Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 10 Oct - 18:06

L'hiver, long et rude, avait fini par laisser sa place au printemps, à contrecoeur. Avec des débuts timides, la nouvelle saison avait quand même fini par s'installer avec le temps. Et, de manière curieuse, cela semblait avoir eu une influence étrange sur Damian. Comme un étalon rendu fou par la saison des amours, il était véritablement affamé de nuits câlines, et ne semblait jamais vraiment rassasié. De fait, sa part animale le rendait plus productif à ce niveau dans cette période où les véritables chevaux s'affairaient à préparer les poulinages de l'année suivante.

Lou s'était sentie terriblement épuisée, à force de câlins nocturnes. Il ne passait presque pas une nuit sans que son compagnon soit demandeur, et elle se voyait mal le lui refuser au vu de l'état dans lequel il se trouvait. D'autant que ce n'était pas vraiment de sa faute. Cependant, après près d'un mois et demi de pareil traitement, sa santé avait commencé à décliner. Constamment fatiguée, elle se sentait également mal, barbouillée, un peu nauséeuse, fébrile. Ce qui mettait un frein naturel à tout ça.

Mais cela l'avait finalement décidée à aller consulter une guérisseuse à l'office du château. Notamment parce que son amant commençait à s'inquiéter de la voir aussi apathique, et par culpabiliser, se rendant responsable de tout ça en raison du sommeil dont il la privait un peu trop. C'était donc pour les rassurer tous les deux qu'elle se rendit dans le domaine des guérisseurs et guérisseuses, chemin qui lui prit un peu plus de temps car elle ne le connaissait pas bien et qu'elle devait donc l'explorer avec son bâton.

Ce fut très timidement qu'elle demanda à être examinée par quelqu'un, et une guérisseuse vint instantanément prendre soin d'elle. Elle alla la faire asseoir sur un lit, et la jeune aveugle l'entendit s'affairer avec le contenu d'une armoire avant de reporter son attention sur sa patiente. Elle s'approcha et lui posa délicatement une main sur le front, mais ce geste surprit tout de même la jeune femme qui sursauta.


" Vous êtes un peu pâle. Mais pas de fièvre. Alors, dites-moi ce qui ne va pas.

Lou inspira profondément et entreprit de lui raconter par le menu ce qu'il se passait en ce moment, en évitant volontairement de mentionner la fréquence de ses ébats avec Damian, information qui était du domaine hautement privé. Elle parla de sa grande fatigue, mais surtout de ses malaises récents qui la rendaient plutôt patraque tout au long de la journée. Et finalement, elle finit par mentionner ce qui l'avait fait tiquer et l'avait en grande partie décidée à venir consulter, outre l'inquiétude de son compagnon.

- Et j'ai... du retard dans mes saignements.

Elle pensait savoir ce que cela voulait dire, mais elle n'était sûre de rien, et il lui était déjà arrivé de nombreuses fois de ne pas être régulière à ce niveau. Dans des périodes d'angoisse, ou des moments difficiles, notamment. Mais là, elle était parfaitement bien, aux dernières nouvelles, donc cela ne pouvait venir de là... A moins que le comportement de Damian en soit à l'origine? Un peu perdue, elle attendit qu'on l'éclaire sur tout cela.

- Je vois... Depuis combien de temps êtes-vous en retard?

- Je... environ un mois.

Après lui en avoir demandé la permission, la guérisseuse entreprit de l'examiner, ce qui impliqua de toucher certains endroits qui la mettaient mal à l'aise. Elle remercia les dieux que celle qui s'occupait d'elle soit une femme, et non pas un homme. Elle avait beau s'être grandement libérée avec Damian, et tolérer certaines familiarités venant de ses amis, elle restait extrêmement farouche avec les autres hommes, par prudence et par restes de crainte plus que par réelle volonté.

- Et bien, la réponse est assez facile à trouver. Vous êtes enceinte, de plus ou moins un mois.

Lou resta sans voix. Elle s'y était attendue, mais cela faisait un tout autre effet de se l'entendre confirmer par quelqu'un de compétent. Et maintenant que c'était dit, elle sentait une vague de sentiments divers et confus qui l’assaillaient. De la joie, sans aucun doute possible, mais qui était étouffée par de nombreuses angoisses qui venaient se rajouter par dessus.

- Vous êtes sûre...?

- Absolument, vous en avez tous les symptômes. Mais ne vous en faites pas, vous avez des hanches magnifiques, bien larges, vous n'aurez aucun mal pour porter l'enfant et le mettre au monde. Beaucoup de femmes n'ont pas cette chance.

La jeune femme hocha distraitement la tête. C'était réconfortant, dans son genre. Elle prit congé de la femme une fois qu'elle lui eut donné des plantes pour calmer ses malaises et nausées. Elle rentra à son rythme jusqu'à leurs appartements, préoccupée. Elle les trouva évidemment vide, Damian étant occupé ailleurs, mais un bon feu ronflait dans la cheminée. Elle alla se faire chauffer de l'eau pour boire une infusion de ces plantes médicales, puis s'installa sur le fauteuil devant l'âtre.

Elle se demandait comment elle allait dire ça à Damian. Ils n'avaient jamais parlé bébé, tous les deux, même pas pour plaisanter, déjà parce qu'elle-même pensait inconcevable de devenir mère un jour, dans sa situation. Oh, elle y avait bien pensé de nombreuses fois, adolescente et même un peu plus âgée. Trouver un époux aimant avec qui elle fonderait une famille malgré ce qu'elle était... mais elle n'y croyait pas. Et voilà que ça lui tombait dessus.

Contrairement à ce que sa mine préoccupée et abattue laissait penser, elle était heureuse de porter l'enfant de Damian, même si c'était encore tellement récent qu'il y avait un risque de le perdre, la guérisseuse l'avait prévenue. Mais il y avait plein d'autres choses qui se bousculaient dans son esprit, et qui gâchaient ce bonheur. Cette situation était nouvelle, elle n'avait jamais eu à l'affronter. Malgré ses viols, elle n'avait jamais été enceinte, tout bonnement parce que les brutes responsables finissaient en faisant leur affaire... ailleurs. Peut-être la seule chose pour laquelle elle leur avait été reconnaissante.

Ce qui la préoccupait présentement, c'était la crainte que son compagnon prenne la chose mal, ne désire pas d'enfant, ou encore, qu'il fasse comme son propre père l'avait fait, et qu'il l'abandonne. Elle ne le pensait pas capable de faire cela, mais en même temps... qui sait? Et elle ne désirait pas engendrer un bâtard, qui serait regardé de travers partout dans le château. Or, ils n'étaient pas mariés, tous les deux... Donc il y avait de grandes chances pour que cela arrive.

Mais ce qui la tétanisait plus que tout, c'était la peur que son enfant soit, comme elle, aveugle à la naissance. Qu'elle lui transmette sa tare. Elle ne pourrait pas supporter de lui infliger cela et d'être à l'origine du malheur de son bébé. D'autant qu'elle ne savait pas du tout comment elle allait s'y prendre pour faire une bonne mère et l'élever correctement en n'y voyant rien. Les choses les plus simples seraient pour elle très difficiles, et comment pourrait-elle voir s'il allait bien, si tout était normal? D'autant qu'elle ne le verrait pas souvent, et qu'elle ne le verrait concrètement pas grandir, ce qui serait dur pour elle.

Elle rumina ces pensées pendant longtemps. Très longtemps. Elle ne savait pas combien de temps s'était écoulé, mais toujours est-il qu'elle finit par s'endormir, sa tasse vide toujours à la main. Elle se réveilla en sursaut quand Damian franchit le seuil des appartements dans un bruit de porte qui s'ouvrait. Elle se leva péniblement pour aller déposer sa tasse sur la table. Dans l'âtre, le feu était mourant, et il faisait frais. Elle ne savait pas vraiment comment elle allait s'y prendre, mais elle devait le lui dire.


- Bonsoir mon amour. Je... j'ai été voir une guérisseuse cet après-midi et je... je peux te parler?

Elle alla s'affairer à raviver le feu en y rajoutant quelques bûches et en tisonnant le tout, puis elle se redressa et alla s'asseoir sur le divan, patientant jusqu'à ce qu'il la rejoigne. Préoccupée, elle gigotait un peu, mal à l'aise. Elle lui prit les mains quand il fut à portée. Il les avait chaudes, alors que les siennes étaient gelées. Elle frissonna un peu, et rassembla son courage, tentant de balayer son angoisse de son mieux. Elle avait une légère boule dans la gorge.

- En fait si je suis comme ça depuis tout ce temps, ce n'est pas que à cause de la fatigue... En fait la fatigue est elle-même causée par autre chose. Je... je suis enceinte."

Elle se tut et attendit qu'il réagisse à ce qu'elle venait d'annoncer. Le pire pour elle, c'était de ne pas le voir, de ne pas pouvoir lire sur son visage ce qu'il ressentait à cette nouvelle, ce qu'il pensait de tout ça. Elle lui triturait nerveusement les mains, et malgré le feu qui avait recommencé à brûler joyeusement dans la cheminée, elle avait froid, et grelottait un peu. Si toute sa grossesse se passait comme ça, cela promettait d'être particulièrement agréable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 12 Oct - 21:52

- Dam' ? Tu n'as rien mangé, ça ne va pas ?

Damian grommela un semblant de réponse sans même regarder Jake qui, lui, vidait ses assiettes avec autant d'entrain que d'habitude. Pour une fois, le pie n'avait même pas faim de dessert, lui qui raffolait du goût délicieusement sucré des tartelettes chaudes sorties des cuisines et aussitôt servies. Accoudé à la table, le menton calé dans le creux de sa main, il regardait fixement devant lui sans prêter réellement attention à ce sur quoi ses yeux étaient posés.

En vérité, il était sur les nerfs et très préoccupé. Ces derniers jours, Lou s'était sentie mal, à tel point qu'elle lui refusait ces étreintes nocturnes dont il avait en ce moment un besoin particulièrement exacerbé, le printemps aidant. Il ne lui en voulait absolument pas, mais restait que la frustration s'accumulait et le rendait assez irritable. Bien sûr, il pouvait toujours soulager le besoin physiologique par lui-même, mais son réel désir, à savoir, celui de la peau douce de sa compagne contre la sienne, la chaleur de son corps, ses soupirs d'extase, restait désespérément inassouvi.

Mais tout cela, au fond, avait bien peu d'importance. Car ce qui préoccupait le Métamage bien plus que ses envies insatisfaites, était l'état de santé de la jeune femme. Il était conscient qu'il écourtait radicalement ses nuits à lui réclamer des câlins, mais jusqu'alors, elle l'avait plutôt bien supporté, moyennant qu'il se fasse violence une nuit ou deux dans la semaine.

Toujours était-il que maintenant, elle n'était pas au mieux de sa forme, et le jeune homme s'en voulait beaucoup pour cela, persuadé d'être responsable de cette dégradation soudaine de la santé de sa compagne, bien qu'elle aie tenté de le rassurer à ce propos. Le Métamage poussa un long soupir et planta rageusement sa fourchette dans une pomme de terre qu'il porta à sa bouche. Depuis le temps qu'il ruminait devant son assiette, le plat avait refroidi.


- Je suis inquiet pour Lou, avoua-t-il finalement. Elle n'est pas au mieux de sa forme en ce moment.

- Ah, ça tombe plutôt mal. Je comprends mieux pourquoi tu es de si mauvaise humeur ces derniers temps, je ne vaudrais pas mieux à ta place. D'où l'intérêt d'avoir plusieurs jeunes pouliches toutes disposées à... Oui bon, je plaisante.

Le pie leva les yeux au ciel avec un sourire en coin. Quel idiot, il se donnait bien du mal pour essayer de lui remonter le moral. Au moins, il pouvait se vanter d'y arriver, ne serait-ce qu'un peu, et même si ce n'était que temporaire. Il lui offrit un petit sourire reconnaissant et délaissa son assiette à peine entamée pour prendre au moins une petite part de dessert.

- En tout cas, j'espère que ce n'est rien de grave...

Après le repas, les deux Métamages quittèrent la salle commune pour chacun partir de leur côté, Jake à la bibliothèque, chose assez étonnante de sa part, et Damian pour superviser un entraînement de jeunes recrues. Heureusement pour lui qu'il n'avait pas à suer lui-même sur le terrain, avec le peu qu'il avait réussi à avaler, il aurait sans doute manqué de concentration, et se serait retrouvé à faire des heures supplémentaires. Ce n'était pas comme s'il n'en avait pas l'habitude, avec toutes les gaffes qu'il avait fait, mais il n'avait pas envie de rentrer plus tard que prévu ces jours-ci.

S'occuper des jeunes Métamages eut plutôt tendance à lui remonter le moral. Même s'il n'oubliait pas qu'il n'aspirait qu'à rentrer au plus vite pour s'assurer que Lou allait bien, il put penser un peu à autre chose en faisant travailler ses cadets. Ceux-ci l'appréciaient d'ailleurs particulièrement pour sa gentillesse et sa patience, que n'avaient pas bon nombre de généraux.

La leçon enfin terminée, alors que le jour commençait à décliner, il s'assura que chacun remettait le matériel en place, puis il fila sans plus de cérémonie jusqu'à l'intérieur du château, en direction de ses appartements. Ce fut une de ces fois où cette route qu'il connaissait par cœur lui parut d'une longueur interminable, et se trouver devant sa porte fut un véritable soulagement. Il la déverrouilla et la poussa, pour trouver Lou qui, visiblement, s'était assoupie dans un des fauteuils et avait été réveillée par le grincement de la porte.


- Bonsoir ma chérie. Comment est-ce que ça va, depuis ce matin ?

La jeune femme s'était levée lentement pour déposer sur la table la tasse vide qu'elle avait à la main, et Damian vint la prendre par la taille et l'embrasser doucement. Il lui passa la main dans les cheveux dans un geste protecteur, et effleura son front, par la même occasion, pour s'assurer qu'elle n'avait pas de fièvre.

- Bonsoir mon amour. Je... j'ai été voir une guérisseuse cet après-midi et je... je peux te parler ?

- Euh... Bien sûr, oui. De quoi s'agit-il ?

Malgré l'inquiétude qui l'avait gagné, il la relâcha doucement pour la laisser se diriger vers l'âtre, où elle s'efforça de remettre le feu en route. A voir son air, ça n'allait pas vraiment au mieux. Plus que vraiment malade, elle avait l'air très préoccupée, et mal à l'aise. Elle alla s'asseoir sur le divan, et il vint la rejoindre après un instant à tirer nerveusement sur les manches de la chemise. Elle lui prit les mains quand il fut assis à côté d'elle, et il constata qu'elle avait les siennes glacées. Il en porta une à ses lèvres et l'embrassa doucement.

- Ça n'a pas l'air d'aller Lou. Je t'en prie, dis-moi ce qu'il y a.

- En fait si je suis comme ça depuis tout ce temps, ce n'est pas que à cause de la fatigue... En fait la fatigue est elle-même causée par autre chose. Je... je suis enceinte.

Damian écouta attentivement l'explication maladroite que sa compagne lui donna, et se sentit se figer quand elle conclut, sous le choc, comme si le temps s'était arrêté. Puis, il sentit son cœur se mettre à battre furieusement contre sa poitrine, et l'émotion le submerger. Une bouffée de bonheur pur émana depuis son cœur, pour se répandre dans tout son corps à lui en faire monter les larmes aux yeux. Un peu tremblant, il caressa doucement les mains de Lou.

- Enceinte... de moi ? Enfin, oui, bien sûr, mais je veux dire... Je... C'est fantastique mon amour, je ne m'y attendais pas... si tôt. Mais je suis heureux, tellement heureux...

Fébrile, il amena la main de sa compagne qu'il avait embrassée un peu plus tôt sur sa joue, sur laquelle une larme venait de rouler. Avec le recul, compte tenu des nuits qu'ils avaient passées depuis le retour du printemps, ça n'avait rien de si surprenant... Mais ça restait une énorme et agréable surprise pour Damian, qui ne put s'empêcher de poser une main sur le ventre de la jeune femme. Dedans, encore minuscule, leur enfant était en train de grandir, lentement mais sûrement. Il y avait encore des chances de le perdre, à ce stade, il en était bien conscient, mais cela restait extrêmement émouvant pour lui... Il releva les yeux vers Lou et lui caressa la joue tendrement.

- Mais... Ça n'a pas l'air de te faire plaisir, à toi... Est-ce que quelque chose t'angoisse ?

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 12 Oct - 22:30

Lou crut qu'elle allait mourir d'angoisse en attendant la réaction de son compagnon, qui resta un temps sans voix. Elle comprenait bien, ce n'était pas le genre de nouvelle anodine qu'on s'attendait à entendre... La tête lui tournait un peu, et elle se sentait proche de l'étourdissement quand elle le sentit caresser ses mains avec douceur, tout tremblant. Tremblant de quoi? De colère?

" Enceinte... de moi ? Enfin, oui, bien sûr, mais je veux dire... Je... C'est fantastique mon amour, je ne m'y attendais pas... si tôt. Mais je suis heureux, tellement heureux... Mais... Ça n'a pas l'air de te faire plaisir, à toi... Est-ce que quelque chose t'angoisse ?


Elle avait été soulagée de l'entendre dire qu'il était ravi de cette nouvelle, et d'accepter ses petites attentions pleines de tendresse. Il alla jusqu'à poser sa main sur son ventre toujours plat, et cela lui fit un étrange petite fourmillement. Seulement, quand il lui demanda si elle n'était pas heureuse, le malaise revint. Il fallait pourtant lui dire ce qui la chagrinait...

- Eh bien je... Si, je suis heureuse pour le bébé, mais j'ai peur que...

Elle se mordit les lèvres, hésitant à continuer. La perspective de mettre au monde un enfant aveugle la tétanisait. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux et elle détourna la tête pour les lui cacher et ne pas qu'il les interprète mal. Dans le fond, elle savait que ça ne servait à rien de s'en faire: elle ne pourrait rien changer à la situation en se mettant dans cet état. De plus, elle savait aussi qu'elle devait maintenant prendre soin d'elle, pour éviter tout malheureux accident.

- J'ai peur de ne pas être une bonne mère pour lui. Je vais être incapable de faire ce que beaucoup de mères font avec facilité. Et puis je... j'ai terriblement peur qu'il naisse comme moi... aveugle...

Elle termina sa phrase sur un sanglot, et lui bredouilla une excuse en se levant. Elle alla chercher un mouchoir et s'essuya doucement les yeux avant de se moucher. Elle inspira profondément pour se calmer, avant de revenir s'asseoir lentement à sa place. Ses mains trituraient nerveusement le mouchoir. Elle avait honte de ce qu'elle allait dire, mais autant être honnête avec lui.

- J'avais peur que tu le prennes mal. Que tu ne veuilles pas de ce bébé. On... on n'en avait jamais parlé, de tout ça. Mais surtout, je ne veux pas mettre au monde un bâtard, comme je le suis. Surtout dans le château où tout le monde te connaît, il serait regardé de travers constamment. Nous ne sommes pas mariés, Damian, c'est ce qu'il va être, un bâtard...

Un bâtard était un enfant comme les autres... si ce n'est qu'on le prenait éternellement pour cible de remarques acerbes et mauvaises. Elle-même n'avait pas trop eu ce problème, mis à part de temps à autres chez les aubergistes, mais un enfant qui grandissait dans un château où tout le monde connaissait la situation de ses parents... Il vivrait bien plus mal qu'elle, à ce niveau.

En revanche, elle était terriblement soulagée de savoir que sa grossesse allait être suivie par des guérisseurs compétents, se dérouler dans un château où le petit serait en sécurité... Un endroit où il n'aurait pas à souffrir du froid ou de la faim comme elle l'avait vécu. Elle posa sa main sur celle de Damian quand elle l'eut trouvée, et elle se força à lui sourire un peu.


- La guérisseuse a dit que j'avais des hanches parfaites pour la grossesse et l'accouchement. Mais je peux encore perdre le bébé... il va falloir attendre deux mois pour être sûrs qu'il tienne.

Elle vint timidement se blottir contre lui. Fourrant son visage dans le creux du cou du jeune homme, elle ferma les yeux. La tête lui tournait un peu moins, même si l'arrière de son crâne la lancinait abominablement, comme si quelqu'un tentait de percer un trou dans sa tête. Tout ça pour une si petite chose... Elle n'osait pas imaginer dans quel état elle allait être une fois qu'il aurait grandi.

- Excuse-moi. Je suis vraiment heureuse, tu sais... Mais j'ai peur de ce qu'il pourrait arriver.

Elle se voyait bien mettre au monde un petit Damian miniature. Peut-être qu'il aurait la mèche de son père... Ou ses yeux. Ou bien une fille, cela lui irait tout aussi bien. L'important était que le bébé aille bien, et elle avait encore beaucoup de temps devant elle pour penser à tout ça. Et pour préparer son arrivée comme il se devait. Ils allaient avoir besoin d'un berceau, de langes, de vêtements... Heureusement, ils étaient loin d'être les seuls futurs parents dans Lytsoul. Son expression s'assombrit un peu.


- La guérisseuse pense que je suis enceinte d'environ un mois. Ce qui veut dire que le bébé va naître en plein hiver. C'est la saison la plus dangereuse pour un enfant.

Combien avait-elle "vu" périr de gens dans son village lors d'un hiver rude comme ceux qu'ils avaient ces dernières années? Des gens robustes, comme l'avait été son père adoptif, une vraie montagne que rien ne pouvait abattre, et pourtant... Alors, un nourrisson, face à ça? Les enfants en bas âge mouraient fréquemment avec les grands froids, et pour ce qui était des nouveau-nés... Elle avait beau vivre dans un château à présent, ses réflexes et ses angoisses restaient encore conditionnés par toute sa vie au village, et une longue expérience des violents hivers et de ce qui s'y rattachait.

- Tu... es heureux, vraiment?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Jeu 13 Oct - 21:47

Damian écouta calmement et en silence Lou lui expliquer ses inquiétudes vis à vis de cette grossesse imprévue, et s'il ne commenta pas ce qu'elle lui disait au fur et à mesure, il se montra présent par les caresses qu'il lui donnait, d'abord sur ses mains qu'il tenait encore, puis dans son dos lorsqu'elle vint se blottir contre lui. Ainsi installée au creux de ses bras, son amant pouvait sentir mieux que jamais les sentiments contradictoires et confus qui l'assaillaient.

Tout d'abord, elle avait cette peur panique de mettre au monde un enfant aveugle. C'était compréhensible, d'autant qu'elle connaissait ce calvaire mieux que personne, mais de ce que savait Damian, ses parents y voyaient très bien. Elle n'avait simplement pas eu de chance et était née avec ce handicap, mais ça ne voulait pas dire que son enfant subirait le même sort. Par ailleurs, même s'il naissait sans rien y voir, comme sa mère, il grandirait dans un tout autre milieu que celle-ci, et sa vie serait donc moins difficile. Et Damian savait qu'il aimerait cet enfant malgré tout, qu'il naisse tout à fait normal, aveugle ou même avec trois bras...

A cela s'ajoutait qu'elle avait peur de ne pas parvenir à élever son bébé correctement, à cause de sa cécité. Le jeune homme se permit d'en douter, étant donné tout ce qu'elle était capable d'accomplir sans ses yeux. Évidemment, élever un enfant était une toute autre affaire que d'assembler un tricot, mais elle ne serait pas seule à le faire. Damian comptait bien s'impliquer, et lui prêterait volontiers ses yeux chaque fois qu'elle le désirerait.

Ensuite, elle ne voulait pas qu'il naisse bâtard. Ça, c'était un problème qui pouvait très aisément être réglé : le Métamage songeait depuis longtemps à la demander en mariage, mais il n'avait jamais osé. En quelque sorte, cet imprévu lui servirait de tremplin... Néanmoins, il ne ferait pas de commentaire à ce sujet. Il préférait que la surprise soit totale pour sa compagne lorsqu'il lui poserait la question et lui tendrait la bague. Il déglutit rien que d'y penser.

Pour finir, elle lui fit part de ce qu'avait dit la guérisseuse qui l'avait examinée, à savoir, que sa conformation physique lui était plus que favorable, et le stade de sa grossesse, estimé à environ un mois. Elle ajouta que de fait, l'enfant naîtrait en hiver, soit, la saison qui prenait les vies. Visiblement, elle n'avait pas encore tout oublié de son ancienne vie. Elle n'avait pas tout à fait tort, le fait de voir le jour dans un château dans les cheminées duquel des feux ronflaient en quasi-permanence n'excluait pas que les parents se montrent vigilants. Le moindre coup de froid pouvait être fatal pour un nouveau-né. Mais il y avait bien moins de risques que dans les campagnes environnantes...

Malgré tout ça, elle lui avait quand même assuré être heureuse de porter cet enfant, mais Damian sentait qu'il allait devoir déployer de grands efforts pour la rassurer tout au long de sa grossesse. Toutes ses craintes étaient justifiées, mais s'angoisser n'était pas la solution, et il supposait qu'elle le savait, mais que c'était plus fort qu'elle. Alors qu'il la tenait toujours contre lui, son visage enfoui dans le creux de son cou, sous quelques mèches rousses, il la sentit tourner la tête vers lui.


- Tu... es heureux, vraiment ?

Le jeune homme sourit et lui passa une main sur la joue pour l'éloigner de son épaule sur laquelle elle était appuyée, et se pencha sur elle pour l'embrasser langoureusement, s'efforçant de faire passer par ce baiser toute la joie et tout l'amour qu'il ressentait en cet instant. Il reposa une main sur le ventre de sa compagne, puis, cédant à une envie soudaine, se baissa pour y déposer un tendre baiser. Après quoi, il se redressa et la reprit dans ses bras.

- Heureux ? Le mot est trop faible, je crois. J'ai toujours voulu être père, aussi loin que je m'en souvienne. Déjà, quand j'étais plus jeune, j'aimais bien m'occuper des plus petits que moi. Et ça exaspérait mon père, d'ailleurs. Et quand j'ai grandi, ça m'a pas mal travaillé, mais je n'y ai pensé sérieusement que quand je suis tombé amoureux de toi...

Doucement, il se dégagea et se leva pour s'étirer et faire quelques pas devant le feu, pour remettre ses idées en place avant de tenter d'apaiser les craintes qu'elle lui avait confié juste avant. Lui qui avait tendance à gaffer, il ne voulait pas dire quelque chose de travers et l'inquiéter encore plus, aussi prit-il son temps pour choisir ses mots, avant de venir s'accroupir devant elle, posant délicatement les mains sur les genoux de la jeune femme.

- Tu sais, je suis certain que tu t'en occuperas très bien. Et puis, tu n'es pas seule, je t'aiderais. Je te prêterais ma vue dès que tu en auras besoin, et je serais là, pour tout. Je changerais même ses langes, promis !

Il eut un petit rire. Ça, il ne l'avait pas prévu en réfléchissant à ce qu'il dirait, mais cela venait autant du cœur que tout le reste. Il se voyait vraiment très bien dans ce rôle... Comme il l'avait avoué à Lou, devenir père un jour était un de ses rêves les plus chers. On l'avait beaucoup chambré avec ça, que ce soit son propre géniteur ou ses rares camarades qui en eurent vent. Jake lui-même avait trouvé cela très drôle pour un étalon. Qu'y pouvait-il s'il avait autant d'amour à revendre ? En fait, il était le genre d'étalon à s'établir avec la jument qu'il préférait dans la harde, et à veiller fièrement sur ses enfants jusqu'à ce qu'ils prennent leur envol. Il posa son menton sur un des genoux de sa compagne, et prit une de ses mains dans les siennes.

- Ne t'en fait pas mon amour, ça va bien se passer. Même s'il naît en hiver, il ne sera pas autant en danger que les enfants qui naissent au village. Et puis, nous veillerons sur lui. Oh, Lou, je suis tellement content, j'ai déjà hâte qu'il soit là... Même si nous devons encore nous attendre à... le perdre.

Le Métamage fit une petite grimace, rechignant à prononcer ces mots. C'était une éventualité avec laquelle il fallait compter, malgré tout. Il se releva et revint s'asseoir sur le divan aux côtés de la jeune aveugle, et, timidement, se pencha une fois de plus sur son ventre encore plat, qu'il caressa doucement avant d'y poser à nouveau ses lèvres, puis d'y coller sa joue en fermant les yeux.

- Dire qu'il est juste là, le fruit de notre amour... J'espère qu'il va tenir, parce que je l'aime déjà...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Jeu 13 Oct - 22:35

Quand Damian l'éloigna de lui pour l'embrasser tendrement, Lou se sentit mieux. L'angoisse qui lui étreignait le coeur s'apaisa un peu, comme la flamme d'une bougie chasse les ténèbres. Quand il rompit le baiser, son compagnon retourna caresser son ventre, et y déposa même un baiser. Une fois encore, cela lui fit une curieuse impression. Elle avait encore du mal à réaliser que tout cela était vrai... Son corps n'avait pas encore changé, mais d'après la guérisseuse, cela n'allait pas tarder, et cela s'intensifierait dans les mois qui venaient... Avant d'avoir du ventre, elle aurait déjà plus de poitrine. Voilà qui enchanterait sans doute l'étalon de service...

" Heureux ? Le mot est trop faible, je crois. J'ai toujours voulu être père, aussi loin que je m'en souvienne. Déjà, quand j'étais plus jeune, j'aimais bien m'occuper des plus petits que moi. Et ça exaspérait mon père, d'ailleurs. Et quand j'ai grandi, ça m'a pas mal travaillé, mais je n'y ai pensé sérieusement que quand je suis tombé amoureux de toi...

Pensé sérieusement? Mais il ne lui en avait jamais parlé... Il s'étira et se leva finalement, et la jeune femme se demanda ce qu'il était parti faire. Elle entendit ses bottes qui claquaient sur le dallage du sol alors qu'il marchait devant la cheminée, en long et en large, un peu comme un fauve en cage. Elle en ignorait la raison, mais il revint vers elle et posa ses mains sur ses genoux. Elle en déduisit donc qu'il était accroupi. Ce qu'il lui avait dit l'avait terriblement rassurée. Elle était subitement sûre que ce bébé n'était pas un accident problématique, mais plutôt à don des dieux. Et elle savait aussi qu'elle l'aimerait de tout son coeur.

- Tu sais, je suis certain que tu t'en occuperas très bien. Et puis, tu n'es pas seule, je t'aiderais. Je te prêterais ma vue dès que tu en auras besoin, et je serais là, pour tout. Je changerais même ses langes, promis !

- Je suis sûre que tu seras beaucoup moins enthousiaste quand tu devras vraiment y mettre le nez...

Elle pouffa, se sentant mieux moralement. C'est vrai qu'il y avait sans doute bien plus agréable dans le rôle de parents que cette partie-là... Mais qu'il dise ça l'avait terriblement touchée. Savoir qu'elle pourrait s'appuyer sur lui si jamais elle était défaillante, c'était une perspective des plus rassurantes. Et elle était plus que certaine qu'il ferait un excellent père. Peut-être un peu maladroit, mais sans doute aimant, peut-être même plus que son père adoptif l'avait été. Un brave homme, mais un peu rude dans ses démonstrations de tendresse.

- J'espère que je serais à la hauteur... Je ferai de mon mieux. Mais je ne veux pas avoir recours à une nourrice pour lui, je... C'est mon bébé, c'est moi qui vais le porter et le mettre au monde, et c'est moi qui vais m'en occuper et l'élever. J'ai envie qu'il grandisse avec ses deux parents près de lui, lui au moins.

Elle se mordit les lèvres. Une chance qu'elle n'avait pas eue. Sa mère l'avait bien élevée, mais elle en gardait tellement peu de souvenirs... Elle espérait se montrer plus tenace à ce niveau là. La vie réservait bien des surprises, parfois des bonnes, parfois des mauvaises, et elle savait aussi qu'elle risquait de ne pas survivre à l'accouchement. C'était un risque malheureusement, et quelque chose qui arrivait à de nombreuses femmes. Comme ce fut le cas de l'épouse du forgeron qui l'avait recueillie...

- Ne t'en fait pas mon amour, ça va bien se passer. Même s'il naît en hiver, il ne sera pas autant en danger que les enfants qui naissent au village. Et puis, nous veillerons sur lui. Oh, Lou, je suis tellement content, j'ai déjà hâte qu'il soit là... Même si nous devons encore nous attendre à... le perdre.

Le perdre... Cela la hantait. Et encore plus maintenant qu'elle le savait aussi enjoué et impatient à cette nouvelle. Comment pourrait-elle lui parler encore après avoir perdu son enfant? Mais elle n'en était pas là, et si elle se montrait prudente, il n'y avait aucune raison pour que cela se passe mal... Non? Elle-même n'en était pas encore au point de vouloir déjà le voir naître. Elle devait encore se faire à cette nouvelle réalité, et surtout, elle avait besoin de temps. Tout cela était très rapide.

- Je vais faire très attention... Jusqu'à ce qu'il soit bien accroché, et même après, pour qu'il ne lui arrive rien. Promis.

Il revint s'asseoir sur le divan, et se remit à embrasser et caresser son ventre, avant de caler sa tête dans son giron, la joue tout contre lui. Elle hésita un moment avant d'enfouir ses doigts dans ses cheveux pour la caresser doucement. Se dire qu'ils étaient maintenant deux à se partager son corps était encore très étrange pour elle, mais avec le comportement de Damian, cela commençait à devenir une réalité de plus en plus tangible.

- Dire qu'il est juste là, le fruit de notre amour... J'espère qu'il va tenir, parce que je l'aime déjà...

- Oui... Moi aussi, je l'aime. Ca me fait tout drôle de porter ton enfant. Je... C'est...

C'était tellement de choses. Magique, émouvant, un vrai honneur... Et pour elle, une preuve profonde de ce qu'ils étaient l'un pour l'autre. Ils n'en avaient jamais parlé, c'était vrai, mais pourtant, ils l'avaient conçu tous les deux dans l'amour, au cours d'une nuit qu'ils avaient partagée d'un commun accord. Ou plutôt, durant l'une des nombreuses nuits d'amour qu'ils avaient eues depuis le retour du printemps. A se demander si ce serait comme ça à chaque retour de la belle saison, et auquel cas, comment il s'y prenait avant de la connaître... et en particulier l'année précédente, alors qu'ils commençaient à s'amouracher l'un de l'autre. Elle préférait ne pas y penser.

- La guérisseuse m'a dit que ça commencera à se voir d'ici quelques mois. D'ici deux mois environ, je vais commencer à avoir un peu de ventre, et ça enflera de plus en plus au fil des semaines. Mais avant ça, ce sera mon corps qui va se préparer pour tout ça, enfin, tu vois ce que je veux dire...

Elle rougit. C'était un peu gênant à dire pour elle, encore. Mais elle était curieuse de voir son corps changer. Elle allait le découvrir d'abord par le toucher, c'était un fait, mais elle voulait également le voir, via les yeux de Damian. Voir cette évolution qui se ferait de jour en jour, mais surtout de mois en mois. C'était une vraie aventure, à ce que lui avait dit la femme qui s'était occupée d'elle, et elle était de plus en plus tentée de la croire.

- Tu penses qu'il sera comme toi? Un Métamage? Qu'il pourra se transformer en cheval, lui aussi?

Déjà qu'elle craignait d'avoir à gérer un bambin lorsqu'il aurait grandi, elle n'osait pas imaginer ce que cela serait s'il pouvait se transformer. Elle ne voyait pas comment elle allait s'y prendre... Mais à choisir, elle préférait qu'il naisse avec quatre pattes, des sabots et une crinière que d'avoir des yeux aussi inutiles que les siens. D'autant qu'il était loin d'être certain qu'il aurait comme elle la chance d'avoir des pouvoirs magiques qui compenseraient ce handicap. Mais, dans un cas comme dans l'autre, elle l'aimerait tel qu'il serait.


- Dis, si tu avais vraiment pensé à ce qu'on aie des enfants... pourquoi est-ce que tu ne m'en as jamais parlé?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 14 Oct - 22:19

Damian frissonna légèrement quand il sentit Lou glisser ses doigts dans ses longs cheveux flamboyants, et soupira d'aise. A présent relativement rassurée par rapport à sa grossesse et ce que son compagnon en pensait, elle était bien plus détendue et encline à se réjouir de l'évènement, et lui avait promis de faire attention à elle. Lui-même se jura silencieusement de veiller à ce que tout se passe bien jusqu'à la naissance de leur enfant, et à ce qu'elle ne manque de rien.

- La guérisseuse m'a dit que ça commencera à se voir d'ici quelques mois. D'ici deux mois environ, je vais commencer à avoir un peu de ventre, et ça enflera de plus en plus au fil des semaines. Mais avant ça, ce sera mon corps qui va se préparer pour tout ça, enfin, tu vois ce que je veux dire...

Le jeune homme pouffa contre le ventre de sa compagne, qui avait eu l'air assez gênée de sous-entendre les changements corporels que le fait d'attendre un bébé opèreraient sur elle. En ce qui le concernait, cette perspective était plutôt plaisante. Il aimait les belles formes de sa compagne, ce n'était un secret pour personne, et encore moins pour elle, et celles que lui donneraient la grossesse ne ferait que l'embellir, de son point de vue, même son ventre qui allait grossir à mesure que le bébé grandirait. Il se redressa et vint poser doucement ses lèvres sur le sein gauche de la jeune femme, contre lequel il sentait palpiter son cœur.

- Hmm... Oui, je vois très bien ce que tu veux dire, et ça me plaît...

Il sourit et embrassa furtivement Lou dans le cou avant de la prendre contre lui. Emporté par sa joie, bon nombre de choses se bousculaient dans son esprit. Il allait falloir lui acheter un berceau, des vêtements... Et avant tout ça, lui trouver un prénom. Est-ce que ce serait un garçon, ou une fille ? A quoi est-ce qu'il ressemblerait ? Aurait-il les yeux vairons, comme son père ? Où sa mèche blanche ? Le sourire de sa mère ? Autant de choses dont ils allaient avoir tout le temps de se préoccuper, en huit mois... Sous réserve qu'il tienne déjà celui qui allait suivre.

- Tu penses qu'il sera comme toi ? Un Métamage ? Qu'il pourra se transformer en cheval, lui aussi ?

Damian leva le nez vers le plafond, pensif. Bonne question. Il y avait des chances, en effet, mais ce ne serait pas forcément le cas. Deux parents Métamages pouvaient donner naissance à un enfant normal et à l'inverse, deux parents humains, dans des cas rares, pouvaient engendrer un petit Métamage. Et si leur enfant à eux pouvait se changer en animal, il n'était pas sûr qu'il serait un cheval lui aussi. Le fait que son père en soit un augmentait évidemment les chances que cela arrive, mais rien n'était sûr. Le jeune homme haussa finalement les épaules.

- Aucune idée. Il y a des chances, oui, mais ce n'arrivera pas forcément. Honnêtement, j'aimerais beaucoup que ce soit le cas, pour pouvoir lui apprendre ce que je sais de ma propre expérience de Métamage...

Il se voyait bien avec un poulain galopant à ses côtés dans les champs, avec lequel il pourrait se bagarrer gentiment et se rouler dans la boue. Et lorsqu'ils rentreraient tout crottés, Lou les gronderait copieusement et traiterait son compagnon de gamin attardé. Et il lui déposerait un baiser tout boueux sur la joue avant de disparaître dans la salle d'eau et ne plus en sortir avant d'être propre comme un sou neuf. Puis ils dîneraient tous les trois et Damian lirait une histoire à son rejeton pour qu'il s'endorme... Oui, décidément, plus il y pensait, plus il était sûr que cette vie lui conviendrait tout à fait.

- Dis, si tu avais vraiment pensé à ce qu'on aie des enfants... pourquoi est-ce que tu ne m'en as jamais parlé ?

Le Métamage fit une petite moue perplexe. De nouveau, une excellente question. En réalité, il n'avait jamais eu l'occasion de le faire, et s'il en avait eu, il ne les avait pas vues passer. Et puis, il n'avait pas tellement osé en parler. Il se voyait mal lancer en plein dîner "au fait Lou, si nous faisions un enfant ?". Surtout considérant son passé, il avait craint qu'elle se mette à angoisser à cette idée, et ne voulait pas lui imposer une nouvelle source de stress alors qu'elle goûtait enfin au bonheur. Tout doucement, il la souleva pour la mettre sur ses genoux.

- Je... Je n'ai pas osé. Je ne savais pas trop comment t'en parler, c'est bête je sais. D'un autre côté, on ne peut pas dire que j'aie pris beaucoup de précautions pour éviter ça...

Il l'embrassa tendrement sur la joue et posa sa tête sur son épaule. C'était le moins que l'on puisse dire... En y repensant, elle aurait même pu tomber enceinte plus tôt, même si leurs ébats s'étaient faits bien plus fréquents avec l'arrivée de la belle saison. Peut-être qu'elle était encore trop mal vis à vis de son passé à ce moment pour que son corps accepte d'accueillir un enfant et de le porter durant neuf mois. Damian passa les bras autour de sa compagne, les mains sur le ventre de celle-ci.

- Bien, il faudrait peut-être songer à demander le dîner, tu ne crois pas ? Il se fait tard, et tu as besoin de repos. Et pas de vin pour toi à compter de ce soir, d'ailleurs.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 14 Oct - 23:33

Lou se laissa aller avec plaisir tout contre son compagnon quand il l'attira dans ses bras. Elle ferma les yeux, soudain parfaitement détendue. Encore un peu, et elle s'endormirait... Ce qui ne pourrait pas lui faire de mal. La guérisseuse avait été claire: bien manger, et du repos, jusqu'à ce qu'elle soit sur pied. Interdiction de monter à cheval durant toute sa grossesse, et reprise du rythme repas-repos dès qu'elle aurait atteint le septième mois. Mais elle avait encore le temps d'ici là.

" Je... Je n'ai pas osé. Je ne savais pas trop comment t'en parler, c'est bête je sais. D'un autre côté, on ne peut pas dire que j'aie pris beaucoup de précautions pour éviter ça...

- Non, pas vraiment... Je n'ai encore jamais été enceinte, c'est la toute première fois, et je suis vraiment heureuse qu'il soit de toi... Ceux qui me... violaient n'ont jamais fait ce qu'il fallait pour que je porte un de leurs bâtards. Peut-être la seule bonne chose qu'ils aient faite.

C'était incongru de dire une telle chose. Et pourtant, c'était vrai. Si l'un d'eux avait eu l'idée de... Elle aurait pu se retrouver avec un petit bâtard issu d'un viol sur les bras. Mais elle sentait qu'elle aurait été bien incapable d'en vouloir à l'enfant. Par chance, ce n'était jamais arrivé, et elle n'avait pas besoin de se hanter avec tout cela. Le bébé qu'elle attendait était tout à fait désiré, et avait pour père l'homme qui était la raison de vivre de sa mère. Autant dire, une situation idéale, nonobstant les ombres au tableau que la jeune femme avait pu relever et qui l'angoissaient.

- Bien, il faudrait peut-être songer à demander le dîner, tu ne crois pas ? Il se fait tard, et tu as besoin de repos. Et pas de vin pour toi à compter de ce soir, d'ailleurs.

Il avait passé ses bras autour d'elle, ses mains sur son ventre. Un geste à la fois doux et protecteur, et elle se sentait fondre. Au moins, elle allait sans doute avoir une grossesse heureuse... Elle ne voyait pas trop comment il pourrait en être autrement. Et, s'il était là pour calmer ses angoisses et ses peurs, elle se sentait d'autant plus prête à affronter chaque instant des mois à venir. Il y aurait tant de choses à préparer... Mais pour commencer, il fallait faire attention pour que le bébé tienne bon.

- Ne t'en fais pas, je saurais très bien m'en passer. Et je crois qu'un bon repas chaud ne serait pas de refus. Etant donné que je dois manger pour deux à présent...

Elle sourit, mais ne fit aucun geste pour se libérer de son étreinte. Elle aimait bien rester comme ça, et puis elle n'était pas à deux minutes près. Elle aurait sans doute mille choses auxquelles penser dans les prochains temps, et elle se promit de commencer à chercher un prénom dès que la date fatidique du troisième mois serait passée, et que le petit serait hors de danger. Vu qu'elle risquait de ne trouver la paix dans ses malaises qu'au court de ce même mois, il y avait des chances pour qu'elle l'attende avec grande impatience...

Ils dînèrent ensemble, dans l'intimité la plus totale, comme de coutume, après quoi Lou alla prendre un bon bain. Elle avait mangé copieusement, et elle se sentait pleine, repue, et n'aspirait qu'au repos malgré la sieste inopinée qu'elle avait fait au cours de l'après midi. Ce fut avec bonheur qu'elle se glissa dans les draps, puis dans les bras de son amant, avant de fermer les yeux. Ce serait sans doute plus difficile pour lui de tenir l'abstinence tant qu'elle était mal... Mais il fallait qu'il s'y fasse. Elle l'embrassa tendrement avant de lui murmurer quelques mots au creux de l'oreille.


- Bonne nuit mon amour. Je t'aime..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Grande nouvelle [Privé Damian Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages-
Sauter vers: