Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Confessions [Privé Damian Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 27 Sep - 13:52

Cela faisait déjà plusieurs semaines que Damian et Lou s'étaient avoué leur amour. Le moins qu'on pouvait en dire, c'était qu'ils en profitaient un maximum, et qu'ils ne pouvait pratiquement plus se passer l'un de l'autre. La seule ombre au tableau était leur unique tentative de consommer leur amour, tentative encore récente qui s'était soldée par un échec. Ils n'avaient pas retenté le coup une seconde fois depuis lors, pour laisser passer un peu de temps.

Car ce n'était pas faute d'aimer profondément son compagnon, mais la jeune aveugle n'était pas parvenue à supporter le contact d'un homme de cette manière là, malgré sa résolution et son envie de lui faire plaisir. Avant même qu'il ait pu la toucher sérieusement, elle s'était mise à trembler comme une feuille, et les larmes lui étaient montées aux yeux. Après quoi, elle avait craqué et s'était enfuie dans un coin du lit le plus loin possible du Métamage, recroquevillée sur elle-même, sanglotant tout en continuant à trembler.

Le jeune homme allait donc devoir prendre son mal en patience. Lou, elle, culpabilisait, mais c'était plus fort qu'elle, elle était terrorisée. Heureusement, les autres moments qu'ils passaient ensemble compensaient tout cela, et le temps magnifique qu'il faisait en rajoutait encore. Quand Damian vaquait à ses occupations de Métamage, elle-même confectionnait confitures, pâtisseries et autres délices liés aux produits de saison. Et quand ils se retrouvaient, c'était presque une fête de tous les instants.

A défaut de voir l'élu de son coeur, la jeune femme compensait en ayant un besoin accru de contact, de baisers et de câlins, ce qui pouvait sembler paradoxal vis-à-vis de sa peur d'un contact plus intime. Son plus grand plaisir était de passer la soirée blottie contre son compagnon à parler tout en câlinant. Ou alors, prenant de l'assurance depuis qu'elle s'était trouvé une vraie raison de vivre, elle passait la soirée avec lui dans la cour à manger et à écouter les musiciens et les chanteurs. Avec le beau temps, c'était un peu une fête continue qui se déroulait le soir, et qui permettait à tout le monde de se délasser après des journées éreintantes sous un soleil de plomb.

Ce soir-là, Lou était rentrée avant le retour de son compagnon. Elle avait rapporté avec elle plusieurs bocaux de confitures de sa confection, ainsi qu'un pot de miel crémeux, et plusieurs pâtisseries au miel, qui provenaient de recettes qu'elle avait apprises auprès d'un voyageur venu des régions désertiques de l'extrême sud du royaume. Elle avait l'intention de lui faire goûter tout ça, mais pas seulement. Elle avait aussi pensé qu'il serait temps de lui avouer deux ou trois petites choses sur elle, maintenant qu'ils étaient aussi proches. Et elle avait bon espoir que cela les rapprocherait davantage, et que cela l'aiderait peut-être à... sauter le pas avec lui. Elle ne le pensait pas capable de la rejeter en découvrant la nature des pouvoirs qu'elle possédait. Du moins l'espérait-elle...

Quand elle entendit la porte des appartements grincer légèrement en s'ouvrant, après qu'un bruit de clé tournant dans la serrure ait cliqueté, elle sourit et vint à la rencontre de Damian. Elle avait déjà fait apporter le dîner par un serviteur, et les plats étaient disposés sur la table, tenus au chaud par des cloches de métal. Elle avait allumé un bon feu dans la cheminée, et elle-même avait hâte de manger.


" Bonsoir mon amour. Tu as passé une bonne journée?

Elle lui offrit un tendre sourire avant de chercher ses lèvres puis de l'embrasser. Petit rituel nécessaire pour elle qui ne voyait pas et devait donc tout localiser au toucher, mais que le jeune homme adorait tout particulièrement, de son propre aveu. Elle se blottit brièvement dans ses bras, inspirant à plein nez son odeur qu'elle connaissait par coeur. Après quoi, elle le relâcha.


- J'espère que tu as faim. J'ai fait quelques petites choses en cuisine et j'aimerais te les faire goûter.

Elle avait été chercher des tartelettes un peu plus tôt, une fois leur cuisson achevée. Elle n'avait malheureusement pas eu assez de mains pour tout emporter en une seule fois, et elle tenait à faire également goûter ces petites tartes au Métamage. Elle en avait emporté deux de chaque sorte: fruits des bois, pêches et cerises. Rien qu'à l'odeur, elle aurait parié qu'elles seraient délicieuses, sans vouloir se vanter. Restait qu'elle se savait bonne cuisinière.

- J'aurais aussi... deux ou trois petites choses dont j'aimerais te parler, quand on aura fini de manger. Et peut-être... quelque chose à te montrer."


Son ton était devenu plus grave l'espace d'un instant, mais elle lui fit un sourire pour le rassurer tout en s'installant à table. Ses propres petits plats viendraient ensuite, en guise de dessert. Elle avait prévu une jatte de crème toute fraîche pour accompagner la confiture, après quoi ils pourraient goûter aux pâtisseries. Leur dîner se composait d'une belle pièce de mouton grillé au miel et aux herbes, accompagné d'une généreuse quantité de légumes de saison, d'une grosse miche de pain frais et croustillant, ainsi que d'un vin blanc sucré qui provenait de la région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 30 Sep - 0:13

D'un pas léger, Damian faisait tranquillement route vers ses appartements après une énième journée de travail et d'entraînement. Avec la chaleur étouffante au dehors, il était particulièrement exténué, mais la perspective de retrouver finalement Lou, et de pouvoir la prendre contre lui, l'embrasser et lui dire combien il l'aimait lui donnait des ailes. Naturellement, il se trouvait de nouveau assez dissipé avec ces préoccupations nouvelles, mais s'efforçait de ne pas prendre de retard. Il ne manquerait plus qu'il soit rétrogradé, à force de rêvasser.

En un peu plus de trois semaines qu'ils s'étaient déclarés, les deux amoureux coulaient des jours paisibles à savourer chaque instant qu'ils pouvaient partager à deux. Et finalement, le Métamage vivait mieux qu'il l'aurait cru le fait de ne pouvoir lui prouver son amour de façon plus charnelle. Par moments, la frustration se manifestait, souvent au beau milieu de la nuit. Mais du reste, il relativisait, et savourait simplement ce qu'il avait, ce qui était déjà beaucoup pour lui qui n'aurait jamais cru pouvoir se faire aimer sincèrement de quelqu'un.

Ils avaient bien essayé une fois, récemment, dans un élan de bonne volonté de Lou, mais cela avait mal tourné, et Damian avait mis près d'une heure à calmer totalement sa compagne, qui s'était mise à paniquer alors qu'il avait à peine commencé à la déshabiller. De la voir ainsi terrorisée l'avait passablement refroidi, et profondément blessé. Non pas qu'il en fut vexé, mais il ne supportait pas de la voir aussi mal, à tel point qu'elle ne veuille plus qu'il l'approche, lui en lequel elle avait pourtant toute confiance. Aussi s'était-il résigné à lui laisser davantage de temps, même s'il ne renonçait pas à au moins tenter de lui donner l'envie, juste de temps en temps pour ne pas lui mettre la pression.

Au moins, il était comblé pour ce qui était des cajoleries, baisers et autres caresses, qu'il affectionnait énormément, surtout de la manière dont la jeune femme le faisait, forcée par sa cécité. Il trouvait cela particulièrement adorable, et commençait à croire qu'il pourrait finir par mourir d'amour de simplement la regarder tendre les mains vers lui pour apprécier les traits de son visage au toucher.

Le jeune homme se rendit tout d'abord aux cuisines pour voir si Lou s'y trouvait encore, mais elle l'avait visiblement devancé. Il fallait dire qu'il était assez tard, et l'entraînement avait duré un peu plus longtemps que d'ordinaire. Fort heureusement, lorsqu'il faisait de l'exercice physique, le temps passait bien plus vite pour le Métamage équin, si bien qu'il n'avait pas eu l'impression de s'absenter tellement longtemps. Restait qu'elle lui manquait tout autant que les autres jours, et qu'il avait hâte de rentrer pour la serrer dans ses bras.

Naturellement, Jake n'avait pas manqué de noter tous les changements d'attitude de son ami, et de les ponctuer bien souvent par une petite remarque salée, mais toujours amicale. Par la force de l'habitude, Damian avait appris à les ignorer avec encore plus de superbe qu'à l'accoutumée. En ce qui concernait la terreur de Lou, il en avait parlé timidement avec son camarade pangaré, qui s'abstenait de fait de toute pique sur le sujet, le devinant très sensible. Mais il avait d'ores et déjà prévenu le pie : une fois qu'elle aurait vaincu sa peur, il ne manquerait pas de faire tous les commentaires qui lui passaient par la tête. Le rouquin s'était donc promis de faire mention d'un tel évènement le plus tard possible, voire jamais.

Malgré la fatigue, et les risques que cela comportait de part sa maladresse légendaire, il grimpa les marches du dernier escalier deux par deux, trop impatient de retrouver sa bien-aimée, et progressa d'un pas rapide dans le couloir pour enfin se trouver devant sa porte. Il inséra la clé dans la serrure et poussa la porte, trouvant Lou qui l'attendait visiblement de pied ferme pour dîner. Elle vint à lui alors qu'il refermait la porte, l'accueillant avec son plus beau sourire, qui fit chavirer le cœur du jeune homme.


- Bonsoir mon amour. Tu as passé une bonne journée ?

- Bonsoir mon cœur... Disons que, le temps passe très lentement sans toi.

Il se laissa faire alors qu'elle lui effleurait le visage du bout des doigts pour repérer ses lèvres afin de lui donner un baiser, qu'il lui rendit tendrement en lui passant doucement les mains sur le cou et les épaules, yeux clos. Puis elle resta quelques instants blottie dans ses bras, instants dont Damian profita pour jouer distraitement avec ses longs cheveux, jusqu'à ce qu'elle le relâche pour se diriger vers la table.

- J'espère que tu as faim. J'ai fait quelques petites choses en cuisine et j'aimerais te les faire goûter.

- Encore ?! s'exclama Damian avec un éclat de rire. Je vais finir par croire que tu veux m'engraisser !

En effet, il fallait reconnaître à Lou un talent certain pour la cuisine, qui n'était nullement entravé par le fait qu'elle soit aveugle. Tout ce qu'elle confectionnait était un réel délice, ce qui n'était pas pour arranger Damian et sa gourmandise de bon cheval qui se respecte. Heureusement, les réalisations culinaires de la jeune femme n'étaient pas ce qu'il y a de plus gras ou sucré, mais le problème était surtout que le Métamage ne pouvait pas s'empêcher de goûter à tout, et, au final, se retrouvait avec mal au ventre d'avoir trop mangé... Il haussa les épaules et s'assit à table, sa compagne faisant de même.

- J'aurais aussi... deux ou trois petites choses dont j'aimerais te parler, quand on aura fini de manger. Et peut-être... quelque chose à te montrer.

Damian, qui servait le vin, haussa un sourcil. Le ton de la jeune aveugle était plutôt grave, et assez sérieux pour présager quelque chose d'important. Son sourire se voulait rassurant, mais l'intuition animale du Métamage lui indiquait très clairement une certaine gêne du côté de Lou. Cependant, il ne voulait pas gâcher leur repas, et se contenta donc d'acquiescer d'un simple "d'accord" avant de soulever la cloche de métal qui recouvrait son plat pour l'attaquer. Ils mangèrent tranquillement, conversant gaiement comme ils en avaient l'habitude, puis la jeune femme lui servit les douceurs promises afin qu'il y goûte.

Le miel n'était pas vraiment sa sucrerie préférée, aussi délaissa-t-il poliment le bocal après en avoir goûté une cuillerée par politesse. En revanche, les pâtisseries au miel passèrent beaucoup mieux, et il fit tout simplement un sort aux tartelettes, dont il ne laissa pas une miette malgré qu'il eût du mal à terminer la dernière, tant il était repus. Il poussa un long soupir de contentement.


- C'était vraiment délicieux, tu as un talent fou pour ce genre de choses. Par contre, je crois que mon ventre va exploser...

Il émit un petit rire et s'étira, puis se leva lentement et vint déposer un baiser sur la joue de Lou avant de faire un détour rapide par la salle d'eau pour se débarbouiller et se laver les mains, et également passer en vitesse un coup de brosse dans les longs cheveux roux et blancs, dans lesquels quelques miettes de tarte étaient venus s'accrocher. Il en profita pour les rassembler en une queue de cheval sommaire, puis revint dans la pièce à vivre où il retrouva la jeune femme. Il la regarda un instant sans rien dire, malgré la curiosité qu'avait éveillée la déclaration de Lou avant le repas. Il vint finalement vers elle et la prit doucement par la main, pour l'amener avec lui jusqu'à leur lit, où il l'invita à s'asseoir.

- Alors, tu voulais... Me dire quelque chose ?

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 30 Sep - 14:02

Une fois le repas avalé, Lou n'eut même pas l'occasion d'appeler un serviteur pour qu'on remporte leurs plats, que Damian l'entraîna dans leur chambre, non sans l'avoir auparavant complimentée pour sa cuisine. Elle-même s'était régalée, il fallait l'avouer. Elle se laissa faire, et s'assit lentement sur le lit près de lui quand il l'y invita sans même avoir besoin de parler. Elle le comprenait par ses gestes et ses contacts, cela suffisait.

" Alors, tu voulais... Me dire quelque chose ?

- Oui, je... Je pense qu'il est temps que tu saches un peu mon histoire. C'est difficile pour moi d'en parler, je ne l'ai jamais partagé, même pas avec mon père adoptif. Du moins, pas complètement. Mais je ne veux plus avoir de secrets pour toi, et j'espère que tu comprendras.

Elle prit une profonde inspiration. Elle allait tout lui raconter, mais cela ne serait pas facile pour elle, loin de là. Revivre ces moments atroces qui l'avaient marquée à jamais, cela lui faisait aussi mal qu'au premier jour. Autant que possible, elle avait refoulé tout ça au fond de son esprit pour ne pas trop en souffrir. Elle prit doucement la main de son compagnon dans la sienne pour puiser du courage dans ce contact, et se lança.

- Comme tu le sais déjà, je suis la fille bâtarde d'un chevalier et d'une servante d'un petit château d'un seigneur de la petite noblesse du coin. Quand ma mère s'est retrouvée enceinte et inutile aux travaux, on l'a chassée alors qu'elle n'avait rien, et elle s'est réfugiée dans le village que tu connais. C'est là qu'elle m'a mise au monde et élevée, dans une petite maison misérable. Je ne me souviens pas d'avoir été malheureuse, elle était bonne avec moi même si j'étais aveugle. Depuis que je suis petite, elle me racontait qui était mon père, mais comme s'il allait un jour venir s'occuper de nous. Elle est morte de maladie alors que j'avais quatre ans.

Elle était sûre de ces informations car elle entendait encore la voix de sa mère lui dire que son père était un chevalier, et vanter ses mérites. Cela avait ensuite été confirmé par les aubergistes qui l'avaient recueillie, qui tenaient vraisemblablement ça de sa mère, et qui lui avait rabâché ça sur les oreilles pendant toute son enfance avec bien moins de gentillesse, en la traitant de bâtarde et autres choses agréables.

- Quand ma mère est morte, les aubergistes du village m'ont recueillie. J'étais toute petite, perturbée par la mort de ma mère, et j'ai reporté toute mon affection sur eux, mais j'ai vite changé d'avis. Au début, ils se sont montrés prévenants, tout en me faisant déjà travailler dans leur auberge. Mais j'avais beau faire de mon mieux, comme je ne voyais pas, je cassais souvent tout ce que je touchais, ou je me trompais, ou encore je tombais... Si au début ils me nourrissaient et s'occupaient assez bien de moi, ils m'ont vite considérée comme un fardeau inutile, et le cauchemar a commencé.

Même pas un an après son arrivée, vivre là était devenu un vrai supplice pour elle. Elle se tut un instant, venant aux moments les plus douloureux. Elle s'était mise à les détester tout en les craignant terriblement. Avec tous les mauvais traitements qu'ils lui faisaient subir, elle n'aspirait qu'à se faire oublier dans un coin. Elle avait même pensé, un peu plus grande, à fuir, mais comment et où? Dans son état, elle n'en avait jamais été capable.

- Ils ont continué à me faire travailler, plus comme une esclave qu'autre chose. Si je cassais quelque chose ou que je faisais mal, ils me battaient, ou alors me privaient de nourriture. Pour s'amuser, ils remplaçaient le contenu de mon assiette par de la boue, des asticots, de la sciure de bois ou tout ce qui leur passait par la tête, et ils riaient de me voir manger ça et m'en rendre malade quand je remarquais de quoi il s'agissait. Quant à mon eau, soit ils crachaient dedans, soit ils la remplaçaient par d'autres liquides. J'ai eu droit à de l'urine de cheval, une fois. Et si je vomissais, je me faisais battre et devais tout nettoyer. Ou alors, s'ils me faisaient manger de la nourriture normale, ils me volaient le contenu de mon assiette. De là, j'ai commencé à avoir peur de manger avec eux, tout simplement.

Elle sentit son estomac se tordre à ces souvenirs. Elle en venait à se rendre malade d'angoisse avant de passer à table, tellement elle craignait de découvrir des immondices dans son plat. Même maintenant, il lui semblait encore entendre les rires mauvais et les ricanements de toute la famille alors qu'ils la regardaient faire et se délectaient de leurs farces ignobles. Tout ça parce qu'elle avait le malheur d'être différente...

- Ils avaient des enfants, aussi, trois fils. Ils avaient sept, six, et quatre ans de plus que moi. Eux aussi étaient un véritable calvaire pour moi, ils me tourmentaient et me battaient sans jamais se faire reprendre par leurs parents. Mais le pire pour moi, c'était leur fils aîné, Lorik. C'est lui qui m'a... violée pour la première fois, alors que je venais d'avoir huit ans. Il en avait quinze. Et selon ses envies, ça revenait plus ou moins fréquemment, parfois tous les jours, même plusieurs fois, ou bien j'avais un répit de plusieurs semaines avant qu'il recommence. En plus de ça, il me battait à la volée, presque plus fort que son père. Je crois que ça lui... plaisait.

Elle frissonna violemment. L'adolescent était devenu son pire cauchemar au cours de sa huitième année de misérable existence, et elle se prit même à traîner dans les pattes des aubergistes autant que possible, quitte à être battue, pour éviter de se retrouver seule avec lui et de subir ses viols. Ou alors, elle se réfugiait dans les écuries. Là, en général, on ne venait pas la chercher, ou alors on ne la trouvait pas, elle était trop bien cachée dans les pattes des chevaux.

- Un jour qu'il m'avait violée dans un tas de foin à côté des écuries, et battue en même temps, j'étais allée m'y réfugier à moitié nue, pleurant toutes les larmes de mon corps. Je me suis traînée dans un box vide, encore souillé de litière, mais je n'en avais plus rien à faire. Je suis restée là tout l'après midi sans qu'on vienne me chercher, et je n'ai pas répondu à l'appel pour le repas, même si je savais qu'on allait me donner le fouet. L'écurie était le seul endroit où je me sentais en sécurité. Je savais m'occuper des chevaux aussi bien que n'importe qui, et j'aimais le faire. En plus, ils étaient gentils avec moi, même les étalons les plus fougueux. La nuit venue, un incendie s'est déclaré dans l'auberge. Apparemment, le bois que les frères avaient ramené était trop vert, et les étincelles produites avaient mis le feu au bâtiment. Tout flambait, et l'auberge s'est finalement écroulée, en emportant la famille que je détestais tant, ainsi que les clients qui s'y trouvaient. L'écurie étant un bâtiment à part, le feu n'a commencé à prendre que quand le vent a apporté les braises sur le toit. J'ai voulu fuir, mais j'étais piégée, et trop petite et frêle pour soulever la lourde poutre qui tenait les doubles portes ouvertes. Les chevaux paniquaient dans leurs stalles, et je me voyais déjà morte quand les villageois sont venus pour secourir les survivants, éteindre le feu et libérer les chevaux. C'est là que le forgeron m'a ouvert et emportée en sécurité avant de libérer les bêtes.

Elle marqua une pause. Elle se sentait la gorge serrée, mais, pour une fois, même si ses yeux la picotaient et qu'elle y sentait des larmes, elle ne pleurait pas. Elle serra doucement la main du Métamage dans la sienne, le pire de son récit étant passé. Puis, elle vint quérir un timide baiser sur les lèvres du jeune homme pour y puiser du courage avant de poursuivre.

- Il m'a recueillie et élevée comme sa propre fille. Sa femme était morte en couches en donnant le jour à un enfant mort-né bien des années auparavant, et il m'a aimée autant qu'il était possible pour un père. J'ai été terriblement heureuse avec lui. Il m'a appris à faire plein de choses, plus encore que les aubergistes, et avec patience, douceur et bonté. Il m'a même appris à compter. Je l'aidais aux travaux de la maison, et à la forge. Je savais cuisiner, m'occuper des chevaux et même forger quelques petites choses, sans oublier qu'il m'avait aidée à développer mes autres sens et ma dextérité manuelle pour fabriquer des objets. C'est lui qui m'a offert mon bâton pour me diriger, et mon petit poignard pour me défendre. Il m'a rendue aussi débrouillarde que possible. Malheureusement, il est mort d'un coup de froid lors de l'hiver de mes quinze ans. C'est là, sur son lit de mourant, que je lui ai fait toutes les promesses qu'il exigeait de moi."

Elle se souvenait encore du brave homme, tel qu'elle l'avait découvert la première fois que ses pouvoirs s'étaient manifestés, et qu'elle lui avait pris sa vue. C'était un colosse massif, une montagne de muscles moitié aussi large qu'il était haut, avec des mains comme des battoirs. Il avait la chevelure et le poil dru de sa courte barbe mêlé de roux et de gris, mais des fossettes au coin de ses yeux verts voilés par le pouvoir de la jeune fille, qui prouvaient qu'il était volontiers souriant. Elle l'avait aimé presque plus qu'elle n'avait jamais aimé sa mère. Pour elle, son véritable père, cela avait été lui.

Cette fois, elle en avait terminé avec le récit de sa triste vie. En la racontant, elle l'avait revécue, mais en même temps, elle avait aussi eu l'impression que tout cela avait eu lieu il y a une éternité, ou que cela était arrivé à une autre Lou. Le bonheur qu'elle ressentait actuellement reprenait le pas immédiatement sur le malheur qui avait ressurgi de son passé, et elle eut un petit sourire à l'attention de Damian. Elle n'avait volontairement pas parlé de ses pouvoirs, car elle comptait les lui montrer juste après. En espérant qu'il ne la prendrait pas pour un monstre dangereux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 1 Oct - 0:05

Damian se tendit lorsque Lou lui annonça qu'elle souhaitait lui parler de son passé. Sans le connaître davantage que quelques bribes concernant ses parents, le forgeron et les maltraitances qu'elle avait subies récemment, il le devinait lourd et douloureux, ne serait-ce qu'en raison de la naissance et du handicap de la jeune femme. En ce monde, malheureusement, il n'y avait pas moyen d'être différent sans être regardé de travers et jugé. Et pour l'avoir vécu, il en était bien conscient.

- Vas-y, je t'écoute. Prends ton temps, surtout.

Quelque part, il avait toujours su qu'une telle conversation aurait lieu un jour, et il l'avait toujours appréhendé. Il ne se considérait pas comme particulièrement doué pour réconforter les gens, dans la mesure où il n'avait pas vraiment eu d'amis avant Jake, et aucune relation amoureuse avant Lou. En somme, il était tout simplement nul en relations humaines, et cela lui faisait craindre de se trouver sans savoir quoi dire ou faire. La jeune aveugle glissa alors sa main dans celle du Métamage pour commencer son récit, et le jeune homme tint parole en l'écoutant attentivement.

Ainsi, il visualisa tandis qu'elle les revivait les évènements qui avaient marqué la vie de Lou, de sa naissance malheureuse dont il était déjà au courant aux moments de bonheur auxquels elle avait eu droit lorsque le forgeron l'avait recueillie, en passant par les atrocités commises par les aubergistes et leurs enfants. A la mention de celles-ci, Damian se trouva tellement bouleversé qu'il en eut le souffle coupé un instant, avant de ressentir une profonde colère envers ce dénommé Lorik, qui n'avait été le premier d'une liste de toute évidence bien longue de personnes s'étant permises de disposer du corps de la jeune femme comme bon leur semblaient, sous prétexte qu'elle était aveugle. Il avait eu une bonne idée de mourir le jour de cet incendie, ou bien le Métamage aurait été tout à fait capable de le tuer de ses propres mains, ainsi que le reste de la famille, d'ailleurs.

Puis son regard, jusqu'alors baissé alors qu'il serrait les dents, remonta vers le visage de Lou, qui refoulait de manière évidente des larmes qui montaient en même temps que remontaient les souvenirs. Mais Damian, lui, ne put retenir les siennes. C'était tellement injuste, qu'elle, qui n'avait jamais rien demandé ni fait de mal à personne, aie du subir tout cela. Comment pouvait-elle être encore en vie maintenant après toutes ces épreuves, quand bon nombre de personnes dans sa situations se seraient déjà donné la mort elles-mêmes, rongées par le désespoir ?

Ayant achevé son récit, elle lui adressa un sourire se voulant sans doute rassurant, comme pour lui dire en silence qu'elle allait bien, malgré cela. Mais comment le pourrait-elle ? Elle avait bien le droit d'être triste, de pleurer et de se plaindre. Avec la vie qu'elle avait menée jusqu'à présent, s'il y avait une personne à laquelle on pouvait donner ce droit, c'était bien elle. Mais elle été restée forte, et à force de lutter, elle avait survécu, et finalement eu la chance qu'un jour d'hiver, un Métamage un peu maladroit qui passait par là se soucie de son sort, et surtout, tombe amoureux d'elle au premier regard, même s'il avait mis beaucoup de temps à le comprendre. Dans un sanglot, Damian prit Lou contre lui pour enfouir son visage dans le cou de celle-ci, s'accrochant subitement à elle comme si elle pouvait disparaître d'un instant à l'autre.


- Lou, je... Je te promets que je ne... Je ne laisserais plus jamais de choses de... ce genre t'arriver. Plus jamais. Je t'aime tellement tu sais, ça me fait trop mal de savoir que tu as autant souffert.

Il resta comme cela un certain temps, le temps que les larmes cessent de couler, inondant le cou délicat de la jeune femme par la même occasion. Il se sentait un peu bête d'avoir pleuré comme ça, alors qu'elle semblait avoir pour sa part tourné la page. Mais ça avait été plus fort que lui. Il ne supporterait certainement jamais de la voir souffrir, surtout pas après l'avoir retrouvée dans ce fossé recouvert de neige tachée de sang, couverte de blessures. Bien qu'il ne l'aie pas particulièrement exprimé, le traumatisme avait été énorme pour lui, et il lui arrivait d'en faire des cauchemars, parfois...

Finalement, il relâcha sa compagne et se leva pour se passer de l'eau sur le visage, et revint aussitôt se rasseoir à côté d'elle, lui prenant une main dans la sienne pour l'amener à ses lèvres et l'embrasser amoureusement. Il n'avait pas oublié qu'elle avait également parlé de lui montrer quelque chose, mais ne savait absolument pas de quoi il pourrait s'agir. Il doutait fort qu'il s'agisse encore de nourriture, étant donné le véritable festin qu'ils avaient englouti un peu plus tôt. Peut-être une réalisation de sa main, un vêtement ou autre chose ? En tout cas, il espérait que cela lui changerait les idées. Il soupira.


- Tu ne voulais pas me montrer quelque chose, aussi ?

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 1 Oct - 13:55

Lou ne s'était absolument pas attendue à la réaction de son compagnon, qui la prit tout contre lui pour la câliner tout en pleurant. Il était de toute évidence bouleversé, et elle espérait ne pas avoir fait une bêtise en lui racontant tout ça. Elle ne voulait surtout pas le blesser. Elle resta immobile, se laissant faire jusqu'à ce que le choc passe. Elle sentait son coeur battre la chamade dans sa poitrine.

" Lou, je... Je te promets que je ne... Je ne laisserais plus jamais de choses de... ce genre t'arriver. Plus jamais. Je t'aime tellement tu sais, ça me fait trop mal de savoir que tu as autant souffert.

- Je sais. Je te fais confiance. Je sais que je ne crains rien avec toi. Mais j'espère que... j'ai bien fait de te dire tout ça? Je pensais que c'était important que tu le saches.

Elle le laissa se lever puis revenir pour lui embrasser la main. Sans doute s'était-il ressaisi à présent. S'il réagissait déjà comme ça avec son récit, comment prendrait-il la révélation de ses pouvoirs? Comme elle comptait lui montrer directement, elle craignait qu'il ne panique quand elle lui volerait sa vue, même si ce ne serait que momentané. Elle sentit malgré elle une pointe d'excitation naître en elle à l'idée de retenter l'expérience après tant d'années sans le faire.

- Tu ne voulais pas me montrer quelque chose, aussi ?

- Oui. Ca risque de te... de t'effrayer peut-être un peu. Mais ne t'en fais pas, je ne te ferai pas de mal, d'accord mon amour?

Elle lui effleura délicatement les lèvres du bout des doigts, avant de l'embrasser tendrement. Et finalement, elle laissa son pouvoir l'envahir. Un instant de concentration, et elle sentait ces petits picotements caractéristiques dans ses yeux, et un léger miroitement alors qu'elle prenait la vue de Damian. Elle se sentit un peu fébrile quand elle réalisa qu'elle allait enfin voir à quoi ressemblait l'élu de son coeur.

Et puis finalement, alors que des étoiles dansaient devant ses yeux, le noir s'effaça, et elle vit tout ce qui l'entourait. Cela l'éblouit d'abord, et elle cligna des yeux comme une chouette en plein jour, avant de sentir une bouffée de chaleur énorme lui envahir la poitrine. Voir, après sept ans de cécité complète, était un bonheur immense. Elle ne fit d'abord pas attention à la pièce qui l'entourait. Plus important: toute son attention se focalisa sur le Métamage.

Elle l'observa longuement, avidement, sans rien dire, sans même respirer, comme si elle craignait que tout ne s'évapore instantanément. Elle pouvait enfin mettre une image sur ce corps qu'elle avait exploré de ses mains jusqu'à le connaître du mieux qu'il lui était possible. Elle s'attarda sur le regard de deux bleus différents, voilé de blanc par la cécité nouvelle du jeune homme. Elle lui caressa doucement la joue et se mordit les lèvres en s'installant sur ses genoux.


- Tu... tu es très bel homme mon amour.

Elle l'embrassa doucement, le renversant sur le lit involontairement dans son émotion palpable. Elle ne songeait même plus à lui donner une explication qui était pourtant des plus légitimes. Elle se contentait de se serrer tout contre lui, de le dévorer du regard tant qu'elle le pouvait pour graver son image dans son esprit, et de l'embrasser avec tendresse. Puis elle se redressa, rouge de confusion de s'être laissée aller comme ça.

- Je suis désolée, je ne t'ai même pas expliqué, je me suis laissée emporter... Quand j'étais enfant, avec mon père adoptif, j'ai découvert que j'avais deux pouvoirs. Celui que j'utilise en ce moment me permet de voler la vue de quelqu'un, temporairement, pour me permettre de voir, mais j'ai besoin d'un contact physique de préférence, sinon ça devient plus difficile à faire. Le deuxième me permet de voir par les yeux de quelqu'un d'autre, de manière temporaire encore.

C'étaient tous deux des pouvoirs très fatigants qui, utilisés trop longtemps, lui donnaient de terribles maux de tête. Et il en allait de même pour l'autre personne impliquée. Elle se leva pour aller examiner les appartements, afin de savoir à quoi tout cela ressemblait. Et puis, finalement, elle s'arrêta devant un miroir, interdite, et examina son reflet. Elle se trouva plutôt belle, même si cela la gênait de l'admettre. De l'adolescente crasseuse de la dernière fois ne restait qu'une jeune femme aux traits avenants, et avec des formes généreuses et appétissantes nouvellement apparues.

Elle revint finalement auprès de son compagnon, et glissa sa main dans la sienne. Elle allait bientôt lui rendre sa vue, il le fallait, mais c'était tellement déchirant de replonger dans les ténèbres après ce moment totalement grisant... Elle regarda encore tout autour d'elle une dernière fois, puis à nouveau le jeune homme avec insistance. Finalement, elle ferma les yeux et relâcha son pouvoir. Elle sentit la vue de Damian la quitter pour retrouver son propriétaire à travers son contact avec lui, et en ressentit une profonde frustration. Elle rouvrit les yeux sur leur éternel noir d'encre.


- J'espère que tu ne vas pas me prendre pour... un monstre. Quand j'avais pris la vue de mon père adoptif, ça nous avait effrayés tous les deux, mais il m'a ensuite appris à apprivoiser et contrôler mon pouvoir, et à ne pas l'utiliser à tort et à travers. J'avais quinze ans la dernière fois que je l'ai fait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   Dim 2 Oct - 21:19

Damian haussa un sourcil interrogateur lorsque Lou lui annonça que ce qu'elle comptait lui montrer pourrait l'effrayer, et fut encore plus perplexe lorsqu'elle ajouta qu'elle ne comptait pas lui faire de mal. Qu'entendait-elle par là ? Avait-elle une faculté particulière, assez étrange pour que l'on puisse s'en méfier ? En tout cas, si elle avait attendu si longtemps avant de lui parler de cette chose mystérieuse, c'est qu'elle n'était pas anodine.

Le jeune homme se tenait prêt à découvrir ce que sa compagne tenait tant à lui montrer, quand celle-ci lui passa délicatement les doigts sur les lèvres avant de l'embrasser. Après quoi, lorsqu'il releva les paupières quand Lou mit fin au baiser et se recula légèrement, il eut l'impression d'avoir du brouillard dans les yeux. Peu à peu, la lumière dans la pièce diminuait, jusqu'à ce que le noir complet se fasse. Le Métamage se frotta les yeux, les ferma et les rouvrit à plusieurs reprises, confus, ne comprenant pas ce qui se passait, comme si le soleil s'était éteint d'un seul coup.

Puis, il sentit la main de Lou effleurer son visage, et comprit qu'elle avait quelque chose à voir avec cette obscurité soudaine, car elle ne semblait pas le moins du monde inquiétée de ce phénomène. Mais comme il n'en avait toujours pas l'explication, il demeurait un peu inquiet, et tâtonna légèrement en direction de la jeune femme qui, finalement, vint s'asseoir sur ses genoux, déclenchant une vague de chaleur dans le corps de Damian qui se sentit rougir.


- Tu... tu es très bel homme mon amour.

Il sentit ses joues chauffer davantage à ce compliment, avant de réaliser ce qu'elle avait dit. Elle pouvait donc voir, alors que lui était plongé dans le noir complet ? Il n'eut pas davantage le temps de réfléchir à cela, car Lou s'était emparée de ses lèvres dans un baiser d'une tendresse infinie, mais avec un élan qui fit tomber le Métamage sur le dos, alors qu'elle continuait de l'embrasser doucement. Damian se sentit soudainement perdre pied, et fit glisser avec envie ses mains le long du dos de sa compagne, mais celle-ci se redressa brusquement. Dommage...

- Je suis désolée, je ne t'ai même pas expliqué, je me suis laissée emporter... Quand j'étais enfant, avec mon père adoptif, j'ai découvert que j'avais deux pouvoirs. Celui que j'utilise en ce moment me permet de voler la vue de quelqu'un, temporairement, pour me permettre de voir, mais j'ai besoin d'un contact physique de préférence, sinon ça devient plus difficile à faire. Le deuxième me permet de voir par les yeux de quelqu'un d'autre, de manière temporaire encore.

- Oh. D'accord, je comprends mieux. Donc tu as emprunté ma vue.

Cette constatation était presque désintéressée, forte de son faux espoir dont la frustration grandit quand il sentit Lou se lever pour explorer les appartements. Il se redressa en grommelant, puis se passa les mains sur le visage dans un profond soupir. Après tout, ce n'était pas le propos de la conversation. Tandis que la jeune femme faisait le tour du propriétaire, il réfléchit. Pourquoi n'avait-elle pas utilisé ce pouvoir, quand elle se faisait agresser ? En empruntant la vue d'un des agresseurs, elle aurait pu le faire paniquer, et ainsi s'enfuir. Cela dit, dans le petit village où elle vivait auparavant, il n'aurait pas été bon de vivre avec une rumeur selon laquelle elle pouvait voler la vue aux gens. Autant une personne avec un handicap est simplement malmenée, mais quelqu'un qui présenterait des pouvoirs serait encore plus mal vu, et la sorcellerie était un problème qui se réglait sur le bûcher.

Damian eut un léger sursaut quand il sentit Lou prendre sa main, ayant visiblement terminé sa petite visite. Il ne l'avait même pas entendue arriver, trop habitué à compter sur tous ses sens. Il resta immobile et silencieux, attendant la suite des évènements. Quelques instants plus tard, il sentit ses yeux le picoter à nouveau tandis que sa vue lui revenait, et bientôt, il put reposer son regard sur sa compagne, qui relevait ses paupières de sur ses yeux bleus aveugles.


- J'espère que tu ne vas pas me prendre pour... un monstre. Quand j'avais pris la vue de mon père adoptif, ça nous avait effrayés tous les deux, mais il m'a ensuite appris à apprivoiser et contrôler mon pouvoir, et à ne pas l'utiliser à tort et à travers. J'avais quinze ans la dernière fois que je l'ai fait.

Le jeune homme eut un petit sourire et se leva pour venir la prendre contre lui. Un monstre ? Quelle drôle d'idée. Après tout, lui se transformait bien en cheval, alors pourquoi pas ? Il déposa un baiser sur le front de Lou, puis un autre sur ses lèvres, avant de la relâcher pour commencer à se déshabiller. C'était bien beau, tout ça, mais le temps passait, et il était fatigué à l'avance à l'idée de la journée qui l'attendait le lendemain.

- Hum, non, je ne vois pas de monstre, par ici. Seulement la femme que j'aime, qui a eu la chance de recevoir un don pour compenser son handicap, ne serait-ce que temporairement... Si tu veux le refaire un jour, n'hésite pas, je serais ravi de te prêter mes yeux.

Sur ces mots, il bailla et s'étira avant de se laisser tomber sur le lit, et ferma les yeux un moment, en attendant que Lou aie elle aussi revêtu son habit de nuit. Puis, quand elle revint, il souffla la dernière bougie allumée sur sa table de nuit, et ils se glissèrent tout deux sous les draps. Damian laissa sa compagne se blottir dans ses bras, comme elle en avait pris l'habitude, et lui caressa doucement les cheveux tandis qu'elle s'endormait paisiblement. Lui resta éveillé un peu plus longtemps, à repenser à ce qu'il avait appris au cours de la soirée, son cœur se serrant au fait de penser à tout ce qu'elle avait pu subir dans sa vie. Plus que jamais, il voulait l'aimer et la protéger. Au fil du temps, elle était devenue sa raison d'exister, autrement dit, ce qui lui avait toujours manqué dans sa vie. Sur ces pensées, il sombra à son tour dans le sommeil, le visage marqué par un sourire bienheureux.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confessions [Privé Damian Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confessions [Privé Damian Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gestion de bassins privé
» rivière privée
» Messages privés
» VD : projet 72v vos avis (config voie privée)
» Peinture tulip-vente privée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages :: Appartements des Métamages-
Sauter vers: