Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 7 Nov - 21:58

Avec la convalescence de Damian, l'état de Lou ne s'était pas franchement amélioré. La fatigue déjà intense s'était accentuée alors qu'elle s'occupait de son compagnon, la laissant complètement épuisée. Elle faisait des nuits longues qui ne compensaient pas les douleurs et les gênes diverses liées à son état. Pour couronner le tout, la fatigue lui avait causé bien des fois des contractions sans danger, mais qui pouvaient déclencher la naissance si cela continuait trop. Au dehors, la neige continuait à tomber dru tous les jours, recouvrant tout, et il faisait plus glacial que jamais, même au château en raison des courants d'air.

Un peu plus d'une semaine après son retour, le Métamage était finalement assez remis pour recommencer à vivre normalement, ou presque. Il restait convalescent, mais en étant prudent et en se reposant encore beaucoup, il pouvait de nouveau se débrouiller seul et marcher. Un soulagement pour la jeune femme qui avait eu peur de le perdre. Et par la même occasion, cela lui faisait un allègement de sa charge de travail.

Ces derniers jours, elle était fatiguée malgré ses longues nuits de sommeil. Le bébé lui pesait très lourd, encore plus que d'habitude, alors qu'elle n'était plus qu'à une petite semaine de son terme. Mais ce matin-là, alors qu'elle avait longtemps traîné au lit pour somnoler, elle s'était réveillée avec une sensation inhabituelle dans le ventre. Une gêne de plus en plus accentuée, qu'elle identifia bientôt comme étant des contractions... mais plus fortes et prononcées que d'habitude. Dans un premier temps, elle se contenta d'attendre que cela passe. Mais elle dut rapidement se rendre à l'évidence, cela ne s'arrêtait pas. Elle se leva lentement pour aller trouver son époux, un peu inquiète.

" Damian... Je crois que le bébé va venir. J'ai des contractions, mais pas comme d'habitude, c'est plus fort, ça fait un peu mal... On devrait aller à l'office des guérisseurs.

Avant cela, elle devait naturellement faire un brin de toilette. Ce qu'elle alla faire, se débarbouiller et passer des vêtements amples. Elle ne pouvait pas le voir, naturellement, mais depuis un ou deux jours, son ventre était devenu très bas, ce qui était un signe de l'imminence de l'évènement. Elle se sentait à la fois étrangement calme, et angoissée, alors qu'elle prenait son bâton pour sortir. Elle avait refoulé ses craintes au fond de son esprit pendant toute sa grossesse, mais maintenant qu'elle savait le moment tout proche, elle se remettait à craindre une éventuelle cécité du bébé. Tout comme elle craignait de ne pas être une bonne mère.

Alors qu'ils marchaient à son rythme dans les couloirs, elle gardait relativement le silence. Tout était relativement calme, les gens s'étant sans doute blottis devant leurs feux de cheminée, à juste titre. Elle entendait bien des pas, ceux pressés des serviteurs, ou plus calmes de Métamages. Mais surtout, elle entendait le chuintement du vent à travers les grosses pierres des murs, là où les courants d'air s'infiltraient. La gorge un peu nouée, elle se décida à parler.


- J'espère que tout va bien se passer... Que le bébé sera normal. Ca va aller, tu crois?

Lorsqu'ils arrivèrent à l'office, ce fut la guérisseuse habituelle de Lou qui la prit en charge. Elle demanda ce qui l'amenait, et la future mère lui raconta ses douleurs. La femme la fit donc installer sur un lit pour l'examiner, douce mais ferme. Elle n'avait pas pris la peine de chasser Damian, tant que la naissance n'était pas déclarée pour de bon. Au bout d'un moment, et après avoir effectué certaines manipulations, elle les rassura.

- Oui, vous avez bien deviné, votre bébé arrive. Mais pas pour tout de suite, en revanche. Ce ne sont que des premières contractions, il va falloir qu'elles se rapprochent bien plus pour que cela commence vraiment. Et puis, vous n'avez pas encore perdu les eaux. Il va falloir encore attendre. Rentrez chez vous et reposez-vous, cela peut durer un bon moment. Parfois même plus d'une journée entière. Quand vous aurez perdu les eaux et que cela deviendra plus fort, faites-moi appeler.

La jeune femme hocha un peu raidement la tête. Elle avait encore du temps devant elle... ce qui lui laissait tout le loisir d'angoisser et de se poser des questions. Elle n'osa pas demander si c'était grave, puisqu'elle n'était pas tout à fait à terme. Puisque c'était son premier enfant, elle était très inquiète et n'y connaissait rien. On l'aida à se relever, puis elle se fit raccompagner par son amant jusqu'à leurs appartements.

- Damian... Tu crois que c'est grave s'il naît maintenant? Je ne suis pas encore à terme...

Pour l'heure, elle alla simplement s'installer sur le divan. La gêne n'était pas trop insupportable, et elle aurait tout le temps d'aller se mettre au lit plus tard. A chaque contraction, elle sentait son ventre durcir. Mais le pire était sans doute cette détestable sensation qui lui broyait le coeur, de l'angoisse pure, qui faisait comme un voile froid, comme un poison en elle. Elle n'en serait sans doute délivrée qu'une fois fixée sur l'état de son bébé, quand elle le tiendrait dans ses bras... En supposant que l'un et l'autre survivent.

- Tu penses qu'il sera... aveugle?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 8 Nov - 23:30

Dix jours étaient passés depuis que Damian était revenu au château. Il en avait passé une bonne partie couché sur son lit à se reposer, ce qui ne l'avait pas vraiment enchanté, mais il n'avait pas d'autre choix. Lentement mais sûrement, la plaie se refermait et ses forces lui revenaient, et il pouvait depuis peu se tenir debout et marcher tout seul.

Avant d'en arriver là, il avait eu quelques passages moins joyeux. Comme quelques montées de fièvre, qui n'avaient fait que l'affaiblir et rendre Lou malade d'inquiétude. Mais fort heureusement, les guérisseurs du château s'étaient très bien occupés de lui, si bien que les très légers débuts d'infection qu'ils trouvèrent à chaque fois disparurent rapidement, et le Métamage avait fini par se remettre doucement.

Pendant tout le temps que le jeune homme passa couché, son épouse avait déployé des trésors d'énergie pour s'occuper de lui, l'aider à faire sa toilette, ou à marcher lorsqu'il avait un besoin urgent à régler, par exemple. Et si cette assistance avait été bienvenue, il aurait tout de même préféré qu'elle se ménage. Mais elle se bornait à vouloir prendre soin de son mari, et s'en trouvait épuisée, au point que des contractions s'étaient déclenchées parfois. Sans conséquences, par chance.

Ce matin-là, Damian s'était extirpé assez péniblement du lit, le plus discrètement possible pour ne pas réveiller Lou, qui avait bien mérité son sommeil. Il avait comme souvent passé la nuit avec les mains sur son ventre tout rond, qui lui semblait peser plus lourd que jamais. A l'intérieur, le bébé se manifestait encore, mais beaucoup moins souvent, par manque de place. Sans savoir vraiment pourquoi, son instinct animal, peut-être, le Métamage avait l'impression que l'arrivée de l'enfant était imminente, et cela le rendait un peu nerveux, d'autant qu'il n'osait pas s'emballer sans être sûr.

Après être passé à la salle d'eau pour faire une petite toilette et se vêtir, tant bien que mal, il avait mangé un peu du petit-déjeuner qu'il avait fait monter, puis était allé s'installer dans le divan, devant le feu qu'il avait ravivé, pour y faire ce qu'il avait pour consigne de faire : se reposer, encore, et toujours. C'était d'un ennui... Mais paradoxalement, s'il se tenait à ce régime, il serait plus vite complètement rétabli que s'il tentait le diable par impatience.

Alors qu'il somnolait face à l'âtre, blotti sous une peau de bête qui n'était pas du luxe avec le froid qu'il faisait, il entendit les pas lourds de sa compagne qui approchaient, et ne mit pas longtemps à s'éveiller en sentant son inquiétude imprégner la pièce. Il se passa une main sur le visage, et prit la main de la jeune femme lorsqu'elle arriva à lui, en lui demandant ce qui n'allait pas.


- Damian... Je crois que le bébé va venir. J'ai des contractions, mais pas comme d'habitude, c'est plus fort, ça fait un peu mal... On devrait aller à l'office des guérisseurs.

- Ah ? Laisse-moi voir ça... Oh, en effet, ça se contracte... Tu as raison, allons-y.

Si lui fut presque aussitôt prêt à partir, il attendit que Lou se soit préparée en vitesse avant de prendre le chemin de l'office en la soutenant, tout en faisant très attention à ne pas faire de faux mouvement qui risquerait de rouvrir sa blessure, qui cicatrisait très lentement. En chemin, ils ne croisèrent presque personne, à part les serviteurs qui effectuaient leurs allées et venues coutumières d'un pas rapide, et quelques rares Métamages.

Tout en marchant, moult questions vinrent parasiter les pensées de Damian. Des tas de choses auxquelles il avait jusqu'alors refusé de penser, telles que les risques que cela comportait pour une femme de mettre un enfant au monde. La guérisseuse s'était montrée plutôt rassurante à ce sujet lorsqu'elle avait annoncé à Lou sa grossesse, du fait que sa morphologie lui soit favorable. Mais on n'était jamais sûr de rien... Non, il ne devait pas penser comme ça. Et comme en écho à ses pensées...


- J'espère que tout va bien se passer... Que le bébé sera normal. Ça va aller, tu crois ?

Décidément, ils étaient toujours sur la même longueur d'onde Le jeune homme caressa doucement l'épaule de la jeune femme tout en venant déposer un baiser sur sa joue. Il n'y avait pas de raisons que le bébé ne soit pas normal. Enfin, "normal"... Il savait très bien que Lou entendait par là "avec des yeux qui fonctionnent".

- Je ne vois pas de raison pour qu'il ne le soit pas... Et je suis certain que tout va bien se passer, ne t'en fait pas...

"Certain", il ne l'était pas tout à fait en réalité. Mais il devait croire en elle. Et d'ailleurs, il ne pouvait faire que ça, car il y avait fort à parier qu'on le chasserait de la pièce lorsque Lou serait en train de mettre au monde leur enfant. Et ça le rendait fou. Il voudrait être là, pour la soutenir et l'encourager. Et quelque chose tout au fond de lui lui disait qu'elle en aurait grand besoin. Mais si la guérisseuse estimait qu'il n'avait rien à faire auprès de sa femme en plein accouchement, il n'allait pas s'imposer non plus... Il verrait bien le moment venu.

La guérisseuse qui suivait la grossesse de Lou vint tout de suite s'occuper d'elle, et confirma que le bébé n'allait pas tarder à arriver. En revanche, il ne naîtra pas immédiatement, ce n'était que le tout début du travail, qui apparemment pouvait durer toute la journée. Le Métamage grimaça en se mettant à la place de sa femme si elle devait vraiment subir ce calvaire durant une journée entière. C'était décidé, elle avait prit grand soin de lui ces derniers jours, il allait donc faire en sorte de lui rendre le temps qu'elle devrait attendre que le petit bout se décide à venir le plus agréable possible.

Ils quittèrent donc l'office avec pour consigne de faire appeler la femme guérisseuse lorsque Lou aurait perdu les eaux, et reprirent le chemin de leurs appartements. Le jeune homme aurait voulu pouvoir aider Lou à marcher plus vite afin qu'elle puisse sans tarder aller s'avachir dans un fauteuil, ou n'importe où où elle pourrait se reposer plutôt que de faire des allers retours dans les couloirs glaciaux de Lytsoul.

Mais au contraire, ils durent marquer plusieurs pauses pour que la future mère puisse souffler, desquelles il s'accommoda malgré l'inquiétude qu'il avait de la voir peiner ainsi. Ce fut un véritable soulagement pour lui, comme pour elle, de rentrer enfin, et la jeune femme alla aussitôt s'installer sur le divan, la mine toujours aussi préoccupée.


- Damian... Tu crois que c'est grave s'il naît maintenant ? Je ne suis pas encore à terme...

- Non, ce n'est pas grave. Beaucoup d'enfants naissent avant le terme, c'est normal, c'est parce qu'ils sont prêts et impatients de voir le monde. Et d'autres sont plus longs à venir... Moi, j'avais trois jours de retard. Ma mère a cru devenir folle...

Il rit doucement en se penchant sur elle pour l'embrasser dans le cou, une main posée sur son ventre, entre celles de Lou qui y étaient rivées elles aussi. A chaque contraction, il le sentait se durcir, ce qui était assez impressionnant. Ça lui faisait tout drôle de se dire qu'après tout ce temps, il allait enfin naître, leur enfant à tous les deux. Un enfant attendu et désiré, même s'il n'était pas vraiment prévu que sa mère tombe enceinte si tôt, comme ils n'en avaient pas parlé...

- Tu penses qu'il sera... aveugle ?

- Lou...

Le futur père vint s'asseoir aux côtés de son épouse qu'il attira dans ses bras, collant doucement son torse contre le dos de la jeune femme. Elle s'en faisait vraiment beaucoup à ce sujet. C'était compréhensible, après tout. Elle savait mieux que personne ce que c'était, que de vivre dans le noir, et la souffrance que cela pouvait apporter et elle ne voulait pas accabler son bébé d'un tel fardeau, dont elle se sentirait terriblement responsable.

- On en a déjà parlé, mon amour. Il n'y a pas de raison qu'il le soit. Tes parents voyaient, donc on peut très bien penser que ça ne se transmettra pas. Tu n'as simplement pas eu de chance, mais lui peut tout à fait avoir deux yeux qui voient très bien ce qui l'entoure. Entre autres, sa magnifique mère...

Il déposa un nouveau baiser dans le creux du cou de sa compagne, et laissa là son visage quelques minutes, massant délicatement le ventre gonflé et douloureusement tendu de la jeune aveugle, pour la soulager ne serait-ce qu'un petit peu. Lorsque les contractions laissèrent un peu de répit à celle-ci, son époux fit remonter ses mains jusqu'à ses épaules pour les masser à leur tour. Passer le temps à angoisser ne servirait à rien, autant tenter de la détendre donc, et de lui changer les idées.

- Je suis vraiment impatient de le tenir dans mes bras... Ce petit être, fait d'un peu de toi, et d'un peu de moi... Je n'arrive pas à réaliser qu'il sera bientôt là, avec nous.

La voix du jeune homme s'étrangla légèrement sur ces paroles, tant il était ému. Mais penser de cette façon avait un peu chassé ses angoisses, et il espérait qu'il en serait de même pour Lou. Il n'y avait pas de raison pour que ça se passe mal, après tout. Et d'ici peu, il serait père...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 9 Nov - 21:17

Lou apprécia vraiment les petits massages que se mit à lui faire son compagnon. Tout comme elle fut quelque part soulagée qu'il tente de la rassurer. Pour le moment, elle n'avait rien d'autre à faire qu'attendre que ça se passe. Elle tira sur elle la couverture de fourrure pour avoir un peu chaud, même si le feu ronflait gaiment dans la cheminée, et ferma les yeux. Elle finit par s'endormir, sans même s'en rendre compte, sous les doigts du Métamage.

Elle ne se réveilla qu'en début d'après-midi. Les contractions étaient toujours là, à peine plus rapprochées. Pas encore de quoi paniquer. Elle alla donc manger un morceau, et se faire un bon thé brûlant. Dehors, le vent soufflait furieusement, charriant de la neige qui tombait drue, car elle l'entendait cogner contre les vitres. Quant aux volets, ils étaient sérieusement malmenés. Ils gémissaient sur leurs gonds, secoués par les rafales.


" Tu crois que ça présage quelque chose, qu'il naisse en plein blizzard?


Elle eut un petit sourire tout en mangeant. Elle espérait que cela ne voulait pas dire qu'il aurait un tempérament vif et colérique... Mais s'il tenait de ses deux parents, ce ne serait sans doute pas le cas. Après le repas, pour s'occuper un peu, elle entreprit de trier les vêtements qu'elle avait faits pour le bébé. Le temps lui paraissait long, et les contractions devenaient de plus en plus douloureuses à mesure que le temps passait. Finalement, en milieu d'après-midi, elle n'y tint plus, et elle alla s'étendre dans leur lit, sous les draps, après avoir passé une large robe de nuit. Dormir pour prendre des forces, c'était sans doute ce qu'elle avait de mieux à faire.

Elle se réveilla quelques heures plus tard, la tempête de neige au dehors n'ayant toujours pas faibli. Elle pensa d'abord que c'était ça qui l'avait tirée du sommeil, en cette fin d'après midi, mais une violente contraction la prit, et elle comprit d'où venait le problème. C'était infiniment plus fort et plus douloureux qu'avant. Le souffle à moitié coupé, elle se leva péniblement pour aller prévenir son époux. Elle n'eut pas le temps d'aller bien loin. Elle fit à peine quelques pas, et elle sentit un liquide chaud inonder ses sous-vêtements, puis couler le long de ses cuisses. Dehors, le soleil déclinait déjà, mais elle ne pouvait pas le savoir.

- Damian! Le bébé arrive cette fois! Je... aïe!

Elle porta ses deux mains à son ventre, qui était tout dur et contracté en permanence à présent. Elle supposait qu'elle venait de perdre les eaux, comme lui avait dit la guérisseuse. Pourtant, elle restait tétanisée, ne sachant quoi faire. Il fallait évidemment aller la chercher, la prévenir... Mais dans son état, elle ne pourrait pas y aller elle-même. Elle tituba jusqu'au lit, crispée, et s'y assit. Elle se sentait à nouveau très nerveuse.

- Va chercher la guérisseuse... Vite!

Elle n'avait pas attendu que Damian parle. L'entendre arriver lui avait suffi. Et il avait sans doute perçu l'accent angoissé dans son ton. Elle espérait qu'elle serait à la hauteur. Il le fallait... Après tout, sur ce coup-là, elle n'était pas moins capable qu'une autre femme qui met au monde son premier enfant. Elle avait juste peur de ce qu'il pouvait lui arriver, et de ce qui se passerait après...

Pendant que son compagnon était parti chercher la femme. Elle se recoucha dans les draps, qu'elle garda ouverts. Machinalement, elle se mit à caresser son ventre en murmurant des paroles rassurantes au bébé, comme elle le faisait au creux de l'oreille de la jument qu'elle montait habituellement. Entendre le son de sa propre voix la rassurait. Il lui semblait qu'elle avait attendu une éternité quand elle entendit la porte des appartements s'ouvrir, et des pas se rapprocher.


- Alors, ça y est?

La guérisseuse alla vérifier l'état des choses entre ses jambes, avant de hocher la tête. Elle confirma que la naissance commençait maintenant, et elle alla chercher les affaires qu'elle avait emmenées. Elle commença par mettre des draps de protection dans le lit, forçant la jeune femme à se lever quelques minutes, afin d'éviter que tout soit irrémédiablement sali. Puis, elle alla mettre de l'eau à chauffer. Elle avait également des linges et quelques instruments et potions, au cas où.

- Il va être temps de passer aux choses sérieuses, entre femmes. Il va falloir nous laisser, ser.

Le ton n'était pas méchant, mais sans réplique. Lou allait se retrouver seule avec elle pour mettre son bébé au monde. Mais c'était ainsi, mis à part les guérisseurs, aucun homme n'assistait aux naissances. La future mère prit le temps d'un dernier baiser, serrant les poings sur la couverture sous elle. Elle retint son compagnon un instant, avant que la guérisseuse ne le mette dehors.

- Damian... Si jamais il... il m'arrivait quelque chose... Tu sais que ça peut arriver. Tu t'occuperas bien du bébé, hein?"

Elle lui adressa un pauvre sourire, résignée à tout donner. Cette situation nouvelle, sans son époux, et sans y voir quoi que ce soit, la paniquait. Mais elle devait aider son enfant à sortir, maintenant que le moment était venu, et elle essayait de se montrer aussi brave que possible. C'était son combat à elle, comme le Métamage s'était battu contre des Démons avec bravoure pour les protéger eux... Mais quand la porte se referma sur lui, la laissant seule, elle ressentit comme une légère déchirure au creux de la poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 11 Nov - 0:39

Constatant que Lou avait fini par s'endormir dans ses bras, Damian l'avait prise tout contre lui, la tête de la jeune femme posée sur sa poitrine. Tandis qu'elle se reposait, paisible, il lui passait la main dans les cheveux, ou lui caressait doucement le ventre, tâchant simplement de ne pas la réveiller. Rester au calme, c'était ce qu'elle avait de mieux à faire en attendant que le bébé se décide à venir.

Le jeune homme leva les yeux vers la fenêtre un instant, par laquelle il voyait la neige tomber, tourbillonnant au rythme des rafales qui venaient secouer les volets, lesquels claquaient contre les murs de pierre et grinçaient sur leurs gonds. Presque bercé par le bruit du vent, qu'on entendait tout juste siffler là où il s'engouffrait entre les larges pierres, il finit par s'assoupir lui aussi, malgré la petite boule d'angoisse qui nouait ses tripes.

Il s'éveilla un peu plus tard, en sentant Lou s'agiter contre lui, et la relâcha pour qu'elle puisse se faire un bon thé bien chaud, plutôt bienvenu avec le froid glacial, et se servir un petit quelque chose à manger. Le futur père n'avait lui-même pas très faim, et se contenta de siroter lui aussi un gobelet de thé, assis en face de son épouse qui se restaurait. Au bout d'un petit moment, elle lui adressa un sourire.


- Tu crois que ça présage quelque chose, qu'il naisse en plein blizzard ?

- Hum ? Qui sait... A la fois doux comme les flocons et fort comme la tempête... Qu'est-ce que je raconte, moi ?

Damian rit et caressa tendrement la joue de son épouse, qui termina de manger en silence avant de quitter la table pour aller faire un peu de rangement dans les vêtements qu'elle avait faits pour le petit, histoire de s'occuper un peu, et passer le temps. Lui se résigna à grignoter quelque chose, mais il était tellement nerveux qu'il ne put avaler autre chose qu'un morceau de pain accompagné de fromage.

Lorsqu'il eut fini, il débarrassa et fit un détour par la salle d'eau s'en passer un peu sur le visage, avant de venir voir ce que Lou faisait dans leur chambre. Il la trouva endormie, bien installée à sa place dans le lit, et recouverte par les draps jusqu'au menton. Souriant, il s'approcha sans faire de bruit pour déposer un baiser furtif sur son front, et finalement la laisser tranquille. Il ne quitterait pas les appartements, de toute façon, elle n'aurait qu'à l'appeler en cas de besoin. Il s'installa donc dans un fauteuil, toujours très prudemment, pour ne pas tirer sur sa blessure, un livre à la main.

Le temps passa sans que le Métamage ne s'en rende compte, l'esprit trop occupé et préoccupé. Il somnola un petit moment, son livre laissé entrouvert sur ses genoux, eux-mêmes recouvert de la peau de bête sous laquelle Lou s'était assoupie un peu plus tôt. Il se réveilla d'un seul coup, alors que dehors, le soleil déclinait derrière les nuages bas. Le blizzard ne s'était pas calmé, mais ce n'était pas ce qui avait tiré le jeune homme de son demi-sommeil. Plutôt, un sentiment d'angoisse omniprésent dont il n'arrivait pas à identifier l'origine, les pensées encore embrumées. Et soudain, tout s'éclaircit d'un seul coup, lorsqu'il entendit la voix de sa femme qui l'appelait depuis la chambre.


- Damian ! Le bébé arrive cette fois ! Je... aïe !

Damian se leva d'un seul bond de son siège, manquant de perdre l'équilibre avec les fourmis qu'il avait dans les jambes, et se précipita dans leur chambre où il trouva Lou assise sur le lit, et perçut à peine entré la nervosité qui semblait avoir gagné la jeune femme toute entière. A en juger par les petites gouttes sur le sol, témoignant d'une tentative de Lou de se traîner jusqu'à lui, elle venait de perdre les eaux. L'angoisse saisit le jeune homme à son tour, qui ne sut pas quoi dire ou faire avant que son épouse ne le lui rappelle.

- Va chercher la guérisseuse... Vite !

- Ah, euh... Oui, tout de suite !

Sans réfléchir beaucoup plus, il fit volte face et quitta ses appartements en trombe, filant à travers les couloirs et dévalant les escaliers sans rien voir de ce qui l'entourait, seulement ce qu'il y avait devant lui, et encore. Arrivé à l'office, il ne prit pas la peine de frapper, et poussa la porte pour tomber nez à nez avec une montagne de muscles qui s'apprêtait de toute évidence à quitter les lieux. Il ne s'en soucia pas, et l'écarta de son chemin en s'excusant à peine pour aller trouver la guérisseuse qui s'occupait de Lou, qui délaissa le matériel qu'elle était en train de ranger en l'entendant arriver, soufflant comme un bœuf.

- Ça y est ?

- Oui... Elle a... les eaux... Il arrive...

Entre la panique et l'essoufflement, Damian avait bien conscience que ce qu'il venait de dire n'avait pas vraiment de sens, mais il n'en avait cure. Et puis, elle l'avait compris, c'était l'essentiel. Elle se saisit donc d'un caisson plein de choses diverses et variées sur lesquelles le Métamage n'aurait su mettre de nom, dans son état d'esprit actuel, et le précéda dehors, le laissant refermer la porte derrière eux. Il la laissa partir devant pour reprendre son souffle, et, lorsqu'il en eut de nouveau assez pour repartir, il s'élança dans le sens inverse. Au abords de chez lui, il rattrapa la guérisseuse, et ralentit donc le rythme pour ne pas paraître impoli. C'est là qu'une voix familière l'interpella, quelques mètres derrière lui.

- Bon sang, Dam' ! Où tu cours comme ça ? Je te suis depuis le 2ème étage, et tu n'entendais pas quand je t'appelais. Qu'est-ce qui se p...

- Lou est en train d'accoucher.

- Oh. Oui, c'est vrai, la dernière fois que je l'ai vue, elle n'en était pas loin... Bon, je viens avec toi.

- Si tu veux.

Si ce n'était pas forcément visible de part son inquiétude qui prenait le dessus sur tous ses autres sentiments, Damian était ravi que son ami lui propose de venir. Il serait sans doute un soutien précieux pour lui, qui était déjà plus nerveux que jamais. Qu'est-ce que cela donnerait, lorsqu'il serait en dehors de la chambre, à attendre sans pouvoir rien faire ?

Finalement de retour, le rouquin fit signe au pangaré de l'attendre dans la pièce à vivre, et suivit la guérisseuse jusque dans la chambre, où il trouva Lou couchée, les mains sur le ventre. La tension dans l'air était palpable pour lui, l'étalon, véritable éponge à émotion, et lui rendait la situation d'autant plus insupportable. Il vint immédiatement se pencher sur sa femme pour lui donner un petit baiser sur le front et une caresse sur la joue, entendant à peine l'autre femme confirmer l'imminence de l'évènement. Lorsque la jeune aveugle dû se lever pour qu'on mette des draps de protection sur le lit, il l'aida à descendre de celui-ci et à se tenir debout, avant de la recoucher tout doucement. Il ne voulait pas la laisser là, seule, il pressentait que ça n'irait pas. Malheureusement...


- Il va être temps de passer aux choses sérieuses, entre femmes. Il va falloir nous laisser, ser.

C'était dit sans méchanceté aucune, mais avec fermeté, sans qu'il puisse y opposer la moindre contestation. Avec un terrible pincement au cœur, le Métamage déposa un ultime baiser sur les lèvres de la jeune femme, court mais très tendre, pour lui souhaiter bon courage. Il s'apprêta ensuite à se traîner dehors, mais elle le retint, l'air soudainement grave, et résigné.

- Damian... Si jamais il... il m'arrivait quelque chose... Tu sais que ça peut arriver. Tu t'occuperas bien du bébé, hein ?

- B... Bien sûr, oui. Mais, fais en sorte de rester en vie, notre enfant aura besoin de toi. Moi, j'ai besoin de toi. Je t'aime...

Puis il lâcha sa main, à contrecœur, pour quitter la pièce sous le regard insistant de la guérisseuse. La porte refermée, il eut l'impression qu'on venait de lui arracher le cœur, et il resta un instant la main sur le lourd rectangle de bois, jusqu'à ce que Jake vienne poser la sienne sur son épaule. Il ne lui dit rien, lui désignant simplement les fauteuils d'un signe de tête, jusqu'auxquels ils se dirigèrent lentement, Damian ne cessant de regarder vers sa chambre, mortellement inquiet.

- Ne t'inquiète pas, mon vieux. Ça va bien se passer.


Deux heures, deux très longues heures s'écoulèrent ensuite, durant lesquelles le Métamage ne fit que tourner en rond, ruminer de sombre pensées, angoissant jusqu'à en avoir parfois les larmes aux yeux. Il le sentait, c'était évident, que Lou n'y arrivait pas, là-bas, derrière cette maudite porte. Il ressentait son malaise, sa panique, le sentiment qu'elle n'y arrivait pas même d'ici, et ça le rendait littéralement fou.

En cet instant, le seul désir qu'il avait était de défoncer la porte, y étant invité ou pas, et de venir prendre la main de sa femme pour l'encourager, lui dire que tout allait bien, et qu'il était là. Et ça aurait été fait depuis un moment déjà s'il n'y avait pas eu Jake pour le raisonner. D'ailleurs, même si le pangaré lui répétait lui-même encore et encore que ça se passerait bien, le pie devinait sans mal que lui aussi ressentait cette tension qui flottait dans l'air, qui le mettait également mal à l'aise.

Finalement, il était allé s'asseoir dos au feu, le front appuyé contre ses genoux, ramenés vers lui entre ses bras. Yeux fermés, il tentait de se calmer, mais c'était tout simplement impossible. Comment pouvait-il être tranquille alors que son épouse, la femme qu'il aimait plus que tout au monde, sa raison de vivre, son seul univers, avait besoin de lui, à seulement quelques mètres de là où il se trouvait, et qu'il ne pouvait rien y faire ? Impossible. Et, contre toute attente, il entendit la porte s'ouvrir. Curieux, car d'après ce qu'il pouvait ressentir dans l'air, c'était loin d'être fini. Il se leva néanmoins d'un bond, et Jake, qui somnolait, redressa aussi la tête pour voir ce qui se passait.


- Ser, il y a comme un imprévu. Elle n'arrive à rien, elle est trop paniquée. Elle a l'air totalement perdue. Je pense que je vais faire une exception, et vous demander de venir.

Le jeune homme ne se le fit pas dire deux fois, et après un bref regard à Jake, qui l'encouragea d'un hochement de tête et lui promit qu'il restait ici à les attendre, il s'engouffra dans sa chambre, à la fois soulagé et très inquiet. Il vint aussitôt auprès de Lou, qui semblait déjà épuisée, alors que le bébé ne sortait pas. Il glissa doucement sa main dans celle de sa femme, et lui posa l'autre sur le front, espérant que sa présence l'aiderait vraiment.

- Je suis là mon amour. Tout va bien, tu vas y arriver. Tu en es capable mon ange, je le sais, courage...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 11 Nov - 1:31

En l'absence de son époux, et dans cette situation inconnue et nouvelle, Lou se sentait perdue. Elle ne pouvait qu'écouter les conseils de la guérisseuse, et faire de son mieux. Mais pour le coup, ne rien y voir lui pesait vraiment, et elle sentait l'angoisse lui nouer peu à peu les tripes plus fort encore que les contractions. Dans un premier temps, elle n'eut qu'à attendre que tout s'accélère, ce qui prit un bon moment, plus d'une heure. Elle souffrait de plus en plus à mesure que les contractions se rapprochaient, et elle avait parfois du mal à retenir des gémissements de douleur.

Cependant, quand la guérisseuse lui annonça qu'elle devait se mettre à pousser, elle n'y arriva pas. Malgré son instinct qui lui dictait comment faire, elle était tellement paniquée qu'elle n'arrivait pas à faire cela correctement, même en y mettant toute sa bonne volonté. Et cela l'angoissait d'autant plus. Elle se sentait fatiguer à pousser dans le vide, et elle fut rapidement nimbée de sueur alors que rien n'arrivait. Dehors, le vent sifflait sauvagement en passant dans les volets que la femme avait clos plus tôt en arrivant, comme s'il se moquait d'elle.

Au bout d'un moment, elle se laissa retomber sur ses oreillers, le souffle court. Le temps lui semblait s'étirer à l'infini, et elle avait l'impression d'être dans cette situation depuis déjà des jours. Elle se sentait fatiguée, mais elle avait surtout peur. Totalement perdue, elle craignait que tout cela ne finisse mal. D'autant qu'elle ne comprenait pas pourquoi elle n'arrivait pas à aider son bébé à naître, ce qui ne l'aidait pas à prendre confiance en elle. Elle entendit la guérisseuse lui annoncer qu'elle revenait, puis ses pas qui s'éloignaient, et la porte qui s'ouvrait.


" Ser, il y a comme un imprévu. Elle n'arrive à rien, elle est trop paniquée. Elle a l'air totalement perdue. Je pense que je vais faire une exception, et vous demander de venir.

Elle était même trop mal pour se réjouir de l'idée d'avoir son époux avec elle. Mais si la guérisseuse avait compris qu'elle avait besoin de lui pour aller mieux, c'était encourageant. Elle avait un peu honte de se montrer à lui dans cet état. Même pas capable de mettre un bébé au monde... Elle se mordit la lèvre, entendant des pas s'approcher, et la porte se refermer. Bientôt, une main familière saisit la sienne, l'autre se posa sur son front.

- Je suis là mon amour. Tout va bien, tu vas y arriver. Tu en es capable mon ange, je le sais, courage...

- Je suis désolée, j'ai essayé mais...

- Allons, tout ira bien. Il faut continuer à pousser maintenant. Inspirez profondément, et quand ça se contracte, poussez.

Lou ne put qu'acquiescer, puisant toutefois dans la présence de Damian une énergie et un courage nouveaux. C'était comme si elle avait retrouvé ses repères, et cela l'aida beaucoup. Cela dura malgré tout jusqu'à ce qu'elle puisse pousser, mais cette fois, elle sentit quelque chose se passer. Le poids dans son ventre se déplaçait, prouvant que le bébé bougeait enfin. A croire qu'il n'était pas pressé. Cela lui redonna courage, et elle continua dans cette voie.

Cependant, après quelques poussées, elle sentit une douleur abominable lui transpercer le dos, ce qui lui fit lâcher un petit glapissement de douleur. Elle manqua de se débattre, comme un cheval blessé cherchant à fuir la douleur, mais elle avait si mal qu'elle en restait paralysée, n'osant plus bouger le moindre muscle. La guérisseuse sembla s'en inquiéter, et elle lui demanda aussitôt ce qu'il se passait.


- Un problème?

- J'ai mal... mon dos... La douleur... insupportable!

Elle s'était mise à transpirer d'autant plus avec le mal qui lui avait mis les larmes aux yeux. Elle les sentait couler le long de ses joues. Dans la chambre, il ne faisait pas une chaleur à mourir pourtant. Le poêle ronflait dans un coin et dispensait une agréable tiédeur, mais la pièce n'était pas surchauffée. Malgré cela, la jeune femme avait l'impression de rôtir. Elle serra les dents quand la guérisseuse tâta un peu partout pour tenter de déterminer l'origine du mal.

- Je vois, il était mal tourné, et il s'est donc déplacé de lui-même dans le bon sens, mais en appuyant contre votre colonne... Ser, aidez-moi à tourner votre femme sur le flanc gauche. Ensuite, vous allez devoir lui tenir la jambe droite en l'air, pour qu'elle puisse continuer le travail dans cette position, jusqu'à ce que cela aille mieux.

Se faire déplacer dans ces conditions fut un véritable supplice. Cependant, une fois sur le flanc, une jambe soutenue par son compagnon, elle dut avouer que la douleur avait pratiquement disparu. Assez pour lui permettre de se remettre au travail, même si la fatigue se faisait ressentir petit à petit. Avec un grognement, elle donna une poussée. Plus que jamais, elle avait l'impression de livrer un combat. Et elle n'allait pas faire les choses à moitié.

Cela prit un certain temps jusqu'à ce que le bébé soit assez descendu pour qu'elle puisse se remettre sur le dos, jambes écartées, pour finir le travail. La jeune aveugle aurait été bien incapable de dire combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle s'était enfermée dans cette chambre. Par moments, ses muscles tremblaient légèrement, de fatigue, et elle les sentait en feu. Mais le bébé n'était toujours pas apparu, et il se faisait désirer, même s'il était nettement descendu... Le risque d'un mort-né commençait à planer tout doucement dans l'air, et cela la tétanisait.

Finalement, alors qu'elle se sentait au bord de l'évanouissement, à bout de forces, haletante, les traits tirés et les cheveux en bataille, elle sentit que quelque chose s'engageait finalement dans la sortie. Elle retint une exclamation étouffée, qui fut suivie par un grommellement de la guérisseuse. D'instinct, Lou sut qu'elle allait bientôt en finir, et c'était à la fois angoissant et encourageant. Mais en cet instant, elle voulait à tout prix qu'il sorte, être délivrée de cette souffrance.


- La tête est là, ça y est. Il va falloir donner un dernier effort pour le sortir. Le passage des épaules va être douloureux, mais ensuite, ça ira tout seul.

Trop faible pour parler, la jeune femme se contenta de hocher vaguement la tête. Elle serra malgré tout la main de son époux dans la sienne aussi fort qu'il lui était possible. Elle prit une profonde inspiration, tandis que la guérisseuse la guidait vers la bonne contraction. Il y en eut effectivement une, puissante, qui la contracta violemment, et elle y mit toutes ses forces pour en finir. Cela la fit se redresser sur ses oreillers, presque en position assise, n'accordant plus la moindre importance à ses cris de douleur. C'était devenu machinal, sa bouche s'exprimait seule pour retranscrire ce qu'elle ressentait.

Elle ressentit une vive douleur à l'entrecuisse, comme un déchirement, alors que la poussée lui donnait l'impression que sa tête allait exploser. La guérisseuse lui demanda encore un tout petit effort, et après avoir repris brièvement son souffle, elle donna ses dernières forces... et se sentit enfin libérée d'un poids. Les épaules passées, le reste du corps du nouveau-né suivit sans problèmes. La jeune femme se laissa retomber sur ses oreillers, vidée de tout, de ses forces comme de ce qu'abritait son ventre jusque là.

D'abord, elle n'entendit rien. Elle tendait pourtant l'oreille, le coeur battant, inquiet. Si le bébé était mort-né... Mais non, pas après tout ça. Pas après tant d'heures d'effort, pas après tant de mois d'attente. Elle retint son souffle, écoutant tout ce qu'elle pouvait. Le bruit du blizzard dehors, et des braises qui craquaient dans le poêle était tout ce qu'elle avait. Elle ne pouvait pas voir que la guérisseuse avait pris le petit corps dans ses bras, avait tranché le cordon et lui dégageait les voies respiratoires pour ne pas qu'il s'étouffe. Et après un moment qui lui parut interminable, il se mit à pleurer.


- Je vais vérifier que tout va bien, je vous le donne dans un instant.

Elle avait enveloppé le nourrisson dans des linges, et même le jeune père n'avait sans doute pas pu voir le sexe de l'enfant. Lou tâcha de reprendre son souffle, la tête lui tournant, mais se sentant à la fois terriblement soulagé qu'il vive, et terriblement angoissée à l'idée du verdict qui allait tomber. Elle pria silencieusement tous les dieux du panthéon pour qu'il n'aie pas hérité de son handicap... Elle l'entendait encore pleurer vigoureusement, réclamant à grands cris son premier repas. Et puis, finalement, la guérisseuse revint vers eux, avec un bébé propre et langé dans les bras, enveloppé dans ses linges.

- Rassurez-vous, tout va parfaitement bien. Ses yeux fonctionnent à merveille. Vous avez un magnifique petit garçon, félicitations.

Un garçon... Lou n'était pas très étonnée, mais elle était tellement heureuse qu'elle se mit à pleurer sans pouvoir se retenir. Elle évacuait la fatigue et les angoisses de ces dernières heures éreintantes, et laissait le bonheur pur l'envahir. La femme lui déposa délicatement le petit sur le ventre, entre ses bras. La jeune mère tâtonna un peu, la gorge nouée, avant de toucher son bébé pour la première fois. Il avait la peau douce, encore humide, et il continuait à brailler tout ce qu'il savait. Elle avait un large sourire aux lèvres, alors qu'elle le mettait avec précautions au sein.

- Ca y est Damian, il est là... Comment est-il?

Le bébé s'était immédiatement tu en se mettant à manger comme un affamé. Il avait hérité des cheveux châtains de sa mère, et des beaux yeux bleus de ses deux parents, à la différence près que lui les avait de la même couleur, contrairement à son père. Il était vigoureux, et en pleine forme, comme prévu. Et, du reste, absolument craquant. La jeune femme entendit à peine la guérisseuse lui annoncer qu'elle allait encore finir d'éjecter ce qui restait de sa grossesse, et cela se fit tout naturellement, sans douleur. Elle se laissa faire volontiers pour sa petite toilette, plus que nécessaire.

- Notre petit Leo... Si tu savais comme je suis heureuse...

La guérisseuse s'était mise à ranger, laissant un peu d'intimité aux jeunes parents. Il y avait des choses à nettoyer, maintenant que la toilette de la mère avait été faite. Leo s'endormait peu à peu au sein, et elle dut se débrouiller tant bien que mal pour lui faire faire son rot, comme on le lui avait indiqué. Mais quelque chose lui trottait dans la tête, malgré son épuisement. A voix basse, pour ne pas être entendue, elle s'adressa à son époux.

- Mon amour... quand nous serons seuls tous les deux, dans un instant, est-ce que je pourrais... le voir?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 11 Nov - 19:01

Avec la présence de son époux à ses côtés, qui tâchait de lui donner la force de continuer par des caresses encourageantes dans ses cheveux en bataille, Lou sembla enfin parvenir à quelque chose. Damian en fut rassuré, et retrouvait peu à peu son calme. S'il restait aussi nerveux que lorsqu'il tournait en rond dehors, il n'apporterait rien de bon à sa compagne, au contraire.

Cependant, lorsqu'elle eut donné quelques poussées, elle laissa échapper un couinement de douleur, et, voyant son visage se crisper et des larmes lui monter aux yeux, le Métamage serra le col de sa chemise entre ses doigts, se demandant ce qu'il se passait. Il n'y connaissait rien en accouchement, si ce n'était le strict minimum, mais une chose était sûre, ce n'était pas normal, car ça n'avait pas l'air d'être son ventre qui la faisait souffrir. Ce qu'elle confirma lorsque la guérisseuse lui demanda ce qu'il y avait, et qu'elle balbutia que la douleur provenait de son dos. L'autre femme l'ausculta alors rapidement, avant de lever les yeux vers le jeune homme, qui se tendit.


- Je vois, il était mal tourné, et il s'est donc déplacé de lui-même dans le bon sens, mais en appuyant contre votre colonne... Ser, aidez-moi à tourner votre femme sur le flanc gauche. Ensuite, vous allez devoir lui tenir la jambe droite en l'air, pour qu'elle puisse continuer le travail dans cette position, jusqu'à ce que cela aille mieux.

Un peu confus, Damian s'exécuta, serrant les dents lorsqu'ils manipulèrent Lou avec précautions, et que celle-ci manifesta malgré tout des signes de souffrance. Puis, il saisit délicatement la jambe droite de la jeune aveugle, qu'il maintint en l'air comme la guérisseuse lui avait demandé, et posa sa main libre sur le dos de sa femme pour le caresser doucement, espérant que cela suffirait à lui transmettre son soutien, comme il n'arrivait pas à prononcer un mot.

Au bout d'un moment, le bébé était assez bas pour qu'ils puissent faire basculer Lou sur le dos, toujours en douceur, afin qu'elle finisse dans une position plus confortable. Le jeune homme s'assit alors sur le bord du lit et reprit la main de son épouse dans la sienne, l'autre passée derrière sa tête pour la soutenir lorsqu'elle se redressait pour donner une poussée.

De voir sa compagne peiner ainsi faisait mal au cœur au Métamage, même si c'était pour la bonne cause. Ce n'était de toute évidence pas une partie de plaisir, et il admirait son courage, et celui de toutes les femmes qui avant elle avaient mis au monde un enfant, et celles qui le feraient après elle. Au moins, d'être là avec elle lui faisait prendre conscience de tout cela, ce qui ne serait pas le cas de tous les hommes, loin de s'imaginer ce que cela représentait en terme de douleur et d'efforts physiques. S'il avait pu, il aurait volontiers prit sa place, pour lui éviter toute cette peur, et cette souffrance...


- La tête est là, ça y est. Il va falloir donner un dernier effort pour le sortir. Le passage des épaules va être douloureux, mais ensuite, ça ira tout seul.

Perdu dans ses pensées, Damian n'avait même pas entendu la guérisseuse émettre un petit grognement, ni vu le hochement de tête qu'elle avait esquissé en voyant l'évolution des choses, si bien qu'en entendant cette déclaration, son cœur rata un battement. Elle y était presque, encore un dernier effort... Il la laissa serrer sa main dans la sienne de toutes ses forces, et serra les dents lorsqu'elle poussa encore en donnant de la voix, des plaintes de douleur qui lui vrillaient les tympans et lui retournaient les tripes.

Et finalement, après une ultime poussée, il vit le petit corps se dégager tout entier, et la guérisseuse lui couper instantanément le cordon et l'envelopper dans les linges qu'elle avait préparés, si vite qu'il ne put même pas voir son sexe. Il ne l'entendit pas pleurer immédiatement, aussi se pencha-t-il sur sa compagne, en sueur et à bout de souffle, qui semblait s'inquiéter de cela autant que lui. Mais après un dernier revers de linge très prudent de la guérisseuse pour lui dégager les voies respiratoires, ils entendirent enfin sa voix, et son père soupira de soulagement.

Restait une crainte à lever, ou confirmer, avant que Lou ne puisse être enfin définitivement tranquille. Le petit serait-il aveugle, comme sa mère ? Si la raison avait dicté à Damian tout le long de la grossesse qu'il n'y avait pas de raisons de s'en faire, dans la situation actuelle, il en eut au moins aussi peur que son épouse, dont il épongea doucement le front alors que la guérisseuse vérifiait que tout allait bien, à ses propres dires, le bébé n'étant pas avare de pleurs pendant tout ce temps. Et, finalement, la femme se tourna vers le couple avec un bébé propre et langé ainsi qu'un grand sourire, et s'avança vers la jeune mère pour lui donner son enfant.


- Rassurez-vous, tout va parfaitement bien. Ses yeux fonctionnent à merveille. Vous avez un magnifique petit garçon, félicitations.

Toute la tension et l'inquiétude s'envolèrent alors d'un coup, et ce fut une émotion toute nouvelle qui vint envahir Damian, le prenant jusqu'au plus profond de son être. Un garçon... Son petit garçon, Léo. Il était là, enfin, et tout allait bien, pour lui et pour sa mère. Tout ce bonheur déborda de lui sous forme de larmes, qu'il ne soucia même pas de cacher ou d'essuyer, alors qu'il appuyait tendrement son front contre celui de son épouse, qui amenait prudemment son bébé à son sein afin qu'il savoure enfin son premier repas. Elle aussi pleurait à chaudes larmes de joie, et sa gorge était un peu nouée, et sa voix éraillée, lorsqu'elle leva son regard aveugle vers son époux.

- Ça y est Damian, il est là... Comment est-il ?

- Euh, et bien...

Le jeune père renifla, la gorge nouée par l'émotion et s'essuya les yeux pour regarder en détail son fils, et le décrire au mieux à sa mère. Il était certes petit, mais déjà fort et vigoureux, ce qu'ils avaient pu constater sans grand mal alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère... Sa peau pâle était douce, et une petite tignasse châtain sombre, héritée de sa mère, lui recouvrait le sommet du crâne. Et, lorsqu'il ouvrit les yeux, accroché au sein de la jeune femme qu'il tétait goulument, son père put voir qu'il les avait bleu clair tous les deux, comme son œil gauche. Damian se racla la gorge, s'efforçant d'arrêter de pleurer pour pouvoir articuler correctement.

- Il est beau, et fort. Il m'a l'air en pleine forme. Ses cheveux sont comme les tiens, et ses yeux sont bleu clair. Il est... magnifique...

Le Métamage resta longuement à le regarder en silence, toujours submergé par l'émotion. Il venait à peine de naître, mais il sentait qu'il l'aimait déjà de tout son cœur, et qu'il ferait tout pour lui. C'était très étrange, comme sentiment, mais pas désagréable. Il se sentait investi d'une nouvelle mission, et qu'il ferait tout pour mener à bien : l'élever, et le protéger, jusqu'à ce qu'il soit lui-même un homme... Mais il avait bien le temps de grandir, avant de déjà penser à cela.

- Notre petit Léo... Si tu savais comme je suis heureuse...

- Oh, moi aussi, je suis heureux. Je crois que je ne l'ai jamais autant été...

Il se pencha doucement sur sa femme pour l'embrasser sur les lèvres, tendrement, et passa une main légère sur les cheveux du bébé, qui étaient terriblement fins et doux. La guérisseuse venait de finir de faire une toilette bienvenue à Lou, qui semblait se sentir bien mieux à présent, bien qu'épuisée. Lorsque Léo eut fini de boire, ses yeux clairs se fermaient déjà. Sa mère le redressa précautionneusement à la verticale pour lui faire faire son rot, qui fut sonore tant il s'était gavé, et qui fit rire son père. Après quoi, elle le recoucha dans ses bras pour qu'il s'endorme, et se pencha discrètement vers son époux pour lui murmurer quelque chose.

- Mon amour... quand nous serons seuls tous les deux, dans un instant, est-ce que je pourrais... le voir ?

- Hum... Oui, d'accord. Mais rapidement, tu es assez épuisée comme ça.

Lui aussi avait fait en sorte de ne pas parler trop fort, afin de ne pas alerter la guérisseuse, qui s'affairait à faire un peu de rangement. Il comprenait la requête de la jeune femme, mais souhaitait juste qu'elle ne se force pas trop. Elle aurait tout le loisir de le contempler quand elle aurait reprit des forces, mais le moment restait très important, c'est pourquoi il n'avait pas opposé de résistance à cette demande. Aussi, lorsque la guérisseuse quitta la pièce un moment pour jeter ce qui devait l'être, Damian caressa l'épaule de sa compagne, pour lui faire signe qu'ils étaient tranquilles.

- Vas-y maintenant, mais pas trop longtemps, d'accord ?

Il se tint ensuite prêt à prêter ses yeux à Lou lorsqu'elle libérerait son pouvoir, et songea en attendant que, lorsque ce serait fait, il faudrait quand même aller chercher Jake pour qu'il vienne au moins jeter un œil à Léo avant d'aller trouver son lit. Mine de rien, il était très tard... Dehors, la tempête s'était un peu calmée. Le vent ne soufflait plus, mais la neige tombait encore très fort, se déposant sur l'épais manteau blanc recouvrant déjà la terre, sans un bruit.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Ven 11 Nov - 21:38

Damian donna son accord, bien que réticent, à la demande de sa femme. Cette dernière savait bien qu'il ne pouvait le lui refuser. Et elle avait tellement envie de voir par elle-même ce qu'il lui avait décrit... Elle sentait dans ses bras, tout contre elle, le petit corps de son fils, et elle se sentait comme irradiée de chaleur dans sa poitrine. Lorsqu'elle entendit la guérisseuse ouvrir la porte et quitter la pièce en la refermant, son compagnon reprit la parole.

" Vas-y maintenant, mais pas trop longtemps, d'accord ?

- Ne t'inquiète pas pour moi...

Oui, elle était épuisée, au bord de défaillir, mais elle voulait le faire. Lou posa sa main sur celle de son époux, et attira doucement sa vue à elle à travers son pouvoir. Elle sentit rapidement les picotements habituels dans ses yeux, et quelques instants plus tard, elle voyait. Elle cligna des yeux quelques fois, le temps de s'habituer à la relative obscurité de la pièce, sommairement éclairée par quelques chandelles, puis elle baissa le regard sur son bébé, le coeur battant à tout rompre.

Et il manqua un battement quand elle le vit enfin. Elle eut l'impression de fondre littéralement. Nu à part ses langes, il était blotti dans les linges qui l'enveloppaient, tout contre elle, poings serrés et yeux clos. Il avait la respiration lente et régulière, et une mimique adorable de pure innocence sur le visage. Il était exactement comme Damian l'avait décrit. La jeune mère se mit à pleurer de plus belle, sans pouvoir se contrôler, et essuya ses larmes d'un revers de la main. Elle trouvait que le bébé ressemblait à son père, autant que c'était possible à cet âge. Cela se verrait quand il grandirait...

Elle le regarda aussi longtemps que possible, gravant cette image dans sa mémoire. Puis, elle l'embrassa doucement sur le front, et se résigna à redonner sa vue à son amant, ce qui lui parut infiniment plus cruel que de coutume. L'obscurité lui semblait plus... oppressante, la pièce plus froide. Elle frissonna un peu, et resserra les linges sur son fils, à nouveau anxieuse à l'idée qu'il prenne froid. Malgré tout, elle se tourna vers le jeune père.


- Merci... Il est tellement adorable... Je crois que c'est la plus belle chose que j'ai faite de ma vie. Tu veux le prendre un peu?

Elle se doutait, le connaissant bien, qu'il en mourrait d'envie. Elle fit très doucement pour soulever le bébé, d'autant plus mal à l'aise car elle ne voyait pas. Elle ne voulait pas risquer de le laisser tomber. Léo se mit à geindre un peu, dérangé dans son début de sommeil par cette manipulation. Elle le tendit à son père, et le laissa le prendre. Puis, elle se laissa couler dans ses oreillers, encore plus éreintée qu'avant. C'était comme si quelqu'un s'était assis sur elle pour y rester, tant elle se sentait... lourde.

- Il faut l'habiller, il va prendre froid comme ça...

- Ca tombe très bien, je comptais montrer à votre compagnon comment s'y prendre pour le langer et l'habiller, maintenant qu'il est rassasié. Ser, si vous voulez bien venir par ici...

Lou avait été tellement occupée par autre chose qu'elle ne l'avait même pas entendue revenir. Elle laissa à Damian le soin de s'occuper de tout ça. Elle allait apprendre de lui, en mémorisant la gestuelle, pour pouvoir le faire par la suite. La guérisseuse montra donc au jeune homme comment langer le nouveau-né, en défaisant ceux qu'il portait déjà et en les renouant encore. Puis, elle prit un pyjama tricoté par la jeune mère, ainsi qu'un petit bonnet de laine, et lui montra comment lui passer le tout. Léo gigota un peu en chouinant, mais la guérisseuse assura qu'il s'y ferait vite, et qu'il n'avait pas mal.

Après cela, elle en eut terminé. Il ne lui restait plus qu'à les laisser en famille... Elle alla donc ramasser ses affaires. La jeune aveugle l'entendit faire, mais comme si elle avait la tête dans le brouillard. Elle luttait pour ne pas s'endormir. Elle savait que c'était un des moments les plus importants de toute sa vie... mais elle était si fatiguée... Avant de les laisser, la femme les félicita encore une fois, et elle recommanda surtout à la nouvelle accouchée de prendre beaucoup de repos, de faire attention au bébé, et de l'appeler au moindre problème. Ensuite, ils se retrouvèrent seuls.


- Il va falloir le coucher... Borde-le bien, qu'il ne prenne pas froid. Et rajoute peut-être un peu de bois dans le poêle...

Elle ne savait pas que Jake attendait au dehors. Elle avait néanmoins raison quant au fait que la température de la pièce avait bien baissé. Même si ses muscles lui semblaient en plomb, elle se força à bouger pour attraper la couverture et la remonter sur elle jusqu'au menton. Elle se sentait partir de plus en plus, et lutter ne lui servirait plus à grand chose. Elle ignorait quelle heure il était, mais elle se doutait qu'il était tard... Juste avant de sombrer dans l'inconscience, elle eut le temps de dire quelques mots.

- Damian, je n'en peux plus. Je vais..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 12 Nov - 0:53

Quand finalement Lou posa sa main sur la sienne pour prendre sa vue, Damian se laissa faire sans broncher, néanmoins inquiet. Il ne voulait pas qu'elle s'épuise encore davantage avec les efforts qu'elle venait déjà de fournir. Mais bon, c'était important pour elle, il n'allait pas lui refuser quelque chose qui comptait autant à ses yeux. Il tâcha donc de se détendre alors que ses yeux devenaient aveugles au profit de ceux de sa femme, restant collé à elle et la serrant dans ses bras.

Il n'eut pas besoin de la voir pour déterminer sa réaction lorsqu'elle découvrit leur fils pour la première fois, sentant la joie l'inonder en même temps que de nouvelles larmes inondaient ses joues. Lui-même ferma les yeux, le visage enfoui dans le cou de la jeune femme, et lui laissa tout le loisir de contempler le nouveau-né. Il restait tout de même aux aguets, au cas où elle se sentirait faiblir à force d'utiliser son pouvoir. Il y avait de quoi être ému, il était tellement mignon... Damian trouvait qu'il lui ressemblait. Ce qui était assez normal, puisque c'était son père. Mais il lui trouvait plus de traits en commun avec lui qu'avec sa mère. Cela serait sans doute mieux déterminé lorsqu'il aurait un peu grandi.

Au bout de longues minutes, la jeune mère se résigna à rendre sa vue à son compagnon, qui rouvrit les yeux et y sentant les picotements caractéristiques. Il devinait que c'était à contrecœur, mais il le fallait bien. Si elle utilisait son pouvoir trop longtemps, elle se trouverait mal, et d'autant plus qu'elle était déjà à bout de forces. Il lui déposa un baiser sur la joue, maigre consolation, qu'il caressa ensuite. Il pressentait que, lorsqu'elle serait remise, il se trouverait sans rien y voir assez souvent... Mais ça ne le dérangeait pas.


- Merci... Il est tellement adorable... Je crois que c'est la plus belle chose que j'ai faite de ma vie. Tu veux le prendre un peu ?

- Oh... Oui, s'il te plaît... Je n'osais pas te le demander.

Il fallait dire que Léo avait l'air de bien se plaire, bien installé dans les bras de sa mère, repus, et qu'elle rayonnait de bonheur de simplement pouvoir le tenir contre lui. Le jeune homme n'avait donc pas vraiment eu le courage de les séparer, et attendait patiemment qu'on le lui propose. Il tendit donc les bras quand Lou souleva tout doucement le petit, et le prit à son tour, prudemment et un peu nerveux.

Mais une fois qu'il fut bien installé contre lui, il s'apaisa, et le regarda dormir. Il n'avait pas l'air mal installé non plus avec son père, ou si c'était le cas, il avait l'infinie politesse de ne pas le faire remarquer... Damian rit doucement à ces réflexions, et avisa du regard la guérisseuse qui venait de revenir dans la pièce. Lou, quant à elle, s'était installée confortablement sous les couvertures, blottie dans les oreillers.


- Il faut l'habiller, il va prendre froid comme ça...

- Ça tombe très bien, je comptais montrer à votre compagnon comment s'y prendre pour le langer et l'habiller, maintenant qu'il est rassasié. Ser, si vous voulez bien venir par ici...

Le Métamage déglutit en entendant cela. Après tout ce temps, les choses sérieuses commençaient, et il allait falloir passer à la pratique. Non pas que ça le dérange, au contraire, mais il avait très peur de mal faire. Il ne fallait pas oublier qu'il pouvait être très maladroit... Mais, en y repensant, il n'avait jamais blessé Lou, même durant leur première fois, qui avait été aussi et surtout la sienne. Ça voulait donc dire qu'il pouvait aussi très bien se débrouiller, s'il le voulait vraiment, non ?

Bien, il était temps de cesser de trop penser, et de se lancer. Damian se leva doucement du lit, Léo bien calé dans ses bras, et rejoignit la guérisseuse jusqu'à une table assez haute qu'ils avaient amenée là pour pouvoir langer le petit à leur aise. Il l'y posa, et regarda la femme défaire les langes pour les renouer ensuite, très sérieux et concentré. Puis il reproduisit la manipulation, en douceur, félicité par la guérisseuse. Cela lui redonna un peu confiance. Ce n'était pas si difficile, après tout...

Ensuite, elle alla prendre un des pyjamas que Lou avait tricoté, ainsi qu'un petit bonnet, et les amena au jeune père afin qu'il les mette au bébé. Il suivit ses instructions tout aussi sérieusement que pour les langes, passant tout d'abord les petites jambes du petit garçon dans le bas du vêtement, puis ses bras, et enfin, boutonna le tout pour que l'air froid ne passe pas. Enfin, il lui enfila le bonnet délicatement, et le regarda un instant. Ça lui allait très bien, un tout petit peu grand peut-être, mais à ce stade de sa vie, il grandirait très vite.

Cela terminé, il reprit le petit dans ses bras, ne se lassant pas de le câliner et le contempler. Il était bien d'accord avec Lou, sur le fait que ce soit la plus belle chose qu'elle aie fait dans sa vie. Il ressentait exactement la même chose, même si lui n'avait pas eu à trimer pour le mettre au monde, il avait au contraire eu l'honneur de la partie la plus agréable de la chose... Mais ça n'empêchait pas qu'il se sentait très fier. Il revint doucement vers le lit, alors que la guérisseuse achevait de rassembler ses affaires, en ayant visiblement terminé, pour sa part.


- Bien, je vais vous laisser, à présent. Lou, il faut que vous preniez beaucoup de repos. Du reste, soyez tous deux prudents avec le bébé, bien que je ne pense pas vraiment nécessaire de vous le rappeler, et au moindre problème, appelez-moi. Et encore toutes mes félicitations.

- Merci beaucoup. Merci pour tout.

La femme hocha la tête et quitta ensuite la chambre avec son matériel, les laissant enfin seuls. Damian vint se rasseoir sur le lit, Léo toujours dans les bras, dormant à présent à poings fermés. Il avait un peu chouiné, lorsque son père l'avait manipulé pour apprendre à le langer et à l'habiller, mais il était calmé maintenant, et était parti pour dormir plusieurs heures, jusqu'à la prochaine tétée...

- Il va falloir le coucher... Borde-le bien, qu'il ne prenne pas froid. Et rajoute peut-être un peu de bois dans le poêle...

- Bien sûr. Je vais le faire toute suite. Dis bonne nuit à maman, mon bonhomme...

Il amena tout doucement le bébé vers sa mère pour qu'elle puisse l'embrasser, puis se traîna ensuite jusqu'au berceau, où Lou avait mis des couvertures plus tôt dans l'après-midi. Il le posa dans son petit lit et le couvrit desdites couvertures, avant de finalement le border consciencieusement, et de déposer un petit baiser sur son front pour enfin le laisser dormir. Dans le même temps, il entendit la voix de la jeune femme s'élever timidement depuis le lit, presque un murmure, et se tourna vers elle.

- Damian, je n'en peux plus. Je vais...

Elle n'eut même pas le temps de finir sa phrase qu'elle sombra dans le sommeil, littéralement à bout de forces. Son mari ne put retenir un petit sourire. Elle l'avait bien mérité, après cette rude journée, d'autant plus que Léo n'attendrait pas la fin de la matinée pour avoir de nouveau faim. Avant d'aller chercher le bois pour le poêle, et Jake, par la même occasion, il s'approcha du lit sans un bruit, bien qu'il doutât que même un ouragan ne parvienne à la réveiller, et lui déposa un baiser sur le front.

- Dors, mon amour. Tu ne l'as pas volé...

Lui aussi avait bien envie de se coucher et de se laisser couler dans un sommeil sans rêve, mais il y avait un autre étalon qui attendait dans son salon qu'on lui présente le bout de chou, et à qui il devait bien la faveur d'être le premier à le rencontrer. Il quitta donc sa chambre et retrouva le pangaré, qui n'avait pas changé de fauteuil, et s'étira péniblement en l'entendant arriver. De toute évidence, il somnolait un instant avant.

- Alors ?

- C'est un garçon, répondit Damian avec un large sourire tout en prenant de petites bûches à mettre dans le poêle dans la réserve de bois. Il va très bien, et sa mère aussi. Ils se reposent tout les deux. Tu veux le voir, avant de rentrer te coucher ?

- Ouais. J'aimerais autant être resté là pour avoir cet honneur.

Le rouquin eut un petit sourire gêné. Il ne le remercierait jamais assez d'avoir été présent, et d'avoir supporté ses nerfs à vif. D'un signe de tête, il invita son ami à le suivre, son bois à la main, et revint dans la chambre. Ça lui faisait tout drôle, de voir le berceau occupé après tout ce temps passé à attendre la naissance... Il alla mettre les bûches dans le poêle tandis que Jake se penchait sur le petit, visiblement attendri. En même temps, craquant comme il était, comment ne pas fondre ? Loin de Damian l'idée de se vanter, ce n'était que la pure vérité...

- Il est trop mignon... Toutes mes félicitations, tu les transmettras à Lou. Vous l'avez appelé comment ?

- Léo.

- Léo Dozendhaar... Ça sonne bien.

- Je trouve aussi.

S'il avait dit ça assez assurément, le jeune homme fut tout de même ému par cette constatation, et se mordit la lèvre inférieure en le regardant encore une fois. Puis il libéra enfin son ami, qui renouvela ses félicitations avant de les laisser seuls pour de bon. Damian put alors enfin faire une toilette très rapide, et passer son pantalon de nuit pour enfin se coucher. Comme de coutume, il attira Lou contre lui, et après un dernier regard vers le berceau où dormait leur fils, il s'endormit profondément.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Sam 12 Nov - 12:18

Lou passa les quatre jours suivant son accouchement constamment alitée. Cela avait été éprouvant pour elle, et elle avait grand besoin de repos. Dans le même temps, elle restait sollicitée un minimum pour le bébé, rien que pour les tétées, évidemment. Elle se remettait doucement, et Damian se chargeait du reste, à savoir s'occuper du petit, notamment le changer et le laver, s'occuper de sa femme et de quelques tâches domestiques.

Pouvoir se lever à nouveau fut un vrai soulagement. Elle avait toujours mal à l'entrejambe, et souffrait d'un certain nombre de courbatures. Elle était encore fatiguée, mais elle était heureuse de pouvoir commencer à s'occuper du bébé un peu plus que ça. Il n'était pas très contraignant, passant le plus clair de son temps à dormir, ne pleurnichant que quand il avait faim ou devait être changé.

En ce début d'après-midi, après avoir mangé, le couple reçut la visite de Jake. Léo dormait tranquillement dans son berceau, dans la chambre, ce qui laissa le loisir aux adultes de discuter. La jeune femme avait un peu du mal à rester bien réveillée, car avec la digestion, elle sentait naturellement une envie de dormir lui venir. Elle se força donc à rester attentive, notamment quand Jake se tourna vers elle pour poursuivre la conversation.


" Alors, comment tu te sens?


- Encore un peu fatiguée, mais mieux, merci. J'ai un peu de mal avec les tétées nocturnes, mais à part ça, il n'est vraiment pas embêtant. Et puis, il est tellement adorable...

A peine avait-elle terminé sa phrase avec un petit sourire sur les lèvres, que depuis leur chambre leur parvinrent les pleurs du bébé qui venait de se réveiller. Il réclamait son repas à grands cris, et sa mère ne put que se résigner à se lever. C'était très laborieux pour elle de se promener dans les appartements en l'ayant dans les bras, car elle n'y était pas habituée. De plus, elle ne pouvait pas se servir de son bâton dans ces conditions, et elle avait toujours peur, bien que connaissant les lieux par coeur, de faire une chute en le tenant.

- Je reviens tout de suite, il y a un petit bout affamé qui réclame ma présence...

Elle se dirigea de mémoire et sans encombres jusque dans la chambre. Elle tâtonna jusqu'au berceau, et ses mains trouvèrent le corps du nouveau-né qui gigotait en piaulant. Elle lui murmura tout bas des mots tendres et apaisants en le prenant dans ses bras, avec d'infinies précautions. Elle ne revint que très lentement dans la pièce à vivre, afin de ne pas risquer un accident. Puis, elle se rassit à sa place en ouvrant son haut pour mettre Léo au sein. Il se mit à manger de bon appétit, se calmant instantanément.

- Eh bien, quel glouton! Il tient vraiment de son père, il est aussi grincheux que Dam' quand il a faim, et tout aussi goinfre!

Jake éclata de rire, et la jeune femme ne put s'empêcher de pouffer. Elle caressait doucement le dos de son bébé pendant qu'il mangeait, et elle aurait donné cher pour pouvoir l'admirer en cet instant. Il devait être tellement adorable... Ce qui sembla être de l'avis du Métamage pangaré qui se pencha un peu sur lui, tout en se signalant à la jeune aveugle d'un contact sur son bras. Il avait lui aussi compris comment faire pour ne pas l'apeurer.

- Eh bonhomme, tu fais un sourire à tonton Jake? Non, pas encore hein? Tu es encore trop petit pour ça... Tu vas être très heureux, je dis, parce que ton papa et ta maman t'ont voulu très fort, tu sais... Mais ça va, vous vous en sortez?

La dernière phrase était évidemment adressée aux parents et non plus au nourrisson. Lou n'avait pu s'empêcher de sourire à ce qu'il avait dit, et elle hocha la tête en guise de réponse. Elle était terriblement heureuse, même si elle savait qu'élever un enfant, surtout pour elle, aurait ses contraintes, mais elle se sentait... plus utile que jamais. Vraiment utile, et non pas juste par charité. Et c'était très important pour elle. D'autant qu'elle l'aimait tellement, ce petit bout...

- Damian m'aide beaucoup, d'autant plus que j'ai dû rester alitée un moment. Se réveiller en pleine nuit pour une tétée n'est pas agréable, mais comme il se rendort très vite, c'est toujours une affaire de peu de temps. Et je pense qu'il y en a un ici qui va devenir un spécialiste de la confection des langes... Evidemment, moi je ne peux pas, puisque je n'y vois rien...

- Bah, ça ne peut pas lui faire de mal de s'impliquer un peu, hein Dam'? Dis, quand est-ce que vous allez le présenter officiellement? Ce serait bien d'avertir le Commandant, pour préparer la cérémonie et le légitimer au plus vite, qu'il soit sur les registres... Tu devrais t'en occuper rapidement.

Lou fronça les sourcils, perplexe. Elle ne savait pas de quoi Jake parlait, et elle se tourna tout naturellement vers son époux, son regard aveugle ne se fixant pas exactement sur lui, comme si elle cherchait à le localiser. Elle attendait quelques éclaircissements à ce sujet. Quelque part, elle s'en voulait un peu de ne pas savoir, elle qui avait voulu tout bien faire pour l'arrivée du petit...

- C'est quoi cette histoire, Damian?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Lun 14 Nov - 23:09

Quatre jours étaient passés depuis la naissance de Léo, que sa mère avait passé dans son lit, afin de se remettre de son accouchement éprouvant. Durant ce temps, son mari s'était tout naturellement trouvé à devoir s'occuper presque tout seul de son fils, mis à part pour les tétées, pour lesquelles il n'était évidemment pas équipé...

Et il s'attelait à cette tâche avec sérieux et abnégation, mais aussi un plaisir immense et non dissimulé. Il fallait dire que Léo n'était pas un bébé difficile à vivre, du moins, pour l'instant, se contentant de piauler pour réclamer son repas ou être changé. Et quand bien même il aurait été insupportable, ça n'aurait pas été une corvée pour le jeune père de l'avoir constamment dans les bras, bras dans lesquels le nourrisson avait d'ailleurs l'air de bien se plaire.

Quand le petit dormait, il prenait alors le temps de s'occuper de sa compagne, ce qui n'était pas non plus un supplice en soi. Et quand enfin, tout était fini, comme sa blessure n'était pas encore tout à fait guérie et le tiraillait encore un peu par moments, il profitait du temps qui lui restait pour s'étendre aux côtés de sa femme pour la câliner et se reposer lui aussi, jusqu'à ce que le bébé se remette à pleurer.

Au matin du cinquième jour, Lou avait fini par pouvoir se lever sans trop de mal, bien qu'elle se sente encore l'entrejambe douloureuse et quelques courbatures. Mais de se tenir de nouveau debout lui avait permis de s'occuper un peu de son petit garçon, supervisée et soutenue par Damian qui lui donnait ses instructions. Lui qui avait peur de faire mal les choses, il se surprenait à finalement très bien se débrouiller, mieux que la plupart des pères, à ce que la guérisseuse lui avait dit lorsqu'elle était passée ausculter la jeune mère et son bébé, quelques jours plus tôt.

Cet après-midi là, juste après le déjeuner, on frappa à la porte, et le Métamage eut la bonne surprise de l'ouvrir sur son camarade pangaré qui venait prendre quelques nouvelles. Celui-ci en profita pour renouveler ses félicitations à la jeune aveugle, qui dormait trop profondément pour s'être rendue compte qu'il était venu la voir juste après l'accouchement. Le bébé dormait tranquillement dans son berceau, dans la chambre, mais au vu du temps écoulé depuis la dernière tétée, son père devinait qu'il n'allait pas tarder à réclamer de nouveau.

Et son intuition fut confirmée juste après que Lou aie rassuré Jake sur son état de santé, lorsqu'ils entendirent depuis la chambre matrimoniale monter les pleurs d'un petit bout affamé. Le jeune homme aurait pu se lever sans problème, mais préféra attendre de voir si son épouse souhaitait aller le chercher elle-même avant de faire quoi que ce soit. Avec le temps qu'elle avait passé au lit, elle avait peut-être envie de pouvoir appréhender le monde avec son fils dans ses bras, ce qui était tout à fait légitime. Et finalement, elle se leva.


- Je reviens tout de suite, il y a un petit bout affamé qui réclame ma présence...

- En effet, et à l'entendre, c'est un gros creux...

Le Métamage effleura l'épaule de la jeune femme d'une brève caresse alors qu'elle s'éloignait, puis reporta son attention sur son ami, qui lui adressa un sourire amusé. Eh bien, quoi ? Il avait un moucheron dans la mèche ou quoi ?

- Toi, tu deviens gaga...

- Pfeuh, pas du tout.

- Complètement gaga de son fistoooon !

- Roh, ça va, hein.

Et l'étalon espiègle d'éclater d'un rire franc, tandis que le rouquin rougissait légèrement, avec un petit sourire gêné. Ça se voyait donc autant que ça, ou le connaissait-il simplement tellement bien qu'il lisait en lui comme dans un livre ouvert ? A la fois l'un et l'autre, semblait-il. Mais de toute façon, qu'est-ce que ça pouvait bien faire ? Lou revint alors avec le bébé dans les bras, d'un pas lent et très prudent, et Damian se sentit fondre instantanément en voyant la bouille absolument craquante du petit garçon lui apparaître. Il semblait bien que Jake aie tout à fait raison, en fait...

- Eh bien, quel glouton ! Il tient vraiment de son père, il est aussi grincheux que Dam' quand il a faim, et tout aussi goinfre !

- Eh ! Je ne suis pas grincheux, mais quand j'ai faim, j'ai faim.

- C'est bien ce que je dis...

Lou les écoutait se chamailler gentiment sans rien dire, souriant simplement, Léo à présent accroché à son sein qu'il tétait goulument. Son père tâcha d'ignorer le pangaré qui continuait de rire pour se concentrer sur lui, lui caressant doucement la tête alors qu'il buvait à s'en faire éclater la panse, comme à son habitude. Lui-même posa la tête sur l'épaule de sa compagne pour avoir un câlin, lui aussi. Il n'y avait pas de raison que le plus petit aie toute l'attention pour lui tout seul... Jake se pencha à son tour sur le bébé, effleurant le bras de la jeune mère pour lui signaler sa présence.

- Eh bonhomme, tu fais un sourire à tonton Jake ? Non, pas encore hein ? Tu es encore trop petit pour ça... Tu vas être très heureux, je dis, parce que ton papa et ta maman t'ont voulu très fort, tu sais... Mais ça va, vous vous en sortez ?

Le jeune homme laissa à sa compagne le soin de répondre tout en réfléchissant à ce que son ami venait de dire. Très heureux, oui, il ferait en sorte que son fils le soit... Mieux que lui, en tout cas. Oh, non pas que ses parents furent des tortionnaires, mais son père n'était pas vraiment du genre tendre, ou du moins, beaucoup moins que lui. Sa mère, en revanche, était du genre à le surprotéger, au point d'en être un peu étouffante, parfois... Il ne fallait plus se demander d'où cela lui venait.

- Bah, ça ne peut pas lui faire de mal de s'impliquer un peu, hein Dam' ? Dis, quand est-ce que vous allez le présenter officiellement ? Ce serait bien d'avertir le Commandant, pour préparer la cérémonie et le légitimer au plus vite, qu'il soit sur les registres... Tu devrais t'en occuper rapidement.

- C'est quoi cette histoire, Damian ?

Le concerné sursauta pratiquement. Il avait complètement oublié ce détail, tout occupé qu'il était à prendre soin de Léo. Bonjour, je suis un boulet, volume un sur deux-cent. C'était pourtant un détail important... Comment est-ce qu'il avait pu oublier ? Lui qui s'était remémoré des centaines de fois les moindres choses à faire une fois que le bébé serait né lorsque Lou était enceinte, c'était bien la peine... Un peu gêné, il se frotta l'arrière du crâne.

- Quel idiot je fais, je n'y pensais plus du tout... Ne t'inquiète pas Lou, ce n'est rien de bien méchant. Il s'agit juste de le présenter publiquement, en présence du chef de l'Ordre et du prêtre, un peu comme lors de notre mariage. Ça ne dure pas très longtemps, et en général, seules les personnes de l'entourage de la famille assistent à la cérémonie de près.

Restait qu'il fallait, comme l'avait dit Jake, qu'il s'occupe de tout cela rapidement. Non pas que ce soit vraiment urgent, mais il valait mieux ne pas trop traîner, pour que l'organisation ne se fasse pas trop précipitamment. Et plus tôt il serait reconnu par ses parents et, de fait, légitime, mieux ce serait pour leur épargner ragots et remarques qui allaient bon train, à ce qu'il avait pu constater. D'ailleurs, la seule chose qu'il redoutait dans ce genre de mondanités était ce genre de quolibets. Il vint caresser la joue de son épouse, un geste se voulant rassurant.

- Et d'ailleurs, au terme de cette cérémonie, il sera reconnu comme notre enfant légitime... Ça me fait drôle, en fait, je me sens très fier de ça, rien que d'y penser...

- Complètement gaga, vous dis-je !

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Mar 15 Nov - 15:17

" Quel idiot je fais, je n'y pensais plus du tout... Ne t'inquiète pas Lou, ce n'est rien de bien méchant. Il s'agit juste de le présenter publiquement, en présence du chef de l'Ordre et du prêtre, un peu comme lors de notre mariage. Ça ne dure pas très longtemps, et en général, seules les personnes de l'entourage de la famille assistent à la cérémonie de près. Et d'ailleurs, au terme de cette cérémonie, il sera reconnu comme notre enfant légitime... Ça me fait drôle, en fait, je me sens très fier de ça, rien que d'y penser...

- Complètement gaga, vous dis-je !

Lou sourit en les entendant se chamailler, mais elle fut très attentive à la réponse que Damian lui donna. En effet, s'il fallait faire ça... Elle voulait que tout soit dans les règles pour son bébé. Après tout, il avait été conçu hors mariage, mais il était né dans la totale légalité. Autant s'en occuper le plus rapidement possible. Elle passa doucement un doigt sur la joue de Léo, dans une caresse légère. Le petit poussa un soupir de bien-être, totalement détendu, à ce qui lui semblait. Il avait toujours l'air d'être d'une totale félicité, quand il était en train de manger.

- Dans ce cas, il faut s'en occuper au plus vite. Personne ne trouvera plus rien à redire à notre famille.

Notre famille... Ca sonnait étrangement à ses oreilles. Et dans le même temps, c'était étrangement délicieux. Perdue dans ses pensées, elle laissa le nourrisson manger tranquillement. Quand il eut terminé, elle le prit doucement contre son épaule, à la verticale, et lui tapota le dos pour lui faire faire son rot. Ce qu'il ne se priva pas de faire. Elle se doutait bien qu'à présent, le petit père allait se rendormir aussi sec pour de longues heures... jusqu'à la prochaine tétée ou aux prochaines langes pleines! Elle se tourna vers son époux avec un tendre sourire.

- Damian est totalement incapable de résister à la petite bouille d'un certain nouveau-né... Tu le verrais quand il doit le langer... Ce n'est pourtant pas la partie la plus agréable, mais lui ça n'a pas l'air de le déranger. En même temps... je ne sais pas ce que je ferai sans lui. Avec mes yeux qui ne voient rien, il y a des choses que je suis incapable de faire, et... c'est un papa formidable.



Quelques jours plus tard, elle se sentait bien remise. Dans le courant de l'après-midi aurait lieu la présentation publique de Léo dans la vaste salle commune. Pour cette raison, toute la petite famille s'était vêtue pour l'occasion. Ce n'était certes pas un mariage, mais c'était la première étape de la vie de l'enfant. Celle qui le faisait entrer dans la communauté de Lytsoul. Tandis qu'ils marchaient pour se rendre à la cérémonie, la jeune femme portant son bébé, et son compagnon la guidant avec sa main sur son bras, elle lui posa une question qui la taraudait.

- Damian, est-ce que Léo sera obligé de servir dans l'Ordre quand il sera grand? Cette cérémonie fait partie de cette obligation?

Elle se posait la question. Elle se voyait mal, plus tard, se faire un sang d'encre seule à la maison parce que son époux et son fils étaient tous deux partis se faire massacrer par des Démons... Rien qu'à y songer, elle frissonna. D'instinct, elle resserra doucement son étreinte sur son bébé, comme si cela pouvait le protéger de tout. Par moments, elle en venait à regretter qu'il ne soit plus à l'abri dans son ventre... Elle craignait tellement qu'il ne lui arrive quelque chose, soit à cause du froid, soit par sa faute à elle. Un accident de sa part était vite arrivé. Elle ne se le pardonnerait jamais...

Quand ils arrivèrent dans la grande salle, tout le monde était déjà là. C'était une tradition, que les parents et l'enfant arrivent en dernier. Il fallait savoir se faire désirer, après tout... Ils avancèrent le long de l'allée centrale, le cérémonie débutant de fait dès leur arrivée. Léo chouina légèrement, et sa mère le berça contre elle pour le calmer. Il aurait été malvenu de sa part de se mettre à hurler... Une légère pression sur son bras lui indiqua qu'ils devaient s'arrêter. Ils étaient aux pieds de l'escalier menant à l'estrade surélevée d'où les hauts dignitaires allaient procéder. Si elle avait tout compris, c'était au père de prendre l'enfant et de l'amener au Commandant pour le lui donner. Après quoi, il y aurait échange de phrases rituelles, et tout ce qui allait avec. Elle donna donc le petit à son époux, et resta à attendre. Elle devina qu'il venait de donner Léo au chef de l'ordre quand la voix de ce dernier retentit.


- Damian Dozendhaar, présente-nous cet enfant."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   Mer 16 Nov - 22:48

Encore quelques jours après la visite de Jake, celui de la présentation publique de Léo était arrivé. Lou s'était visiblement bien remise durant ce temps, et s'occupait autant qu'elle le pouvait de son bébé, toujours avec l'aide de Damian. Celui-ci était un peu triste, quelque part, de ne plus avoir son garçon pour lui tout seul autant qu'avant. Mais bon, il n'allait quand même pas priver sa mère du plaisir de s'occuper du petit elle aussi. Et puis, la voir faire était attendrissant.

Les jeunes parents s'étaient bien habillés pour l'occasion, et même le nourrisson avait eu droit au plus beau vêtement que sa mère lui avait confectionné. Il était bien évidemment bien couvert, avec le froid qu'il faisait. C'était sa première sortie en dehors des appartements, et ses parents ne voulaient pas qu'il tombe malade à cause d'une inattention. C'est donc bien emmitouflé dans les bras de sa mère que le petit Léo fit sa première sortie, sous le regard toujours attentif de son père, qui guidait Lou en la tenant doucement par le bras.

Sur la route, le jeune homme se remémorait les éloges que son épouse avaient faites à Jake à son sujet, et qu'elle lui avait répété ensuite. A ce qu'elle disait, c'était un père formidable... De son propre point de vue, il n'aurait pas été jusque là, mais il tâchait de faire de son mieux. Mais c'était toujours agréable à entendre. Et puis, ce n'était pas comme si c'était vraiment une corvée pour lui, de s'occuper de son fils. Même pour ce qui était des langes. Une fois le bébé nettoyé et enveloppé dans des linges propres, c'était la parfaite occasion pour lui parler, et grattouiller et embrasser son petit ventre potelé. C'est que le petit glouton avait bon appétit !


- Damian, est-ce que Léo sera obligé de servir dans l'Ordre quand il sera grand ? Cette cérémonie fait partie de cette obligation ?

Le jeune homme secoua la tête par réflexe, tiré de ses pensées par la voix de la jeune aveugle. Il dut assimiler ce qu'elle avait dit tout d'abord, comme son esprit était ailleurs, mais lorsque ce fut fait, il se rendit compte qu'il y avait dans la voix de son épouse une pointe d'inquiétude. Quoi de plus normal, pour une mère... Et à dire vrai, ça le travaillait un peu, lui aussi, même si leur enfant avait tout juste huit jours, et avait bien le temps de grandir. Il caressa doucement l'épaule de sa compagne de sa main libre pour la rassurer, puis la tête du bébé, qui somnolait tout juste, semblant percevoir l'agitation ambiante.

- Non, il n'y sera pas contraint, même s'il s'avérait qu'il soit un Métamage, comme moi. Il sera instruit comme les autres enfants, et on lui apprendra quelques bases du combat, pour au moins savoir se défendre. Du reste, ce sera à lui de décider s'il veut mettre son pouvoir au service de l'Ordre.

Si, quand Lou était enceinte, il s'était souvent imaginé avec un poulain lui courant derrière dans les champs aux alentours du château, il s'inquiétait un peu de cette perspective, à présent. Il n'empêcherait pas Léo de faire ce qu'il voudrait de sa vie, qu'il décide d'être forgeron, intellectuel ou soldat, mais il devait dire qu'il comprenait assez bien ce qu'avaient pu ressentir ses propres parents lorsqu'il s'était transformé pour la première fois. Ils n'avaient pas vraiment réglé le problème de la meilleure des façons en lui cachant ce qu'il était, mais ils avaient agi pour le protéger, et cela restait louable.

La petite famille parvint finalement à la salle commune. Ils étaient les derniers à arriver, comme le voulait la tradition, et la rumeur qui résonnait dans le couloir se tut lorsqu'ils passèrent la gigantesque double porte de la grande pièce. Le Commandant et le prêtre les attendaient sur l'estrade, et Damian sentit son estomac se nouer légèrement. Il n'était pas vraiment nerveux, juste fier, en ce jour, de pouvoir montrer son magnifique bébé au monde entier, enfin, du moins à la communauté du château.

Damian pressa tout doucement le bras de sa compagne au pied du petit escalier menant sur l'estrade pour qu'elle s'arrête. Léo, qui avait commencé à pleurnicher un peu quelques pas plus tôt, s'était calmé, bercé par sa mère, et visiblement intrigué de voir autant de monde d'un seul coup. Il faisait le tour de la salle de son regard bleu clair, semblant se demander qui étaient tous ces importuns qui le fixaient ainsi avec un air attendri parfaitement idiot. Il n'y avait que son père qui avait le droit de faire cette tête, d'abord !

Comme le voulait la tradition, il tendit les bras pour que son épouse y dépose prudemment le petit. C'était à lui de donner l'enfant au Commandant, chose qu'il trouvait un peu bête, au fond. Ce n'était pas lui qui l'avait porté pendant neuf mois puis mis au monde, après tout, il n'avait fait que participer à sa conception... Mais bon, puisque la tradition le voulait. Le chef de l'Ordre s'avança pour prendre le nourrisson, et Damian le lui tendit après lui avoir déposé un baiser sur le front.


- Sois sage mon grand, ça ne va pas être très long. D'accord ?

Presque à contrecœur, il laissa le petit à son supérieur, qui avait eu un petit sourire en entendant la petite phrase du Métamage à l'intention de son bébé. Maintenant que l'homme l'avait bien calé dans les bras, là-haut sur l'estrade, trois marches plus haut, en fait, il lui semblait que son fils était bien loin de lui. Allons bon, voilà qu'il devenait une véritable mère poule !

- Damian Dozendhaar, présente-nous cet enfant.

Le jeune homme hocha la tête et se racla la gorge, assez ému. Il avait vu ce genre de cérémonie se dérouler quelques fois, mais n'avait pas pensé être à cette même place aussi tôt... Il adressa un bref regard à Lou, et glissa doucement sa main dans la sienne avant de réciter la formule rituelle, sur un ton assez solennel malgré son enthousiasme.

- Je vous présente Léo Dozendhaar, fils de Damian Dozendhaar et Lou Dozendhaar, né il y a huit jours ici-même, à Lytsoul.

De nouveau, il se tourna vers sa femme et lui sourit, bien qu'elle ne puisse pas le voir. De prononcer tout cela à voix haute lui faisait tout drôle. Elle et leur bébé portaient son nom, ce qui faisait d'eux, aux yeux de tous et de la loi, une famille à part entière. C'était étrange, et en même temps plaisant... Le Commandant hocha la tête avec un sourire bienveillant, et s'adressa de nouveau au jeune homme.

- Bien. Damian Dozendhaar, reconnaissez-vous cet enfant comme le votre ?

- Oui.

L'envie de répondre "bien entendu, bougre d'andouille" lui avait effleuré l'esprit l'espace d'un instant, mais il s'était retenu au dernier moment, et retenu de rire, aussi. Ce n'était vraiment pas le moment. Le chef de l'Ordre se tourna ensuite vers la jeune mère, que Léo fixait lui aussi avec insistance, et lui posa la même question. Quand elle eut répondu, le Métamage donna le petit au prêtre, qui s'avança avec celui-ci dans les bras vers un petit récipient, qui contenait une sorte d'huile bénie. Il y trempa le bout des doigts, puis les passa sur le front du nourrisson, qui ne broncha pas, plus curieux qu'intimidé, et prononça une brève formule pour le bénir au regard des dieux. Après quoi, des applaudissements retentirent dans la salle, et Damian vint embrasser la joue de sa compagne.

- Et voilà, c'est fait...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit bout de chou [Privé Damian Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages-
Sauter vers: