Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentations [Privé Lou Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Lun 28 Nov - 0:21

C'est en fin de matinée, après un copieux petit-déjeuner faisant également office de repas de midi, que la petite famille prit la direction de Weln pour se rendre au village où Damian avait grandi, à proximité de la grande ville commerciale. Malgré l'appréhension du jeune homme à l'idée de revoir ses parents après toutes ces années, et celle de son épouse quant à la réaction que pourraient avoir ses beaux-parents, le voyage se fit dans la relative bonne humeur, et sans le moindre incident. Par ailleurs, ils eurent la chance de bénéficier d'un temps magnifique. Seuls quelques frêles nuages blancs venaient de temps à autre voiler le soleil, et il faisait une température idéale, ni trop chaude, ni trop fraîche.

Comme ils ne savaient pas combien de temps exactement ils allaient rester sur place, le Métamage s'était fait prêter une carriole et un solide cheval de trait pour la traîner, qu'il conduisait lui-même. Derrière-lui, Lou était confortablement installée, et Léo bien calé dans les bras de sa mère, babillant lorsque quelque chose retenait son attention. Mais au bout d'un moment, la fatigue finit par l'emporter sur sa curiosité, et il sombra dans le sommeil, son petit doudou de chiffon, que sa mère lui avait confectionné, serré dans son petit poing fermé. Les quelques bagages qu'ils emportaient, surtout du change pour le bébé, en fait, étaient quant à eux solidement arrimés pour ne pas glisser dans tous les sens lorsque la route se montrait un peu cahoteuse.

Au terme de plusieurs heures de route, Damian aperçut les premières maisons du petit village dans lequel il avait passé son enfance, et de nombreux souvenirs lui revinrent à l'esprit à la vue de ces bâtisses qu'il avait si bien connues. Le temps de l'insouciance, avec ses parents, lorsqu'il s'installait sur les genoux de sa mère pour lui réclamer l'énième lecture de son livre préféré. Des moments moins plaisants, ceux où les autres enfants du village avaient décidé de le prendre comme souffre-douleur. Les très nombreux après-midis qu'il passait aux écuries à simplement regarder les chevaux, s'ennuyant dans leurs stalles, et semblant aussi seuls que lui...

En tout cas, il nota que rien n'avait changé. Les chemins étaient peut-être juste un peu plus usés d'avoir été foulés encore et encore, mais il ne distinguait pas de grande différence avec le souvenir qu'il avait de cet endroit. A son arrivée dans l'enceinte du village, il reconnût quelques personnes qui, elles, avaient changé, ou plutôt vieilli. Il les salua poliment d'un signe de tête pour ne pas risquer de faire de bêtise en entraînant les rênes avec lui dans l'entreprise d'un geste de la main (pour avoir déjà fait cette bourde et failli provoquer une catastrophe, il n'avait pas très envie de recommencer), et reçut les mêmes saluts aimables en retour, non sans une pointe de surprise qu'il décela dans les regards. Ce n'était pas comme s'il était difficilement identifiable, avec sa crinière rousse et sa mèche blanche, et justement. On ne devait pas s'attendre à le revoir. D'ailleurs, il n'avait pas prévenu ses parents de sa visite. Il pensait que la surprise leur ferait plaisir.

Il arrêta finalement le hongre gris clair qui tirait la carriole devant une petite maison de pierre, entourée d'un petit jardin lui-même encadré par de modestes barrières en bois, située un peu à l'écart des autres bâtiments. Sa maison. Enfin, celle de ses parents, en l'occurrence. Son seul chez-lui était à Lytsoul, à présent. Ça lui faisait tout drôle de se retrouver là, comme s'il était parti la veille. Il jeta un œil au petit carré de terre où sa mère plantait quelques légumes chaque année. Fraîchement retourné. Elle le faisait donc encore...

Il se laissa ensuite souplement glisser à terre pour flatter le cheval et lui donner une carotte qu'il avait gardée de côté pour lui, avant de venir aider Lou à descendre, tout en tournant son regard bicolore vers le ciel. Quelques semaines plus tôt, il faisait déjà nuit à cette heure. Mais les jours rallongeaient avec le retour des beaux jours, et le soleil commençait tout juste à décliner aujourd'hui.


- Eh bien... Nous y voilà. Pourrais-tu rester avec le cheval un instant, pour qu'il ne nous fausse pas compagnie ? Il est gentil mais un peu... taquin. Je reviens tout de suite, d'accord ?

Damian se pencha sur la jeune femme pour lui donner un baiser, aussi bien pour la rassurer que pour se donner du courage, puis sur Léo pour l'embrasser à son tour, sur le front. Il avait beau savoir qu'il n'avait pas de raisons que s'inquiéter, il y avait toujours cette petite appréhension au fond de lui, qui lui nouait les tripes sans qu'il puisse le contrôler. Puis il poussa la petite barrière, qui émit un grincement de protestation en tournant sur ses gonds, et se dirigea d'un pas décidé vers la porte. Il leva la main, dos vers le bois, et hésita un instant avant de finalement frapper trois coups. Il ne pouvait plus faire marche arrière, de toute façon. Il entendit presque aussitôt des pas s'approcher, et la porte s'ouvrit sur le visage aux traits délicats de sa mère. Sa chevelure blonde, parfaitement démêlée, brillait sous les rayons du soleil qui vinrent la caresser. Et bien qu'il ne fut pas très grand, il la dépassait à présent d'une demi-tête.

- Bonjour maman... C'est moi...

- Damian ? Par tous les dieux, c'est vraiment toi ?

- Eh bien... On dirait bien, oui.

Ils restèrent un instant à se regarder sans rien dire, puis la femme s'approcha timidement de son fils pour le serrer dans ses bras, semblant davantage surprise par le changement physique chez le jeune homme que par sa visite. D'ailleurs, elle le relâcha bien vite pour se reculer un peu et le regarder sous toutes ses coutures. Damian se prêta de bonne grâce à cet examen. Après tout ce temps sans le voir, elle avait bien le droit de le dévisager à s'en faire saigner les yeux... Lorsqu'elle eut fini, elle s'avança de nouveau et vint poser sa main sur la joue du Métamage.

- Comme tu es changé, mon garçon... Tu es un beau jeune homme, maintenant.

- Toi, en revanche, tu n'as pas changé.

- Bonjour, fils.

Damian se raidit d'un coup lorsqu'il entendit cette voix s'élever dans l'air, si familière et si lointaine à la fois. Son père se tenait derrière sa mère, le fixant de son regard bleu sombre. Ses cheveux autrefois bruns, légèrement rougeoyants, étaient à présent parsemés de gris, de même que sa barbe de trois jours. Son visage commençait à être marqué par le temps également, mais il semblait que cela lui donnait d'autant plus de prestance. Le jeune homme répondit poliment, et serra la main tendue de son géniteur, qui l'attira brièvement dans ses bras pour lui donner une franche accolade. Il n'était pas toujours très doué pour exprimer ses sentiments, mais il aimait son fils, à n'en point douter, et il lui avait beaucoup manqué. Ce dernier se racla la gorge alors que sa mère, qui avait prit sa main dans la sienne, venait de remarquer l'anneau d'argent qu'il portait à l'annulaire, et semblait s'interroger sur sa présence.

- Maman, papa, j'ai quelque chose à vous dire... Enfin, quelqu'un à vous présenter, surtout. Vous venez avec moi ?

Sans vraiment attendre de réponse, il les devança vers le véhicule qu'il avait laissé derrière lui, et s'annonça à Lou avant de la prendre par la main, tout doucement, et s'assurant que Léo était bien calé contre elle. Le petit bout s'était réveillé entre temps, et semblait en grande conversation avec le vieux cheval lorsque son père les avait rejoints, lui et sa mère. S'il n'était pas Métamage, il avait au moins l'air très intéressé par les animaux... Puis il amorça la marche jusqu'à la barrière, où ses parents l'attendaient. Il était plus ému et fier qu'autre chose, finalement.

- Laissez-moi vous présenter Lou, mon épouse. Et Léo, notre fils. Il est né cet hiver et... Je me disais qu'il était grand temps que vous fassiez leur connaissance. Lou, voici Eric et Marcia Dozendhaar, mes parents.

Il avait lâché la main de la jeune aveugle pour passer son bras dans son dos, l'amenant ainsi contre lui. Il espérait la rassurer un peu, de cette façon. Après avoir murmuré un "enchantée" de concert avec son mari, Marcia s'avança vers le couple, à la fois très surprise et émue. Ça, ça devait être la dernière chose à laquelle elle s'attendait... Elle resta un long moment à hésiter, son regard allant de la jeune mère au bébé qu'elle avait dans les bras, avant d'esquisser un geste vers ce dernier. Damian s'attendait à cela, et posa doucement sa main sur le bras de sa mère, et s'adressa à elle d'une voix douce.

- Ne fais rien sans en avertir Lou verbalement. Elle est aveugle et... il ne faudrait pas que tu la surprennes.

- Oh, je... pardon.

- Ce n'est rien. Tu ne pouvais pas savoir. Tu veux prendre Léo, un peu ?

- Si Lou le veut bien...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Lun 28 Nov - 9:45

Le voyage s'était passé assez tranquillement. Ils n'avaient pas eu de problème, et le seul inconvénient avait peut-être été la longueur du trajet. Léo s'était assez vite endormi dans les bras de sa mère, mais il s'était réveillé une ou deux fois pour une tétée, et il avait fallu faire halte pour le changer à un moment. Sinon, tout s'était passé pour le mieux. Lou n'était pas aussi tranquille qu'elle n'y paraissait, mais elle savait que c'était nécessaire. Elle taisait donc ses craintes que cela se passe mal.

Quand Damian lui annonça qu'ils étaient arrivés, elle estima qu'il devait être dans les alentours du début de soirée. Léo en profita pour demander une tétée, qu'elle lui donna. Son compagnon lui demanda de garder le cheval le temps qu'il aille s'annoncer, et elle hocha la tête. Les chevaux, cela ne lui faisait pas peur. Ils s'entendaient toujours bien avec elle. Elle alla se mettre près de l'imposante bête et tâtonna avant de trouver les rênes. Elle restait prudente, avec son bébé dans les bras, mais l'animal resta placide.

Elle n'eut pas à patienter trop longtemps. Elle lâcha les rênes le temps de se rhabiller et de faire faire son rot au nourrisson quand il eut fini de manger, après quoi il se mit à babiller tranquillement dans ses bras. Elle capta le bruit de pas qui se rapprochaient, et reconnut rapidement celui de son époux. Le fait de devoir rester seule en terrain inconnu ne lui avait pas particulièrement plu, et elle se sentit à la fois soulagée et angoissée. Car il y avait trois personnes, et les deux autres devaient être les parents du Métamage.

Ce dernier vint la prendre par la main, et elle évita de se crisper. Se montrer nerveuse et angoissée ne serait pas forcément du meilleur effet sur ces gens. Elle serra doucement Léo dans ses bras. Le petit était redevenu silencieux en se pelotonnant contre elle. Vivement qu'il puisse se coucher quelque part où il serait à l'aise. Ce serait mieux pour lui, et pour sa mère qui commençait à souffrir de crampes dans les bras. Damian passa un bras autour de sa taille pour l'attirer contre lui avant de parler.


" Laissez-moi vous présenter Lou, mon épouse. Et Léo, notre fils. Il est né cet hiver et... Je me disais qu'il était grand temps que vous fassiez leur connaissance. Lou, voici Eric et Marcia Dozendhaar, mes parents.

Lou avait nettement senti sa fierté quand il avait prononcé ces paroles. Elle salua les parents de son amant avec un léger sourire, et elle capta sans mal leur surprise dans le ton de leur voix. Pour le moment, tout allait bien... restait à voir la suite des évènements. Ils n'avaient pas été prévenus à l'avance de tout cela, alors tout pouvait encore arriver. Après un temps de silence, elle entendit son époux lancer un avertissement.

- Ne fais rien sans en avertir Lou verbalement. Elle est aveugle et... il ne faudrait pas que tu la surprennes.

- Oh, je... pardon.


- Ce n'est rien. Tu ne pouvais pas savoir. Tu veux prendre Léo, un peu ?

- Si Lou le veut bien...

Voilà qui était dit. Il ne les avait de toute évidence pas prévenus de son handicap quand il était parti les rejoindre. Comment allaient-ils réagir à cela? Bien des gens seraient consternés de savoir leur fils affligé d'une infirme, quand bien même elle était capable de mettre au monde de beaux bébés. Elle ne bougea pas quand la mère de Damian lui prit son bébé, mais cela lui fit une curieuse impression assez désagréable. Elle se contint, sachant qu'il ne devait rien risquer, mais c'était tout de même étrange à ressentir.

Cela ne dura pas très longtemps jusqu'à ce que Léo se mette à pleurnicher. De toute évidence, il n'avait pas apprécié d'être séparé de sa mère. Il était dans sa période où les visages étrangers le perturbaient. Il avait même du mal quand c'était une autre guérisseuse que celle qui s'occupait habituellement de lui qui l'examinait. Cela lui passerait sans doute rapidement, c'était tout à fait normal.


- Je suis désolée, mais je crois que le voyage l'a un peu éprouvé. Il est encore petit... Et il a un peu de mal avec les gens qu'il ne connaît pas, en ce moment. Ca va venir.

- C'est normal. Damian était pareil, à cet âge. Votre fils lui ressemble un peu, mais il a vos cheveux. Si vous rentriez au chaud? Il va vite faire frais. On va récupérer vos affaires et s'occuper de votre cheval. Il doit me rester le vieux berceau de Damian, je vais le mettre dans sa chambre, comme ça il pourra se reposer, ce petit bout. Eric, si tu veux bien...

Après l'avoir prévenue, la mère de Damian lui rendit Léo, qui se calma instantanément en se blottissant contre elle. Puis, elle accepta de se faire guider par la femme jusqu'à leur maison, alors qu'elles laissaient aux hommes le soin de décharger et tout le reste. Il s'avéra qu'il faisait un peu plus chaud dans la maison que dehors, mais la jeune aveugle capta malgré tout immédiatement la différence avec Lytsoul. Quand on avait été habituée au confort, la différence se faisait sentir. Elle ne s'en plaignait absolument pas, mais cela n'empêchait pas qu'elle puisse constater la différence.

- Alors, je vous en prie, asseyez-vous sur le divan. Je vais récupérer les affaires de bébé de Damian pour faire un lit chaud à votre Léo.


Lou s'installa sur le divan, comme dit, et y posa doucement son bébé, bien au fond pour ne pas qu'il tombe. Elle posa une main sur son petit ventre, histoire d'être sûre, et il se mit à gigoter comme un petit poisson, tout sourire. Sa mère lui donna son doudou dont il s'était délesté le temps de sa tétée, ce qui sembla le mettre instantanément dans de bonnes dispositions pour dormir. Ca, plus le confort du divan. La mère de Damian revint au bout de quelques instants.

- Voilà, le berceau est dans la chambre de Damian. Il vous y emmènera quand il aura terminé avec vos affaires... Si vous voulez boire ou manger quelque chose, n'hésitez pas à demander! Mais dites-moi, comment vous êtes-vous rencontrés?

- Ca, c'est une longue histoire..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Mar 29 Nov - 23:51

Damian regarda Lou et sa mère faire connaissance d'un œil bienveillant, profondément soulagé de constater que tout se passait bien. Le petit dans les bras, Marcia se montrait aussi charmante et accueillante que d'habitude, ne s'offusquant nullement d'apprendre que l'épouse de son unique fils était aveugle, et semblait particulièrement attendrie par la petite bouille de Léo, qui chouinait un peu d'avoir été séparé de sa mère. En même temps, comment ne pas fondre devant un bébé aussi craquant, objectivement ?

Quand les présentations furent achevées, la Métamage invita Lou à rentrer dans la maison avant qu'il ne fasse trop froid, laissant aux hommes le soin de décharger la carriole. Damian les regarda partir, le cœur un peu plus léger, puis se sentit redevenir un peu nerveux quand il entendit son père derrière lui qui commençait déjà à dessangler les bagages. Ça faisait longtemps, très longtemps, qu'ils ne s'étaient pas retrouvés seuls tous les deux, "entre hommes". Même avant que le jeune homme ne quitte la maison, les rapports n'étaient pas vraiment au beau fixe avec son géniteur, ce qui avait contribué à l'éloignement progressif. Sans un mot, il le rejoignit pour l'aider, saisissant les divers coffres et boîtes pour les poser par terre une fois détachés. Oh, il ne lui en avait jamais voulu pour quoi que ce soit, mais à présent que le fossé s'était creusé entre eux, il ne savait pas trop quoi lui dire. Finalement, ce fut son père qui brisa la glace. A sa manière.


- Alors comme ça... Lou est aveugle, hein ? Ça ne te cause pas trop d'ennuis ? Je veux dire, elle ne doit pas pouvoir faire grand chose sans yeux pour y voir, alors...

- Détrompe-toi, elle est très habile de ses mains. Elle sait tricoter et coudre. C'est elle qui a fait presque tous les vêtements de Léo. Elle se débrouille en cuisine, aussi, et elle fait des thés délicieux. Et puis, quand bien même serait-elle absolument bonne à rien, je l'aime.

Voilà, ça avait le mérite d'être clair. Damian avait attaché le cheval à la barrière tout en parlant, et pris la petite malle dans laquelle étaient rangés les vêtements du bébé. Il désigna la plus grosse à son père, qui rassemblait les affaires du jeune couple, puis se dirigea d'un pas décidé vers la maison, pour monter le tout dans sa chambre. Là encore, il n'était nullement fâché contre son père, il savait très bien que celui-ci n'avait pas toujours les bons mots. Néanmoins, il ne pouvait pas tolérer que l'on rabaisse Lou en raison de son handicap, tout comme lui avait été rabaissé pour sa marginalité. Et ils avaient bien le droit d'être heureux, même avec une paire d'yeux en moins, non ? Enfin, une paire pour deux, pour être plus précis, mais ça, nul en dehors d'eux ne devait le savoir.

- Ne te fâche donc pas. Je m'inquiète pour toi, c'est tout. Si tu es heureux comme ça, c'est très bien.

Le jeune homme hocha la tête en signe d'assentiment, et passa la porte de la maison, son père sur les talons. Il vit Lou qui était assise sur le divan dans le salon, Léo allongé à côté d'elle, bien calé pour ne pas risquer de tomber. Il offrit un large sourire à sa mère lorsqu'elle lui caressa le ventre, et sembla particulièrement ravi qu'on lui restitue son doudou, mis de côté le temps d'une tétée, sans doute. Après un petit instant à les regarder, il suivit son père dans les escaliers, lequel l'avait doublé alors qu'il s'extasiait devant son petit bout.

Dans sa chambre, il trouva sa mère en train de préparer son vieux berceau pour y mettre Léo. Elle gratifia son mari d'une petite boutade lorsque père et fils passèrent la porte de la pièce, mais Damian n'y prêta pas attention. Ça lui faisait tellement bizarre de revoir cet endroit, après toutes ces années... Il reconnaissait chaque recoin, chaque veinure dans le bois du plancher. Il salua à peine ses parents lorsqu'ils redescendirent, et alla s'asseoir sur son vieux lit, laissé nu, sans draps ni couvertures, depuis son départ, et un nuage de poussière vola lorsqu'il s'y laissa tomber, le faisant toussoter. Ça sentait le renfermé, là-dedans... Il se leva et épousseta ses vêtements avant d'aller ouvrir la fenêtre, tapotant sur le matelas pour enlever un maximum de poussière avant d'y remettre oreillers et couvertures, un peu plus tard. Comme les bagages étaient montés et le berceau prêt, il n'avait plus rien à faire ici pour le moment... Il redescendit donc à son tour, et s'approcha du divan alors que sa mère et son épouse discutaient.


- Mais dites-moi, comment vous êtes-vous rencontrés ?

- Ça, c'est une longue histoire...

- Assez longue, en effet. Mais si tu n'as rien de mieux à faire dans les trois prochaines heures, nous pourrions te la raconter...

Damian s'assit à côté de Lou en riant et l'attrapa par la taille pour l'attirer contre lui, avant de déposer un baiser dans son cou. Rien que dix minutes à quelques mètres d'elle, et il était déjà totalement en manque... irrécupérable ! Sa mère le regarda faire avec un large sourire, nullement surprise. Son fils avait toujours été très câlin. Tout petit, il ne lâchait pas sa mère d'une semelle, lui réclamant toujours de l'attention. Et même un peu plus grand, d'ailleurs. Et cela lui avait pas mal manqué, lorsqu'il était parti pour Lytsoul. Sans sa mère ni compagne à chérir, il n'avait plus que les chevaux à papouiller. Il appréciait aussi, évidemment, mais c'était tout de même autre chose que les bras de quelqu'un qu'on aime...

- Est-il toujours aussi câlin avec vous ? C'est que ça ne me surprendrait pas, il a toujours été ainsi. Je ne compte plus les heures que j'ai passées avec ce garnement dans les bras, qui ne voulait pas me lâcher... Je ne m'en plaignais pas, mais quand il a grandi, c'est qu'il est devenu bien lourd pour mes bras...

- Maman !

- Et toujours aussi susceptible, avec ça... Je t'en prie Damian, et vous aussi, Lou, racontez-moi votre rencontre.

Le Métamage grommela un peu, ne pouvant pas nier l'évidence. Mais ça restait un peu gênant, devant sa femme. Il jeta un coup d’œil à Léo par dessus l'épaule de cette dernière, puis déposa un nouveau baiser sur cette même épaule tout en réfléchissant. Il ne voulait pas donner trop de détails sordides qui leur rappelleraient de mauvais souvenirs à tous les deux, aussi s'efforça-t-il de faire un récit aussi court que possible. Avant qu'il ne commence, son père les avait rejoints, ayant apparemment installé le cheval dans le petit coin de pré qu'ils possédaient, et rangé la carriole.

- J'ai croisé Lou par hasard, l'hiver d'il y a deux ans. Elle était sur le point de se faire agresser par une bande de rustres, et je l'ai tirée d'affaire. Après quoi, j'ai commencé à venir régulièrement chez elle, pour veiller à ce qu'il ne lui arrive rien. Mais un jour, j'ai été retenu, et... Je l'ai retrouvée en bien piteux état au bord de la rivière. Ça m'a fait un choc, je dois dire. Je l'ai ramenée au château pour qu'on la soigne, et elle a habité mes appartements le temps de se remettre. Puis un jour, elle a du partir, mais... Je l'ai mal supporté. En fait, j'étais déjà en train de tomber amoureux. Alors je lui ai demandé de revenir. Elle est revenue, et de fil en aiguille...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Mer 30 Nov - 23:04

Lou se laissa faire avec un plaisir non dissimulé quand son compagnon revint auprès d'elle pour la cajoler. Léo devait s'être endormi, si elle en jugeait par sa respiration tranquille et régulière. A croire que rien ne l'empêcherait jamais de fermer l'oeil... Elle écouta en souriant les anecdotes de la mère de Damian, amusée par ces récits d'enfance. Elle resta silencieuse pendant qu'il répondait à la question de sa mère concernant leur rencontre. C'était tout de même assez délicat...

" J'ai croisé Lou par hasard, l'hiver d'il y a deux ans. Elle était sur le point de se faire agresser par une bande de rustres, et je l'ai tirée d'affaire. Après quoi, j'ai commencé à venir régulièrement chez elle, pour veiller à ce qu'il ne lui arrive rien. Mais un jour, j'ai été retenu, et... Je l'ai retrouvée en bien piteux état au bord de la rivière. Ça m'a fait un choc, je dois dire. Je l'ai ramenée au château pour qu'on la soigne, et elle a habité mes appartements le temps de se remettre. Puis un jour, elle a du partir, mais... Je l'ai mal supporté. En fait, j'étais déjà en train de tomber amoureux. Alors je lui ai demandé de revenir. Elle est revenue, et de fil en aiguille...

- Il m'a donné une raison de vivre et d'avancer. Avant, je continuais sans trop savoir pourquoi, et j'étais toujours persécutée. Il m'a sauvée, dans tous les sens du terme.

La réponse de la jeune femme était simple, et bourrée de sincérité. Devant ça, impossible de ne pas en être convaincu. Elle avait simplement dit ce qu'elle ressentait, sans chercher à impressionner. Elle ne pouvait pas deviner qu'elle avait probablement fait mouche auprès de la mère de son époux. Elle sentit la main de cette dernière se poser prudemment sur la sienne, un contact qu'elle trouva étrange, mais pas désagréable.

- Et pour Léo...?


- Je n'espérais même pas avoir un enfant un jour. Quelqu'un comme moi... a des difficultés dans la vie quotidienne, alors se débrouiller avec un bébé... J'avais peur d'être une mauvaise mère pour lui. Mais quand j'ai su que j'étais enceinte, j'ai bien été obligée d'accepter.

- Je crois que ce sont justement les bonnes mères qui ont peur de ne pas être à la hauteur... C'est plutôt encourageant, non? Même moi, j'avais peur de ne pas y arriver avec Damian...

Lou se sentait rassurée par ces paroles qui lui réchauffaient le coeur. Elle n'était pas habituée à avoir face à elle une personne qui était passée par la même chose qu'elle, la cécité en moins, et qui pouvait donc partager ce genre de moments avec elle. Lui donner des conseils, ou des choses de ce genre... Peut-être que le séjour lui serait plus profitable qu'elle ne l'avait pensé! Restait qu'elle ne savait pas encore comment encadrer le père de Damian...

- Et... vous voulez d'autres enfants?

- Eh bien... Je pense que Léo est déjà suffisant, pour le moment. Mais pourquoi pas, à l'avenir...

La jeune aveugle lui fit un sourire un peu timide. Elle n'y avait pas vraiment pensé. Son bébé n'était né que trois mois auparavant, et elle pensait que s'en sortir avec un seul serait déjà bien. Une fois qu'il aurait grandi et qu'il aurait moins besoin d'elle, cela ne la gênait pas. Mais elle qui craignait déjà de ne pas y arriver avec un seul bébé, si elle devait en gérer deux à la fois... La mère du Métamage toussota.

- Et si vous alliez un peu vous reposer du voyage, tous les trois? Je pense que coucher le petit serait bien, son berceau est prêt. Je vais préparer un bon repas. Je vous appelle quand c'est prêt, d'accord? Damian, tu la conduis, je pense?

Lou reprit son fils dans ses bras, délicatement, en tâchant de ne pas le réveiller. Il allait falloir la mener, elle ne connaissait pas le terrain et craignait une mauvaise chute en tenant le bébé. Mais l'idée de se reposer un peu après ce long trajet inconfortable, et de soulager un peu son dos rendu raide par le siège de bois de la charrette, lui semblait excellente. Quant à Léo, il serait évidemment mieux dans un berceau pour dormir au calme. Quand ils furent dans la chambre, elle tendit le petit à son père pour qu'il le couche, puisqu'elle ne voyait rien de ce qui l'entourait.

- Ta mère est très gentille. Vraiment. Mais ton père... je crois qu'il ne m'aime pas beaucoup."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Jeu 1 Déc - 23:58

Damian écouta la conversation entre Lou et sa mère sans dire un mot, gardant ses bras autour de la taille de son épouse pour la câliner tendrement pendant qu'elle parlait. Il se sentit cependant rougir légèrement de fierté lorsque la jeune femme surenchérit à la fin de son récit de leur rencontre, affirmant d'un ton convaincu et plus que convainquant qu'il l'avait sauvée. C'était devenu tellement naturel pour lui de la voir si heureuse, à ses côtés et avec leur enfant, qu'il en oubliait presque d'où il l'avait tirée, par moments, et à quel point cela comptait pour elle. Il pensait encore à cela lorsque sa mère s'enquit de savoir comment cela c'était passé pour Léo, et il laissa Lou répondre. Mais le sujet qui suivit le tira de sa rêverie.

- Et... vous voulez d'autres enfants?

- Eh bien... Je pense que Léo est déjà suffisant, pour le moment. Mais pourquoi pas, à l'avenir...

Le jeune homme retint une petite moue contrariée. Pour sa part, il n'était absolument pas contre l'idée de déjà songer à avoir un autre enfant... S'il était conçu dans les prochaines semaines, Léo serait déjà assez grand lorsque son cadet naîtrait. Encore très dépendant de ses parents, mais moins épuisant, du fait qu'il ferait des nuits complètes et commencerait à s'occuper un peu tout seul. Et puis, il serait probablement content d'avoir un petit frère ou une petite sœur pour jouer avec lui... Il aborderait ce sujet avec Lou un peu plus tard, lorsqu'ils seraient seuls. Il voulait bien faire les choses, cette fois, et donc, demander à sa compagne son point de vue avant de la mettre enceinte. Il tourna le regard vers sa mère lorsqu'elle toussota.

- Et si vous alliez un peu vous reposer du voyage, tous les trois ? Je pense que coucher le petit serait bien, son berceau est prêt. Je vais préparer un bon repas. Je vous appelle quand c'est prêt, d'accord ? Damian, tu la conduis, je pense ?

- Bien sûr. Lou, tu peux prendre Léo ? Je vais te guider.

Il laissa à la jeune femme le temps de prendre tout doucement le bébé dans ses bras, en faisant bien attention de ne pas le réveiller, avant de passer un bras sous le sien pour la mener vers les escaliers. Marcia s'était levée elle aussi, et adressa un regard sévère à son mari, que Damian compris d'expérience comme un "tu pourrais faire un effort". Lui se contenta d'un haussement d'épaules désabusé tout en conduisant son épouse dans cette maison qui lui était encore inconnue.

Ils montèrent ensuite les escaliers, lentement, le jeune homme guidant son épouse aussi bien à la voix que par sa présence et son soutien physique. Il gardait un souvenir assez amer de cette maudite avant dernière marche sur laquelle il avait trébuché tant de fois, et préférait en préserver Lou. Une fois arrivés dans sa chambre, il prit le bébé lorsque la jeune femme lui tendit, et alla immédiatement l'installer dans son berceau, après s'être assuré qu'il n'avait pas besoin d'être changé. Ça n'allait sans doute pas tarder, mais pour le moment, il dormait paisiblement, et mieux valait ne pas le déranger. Alors qu'il bordait le petit, il vit du coin de l’œil Lou se tourner vers lui.


- Ta mère est très gentille. Vraiment. Mais ton père... je crois qu'il ne m'aime pas beaucoup.

- Oui, maman est adorable, et ce n'est pas de la simple politesse. Lorsqu'elle n'aime pas quelqu'un, elle n'hésite pas à le faire savoir. Pour papa... Ce n'est pas qu'il ne t'aime pas, mais disons juste que... Il ne sait pas trop comment réagir. Alors il ne dit rien. Je crois que ça le gêne un peu, de me savoir "encombré" de ton handicap. Je pense qu'il imaginait... autre chose, pour moi.

Léo confortablement installé dans ce qui fut autrefois le berceau de son père, ce dernier vint vers elle pour la prendre tendrement dans ses bras. Qu'y pouvait-il, au fond, s'il était littéralement tombé sous le charme de cette belle paysanne ? Encore aujourd'hui, là où d'autres se seraient peut-être déjà désintéressés de la jeune aveugle, il se sentait aussi fou d'amour qu'aux premiers jours. Et d'ailleurs, il sentit son bas ventre crépiter lorsqu'il huma son odeur tout en l'embrassant dans le cou. Il ne fallait pas oublier qu'à cette période, un rien l'électrisait... Il réfréna ses envies, et caressa la joue de la jeune femme.

- Je le comprends un peu, quelque part, mais il faudra qu'il s'y fasse. Je t'aime telle que tu es, et du plus profond de mon être...

Après un tendre baiser déposé sur les lèvres de sa femme, il la relâcha, un peu à regret, et ferma la fenêtre qu'il avait laissée entrouverte avant de descendre un peu plus tôt. Après s'être assuré une énième fois que son petit bout était bien bordé, il s'éclipsa un instant pour aller prendre des oreillers, des draps et des couvertures dans un placard dans la chambre de ses parents pour les ramener dans la sienne, puis demanda à Lou de l'aider à faire le lit. Là, il repensa à ce qu'elle avait dit juste avant, sur le fait d'avoir un autre enfant, et jugea le moment idéal pour y revenir. Il se racla donc la gorge.

- Dis-moi... Tout à l'heure, tu parlais avec ma mère d'avoir un autre enfant plus tard. Et... prochainement, ça ne te dit rien ? Ne te sens pas obligée de me dire oui, surtout, je me pose seulement la question, parce que moi je... J'aimerais bien. Et en plus, comme tu n'aimes pas que je finisse... hum... dehors, enfin... à cause de ce que ça te rappelle... Ça risque d'arriver, donc je me demande.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Ven 2 Déc - 15:23

Lou se laissa câliner et embrasser quand Damian l'attira dans ses bras après avoir couché Léo. Elle écouta attentivement la réponse qu'il lui donna. Quelque part, elle ne trouvait pas cela très étonnant que le père de son époux soit déçu par elle. Elle s'y était plus ou moins attendue. Au moins, elle pouvait s'estimer heureuse quant à la réaction de Marcia. Elle s'assit sur le lit quand il partit, puis l'aida à mettre les draps quand il revint.

" Dis-moi... Tout à l'heure, tu parlais avec ma mère d'avoir un autre enfant plus tard. Et... prochainement, ça ne te dit rien ? Ne te sens pas obligée de me dire oui, surtout, je me pose seulement la question, parce que moi je... J'aimerais bien. Et en plus, comme tu n'aimes pas que je finisse... hum... dehors, enfin... à cause de ce que ça te rappelle... Ça risque d'arriver, donc je me demande.

Elle tapota l'oreiller qu'elle venait de mettre en place, puis s'arrêta. Il la prenait un peu à contrepied. Elle ne pensait pas qu'il voudrait un bébé aussi tôt après Léo, qui leur demandait déjà beaucoup de temps et d'attention, même s'il était vraiment très facile à vivre. Pour l'heure, il passait encore beaucoup de temps à dormir, mais cela allait rapidement changer... Quand il allait grandir et s'éveiller au monde, il aurait encore plus besoin de ses parents que maintenant.

- Je pensais qu'on attendrait que Léo ait grandi... Il n'a même pas quatre mois, tu sais. C'est peut-être un peu tôt pour penser à tout ça... Et puis, je n'ai même pas encore totalement perdu mes formes de grossesse, et d'après la guérisseuse, mon corps a encore besoin d'un tout petit peu de temps pour se remettre. Je crois qu'on devrait attendre...

Elle termina de mettre les draps en ordre avant de se dévêtir. Elle voulait faire un brin de toilette pour se changer, avec toute la poussière du voyage qui collait à sa peau et à ses vêtements. Elle tâtonna un peu jusqu'à trouver un meuble où la mère de Damian avait mis une cuvette d'eau, et elle s'y débarbouilla, avant de faire une petite toilette. Cela fait, elle alla s'étendre un peu sur le lit pour soulager son dos raidi par le voyage.

- Tu es impatient, mais je crois que ça va nous faire beaucoup trop de travail trop rapidement. Surtout pour moi: comment veux-tu que je m'y prenne avec deux bébés à la fois, quand j'ai déjà du mal à tout faire pour un seul? Non vraiment, je crois qu'on devrait attendre que Léo ait au moins un an.

Elle soupira et se passa les mains sur le visage. Elle aurait volontiers fait une sieste. Elle se voyait mal enceinte aussi vite. Surtout si elle était aussi malade que pour son fils. Elle allait devoir rester assez souvent allongée, et se reposer énormément, alors que le petit aurait de plus en plus besoin d'elle. Mais elle n'était pas contre l'idée d'un autre bébé. Seulement, le printemps suivant, une fois que Léo aurait déjà plus d'un an, lui paraissait plus adéquat pour essayer. Même s'il restait des chances pour que cela survienne plus tôt, à cause de l'ardeur de son époux...

- Tu feras des efforts pour te tempérer, hein? Je n'ai vraiment pas envie de retomber enceinte trop tôt, et de risquer une fausse couche... Je pense que toi non plus, tu n'as pas envie que je perde un bébé.

Elle se passa les doigts dans les cheveux, avant de secouer la tête. Autant arrêter là. Elle avait donné une réponse bien assez claire. Ce n'était pas la peine de s'enliser dans un débat, surtout ici. Et elle espérait qu'il avait bien compris que ce n'était que partie remise. Pour le moment, Léo avait besoin d'eux, et de toute leur attention, sans partage. Ce dernier commença à pleurer plusieurs minutes plus tard, sans aucun doute pour être changé. Il avait bien mangé, et de fait, ses langes devaient être pleines... Elle laissa son compagnon se charger de ça, et elle se contenta de fermer les yeux. Elle s'endormit rapidement, plus fatiguée par le trajet qu'elle ne l'aurait cru.

Elle se réveilla quelques petites heures plus tard, en début de soirée. Léo dormait à nouveau dans son berceau, et elle sentit contre elle le corps de son amant. Il lui tenait bien chaud en l'enlaçant, mais il la lâcha quand elle se mit à bouger. Son estomac se mit à gargouiller, signe que l'heure du repas ne devait pas être très loin. Elle se leva prudemment pour aller prendre des vêtements propres dans un de leurs paquets. Elle ne serait pas très présentable, à descendre manger pratiquement nue.


- On ne devrait pas tarder à aller manger, pas vrai? Je crois qu'il est tard...


Elle n'eut pas le temps d'avoir une réponse qu'on toqua légèrement à la porte. La jeune aveugle l'entendit s'ouvrir lentement, puis la mère de Damian annonça que le repas était prêt, et qu'ils pouvaient passer à table. Un alléchant fumet se glissa par l'ouverture de la porte, et fut une invitation tout aussi convaincante. La jeune femme retourna auprès de son époux le temps de l'interroger de son regard vague.

- On laisse Léo ici, puisqu'il dort, non? Avec la porte entrebâillée, on l'entendra s'il pleure."

Ils descendirent donc prendre leur repas. Lou n'était pas très à l'aise avec l'idée de devoir fréquenter le père de son compagnon qui réprouvait sa présence, mais elle n'avait pas le choix. Tout en se laissant guider par le Métamage, elle prit place à table. A nouveau prudente car mangeant dans un lieu inconnu, les vieilles habitudes refaisant surface, elle inspecta soigneusement ce qu'on lui servit, sans même y penser. Il s'agissait d'un bouillon dans lequel avaient cuit ensemble des légumes, carottes, poireaux et navets, et une large tranche de poitrine de porc fumé et salé. Du coup, le tout était extrêmement goûteux. Il y avait également des tranches de betteraves crues et froides.

Le repas se déroula relativement calmement. Afin de ne pas déplaire, Lou se contenta de répondre poliment aux questions qu'on lui posait, laissant à son époux le soin de diriger la conversation. De toute façon, il devait avoir bien assez manqué à ses parents pour qu'il puisse être le centre de l'attention générale. Une part de son esprit guettait machinalement les pleurs de Léo. Il finirait bien par réclamer une tétée, celle qu'il faisait toujours avant de passer la nuit. Il réveillait de moins en moins ses parents au beau milieu de la nuit, et c'était une chose appréciable. Se sentant fatiguée, la jeune femme espéra simplement qu'on ne lui en voudrait pas de vouloir regagner la chambre après avoir mangé, pour se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Ven 2 Déc - 23:43

- Je pensais qu'on attendrait que Léo ait grandi... Il n'a même pas quatre mois, tu sais. C'est peut-être un peu tôt pour penser à tout ça... Et puis, je n'ai même pas encore totalement perdu mes formes de grossesse, et d'après la guérisseuse, mon corps a encore besoin d'un tout petit peu de temps pour se remettre. Je crois qu'on devrait attendre...

Lou acheva de lisser les draps qu'ils venaient de tendre sur le lit pour le terminer, et se dirigea ensuite à l'aveugle vers un meuble où Marcia avait posé une cuvette d'eau claire, laissant derrière elle un Damian déçu, et un peu triste. Il comprenait, bien sûr, mais n'ayant pu s'empêcher de déjà se projeter dans l'avenir avec un deuxième rejeton à lui babiller dans les bras, la réponse de sa compagne lui serrait un peu le cœur. Sans un mot, il posa l'oreiller qu'il tapotait l'instant d'avant pour le mettre en forme, et s'approcha du berceau pour regarder Léo dormir pendant que la jeune femme faisait une brève toilette, au terme de laquelle elle vint s'étendre sur le lit. Il tourna alors son regard vers elle, non sans en profiter pour apprécier ce qu'il voyait de son corps en partie dénudé. Mais elle le détourna bien vite de ces pensées.

- Tu es impatient, mais je crois que ça va nous faire beaucoup trop de travail trop rapidement. Surtout pour moi : comment veux-tu que je m'y prenne avec deux bébés à la fois, quand j'ai déjà du mal à tout faire pour un seul ? Non vraiment, je crois qu'on devrait attendre que Léo ait au moins un an.

- Hm... Oui, tu as sans doute raison...

Il y avait dans la voix du jeune homme une pointe de déception indéniable, mais il devait bien se rendre à l'évidence, il n'était pas seul à décider, et surtout, ce n'était pas lui qui subissait tous les inconvénients d'une maternité. Mais... attendre aussi longtemps avant d'essayer ? Le premier anniversaire de Léo lui semblait tellement loin... Bon, le temps passerait sans doute assez vite avec ce petit garnement à s'occuper... Damian s'assit sur le lit en soupirant. Il n'avait plus qu'à prendre son mal en patience.

- Tu feras des efforts pour te tempérer, hein ? Je n'ai vraiment pas envie de retomber enceinte trop tôt, et de risquer une fausse couche... Je pense que toi non plus, tu n'as pas envie que je perde un bébé.

- Non, bien sûr que non... Me tempérer... Si tu parles de veiller à ne pas te mettre enceinte, je devrais pouvoir y arriver, mais je ne peux rien garantir. Même en faisant attention, il reste un risque, je pense que tu le sais... Du reste, par contre, je suis navré mais je crois que je ne pourrais pas survivre sans mes gros câlins, surtout à cette saison.

Il pouffa de rire et caressa la joue de la jeune femme, mais le petit sourire qui s'était dessiné au coin de ses lèvres avec cette plaisanterie s'effaça bien vite pour laisser place à une expression plus maussade. Faire attention... c'était facile à dire. Elle le lui avait dit, elle n'aimait pas beaucoup qu'il termine son affaire ailleurs que là où la nature l'avait prévu, car cela lui rappelait les viols qu'elle avait subit par le passé. Il se trouvait donc en situation paradoxale, car d'un côté, il ne voulait pas lui rappeler de mauvais souvenirs - et de toute manière, il préférait faire cela "proprement", pour ainsi dire -, et de l'autre côté, elle attendait que lui qu'il fasse exactement le contraire pour ne pas se retrouver de nouveau enceinte. Qu'était-il donc censé faire, au juste ?

Il commençait à se dire qu'il aviserait, simplement, quand Léo se mit à pleurnicher dans son berceau. Alerte langes pleines, sans doute. Il se leva donc pour le changer, ce qui ne fut pas très long aussi bien parce qu'il était devenu expert dans ce domaine que parce que le petit avait visiblement très hâte de se recoucher, à entendre ses pleurnichements contrariés alors que son père le manipulait. Une fois le bébé enveloppé dans des langes propres et rhabillé, Damian le prit dans ses bras pour le bercer en lui parlant d'une voix douce, et il sut qu'il avait bien deviné en voyant son garçon se calmer presque instantanément, et même commencer à se rendormir. Il le recoucha donc et, voyant que Lou s'était endormie pendant qu'il s'occupait du petit, il vint s'étendre auprès d'elle et la prit dans ses bras. Elle était presque nue, il fut donc difficile pour lui de penser à autre chose qu'à ce crépitement que lui provoquait le contact de cette peau contre la paume de ses mains, mais il se fit violence et finit par se laisser happer par le sommeil lui aussi.

Il s'éveilla un peu plus tard en sentant sa compagne bouger contre lui. Il grommela légèrement mais la laissa se lever lorsqu'elle en esquissa le mouvement. Il serait bien resté comme ça encore un moment... Le voyage avait été plus fatiguant qu'il aurait pu le croire, finalement. En jetant un œil à la fenêtre, il constata que la nuit était presque tombée. Sa mère n'allait sans doute pas tarder à les appeler pour dîner. Il s'assit sur le lit et s'étira. Lou, elle, était en train de passer des vêtements propres, et elle lui fit d'ailleurs la remarque. Et, presque aussitôt, on toqua à la porte, et elle s'ouvrit sur la crinière blonde de Marcia.


- Le repas est prêt, nous allons pouvoir passer à table...

- Parfait, je meurs de faim ! Nous descendons dans une minute.

Après avoir convenu qu'ils laisseraient Léo là, puisqu'il dormait bien, ils se mirent donc à table avec les parents de Damian. Sa mère leur avait mitonné un bouillon de légumes et de poitrine de porc, dont son fils raffolait, plus des légumes que de la viande, d'ailleurs, et il fit donc un sort à l'intégralité de son assiette, et en reprit même. En plus d'être délicieux, ça lui permettait d'échapper au maximum à la conversation que ses parents tentaient d'entretenir, même s'il répondait à leurs questions pour se montrer poli. De toute façon, il s'agissait surtout de savoir comment était sa vie au château, s'il avait déjà du prendre part à des missions, ce genre de choses. Il dut donc leur raconter son escapade démoniaque et sa blessure, dont il occulta la gravité pour ne pas les alarmer.

Puis, à peine le dessert avalé, le Métamage leur demanda de les excuser, et qu'ils avaient besoin de se reposer après le trajet qu'ils avaient fait du château jusqu'ici. Pour lui, c'était plutôt un prétexte, mais en revanche, il voyait bien que Lou n'aspirait qu'à se blottir sous les couvertures. Ils regagnèrent donc la chambre, et passèrent à peine la porte entrebâillée que Léo se mit à chouiner. Son père vint donc le prendre et n'eut aucun mal à constater que ses langes étaient de nouveau pleines. En plus de ça, il devait avoir faim, si l'on comptait le temps écoulé depuis sa dernière tétée. Il s'attela donc à le changer de nouveau, après quoi, il le donnerait à sa mère pour qu'il puisse se remplir la panse à nouveau, ce petit goinfre qu'il était ! Toutefois, à peine avait-il retiré les langes souillées et nettoyé soigneusement le bébé qu'il vit son tout petit soldat se tendre légèrement, et n'eut même pas le temps de réagir qu'il se trouva... arrosé.


- Oh non, Léo, tu exagères ! Prendre ton père en traître comme ça, c'est déloyal mon garçon ! Heureusement que j'avais prévu de me laver...

Et le petit bonhomme d'éclater de rire. A croire qu'il l'avait vraiment fait exprès... Mais Damian pouvait au moins lui accorder d'avoir réussi à le remettre de bonne humeur.

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   Sam 3 Déc - 19:44

Lou fut plus que soulagée de monter dans la chambre. Elle voulait simplement se reposer pour avoir les idées claire le lendemain. Elle avait bien senti que Damian était déçu par sa réponse, mais elle ne voyait pas quoi lui dire d'autre. Quand ils poussèrent la porte laissée ouverte, Léo se mit à pleurer, comme s'il avait attendu ce moment précis pour cela. Ce serait bientôt le moment pour lui de manger, mais avant ça Damian alla le changer une fois de plus. Mal lui en prit, car il sembla bien récompensé.

" Oh non, Léo, tu exagères ! Prendre ton père en traître comme ça, c'est déloyal mon garçon ! Heureusement que j'avais prévu de me laver...

La jeune femme pensa deviner que son fils venait d'arroser son géniteur. Elle eut un léger sourire. Il ne l'avait encore jamais fait, mais la guérisseuse l'avait prévenue que cela risquait d'arriver. Au moins, c'était la preuve que tout fonctionnait bien. De plus, le bébé sembla trouver ça très drôle car il se mit à rire, plein de bonne humeur. Elle s'approcha prudemment de son compagnon, avant de lui poser une main sur le bras alors qu'il s'occupait du petit.

- Je crois que Léo te trouvait très sale. A moins que ce soit une façon de te dire qu'il voulait manger d'abord...

Elle lui déposa un baiser sur la joue avant de récupérer son bébé dès qu'il fut prêt. Elle s'assit sur le lit pour lui donner sa tétée, et il mangea avec tout son entrain habituel. Il avait toujours bon appétit, et elle en venait à se demander comment elle ferait pour l'allaiter jusqu'à ce qu'il soit sevré à ce rythme là. Elle le berça contre elle pendant qu'il mangeait, apaisée par ce moment de détente, ce qui était probablement réciproque.

- Je crois que je ne vais pas mettre bien longtemps à m'endormir... Malgré la sieste, je ne pensais pas que le trajet fatiguerait autant!

Elle avait senti ses paupières se fermer d'elles-mêmes, malgré elle, à plusieurs reprises. Et elle savait que si elle s'étendait sur le lit à cet instant, elle ne serait pas longue à s'endormir. D'autant qu'elle avait fait sa toilette avant de descendre, et qu'elle n'avait plus qu'à enfiler ses vêtements de nuit. Elle trouvait cependant qu'il ne faisait pas chaud dans la pièce. Moins qu'au château avec un bon feu dans la cheminée ou dans le poêle.

- Il va falloir faire attention qu'il ne prenne pas froid. Il fait plus frais qu'à Lytsoul, ici, et il est encore trop petit pour qu'on se permette qu'il tombe malade...


Elle attendit que Léo ait terminé pour le prendre contre elle et lui faire faire son rot, après quoi elle le passa à son amant pour qu'il le couche pendant qu'elle se changeait. Elle préférait ne pas s'aventurer à marcher dans ce lieu inconnu avec le petit dans les bras. Elle se dévêtit avant de récupérer ses affaires pour dormir dans un de leurs paquets, et elle passa le tout. Puis, elle ouvrit les draps pour aller se coucher.

Pendant ce temps, elle laissa son compagnon se laver et se préparer lui aussi. Elle songea aux journées qui les attendaient. Une fois qu'elle serait bien d'attaque le lendemain, du moins l'espérait-elle, elle allait faire de son mieux pour montrer ce qu'elle valait aux parents de Damian, et faire leur connaissance au mieux. Elle était décidée à ne pas leur laisser une mauvaise impression, même si elle s'entendait déjà avec la mère de son époux. Quand il vint se coucher, elle se mussa dans ses bras et ferma les yeux.


- Bonne nuit, mon étalon fou..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentations [Privé Lou Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentations [Privé Lou Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gestion de bassins privé
» rivière privée
» Messages privés
» VD : projet 72v vos avis (config voie privée)
» Peinture tulip-vente privée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Terres sauvages de l'Est :: Villages-
Sauter vers: