposer lentement et sensuellement une traînée de baisers dans son cou et dans le creux de son épaule. Puis, il appuya son front contre cette dernière et soupira, avant de se redresser. Il devait mettre les choses au clair immédiatement, pour savoir ce qu'il en était exactement du côté de la jeune femme, et s'il pouvait espérer une tendre étreinte dans quelques jours, ou quelques semaines, voire quelques mois, même si cette dernière option le laissait frustré à l'avance.

- Lou, je... dois t'avouer quelque chose. Je suis éperdument amoureux de toi, et... je te désire corps et âme, également... Mais je sais que tu n'as pas eu de bonnes expériences de ce point de vue, alors, je veux que tu saches que j'attendrais, le temps qu'il faudra, que tu te sentes prête. Et je ne te forcerais jamais à quoi que ce soit.

Un peu gêné, il la relâcha et alla s'asseoir sur son lit, retirant sa veste qui lui tenait beaucoup trop chaud depuis quelques minutes déjà. Il regarda un petit moment le feu brûler dans l'âtre, semblable à celui qui irradiait en lui au même moment. Oui, ce serait sans doute difficile de tenir, de pouvoir la tenir dans ses bras, mais sans jamais lui donner autant qu'il aurait voulu... Mais c'était la seule chose à faire. Avant de penser à lui et à ses désirs, il pensait d'abord à elle.

- Mais tu sais, en ce qui me concerne, il ne s'agirait pas de simplement me... soulager, si on peut dire. J'aimerais te sentir frémir contre moi, te voir perdre pied, peu à peu... Que tu aimes ça, toi aussi, en fait. J'essaierais de faire ça bien, même si je n'ai jamais...

Il rougit cette fois-ci franchement et se mordit l'intérieur des joues pour se forcer au silence. A force de réfléchir à voix haute, il avait glissé un aveu assez compromettant. Il doutait qu'elle lui en veuille ou le juge pour cela, mais peut-être que ça ne l'aiderait pas à se sentir en confiance, sachant qu'il n'avait aucune expérience... Le pie entendit l'écho lointain de la voix de Jake glissant un petit sarcasme sur le sujet, et se massa finalement les tempes en grognant. Ce qui est dit est dit...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 27 Sep - 13:25

Quand Damian la rassura concernant son statut, Lou se sentit frissonner. Il l'avait appelée "mon amour". Et cela sonnait terriblement bien à ses oreilles. C'était une chose qu'elle n'espérait plus entendre depuis déjà bien longtemps. Elle avait désespéré de trouver un jour un compagnon et un peu de bonheur, et voilà qu'elle avait trouvé les deux d'un coup. Au final, cela n'avait pas eu que des conséquences néfastes qu'elle se fasse agresser, puisque cela lui avait permis de faire la connaissance du Métamage. A quelque chose malheur est bon, comme on dit.

" Lou, je... dois t'avouer quelque chose. Je suis éperdument amoureux de toi, et... je te désire corps et âme, également... Mais je sais que tu n'as pas eu de bonnes expériences de ce point de vue, alors, je veux que tu saches que j'attendrais, le temps qu'il faudra, que tu te sentes prête. Et je ne te forcerais jamais à quoi que ce soit.

La jeune femme, qui avait rougi de plaisir quand il l'avait complimentée sur sa beauté, même si elle ne pouvait que le croire sur parole, se sentit brusquement assaillie par un puissant sentiment de malaise. Son sourire s'évanouit peu à peu de ses lèvres. A vrai dire, elle n'avait même pas pensé à tout ça, et encore moins qu'il mettrait tout sur le tapis dès les premiers instants. Elle en vint à redouter qu'il ne lui ait dit tout ça que pour l'attirer dans son lit...

- Mais tu sais, en ce qui me concerne, il ne s'agirait pas de simplement me... soulager, si on peut dire. J'aimerais te sentir frémir contre moi, te voir perdre pied, peu à peu... Que tu aimes ça, toi aussi, en fait. J'essaierais de faire ça bien, même si je n'ai jamais...

Définitivement gênée et un peu angoissée, Lou détourna la tête. Elle aurait dû y penser, évidemment. Tout homme, même Damian, avait ce genre de désirs, et ce n'était que d'autant plus légitime avec la femme qu'il aimait. Restait qu'elle avait espéré qu'il lui laisserait du temps... Elle lui était reconnaissante de lui laisser le temps de se sentir prête, mais d'un autre côté, aborder ce sujet le mettait dans un état de nervosité inconfortable. Il lui arrivait encore trop souvent de revivre ses viols en cauchemars, et rien que d'y penser, elle frissonna d'horreur. Finalement, elle se retourna vers le jeune homme, la gorge un peu serrée.


- Est-ce qu'on peut... dormir tous les deux? Juste dormir... J'ai envie de me blottir dans tes bras, je m'y sens tellement en sécurité...

Elle n'avait aucune réponse à ce sujet à lui fournir ce soir-là. Et surtout, elle était véritablement épuisée. Il était tard, elle avait dansé et eu quelques émotions fortes. Sans compter avec le festin qui était lourd à digérer et lui donnait d'autant plus envie de dormir. Elle lui fit un petit sourire navré. Elle avait quelque part mauvaise conscience de lui refuser l'objet de son désir, mais rien que l'idée d'être à nouveau touché par une homme d'une certaine façon, et à certains endroits, même si c'était lui... Elle frissonna à nouveau.

- J'ai passé une excellente soirée. Je... je n'avais jamais rien connu de tel. Et le repas était meilleur que tout ce que j'ai pu manger dans ma vie. Merci pour tout ça..."

Elle lui sourit plus franchement cette fois, puis elle s'éloigna pour aller enfiler ses vêtements de nuit dans sa chambre. Elle ne se sentait pas encore prête à s'exposer nue à son regard, et elle restait pudique. Quand elle revint dans la chambre de Damian, elle alla jusqu'à lui. Elle tâtonna une fois de plus du bout des doigts sur son visage pour trouver sa bouche, et une fois qu'elle y fut parvenue, lui déposa un tendre baiser au coin des lèvres. Après quoi, elle s'installa doucement dans le grand lit confortable, et s'enfouit sous les couvertures.

Elle eut du mal à attendre qu'il la rejoigne pour sombrer dans le sommeil. Ses paupières étaient lourdes, et elle se sentait partir. Cependant, quand il fut lui aussi couché, elle vint timidement se coller contre lui, dans ses bras, lovée là comme un chaton. Elle se sentait terriblement bien ainsi, en sécurité, protégée et aimée. Elle poussa un soupir de bien-être, et sombra quelques instants plus tard dans un profond sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin... [Privé Damian Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages-
Sauter vers: