Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]

Aller en bas 
AuteurMessage
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Mar 6 Déc - 22:55

L'été venait finalement de s'installer sur Magikheart, amenant avec lui le soleil et la chaleur qui lui étaient propres. A mesure que les jours rallongeaient, l'activité battait son plein à Lytsoul. Les festivités de l'arrivée de la belle saison étaient déjà achevées, néanmoins, les tâches ne manquaient pas, et Damian était particulièrement occupé. Ce qui n'était pas plus mal, car il avait bien des soucis ces derniers temps.

Au terme des trois jours que lui et sa petite famille avaient passés chez ses parents, ils étaient rentrés au château pour retrouver le cours de leur vie. Lou s'occupait de Léo, que l'on voyait presque grandir à vue d’œil tellement sa croissance était fulgurante ces derniers jours, et le Métamage remplissait ses fonctions avant de rentrer s'occuper de sa femme et de son fils, cherchant toujours un moyen d'écourter ses journées. En bref, tout allait bien.

Ou presque. En effet, suite à la discussion qu'il avait eu avec son épouse durant leur visite à ses parents, concernant un deuxième enfant, il n'était pas vraiment parvenu à tenir sa promesse de se montrer prudent afin de ne pas la remettre enceinte trop tôt. Au début, c'était juste qu'il n'y pensait pas vraiment, trop emporté par ses élans de fougue printaniers. Mais en constatant que Lou ne présentait aucun symptôme d'une éventuelle grossesse malgré ces oublis, il avait fini par s'inquiéter, et pensant que quelque chose clochait peut-être, il avait totalement laissé tomber toute maîtrise des choses. Et comme son épouse ne protestait pas, il s'appliquait même au contraire à tout faire pour que quelque chose se passe.

Et malgré cela, toujours rien. Et pourtant, la saison des chaleurs n'étant pas terminée pour les vrais chevaux, il n'était pas moins demandeur de câlins, ni moins fougueux. Il en était venu à se demander si la précédente grossesse de Lou ne l'avait pas "abîmée", mais comme la guérisseuse qui s'était occupée d'elle n'avait jamais avancé une telle chose... La source du problème ne pouvait être que lui. Et étant arrivé à cette sinistre conclusion, il se posait un milliard de questions, desquelles il finissait, à force, par saturer.

C'est pourquoi, en cette belle fin de matinée, avant de rentrer déjeuner dans ses appartements, il alla trouver son fidèle comparse pangaré pour lui faire part de ses doutes, l'entraînant à sa suite jusqu'aux jardins, où ils s'assirent sur un muret ombragé par un grand peuplier au feuillage dense, pour se protéger du soleil qui tapait très fort à cette heure. Si Jake avait un peu protesté tout d'abord, de voir la mine grave de son ami avait fini par le convaincre. Sa belle du jour pouvait bien l'attendre un peu, après tout. Il lança la conversation, comme à son habitude, avec une petite pointe d'humour comme il les aimait.


- Eh bah alors, qu'est-ce qui t'arrive Dam' ? Tu n'as plus de langes pour changer Léo ? Je veux bien t'aider, mais je n'ai pas ça en stock, malheureusement...

- Jake, tu crois que je pourrais être devenu... Enfin...

- Quoi ? Gaga ? Non, pas vraiment.... Bon, juste un peu, mais à peine, je te jure !

- Mais non... S'il te plaît, c'est très sérieux... Je... Je pourrais être devenu infertile, tu crois ?

Il y eut un silence, durant lequel le brun fixa son acolyte sans un mot, le visage figé, impassible. Puis il éclata d'un rire franc, se pliant en deux de rire et se tenant les côtes. Il rit comme cela un bon moment, avant de se redresser tant bien que mal et de reprendre son souffle pour répondre au rouquin.

- Toi, hongre ?! Elle est terrible celle-là Dam', je savais pas que la paternité donnait le sens de l'humour !

- Mais ce n'est pas une plaisanterie, Jake ! Ça fait bientôt 2 mois que je ne... fais pas particulièrement attention. Mais rien. Rien du tout. Et si je me fie à ce que dit la guérisseuse, Lou est en pleine santé, alors ce... c'est forcément moi le problème.

Il détourna le regard, serrant les poings sur ses genoux et se mordant la lèvre inférieure. Si ça se trouvait, il avait toujours été aussi peu productif et, de fait, Léo serait un miracle, un gigantesque coup de chance. S'il avait vu juste, pour lui qui rêvait d'une grande famille, dans la mesure de ce que Lou désirait elle aussi, c'était un véritable coup dur, et ça le rendait horriblement triste. Et le blessait dans sa fierté d'homme, également. Soudainement moins rieur, Jake posa sa main sur l'épaule de son ami.

- Mais non, voyons... Ça peut n'être qu'une coïncidence. Peut-être que le corps de Lou n'est tout simplement pas prêt... Ou alors, c'est peut-être parce que tu y penses beaucoup, ça bloque peut-être les choses, je ne sais pas ? J'ai entendu parler de couples qui voulaient absolument des enfants mais n'arrivaient à rien, et dès lors qu'ils ont plus ou moins abandonné, pouf !

- Peut-être...

Damian poussa un long soupir. Il espérait de tout cœur que son ami avait raison, mais on ne pouvait être sûr de rien... Pas réellement rassuré, mais un peu soulagé d'avoir au moins pu en parler, il laissa Jake filer, et resta un petit moment seul sous l'arbre à regarder dans la vague. Il fallait relativiser. S'il ne devait avoir pour unique fils que son petit Léo, il s'en accommoderait très bien... Lui et sa mère le rendaient tellement heureux... Alors, pourquoi en demander plus ?

Las, il se leva et se passa un peu d'eau de la fontaine sur le visage en passant, pour se redonner un coup de fouet et se dépêcher ainsi de monter. Sa tendre épouse devait l'attendre pour déjeuner. Il la trouva effectivement à l'attendre dans la pièce à vivre, les plats posés sur la table, et vint tout de suite l'embrasser tendrement. S'il n'avait rien eu à faire de l'après-midi, il aurait volontiers répondu à cette sensation presque constante qui naissait dans son bas ventre rien qu'en la touchant... Mais il devrait attendre ce soir, et encore, si elle le voulait bien...


- Tu m'as manqué... Si on passait à table ? Je suppose que tu n'attendais plus que moi...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Mer 7 Déc - 9:52

En l'espace de trois mois, beaucoup de choses avaient changé. Léo avait grandi d'une façon incroyable, ce qui avait un peu déboussolé sa mère. C'est vrai qu'il n'allait pas rester petit toute sa vie... Mais maintenant qu'il avait six mois, il avait besoin d'attentions plus variées. Il passait beaucoup moins de temps à dormir, et bien plus à jouer. Il avait, en plus de son doudou, quelques jouets en bois comme des cubes colorés et des petits personnages et animaux sculptés. Ce qu'il préférait, c'était quand ses parents en cachaient un sous un linge pour qu'il puisse le chercher. En somme, il était éveillé à souhait.

Avait cependant surgi un autre problème. Tout naturellement, ses premières dents commençaient à percer. De fait, il souffrait, et passait pas mal de temps à pleurer. Et pour essayer de soulager la douleur de ses gencives, il mâchouillait tout ce qu'il pouvait trouver. Il les réveillait même parfois la nuit, quand il avait mal, ce qu'il n'avait pas fait depuis un certain temps. Cependant, il n'avait encore manifesté aucun pouvoir, de Métamage ou autre chose. Mais il entrait dans la période où cela pouvait arriver pour la première fois, si jamais il avait effectivement des pouvoirs...

Lou attendait son compagnon pour le repas, et il se faisait un peu désirer. Le bébé dormait, pour le moment, et pas depuis très longtemps. Elle s'assit à sa place pour patienter, en espérant que son époux ne tarderait plus trop, parce qu'ils finiraient par manger froid. Elle entendit finalement la porte s'ouvrir et les pas du Métamage se rapprocher. Il vint la prendre dans ses bras et l'embrasser, peut-être pour se faire pardonner.

" Tu m'as manqué... Si on passait à table ? Je suppose que tu n'attendais plus que moi...

- J'avais déjà peur qu'on doive manger froid...

Elle ôta la cloche de métal de sur son plat. Par chance, il se révéla encore tiède et mangeable. Mais encore quelques instants de plus, et ils auraient dû le faire remporter. Le menu était assez simple, pour le coup: potage de légumes d'été et poisson frais, pêché dans la rivière proche. Rien de trop copieux, comme c'était de circonstance dans la saison chaude. Elle plongea sa cuiller dans le potage, songeuse.

- J'ai eu du mal à endormir Léo. Encore sa fameuse dent qui perce et qui lui fait mal... Il a tellement pleuré qu'il a fini par s'écrouler de fatigue. Et par me donner un bon mal de tête... Mais le pire, c'est sa nouvelle manie de me mâchouiller le sein quand je lui donne sa tétée. Ca me fait souffrir le martyr.

Elle soupira. Et encore, la petite dent de son fils n'était pas tout à fait sortie encore... Elle allait devoir s'habituer aux morsures. Heureusement, ils pouvaient commencer à lui donner des choses molles qui venaient de leur table quand ils mangeaient et qu'il était réveillé. Un peu de purée, de potage, un morceau mou de poisson sans arrêtes, de la farce de saucisse... Et évidemment du pain, soit de la mie, soit carrément un croûton dur sur lequel il pouvait mordre, et qui soulageait sa douleur. Petit à petit, il pourrait manger de plus en plus de nourriture solide, mais la guérisseuse avait dit qu'il ne faudrait pas le sevrer totalement avait qu'il ait atteint l'âge d'un an.

Mais il y avait autre chose qui la préoccupait. Elle trouvait Damian... bizarre, ces derniers temps. Il avait beau essayer de le cacher de son mieux en sa présence, elle s'en rendait tout de même compte. Elle ne lui en avait rien dit, pour le moment, mais peut-être que cela allait s'imposer... Elle se demandait même si elle ne devait pas lui en toucher un mot immédiatement. Elle continua à manger en silence pendant quelques instants, avant de se lancer.


- Damian... Je te trouve un peu... bizarre, ces derniers temps. Est-ce que tout va bien?

Elle espérait qu'il n'avait pas de problème quelconque dont il voulait la préserver. C'était bien de lui, ça, de la protéger et de la couver comme un oisillon. Elle préférait qu'il partage ses soucis avec elle afin qu'elle puisse l'aider, le soutenir, comme elle considérait que c'était son rôle. Et quelque part, cela la mettait... mal à l'aise de le voir comme ça. Sans qu'elle sache pourquoi, elle se demandait parfois si c'était de sa faute. Elle tâtonna sur la table jusqu'à trouver la main du jeune homme, et y poser la sienne.

- Tu sais que tu peux tout me dire. Je suis ta femme, et je t'aime."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Mer 7 Déc - 23:03

Damian se résigna à relâcher sa compagne, qu'il enlaçait tendrement jusqu'alors, pour se mettre enfin à sa place à table. Effectivement, avec le temps qu'il avait mis à rentrer, les plats avaient tiédi, mais ils restaient tout de même tout à fait mangeables. Il se saisit donc de ses couverts et entama son assiette, bien qu'il n'aie pas vraiment faim de part ses préoccupations actuelles. Au bout de quelques minutes, Lou leva son regard aveugle vers son mari.

- J'ai eu du mal à endormir Léo. Encore sa fameuse dent qui perce et qui lui fait mal... Il a tellement pleuré qu'il a fini par s'écrouler de fatigue. Et par me donner un bon mal de tête... Mais le pire, c'est sa nouvelle manie de me mâchouiller le sein quand je lui donne sa tétée. Ça me fait souffrir le martyr.

Le Métamage fit la grimace. En effet, il doutait que se faire mordiller à cet endroit soit très agréable. Pour sa part, il avait hâte que ces poussées de dents soient terminées pour la simple et bonne raison qu'il arrivait qu'elles réveillent Léo au beau milieu de la nuit, dérangeant parfois ses parents en plein câlin, qui n'avaient d'autre choix que de s'interrompre pour s'occuper de lui. Son père ne lui en voulait pas, ce n'était pas comme si le bébé en faisait exprès, mais il ne pouvait pas non plus dire que ce genre de situation le réjouissait... Il avala une cuillerée de potage avant de répondre.

- Je pense que tu ne devrais pas hésiter à hausser la voix s'il te fait mal en tétant. A force de se faire gronder, il devrait moins mâchouiller, enfin, je suppose. Il comprend plein de choses déjà, donc ça ne devrait pas être un problème.

Il eut un petit sourire, et tourna machinalement la tête vers leur chambre où le petit dormait. C'était en effet un enfant très éveillé, qui passait pas mal de temps à commenter tout ce qu'il voyait en babillant et à jouer avec tout ce qu'il trouvait. D'ailleurs, Damian adorait jouer avec son petit garçon, il avait l'impression de retomber en enfance lui-même à empiler ses cubes... avant que Léo ne renverse tout en riant. D'humeur un peu meilleure à ces pensées, il termina son assiette, avant de constater que l'expression de Lou avait changé. Elle avait l'air plus soucieuse, tout à coup, comme le trahissaient ses yeux aveugles perdus dans le vague alors qu'elle mangeait en silence. Lui même s'abstint de tout commentaire avant qu'elle ne se décide à parler.

- Damian... Je te trouve un peu... bizarre, ces derniers temps. Est-ce que tout va bien ?

Le semblant de bonne humeur que le jeune homme avait retrouvé s'estompa aussitôt, laissant le champ libre aux angoisses qui le rongeaient depuis quelques temps. Il resta néanmoins silencieux, mâchonnant lentement le morceau de pain avec lequel il avait saucé le fond de son assiette. Il aurait du se douter qu'elle remarquerait son mal-être. Elle avait beau être aveugle, elle le connaissait maintenant mieux que personne, et était peut-être la seule à pouvoir lire en lui aussi aisément, bien mieux que n'importe qui ayant l'usage de ses deux yeux. De nouveau triste et inquiet, ne se sentant pas la force de répondre, il détourna le regard, bien qu'elle ne le voie pas faire, et sursauta presque quand elle posa une main sur la sienne.

- Tu sais que tu peux tout me dire. Je suis ta femme, et je t'aime.

Ce fut un coup critique. Damian sentit son cœur se serrer terriblement et, tant bien que mal, il releva les yeux vers sa compagne. Comment était-il censé lui avouer qu'il pensait ne plus pouvoir avoir d'enfants à l'avenir, lui qui avait déjà du mal à se faire à cette idée ? Néanmoins, si c'était bien le cas, elle finirait bien par s'en rendre compte, de toute façon... Et à quoi bon le lui cacher ? De toute manière, elle ne le lâcherait pas avant d'avoir eu une réponse. Il prit donc la main de la jeune femme entre les deux siennes, et prit la parole d'une voix un peu étranglée.

- Je... Je me demande si... Je ne suis pas incapable de te remettre enceinte. Tu comprends, j'ai beau m'être oublié, parfois, il ne se passe rien, rien du tout. Et si je me fie à la guérisseuse, il n'y a aucune raison pour que tu en sois la cause, alors... C'est forcément moi...

Tout en parlant, il s'était mis à trembloter un peu, et sa gorge s'était serrée en ravalant un sanglot lorsqu'il avait terminé sa phrase. En parler à Jake n'avait déjà pas été simple, mais alors à Lou... Comme elle l'avait dit, elle était sa femme et il pouvait tout lui dire, néanmoins, lui dire comme ça de but en blanc qu'ils n'auraient peut-être pas d'autres enfants lui faisait l'effet de la trahir, en plus de l'accabler de tristesse lui-même. Il serra un peu plus la main de son épouse, y faisant glisser les doigts de la sienne pour la presser doucement.

- Peut-être que je m'avance, et que je me fais des idées, mais... Je ne vois que ça...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Jeu 8 Déc - 18:19

Lou attendit patiemment, sans bouger, qu'il lui réponde. Elle le connaissait trop bien pour croire qu'il allait résister à sa demande. Il lui résistait toujours très mal, après tout... Elle n'eut pas à attendre trop longtemps. Elle finit par le sentir prendre sa main entre les deux siennes. Il tremblait très légèrement, ce qui l'interloqua. Il prit finalement la parole d'une voix étranglée.

" Je... Je me demande si... Je ne suis pas incapable de te remettre enceinte. Tu comprends, j'ai beau m'être oublié, parfois, il ne se passe rien, rien du tout. Et si je me fie à la guérisseuse, il n'y a aucune raison pour que tu en sois la cause, alors... C'est forcément moi... Peut-être que je m'avance, et que je me fais des idées, mais... Je ne vois que ça...

Il pressa sa main dans les siennes. La jeune aveugle avait nettement senti qu'il était très mal, mais elle ne s'attendait absolument pas à ça. Elle avait pensé d'abord que quelque chose se passait mal quand il travaillait pour l'Ordre ou s'entraînait, quelque chose dont il ne voulait pas lui parler. Mais ça... Du coup, elle était légèrement prise à contrepied, et ne savait pas trop comment réagir. Elle attendit un peu, le temps de trouver quelque chose à répondre.

- Je croyais qu'on avait dit qu'on attendait que Léo ait un an, pour un deuxième bébé. On s'était mis d'accord, alors pourquoi tu t'en soucies maintenant?

Elle n'avait pu retenir la réflexion. Elle voulait bien qu'ils aient encore un enfant, mais pas tout de suite, elle lui avait bien expliqué pourquoi, et elle pensait qu'il avait compris. Quelque part, elle lui en voulait tout de même d'avoir espéré parvenir à quelque chose dans son dos. Mais ce n'était peut-être pas le moment pour le gronder ou pour lui faire une scène... Aussi chercha-t-elle à le rassurer. Elle poussa un petit soupir en se laissant aller contre le dossier de sa chaise.

- Ca ne vient pas forcément de toi, tu sais. Il faut être deux pour faire un bébé, et si mon corps n'est pas encore prêt à en accueillir un nouveau, ça peut ne pas fonctionner. Ou bien le fait que je n'en veuille pas un tout de suite peut aussi bloquer...

Elle dégagea doucement sa main de celles de son compagnon pour continuer de manger. Elle rompit un morceau de pain et se mit à saucer ce qu'il restait de son potage. Elle espérait qu'il cesserait de s'en faire pour tout ça, et qu'elle avait trouvé des réponses qui le soulageraient. Peut-être que le mieux serait de lui changer les idées après le repas... Cela ne pourrait pas lui faire de mal.

Une fois le repas achevé et les plats remportés, la jeune femme alla faire une légère toilette, juste pour se débarbouiller et être présentable. Léo ne tarda pas à se réveiller et à se mettre à pleurnicher. Rien qu'à son ton, elle devina qu'il avait mal. Elle alla donc le chercher, et lui donna un croûton de pain dur, sur lequel il entreprit de se faire les dents. Elle alla prudemment rejoindre Damian, et se planta face à lui.


- Allez, prépare-toi. On va aller faire un petit tour aux écuries. Ca devrait amuser Léo, et le faire sortir un peu. Il fait beau et chaud, ça ne peut pas lui faire de mal.

Elle ne lui laissa pas vraiment le choix. Le temps de faire une petite toilette au bébé et de l'habiller en conséquence pour cette petite sortie, et ils étaient partis. Elle laissa le soin à son amant de porter le petit, pour des raisons de sécurité. Et en plus de ça, cela avait des chances de dissiper sa déprime. En parvenant au dehors, la chaleur leur sauta au visage. Il faisait bien plus frais à l'intérieur du château.

Ils eurent à traverser la cour pour finalement arriver dans les écuries. Un courant d'air circulait, mais l'odeur des bêtes et du crottin sautait tout de même aux narines. Lou se rendit directement au box de la jument qu'elle montait d'ordinaire. Elle avait un peu recommencé ces derniers temps, quand Léo avait commencé à pouvoir être gardé par quelqu'un l'espace de quelques heures. La jument salua son arrivée d'un petit hennissement, et se mit à lui donner des coups de nez contre la poitrine, en quête d'une quelconque friandise. La jeune aveugle rit, et lui donna le bout de pain qu'elle avait apporté à son attention.


- Goinfre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Jeu 8 Déc - 23:46

- Je croyais qu'on avait dit qu'on attendait que Léo ait un an, pour un deuxième bébé. On s'était mis d'accord, alors pourquoi tu t'en soucies maintenant ?

Damian se figea à cette réponse, plutôt sèche, de la part de son épouse. Très bonne question... Parce que les circonstances l'y avaient amené, en fait, rien de plus. Il avait l'impression, à l'entendre, qu'elle lui reprochait d'être déjà sur cette idée. Lui n'avait jamais pensé à mal, et d'ailleurs, s'il n'était bien évidemment pas contre un autre bébé maintenant, il respectait tout de même la volonté de Lou de ne pas réessayer tout de suite... Il se rendit alors compte qu'il avait peut-être un peu oublié cela, s'étant laissé submerger par la panique, et que peut-être il l'avait froissée. A l'angoisse qui le tenaillait déjà s'ajouta celle de faire de la peine à la jeune femme, ce qui était bien la dernière chose qu'il souhaitait... Celle-ci soupira et se laissa choir contre le dossier de sa chaise.

- Ça ne vient pas forcément de toi, tu sais. Il faut être deux pour faire un bébé, et si mon corps n'est pas encore prêt à en accueillir un nouveau, ça peut ne pas fonctionner. Ou bien le fait que je n'en veuille pas un tout de suite peut aussi bloquer...

- Oui... Peut-être... J'espère.

Sur ce, elle dégagea sa main pour terminer de manger, laissant son compagnon assez désemparé, bien qu'un peu rassuré de voir qu'elle était du même avis que Jake. Ça n'avait pas l'air de tellement l'inquiéter, en fait, ce qui déconcertait plutôt le jeune homme. Comme si elle n'était pas plus enthousiaste que ça à l'idée d'avoir d'autres enfants. D'accord, ça ne pressait pas, mais quand même... Ou alors, elle pouvait simplement être un peu fâchée contre lui de part l'impression qu'il lui avait donné de tenter de la mettre enceinte sans son avis, ce qui expliquerait qu'elle lui manifeste si peu de chaleur, subitement. Il se mettait à sa place à présent, et le comprenait bien...

Il n'eut cependant pas le temps de dissiper le malentendu, s'il y en avait un, car sitôt qu'ils eurent fini de manger, Lou s'éclipsa dans la salle d'eau pour faire une toilette. Damian, lui, aurait du aller s'entraîner tout seul, mais ne s'en sentait plus ni le courage ni l'envie maintenant. Il se laissa donc tomber dans le divan pour y ruminer ses sombres pensées. Puis, alors qu'il entendait les pas de la jeune aveugle qui revenaient vers lui, Léo se mit à pleurer, et elle alla aussitôt le chercher. Elle revint peu après, le bébé dans les bras, qui mâchouillait un croûton de pain pour soulager ses gencives douloureuses en raison de sa dent qui perçait. Un petit sourire se dessina finalement au coin des lèvres du Métamage en voyant son fils, et son expression se fit plus interrogatrice quand sa compagne vint se planter devant lui.


- Allez, prépare-toi. On va aller faire un petit tour aux écuries. Ça devrait amuser Léo, et le faire sortir un peu. Il fait beau et chaud, ça ne peut pas lui faire de mal.

- Euh... Oui, d'accord, pourquoi pas. Bonne idée.

Pris au dépourvu par cette proposition aussi soudaine qu'inattendue, il se leva sans broncher pour passer une chemise qui ne risquait rien dans la poussière des écuries ainsi qu'une paire de bottes adaptée, puis rejoindre sa femme pour l'aider à débarbouiller, changer et habiller Léo de manière adéquate pour une telle sortie, après quoi, ils prirent le chemin des écuries. C'est son père qui porta le petit, ce qui lui remonta un peu le moral. Toujours aussi éveillé, il regardait tout, et parfois désignait des choses qui l'intéressaient de la main, chose qui amusait beaucoup Damian.

Une fois sur place, Lou se dirigea immédiatement vers le box de la belle jument crème qu'elle avait l'habitude de monter. D'ailleurs, elle avait pu reprendre il y a peu, laissant Léo à une nourrice de confiance qui gardait un œil sur lui les quelques heures qu'elle passait dehors. Pour sa part, Damian n'aimait pas vraiment laisser son fils à quelqu'un qu'il ne connaissait pas tant que ça. Ça lui donnait l'impression de l'abandonner, et heureusement que le bébé ne s'était jamais mis à pleurer alors qu'il le laissait, ou il aurait été capable de finalement l'emmener avec lui et ne pas le lâcher. Le petit garçon interpella son père d'un petit éclat de voix, brassant l'air du bras qui ne tenait pas son morceau de pain dur en direction de la jument noire qui résidait dans le box voisin de celle qu'on avait attribuée à Lou.


- Eh bien mon bonhomme ? Tu veux dire bonjour à la jument ? Regarde, tout doucement, comme ça...

Il s'approcha de la tête de l'animal, et prit tout doucement la petite main du bébé pour la poser sur le chanfrein de celui-ci, le caressant jusqu'au bout du nez. Léo émit une petite exclamation, tout de même impressionné par cette grande bête. Heureusement, c'était une vieille jument, très calme et habituée à l'agitation, elle ne broncha donc pas. Damian n'aurait jamais pris le risque de faire cela avec un jeune étalon qui bondissait au moindre bruit, de toute façon. Le petit bout se détourna bien vite de la noiraude pour fixer sa mère avec insistance. Elle venait de tendre un morceau de pain à son amie au pelage crème, que celle-ci avait gobé sans retenue, mais toutefois avec la délicatesse qu'on lui connaissait. Le Métamage s'approcha de son épouse, et posa une main sur son épaule avant de la faire glisser sur sa taille pour l'amener contre lui.

- Dis, mon amour... Tu n'es pas fâchée, au moins ? Ce n'est pas que je te veux enceinte maintenant, je me suis juste inquiété... un peu vite. Excuse-moi si je t'ai blessée... Eh ?! Léo, qu'est-ce que tu fiches ?

Le bébé s'était mis à s'agiter, tout à coup, donnant des petits coups de pied en l'air, comme s'il ruait. Son père se contenta de secouer la tête, davantage blasé qu'autre chose, avant de remarquer quelque chose d'étrange, comme si la peau du visage de Léo s'éclaircissait, d'un coup. Ou bien... Se couvrait de poils blancs ?

Dès lors, tout se passa très vite. Les membres du bébé s'allongèrent, ainsi que son visage et ses oreilles, et une petite queue duveteuse chatouilla le bras de Damian qui soutenait son fils, et il dû d'ailleurs le poser par terre avant de devoir le lâcher, faute de pouvoir supporter le poids de sa nouvelle forme. En l'espace d'un instant, Léo s'était transformé en un petit poulain de quelques jours à peine, alezan brûlé du haut de la tête jusqu'au bout de la queue, les quatre membres et le dessous du ventre blanc, avec une belle face qui couvrait sa tête jusque derrière ses yeux bleus clairs. Il s'ébroua, semblant se demander où il était, avant de se hisser difficilement sur ses quatre membres de jeune cheval, et tituber maladroitement avant de retomber sur son postérieur. Les Métamages chevaux avaient pour particularité, par rapport aux animaux, de suivre le rythme de leur forme humaine. Ainsi, ils ne marchaient pas avant que l'humain ne marche. Le cœur battant à tout rompre, Damian s'assura que personne n'était dans les parages, et saisit la main de Lou.


- Regarde, vite !

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Ven 9 Déc - 9:46

Lou caressait doucement les naseaux duveteux de la jument. Cette dernière avait gobé son pain en un clin d'oeil, et farfouillait désormais le vêtements de la jeune femme en soufflant des naseaux, histoire d'être sûre que rien d'autre de comestible ne s'y cachait. Ce fut le moment que choisit Damian pour venir passer son bras libre autour de sa taille, pour l'attirer contre lui. Elle savait déjà à peu près à quoi s'attendre...

" Dis, mon amour... Tu n'es pas fâchée, au moins ? Ce n'est pas que je te veux enceinte maintenant, je me suis juste inquiété... un peu vite. Excuse-moi si je t'ai blessée... Eh ?! Léo, qu'est-ce que tu fiches ?

Fâchée? Elle ne l'était pas vraiment, du moins, pas complètement... Elle s'était un peu sentie trahie quand il lui avait dit qu'il s'inquiétait de ne pas l'avoir mise enceinte, cela lui avait fait l'effet de ne pas compter, que seul les désirs de son compagnon étaient importants. C'était quand même elle qui allait porter et mettre au monde ce nouveau bébé... Mais elle le connaissait, et elle le savait impatient. Elle n'allait pas rester fâchée contre lui...

- Non, je ne suis pas fâchée, j'ai juste eu l'impression que tu... ne prenais pas mon avis en compte, que tu t'en moquais.

Elle soupira. Mais quand son époux la lâcha en reculant, elle fronça les sourcils, se demandant ce qu'il se passait. L'exclamation à l'encontre de Léo qu'il avait lâché à la fin de sa phrase pouvait être due à plein de choses... Elle n'y avait pas fait attention d'abord, car le petit étant vraiment curieux de tout, il pouvait se montrer un peu imprudent, ce qui était normal à son âge... Mais l'agitation qu'elle ressentait maintenant n'avait rien de normal. Elle s'apprêtait à demander à Damian ce qu'il se passait quand il prit la parole en lui saisissant la main.

- Regarde, vite !

Elle resta un peu surprise, avant d'attirer à elle par son pouvoir la vue de son amant. S'il lui suggérait ça, c'est qu'il avait vérifié qu'elle pouvait le faire sans danger. Quand elle put voir, elle regarda autour d'elle... et resta bouche bée. Léo avait disparu des bras de son père. En revanche, un poulain alezan brûlé aux nombreuses marques blanches avait fait son apparition sur le sol des écuries, devant eux. Son poil laineux avait l'air doux au toucher, mais elle ne fit pas un mouvement vers lui, trop surprise d'abord. Elle reconnut son fils à ses yeux qui étaient les mêmes, avec leur belle couleur bleue.


- Alors, c'est un Métamage lui aussi... Un petit cheval, comme toi. Ca ne m'étonne pas, je t'ai bien dit qu'il ruait comme un fou quand il était dans mon ventre.

Elle eut un léger rire un peu nerveux, mais elle fit un pas en direction du poulain. Ce dernier regardait tout autour de lui, avec l'air aussi perplexe qu'il était possible d'avoir pour un animal. Il devait sans aucun doute se demander d'où il tenait ce nouveau corps si différent de l'autre. Sa mère se demandait comment il avait fait pour se transformer... et tout ce que ce pouvoir entraînait. Elle s'accroupit devant lui et posa prudemment la main sur son encolure. C'était effectivement doux et chaud.

En réponse, Léo le poulain lui donna ce qui se voulait être un petit coup de nez sous le menton, mais qui lui fit claquer la mâchoire. Il était loin de connaître sa force sous cette forme... Et il manqua de la renverser à terre quand il fourra sa tête dans le creux du cou de sa mère. Il faisait toujours cette mimique quand il voulait des câlins ou qu'il fatiguait... sauf que dans le cas présent, c'était un peu plus délicat. En revanche, la jeune aveugle était certaine d'avoir son bébé face à elle.


- Comment il va faire pour... redevenir normal? Ca va durer longtemps, cette forme?

Elle était un peu nerveuse à l'idée de ramener un poulain dans leurs appartements, même si cela ne se montrerait incongru pour personne, dans ce château où la plupart des résidents avaient une forme animale. Elle espérait qu'il saurait opérer la transformation en sens inverse, et qu'il ne resterait pas bloqué comme ça. A moins que cela ne finisse par être dangereux pour lui... Elle connaissait bien les effets secondaires de l'utilisation des pouvoirs magiques, pour en avoir fait l'expérience plusieurs fois, même si le sien était différent de celui de sa petite famille.

- Je ne suis pas sûre qu'il entrera encore dans son berceau sous cette forme, ni que je serais capable de lui donner sa tétée...

Allaiter un poulain. Voilà qui semblait assez cocasse à imaginer. Léo tenta une fois de plus de se lever, sans succès. De toute évidence, cette volonté qu'il ne manifestait pas encore sous sa forme humaine était déjà bien présente dans sa mentalité de poulain. L'instinct, sans doute. Mais il allait devoir attendre encore bien six mois pour ça... Elle fronça les sourcils, prises d'une inquiétude soudaine.

- Dis, il ne risque pas de prendre cette forme n'importe quand? Parce que je ne sais pas ce que je ferai si ça arrive quand tu n'es pas là. Ou alors, imagine-le faire ça dans son berceau...

Elle se redressa, et alla prendre la main de son compagnon. Elle préféra lui rendre sa vue, afin qu'il s'occupe de ce "problème". Il était bien plus qualifié qu'elle pour ça. Après tout, il l'avait lui aussi vécu, et pour le coup, elle était totalement dépassée par les évènements. Que son époux prenne la forme d'un cheval ne la perturbait pas, elle l'avait vu faire (ou senti faire) de nombreuses fois, et cela lui était aussi naturel que respirer. Mais pour le petit qui ne maîtrisait rien de tout ça... Elle expira profondément, à nouveau aveugle.

- Je te laisse t'occuper de lui. En tout cas, c'est un beau cheval..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Ven 9 Déc - 23:49

Damian ne quitta pas Léo des yeux jusqu'à ce que les pouvoirs de Lou lui absorbent la vue, comme s'il voulait graver cette image dans son esprit. Il se sentait tout drôle, d'un coup. Un peu ému, fier, aussi, de voir que son fils avait hérité de ses dons de Métamage. Mais également un peu inquiet. En scellant ses pouvoirs lorsqu'il était bébé, ses parents avaient élevés un enfant normal, et non un Métamage. Il n'avait donc aucun exemple sur lequel s'appuyer pour gérer une telle situation.

- Alors, c'est un Métamage lui aussi... Un petit cheval, comme toi. Ça ne m'étonne pas, je t'ai bien dit qu'il ruait comme un fou quand il était dans mon ventre.

Le jeune homme se contenta d'un petit sourire en guise de réponse. Effectivement, ça n'avait rien de surprenant. Et à bien y repenser, le caractère de Léo concordait parfaitement avec sa nature animale : curieux et vif, toujours en quête de nouvelles choses pour s'occuper, et un peu timide, aussi. En effet, s'il ne pleurait plus trop lorsqu'il était confié à quelqu'un d'autre que ses parents, il restait visiblement peu à l'aise, et intrigué à la fois. Et pour finir, il était particulièrement sensible aux émotions qui l'entouraient, tout comme son père. Lorsque Lou était dans sa période de doute, après sa chute dans leurs appartements, son bébé avait semblé particulièrement las, lui aussi. Il était devenu plus jovial quand sa mère avait repris peu à peu confiance en elle.

Damian resta debout, immobile, pendant que Lou faisait connaissance avec l'apparence animale de son fils. C'était assez frustrant de ne pas le voir, mais il devinait, aux commentaires à voix basse et légères exclamations de la jeune femme, que le poulain était assez peu délicat. Quoi de plus normal, lorsqu'on passe d'un corps de frêle nourrisson à celui, plus solide, d'un jeune cheval, on ne mesurait pas forcément sa force... C'était quelque chose qui s'apprenait, cela viendrait avec le temps. Pour sa part, Damian n'avait appris à maîtriser ça que tard, n'ayant découvert ses pouvoirs qu'adolescent.


- Comment il va faire pour... redevenir normal ? Ça va durer longtemps, cette forme ? Je ne suis pas sûre qu'il entrera encore dans son berceau sous cette forme, ni que je serais capable de lui donner sa tétée...

- Eh bien... Pour le moment, il ne contrôle rien, il peut donc redevenir humain dans cinq minutes, ou, dans le pire des cas, quand il tombera de fatigue, et qu'il ne pourra plus maintenir sa forme animale. Nous ne pouvons qu'attendre...

Le Métamage fit un petit pas en avant pour mieux entendre ce qui se passait autour de lui, et devina que Léo tentait de se remettre debout, mais une fois de plus, sans succès. Le pauvre devrait attendre encore un certain temps avant de pouvoir galoper sur ses grandes jambes. Mais quand il le pourrait, son père se ferait une joie de gambader avec lui. Enfin, il faudrait déjà qu'il maîtrise un minimum ses transformations avant de se livrer à de telles escapades. Soudain, même sans voir, il sentit comme de l'inquiétude flotter dans l'air, et imagina malgré lui l'expression de Lou dans ce genre d'ambiance, ses sourcils froncés et sa moue soucieuse.

- Dis, il ne risque pas de prendre cette forme n'importe quand ? Parce que je ne sais pas ce que je ferai si ça arrive quand tu n'es pas là. Ou alors, imagine-le faire ça dans son berceau...

- Malheureusement, si... On ne peut rien maîtriser, à part en scellant ses pouvoirs... Mais j'aimerais autant qu'on ne le fasse pas, qu'il ne passe pas à côté de ce qu'il est vraiment, contrairement à moi. Mais ne t'en fais pas, ça va aller. Si jamais il se transforme et que je ne suis pas là, tu n'auras qu'à appeler un serviteur pour l'envoyer me chercher, j'accourrais dans la minute.

Son ton était calme, se voulant rassurant, mais au fond, il devait appréhender cette situation au moins autant que sa compagne. Ça n'avait sans doute rien d'insurmontable, d'autant qu'en tant que Métamage, même sans aide extérieure, son instinct l'aiderait à beaucoup de choses. Mais c'était comme ça, il ne pouvait s'empêcher de s'en faire un peu. Il eut un léger sursaut en sentant Lou lui prendre la main, tellement perdu dans ses pensées qu'il ne faisait plus attention à son environnement, et sentit bientôt sa vue lui revenir, et son fils, toujours sous forme de poulain, lui réapparaître.

- Je te laisse t'occuper de lui. En tout cas, c'est un beau cheval...

Le ton désemparé de la jeune aveugle lui fit un peu de peine, comme si elle était de nouveau en proie au doute, se sentant incapable de gérer une telle situation. Il la prit donc doucement contre lui, tout en gardant un œil attentif sur Léo, qui, lassé d'échouer dans ses tentatives de se mettre debout, avait entreprit de se rouler. Il sourit et déposa un baiser sur la joue de son épouse.

- Oui, il est superbe. Ne t'inquiètes pas, on va s'en sortir. La guérisseuse aussi pourra t'aider et te donner des conseils, nous ferions bien de passer la voir dans les prochains jours.

Il la berça contre lui un moment, avant de l'embrasser dans le cou et la relâcher, pour venir à son tour se pencher sur son petit bout devenu cheval. En appui sur ses antérieurs, Léo secoua sa tête pleine de la poussière qu'il avait ramassée au sol -il serait bon pour un bon bain une fois redevenu humain...- et fixa ensuite son père de son regard bleu intense, qui à la fois tranchait avec les parties sombre de son pelage et s'harmonisait à merveille avec le blanc de neige qui couvrait sa tête et le bas de son corps. Damian passa doucement la main sur la joue du petit, qui donna un coup de nez contre sa paume. De toute évidence, il reconnaissait son géniteur... Celui-ci se redressa et posa sa main sur le bras de Lou.

- Je me transforme un instant, ce ne sera pas long.

A dire vrai, cette envie le tenaillait depuis un moment déjà, mais il avait avant tout voulu que Lou voie ça. La première transformation était un moment tout aussi important pour un Métamage que les premiers pas ou les premiers mots d'un bébé humain, et si la jeune femme avait semblé plutôt perdue face à cette situation nouvelle, elle en garderait un bon souvenir plus tard, lorsque le bébé aurait grandi. Le Métamage se planta donc devant son fils, se concentra et, en l'espace d'un instant, était lui-même sous sa forme d'étalon.

Léo avait beau ne l'avoir jamais vu sous cette apparence, celle-ci ne sembla pas le choquer, même si Damian ressentit de la surprise chez son fils lorsqu'il s'avança vers lui sous son apparence équine. Tout doucement, il baissa la tête pour venir apposer ses naseaux contre ceux du poulain. Ce dernier resta immobile un instant, puis écarta la tête pour venir donner un coup de nez contre celui de son père. L'adulte souffla alors s'ébrouant, puis lui donna à son tour un léger coup pour le faire basculer sur le côté. Léo souffla aussi, et secoua vivement la tête en poussant un tout petit hennissement, tout content. Ravi, Damian colla ses naseaux doux et chauds contre l'encolure du petit, où il resta un petit moment, avant de se reculer et, presque à contrecœur, reprendre forme humaine.

Un peu secoué par ce moment riche en émotions pour lui, il se pencha de nouveau sur le poulain pour ébouriffer sa crinière courte et en bataille, à court de mots. Il fallait maintenant trouver un moyen de ramener Léo dans leurs appartements, car il ne pouvait pas le faire tout seul. Il était fort, mais pas au point de porter un poulain tout seul. Il jeta un coup d’œil autour de lui, et vit un garçon d'écurie qui rentrait des blocs de paille, qu'il héla.


- S'il vous plaît ! Pourriez-vous nous aider ? Le jeune homme vint vers le couple, et se tendit de surprise en voyant le poulain qui semblait rêvasser aux pieds du Métamage. Notre fils vient de se transformer et... Je crains de ne pouvoir le ramener tout seul.

- Oh oui, bien sûr Ser. Il est drôlement beau dis-donc, ce n'est pas une robe qu'on a coutume de voir. Mais vu la votre, ce n'est pas tellement surprenant !

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Dim 11 Déc - 10:56

Même si, une fois sa vue retrouvée, Damian fit tout pour réconforter son épouse, celle-ci se sentait un peu désemparée et dépassée par les évènements. Elle ne savait pas trop comment elle allait parvenir à gérer un bébé capable de se transformer n'importe quand, surtout sans rien y voir... Mais au moins, ça avait eu le mérite de dérider efficacement son compagnon. Et quelque part, cela attestait que le petit grandissait de plus en plus... Cela lui fit un étrange pincement au coeur. Evidemment, il ne pouvait pas rester un nourrisson toute sa vie, mais cela passait terriblement vite. Néanmoins, elle pouvait compter sur le Métamage pour lui refaire un bébé si la nostalgie l'envahissait trop, elle ne s'en faisait pas pour ça.

Elle resta immobile quand son amant lui signala qu'il allait se transformer. Après tout, il s'y connaissait bien mieux qu'elle. Elle se demanda si les mères Métamages se trouvaient aussi démunies qu'elle face aux premières transformations de leurs enfants. Bien que connaissant le sujet, elles restaient malgré tout impuissantes à faire quoi que ce soit, à moins de sceller leurs pouvoirs. Ce que la mère de son époux avait fait, pour une raison qu'elle ignorait. Appréhension, ou autre chose? Elle ne savait pas si elle oserait poser la question.

Quand Damian redevint humain, il appela quelqu'un pour les aider à ramener Léo. Lou fronça les sourcils. Elle ne voyait pas comment, même à deux, ils allaient faire pour monter sur plusieurs étages un poulain incapable de marcher, et qui pesait son poids. Il y avait des escaliers à n'en plus finir... D'autant qu'elle ne savait pas ce qu'un poulain allait faire dans leurs appartements. Autant attendre là qu'il reprenne forme humaine, ce n'était pas comme s'il faisait froid... Elle tâtonna un peu avant de poser sa main sur le bras de son compagnon, tandis que le garçon d'écurie s'extasiait sur la couleur du poulain.


" Dis, tu ne penses pas qu'il serait... plus sage et plus simple d'attendre qu'il redevienne humain? Je ne sais pas comment tu comptes le porter dans les escaliers sur plusieurs étages, ni ce que tu espères qu'il fasse dans nos appartements...

Léo poussa un petit hennissement perplexe. Elle avança timidement la main vers lui, assez déboussolée par le fait de devoir se comporter comme avec un animal avec son propre fils. Le petit vint coller ses naseaux dans sa main. Ils étaient doux comme du velours. Au fond, elle était fière qu'il ait hérité du pouvoir de son père, ce qui voulait dire que s'il en avait envie, il pourrait intégrer l'ordre une fois plus grand. Et ce serait sans doute plus simple pour lui de se faire des amis.

Ils n'eurent pas à attendre longtemps pour le voir redevenir humain. Sans doute épuisé par cette première transformation, et encore après tout petit, le bébé reprit sa forme humaine, et se mit à chouiner de fatigue. Sa mère se pencha avec précautions pour le prendre dans ses bras, tout crotté qu'il était. Il se pelotonna contre elle, avec sa mimique de grand épuisé. Elle l'embrassa sur le front et le berça contre elle pour l'endormir.


- Je crois qu'on n'aura pas besoin de s'embêter, finalement. Si on allait lui donner son bain et le coucher? Je crois que ça a été beaucoup d'émotions pour tout le monde...

Elle prit précautionneusement le chemin de leurs appartements, se fiait à son compagnon pour la guider. Même si elle ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter, elle se sentait apaisée, et elle espérait que c'était aussi le cas pour Damian. Tout en marchant, elle posa l'espace d'un instant sa tête sur l'épaule du jeune homme, serrée contre lui.

- On l'aura ce deuxième bébé, ne t'en fais pas. Dès que Léo aura encore grandi et que le moment sera venu. En attendant, je crois qu'il va nous donner du travail...

Quand ils arrivèrent à leurs appartements, elle emmena le petit dans la salle d'eau. Elle-même allait devoir se débarbouiller et laver ses vêtements poussiéreux. Elle fit chauffer de l'eau avant de remplir d'eau tiède la vasque qu'ils utilisaient pour les bains du bébé. Elle allait laisser son époux s'en charger, car il adorait s'occuper de son fils, notamment pendant ce genre de moments. Elle alla donc lui proposer de se charger de tout ça, même si cela nécessitait de réveiller Léo qui dormait déjà.

- Tu dois être fier qu'il soit comme toi, non?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Lun 12 Déc - 23:55

Damian haussa les épaules lorsque Lou vint poser la main sur son bras en lui intimant qu'il serait peut-être plus prudent d'attendre que Léo reprenne forme humaine, avant de rentrer. Il n'avait rien contre, mais le problème était qu'il n'aurait su dire quand cela arriverait, et il ne voulait pas qu'il se blesse en faisant le genre de bêtises dont un poulain était capable. Mais après tout, le petit sous forme animale n'était même pas capable de se mettre debout, alors... peut-être son père s'en faisait-il un peu trop ?

Mais, comme pour régler le problème, Léo redevint un bébé sans même que Damian puisse voir la transformation s'opérer, ne se rendant compte que c'était bien un petit humain que lorsqu'il se mit à pleurnicher, apparemment épuisé, si l'on se fiait à son expression boudeuse et à ses yeux mi-clos. Il n'eut d'ailleurs pas le temps de se pencher pour le reprendre que Lou se redressait déjà, le berçant doucement dans ses bras. Le Métamage congédia alors poliment le garçon d'écurie, s'excusant de l'avoir dérangé pour rien, et reporta son attention sur son bébé, qui se calmait peu à peu dans les bras de sa mère. Il était tout poussiéreux, comme on aurait pu s'y attendre après s'être mis les quatre fers en l'air à se rouler sur le sol des écuries...


- Je crois qu'on n'aura pas besoin de s'embêter, finalement. Si on allait lui donner son bain et le coucher? Je crois que ça a été beaucoup d'émotions pour tout le monde...

Le jeune homme acquiesça, et emboîta le pas à son épouse vers les appartements. En chemin, il se perdit dans ses pensées, qui se noircirent légèrement à présent que l'émotion suivant l'évènement était un peu dissipée. Il était de bien meilleure humeur qu'avant, mais se sentait tout de même un peu contrarié de repenser à son minuscule accrochage avec Lou, et à ce qui l'avait causé. Certes, il était un peu impatient d'avoir un autre enfant, mais pas que. S'il avait vraiment vu juste concernant une éventuelle stérilité... l'aurait-il seulement un jour ? Comme la jeune femme l'avait dit, ça pouvait très bien ne pas venir de lui, mais il savait qu'il ne pourrait pas faire autrement que s'inquiéter tant qu'elle ne serait pas de nouveau enceinte... Tout en marchant d'un pas lent, il sentit Lou se serrer un peu plus contre lui, et poser la tête sur son épaule. A croire qu'elle lisait vraiment en lui, car ce témoignage d'affection lui mit un peu de baume au cœur, de même que ce qu'elle déclara ensuite :

- On l'aura ce deuxième bébé, ne t'en fais pas. Dès que Léo aura encore grandi et que le moment sera venu. En attendant, je crois qu'il va nous donner du travail...

- S'il est aussi intenable que son père en grandissant, j'en ai bien peur.

Il ne put retenir un franc sourire. Petit, il était assez épuisant, en effet. Pas méchant, mais toujours à courir partout, et à s'emmêler les jambes dans sa précipitation bien souvent, d'ailleurs. Et encore, lui ne pouvait pas se transformer. Avec le recul, il en venait à se dire ironiquement que ce n'était peut-être pas plus mal : au vu des catastrophes qu'il était capable de provoquer sous forme humaine, avec l'apparence d'un cheval faisant près de sept fois son poids, on aurait pu redouter bien pire...

Une fois rentrés, Lou emmena directement Léo à la salle d'eau, et Damian la suivit sans mot dire, bien que l'envie le tenaillait de s'occuper de son petit bout, qui s'était d'ailleurs endormi sur la table à langer, tenu par son père, pendant que la jeune aveugle préparait de quoi le baigner. Lorsque tout fut paré, elle vint vers son mari pour lui proposer de se charger de le baigner, et il ne put qu'accepter, bien entendu. Il s'attela alors à déshabiller le bébé, qui grogna un peu dans son demi-sommeil, assez peu ravi d'être dérangé, et lui retirait ses langes lorsque sa compagne s'adressa de nouveau à lui.


- Tu dois être fier qu'il soit comme toi, non ?

- Affirmer le contraire serait mentir, je crois. C'est assez étrange, en fait. Je suis un peu inquiet, parce que, comme toi, je me demande un peu comment est-ce qu'on va gérer tout ça... Mais je suis vraiment content, je vais pouvoir partager tellement de choses avec lui... Et puis, il est vraiment très beau, comme poulain.



Encore un peu de temps s'écoula, et l'été touchait peu à peu à sa fin. Léo avait encore bien grandi, et était de plus en plus actif le jour, commençant même à rechigner lorsqu'on le mettait au lit pour ses siestes, qui lui étaient pourtant encore indispensables. Il fallait ajouter à cela ses poussées dentaires qui continuaient de le harceler de plus belle, et, bien sûr, ses transformations inopinées. Par chance, cela ne se produisit jamais en situation trop "compliquée", à part une fois où Damian lui donnait son bain. Il s'était retrouvé à devoir shampouiner un poulain qui trouvait très amusant de taper du sabot dans l'eau, mais avait trouvé cela assez amusant, en fait, presque tenté de faire de même. Mais il fallait rester réaliste : un cheval adulte dans un bassin pour humain, ça n'était tout simplement pas possible.

Mais, malgré le déroulement paisible des choses, demeurait ce fameux problème qui torturait Damian depuis maintenant presque quatre mois : toujours rien à signaler quant à une éventuelle grossesse. Certes, il avait fait un peu plus attention pour ne pas fâcher Lou, mais s'était aussi beaucoup oublié en contrepartie, à d'autres moments. Il fallait dire que ce n'était pas vraiment la bonne période pour lui pour maîtriser quoi que ce soit, en définitive, au risque de passer pour une vulgaire bête en rut...

Et, au final, le jeune homme avait fini par ne plus y penser, presque résigné. Cela arriverait quand ça devrait... si ça arrivait un jour. En attendant, il n'avait qu'à attendre, et parfois, angoisser seul dans son coin. Il n'avait même plus envie d'en discuter avec Jake, qui pourtant l'aurait bien déridé, avec ses plaisanteries grasses et stupides. En bref, il était un peu déprimé. Cela se dissipait lorsqu'il était en famille, mais dès lors qu'il quittait ses appartements, il lui semblait que l'air se chargeait de lourds nuages autour de lui, et d'ailleurs, cela le rendait assez peu fréquentable... Et de plus, Lou lui avait paru un peu... bizarre, ces derniers temps. Il ressentait comme une sorte de malaise en elle depuis quelques jours, mais comme elle ne disait rien, et ne paraissait pas du tout malade, il s'était dit qu'il devait se faire des idées, amenées par son humeur maussade...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Mar 13 Déc - 17:20

L'été avait passé, et touchait peu à peu à sa fin. Léo avait continué à grandir et à se transformer de temps en temps, mais même en temps qu'humain, il avait encore changé. Ses dents continuaient à pousser, mais il affichait déjà quatre petites dents en haut, et deux en bas, alors que les deux prochaines commençaient à pointer peu à peu. Mais surtout, on voyait qu'il avait grandi car il pouvait maintenant tenir assis tout seul pendant un certain temps, et même prendre appui sur ses jambes si on le tenait, sans pouvoir malgré tout être debout. Ce qui voulait dire que d'ici peu de temps, il commencerait à gambader, aussi bien en humain qu'en poulain... Déjà qu'il avait parfaitement saisi l'utilité de ramper partout comme un ver.

Lou avait un peu de mal quand il prenait sa forme équine, mais globalement, elle arrivait à se débrouiller. Sauf que ces derniers temps, elle se sentait à nouveau un peu patraque. Nauséeuse, surtout le matin, sans vomir toutefois. Elle avait parfois des coups de fatigues inexplicables, ou des étourdissements. Elle avait cependant caché tout ça à Damian, commençant à se faire elle-même une opinion sur la chose, mais souhaitant confirmation avant qu'il ne s'emballe pour rien. Il était déjà assez perturbé ces derniers temps, ce qui avait par ailleurs le don de l'agacer.

Ce matin-là, elle était seule avec son fils dans leurs appartements, comme d'habitude. Elle prit la résolution d'aller à l'office des guérisseurs avec lui avant le repas, afin de procéder à son habituel état de santé, et d'en profiter pour être fixée sur son état. Le petit dans les bras, son bâton dans sa main libre, elle se rendit donc à l'endroit concerné, toujours très prudente pour éviter un accident. Ce qui serait d'autant plus vite arrivé si un de ses étourdissements la prenaient.

La guérisseuse habituelle prit le petit en charge pour vérifier que tout allait bien pour lui. Il fit un peu le ronchon, mais se laissa faire. C'était bien parce qu'il la connaissait: tous les inconnus le terrifiaient en ce moment, et il réagissait soit en se mettant à pleurer, soit en faisant son timide. Soi-disant, une étape normale à passer... mais qui était parfois un peu pesante pour la jeune aveugle. Après que la guérisseuse en aie fini avec le bébé, elle lui parla de ses symptômes. Et le verdict tomba assez rapidement, confirmant ce qu'elle pensait.

Elle rentra sur le même pas prudent, mais avec la tête pleine de pensées. Tout cela venait bousculer ses prévisions, mais elle allait relativiser. Après tout, ce n'était pas si dramatique. Et peut-être que son abruti d'étalon sentimental de mari allait cesser de faire du boudin avec ça. Elle se posait juste des questions vis à vis de la suite des évènements. Léo allait vouloir apprendre à marcher, et gambader partout. Etant aveugle, ce serait déjà difficile pour elle, mais dans ces conditions, elle risquait de devoir passer la main à son amant...

Quand ils furent chez eux, elle alla poser son bâton. Elle installa son fils tout au fond du fauteuil avant d'aller raviver le feu. Ils n'allaient pas tarder à manger, dès le retour de Damian, et son estomac était formel à propos de l'heure. De plus, Léo partageait en partie leurs repas quand il était éveillé: ils lui donnaient un peu de tout, en très petites quantités, pour l'habituer, ce qui venait aussi compléter ses tétées. La jeune femme alla le prendre dans ses bras et s'assit dans le fauteuil en le prenant contre elle. Comme s'il sentait son trouble, le petit fourra son visage dans son cou, câlin.


" Ca va mon coeur. On attend papa et on va manger, d'accord?

Inutile pour elle de se donner la peine d'appeler les serviteurs: une fois leurs habitudes établies, on savait à quelle heure exactement il fallait leur apporter les plats. Elle patienta encore un moment, à jouer avec son fils et son doudou, jusqu'à ce qu'elle entende toquer. Elle alla donc ouvrir aux serviteurs pour qu'ils dressent la table, et à peine furent-ils repartis que son compagnon arriva. Remarquable ponctualité. Léo se mit à gazouiller et gigoter dans les bras de sa mère, et cette dernière pria les dieux pour qu'il ne lui vienne pas l'idée de se transformer maintenant.

- On vient de nous apporter les plats, on va pouvoir passer à table. Mais avant ça, j'ai quelque chose à te dire.

Elle cala convenablement son fils sur sa hanche pour éviter de le laisser tomber s'il continuait à bouger comme ça. Il finit par se calmer en posant la tête sur son épaule, mais elle se doutait qu'il attendait que son père le prenne dans ses bras. Elle laissa planer pendant un petit moment un silence, afin que le mystère persiste encore un peu. Mais elle finit par ne plus trop le faire languir. Plantée devant lui, elle soupira, avec malgré tout un petit sourire en coin, mi heureuse, mi résignée.

- Tu vas l'avoir, ton deuxième bébé, monsieur le pseudo étalon stérile. Il devrait être là pour le début du prochain printemps."

Elle s'attendait un peu à l'explosion de joie, mais avant cela, à la surprise. Elle n'avait pas voulu lui en parler avant d'être sûre. Il prenait cela très à coeur, peut-être trop même, et si jamais ses espoirs avaient été déçus, cela n'aurait pas été du meilleur effet sur son moral déjà fluctuant... Elle savait que cela allait se montrer un peu compliqué par rapport à Léo, mais elle relativisait: il aurait déjà presque un an et demi quand son petit frère ou sa petite soeur viendrait au monde, ce qui restait un écart raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Dozendhaar
Administratice : Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 96
Age RPG : 21 ans
En couple avec : Lou Aenor

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Mer 14 Déc - 0:41

Levé de bonne heure ce matin-là, sitôt ses appartements quittés, Damian était allé se passer les nerfs sur un mannequin de paille lors d'un entraînement, qui fit davantage office de défouloir qu'autre chose, au final. Mais cela lui fit le plus grand bien, et au moins, il se sentait un peu plus léger en reposant son épée. Néanmoins, comme il avait un peu de temps devant lui avant de rentrer déjeuner, il se transforma et acheva de s'épuiser en allant galoper à toute vitesse dans les champs, soulevant la poussière et entraînant des brins d'herbe sèche dans sa course.

Tous ces efforts physiques, à défaut de calmer totalement ses angoisses, l'avaient plutôt détendu, et il se sentait relativement serein pour la première fois depuis longtemps. C'est donc plutôt guilleret qu'il prit le chemin du retour. La fraîcheur qui lui colla au corps lorsqu'il pénétra dans l'enceinte du château lui fit prendre conscience qu'un brin de toilette ne serait pas de trop après le repas, avec ce qu'il avait sué au cours de la matinée. En plus, il n'avait rien de prévu pour l'après-midi, ce qui arrivait de plus en plus rarement à mesure qu'on lui confiait de petites tâches par-ci par-là. Chose qui pesait aussi sur son humeur. Attaché à sa petite famille comme il l'était, il rechignait à la laisser derrière lui, au moins autant qu'un chat rechigne à prendre un bain.

A quelques pas de chez lui, le Métamage croisa des serviteurs qui le saluèrent poliment, et il devina aussitôt que les plats devaient être tout juste apportés. Quelle synchronisation... Et, en poussant la porte, il trouva effectivement Lou debout avec Léo dans les bras, et les cloches de métal chaudes posées sur la table. Il referma la porte derrière lui et vint embrasser doucement sa femme sur la joue, puis le front de son fils, qui se mit à gazouiller et à gigoter gaiement en le voyant. La jeune aveugle posa alors son regard vide sur son mari, lequel coupa immédiatement court au mouvement qu'il amorçait vers la salle d'eau pour se laver les mains. Quand elle avait cette expression, c'est qu'elle avait quelque chose à lui dire... Mais quoi ? Il n'avait pourtant pas l'impression d'avoir fait quoi que ce soit récemment qu'elle pourrait lui reprocher...


- On vient de nous apporter les plats, on va pouvoir passer à table. Mais avant ça, j'ai quelque chose à te dire.

- Ah ? De quoi s'agit-il ?

Lou ne répondit pas tout de suite, pour une raison que son époux ne parvenait pas à saisir, ce qui le poussa à s'inquiéter un peu. Elle se contenta de prendre Léo un peu plus convenablement contre elle, comme il s'agitait, sans doute contrarié que son père ne le prenne pas dans ses bras. Mais pour le moment, ledit père était trop préoccupé de savoir ce que sa compagne allait lui annoncer. Qu'elle hésite aussi longtemps avant de le lui dire pouvait signifier que c'était quelque chose de grave. Un aveu quelconque qu'elle aurait à lui faire ? Néanmoins, il ne dit rien, n'osant pas insister. Il n'était plus tout à fait sûr de vouloir savoir, redoutant une mauvaise nouvelle. Et, finalement, la jeune femme esquissa un sourire.

- Tu vas l'avoir, ton deuxième bébé, monsieur le pseudo étalon stérile. Il devrait être là pour le début du prochain printemps.

Les mots résonnèrent dans la tête de Damian comme l'écho dans une vallée. Des mots qu'il avait bien entendus, sans les comprendre du premier coup, et qui flottèrent un instant dans son esprit tels des nappes de brume, qu'il pouvait simplement effleurer, mais pas saisir. Jusqu'à ce que finalement, ils viennent d'eux-mêmes à lui et qu'il les assimile, notamment les deux plus importants : deuxième bébé. Et là, les émotions affluèrent en lui à une telle vitesse qu'il en fut submergé, et du s'appuyer sur la table pour ne pas se retrouver le derrière sur le sol.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Lou l'avait pris par surprise avec une telle nouvelle. Il n'avait absolument rien vu venir, ne l'ayant pas vu souffrante récemment. Mais si elle le lui disait maintenant, c'était que la guérisseuse le lui avait confirmé, et que c'était certain. Cela le soulageait profondément et le comblait de bonheur. D'ailleurs, sa voix était un peu étranglée par l'émotion lorsqu'il vint vers elle en lui prenant sa main libre.


- V-vraiment ? Pourtant, tu n'avais pas l'air malade, ces derniers jours... Mais c'est... Je suis... tellement heureux...

Et voilà qu'il se remettait à pleurer. Quel idiot... Il s'essuya les yeux d'un revers de la main avant que les gouttes salées ne roulent sur ses joues, et qu'il aie définitivement l'air d'un imbécile fini d'étalon sentimental... D'ailleurs, en parlant "d'étalon", la remarque quelque peu ironique de Lou précédant son annonce lui revint en tête, et vint ajouter la culpabilité au panel d'émotions qui se bousculaient en lui. Elle était enceinte, finalement, mais plus tôt qu'elle l'avait souhaité... Est-ce qu'elle lui en voudrait pour cela ? Doucement, et un peu timidement, il attira sa compagne dans ses bras.

- Je... J'espère que tu ne m'en veux pas, enfin... Tu ne voulais pas retomber enceinte trop tôt, alors...

Il se mordilla la lèvre inférieure, se sentant subitement un peu bête. Si Lou passait sa grossesse à ruminer qu'elle n'en avait pas envie maintenant, ça ne serait agréable pour personne... Il passa délicatement la main sur la petite tête de Léo, qui le gratifia d'une exclamation de contentement. Puis, retrouvant une vieille habitude, l'amena sur le ventre de sa compagne tout en lui déposant un baiser sur le front. A ce rythme, le repas allait refroidir... Bah, tant pis !

- Je t'aime tellement, ma Lou...

_________________
You give me something that I can believe in.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Dozendhaar
Humain
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 104
Age RPG : 22
En couple avec : Damian Dozendhaar

MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   Mer 14 Déc - 17:06

Comme Lou l'avait prévu, Damian fut évidemment ravi... et surpris par la nouvelle. Léo semblait tout à fait indifférent à la nouvelle, à présent plus calme dans ses bras. Le Métamage l'attira doucement contre lui, un peu timidement. Elle se doutait qu'il devait y avoir quelque chose qui le tracassait... Il était heureux, il l'avait bien dit, mais elle sentait qu'il y avait... quelque chose.

" Je... J'espère que tu ne m'en veux pas, enfin... Tu ne voulais pas retomber enceinte trop tôt, alors...

C'était donc ça. Evidemment, avec ce qu'elle lui avait dit il y a quelques mois de ça, à savoir qu'elle voulait attendre, sa question était légitime... Elle sourit en songeant qu'elle était sans doute déjà enceinte à ce moment-là, de manière toute récente, puisque la guérisseuse estimait sa grossesse à deux mois... Restait qu'après tout, ils sauraient bien se débrouiller. D'ici à ce que le petit naisse, son frère serait déjà plus grand.

- Non, ça ira. Léo aura plus d'un an quand le bébé viendra, on pourra se débrouiller... Mais il va falloir que tu m'aides beaucoup plus cette fois-ci.

Non pas qu'elle aie jamais eu à se plaindre d'être négligée, bien au contraire. Mais pour sa grossesse précédente, elle n'avait eu à s'occuper que d'elle et de son ménage, alors que là, il y avait un petit bout qui avait grand besoin d'attention qui venait s'y ajouter. Du coup, elle ne s'en sortirait pas seule... c'était certain. Mais elle savait qu'elle pourrait compter sur lui. Le seul souci serait peut-être de réussir à concilier ça et ses obligations de l'ordre.

- Je t'aime tellement, ma Lou...

- Moi aussi je t'aime. Si on passait à table, avant que tout soit froid?

Elle l'embrassa sur le coin des lèvres, après avoir tâtonné un peu. Lui n'avait pas pu s'empêcher de venir s'en prendre à son ventre, déjà... Elle lui donna son fils, afin qu'il l'installe à table, sur un siège rehaussé. Le petit savait parfaitement qu'il allait manger, et cela l'intéressait particulièrement. Il y avait des moments comme ça où sa mère se disait qu'il ressemblait de plus en plus à son père en grandissant... Elle s'installa à sa place et souleva la cloche de son plat pour en inspecter le contenu. Du boudin noir accompagné de pommes chaudes, de chou rouge et d'une purée de pommes de terre constituait leur repas. Voilà qui conviendrait à merveille à Léo.

- A part des nausées le matin, et quelques malaises et étourdissements, je n'ai pas trop de signes... Je t'ai tout caché pour éviter que tu t'emballes en vain, avant que je sois sûre, et que tu sois déçu...

Elle lui fit un petit sourire un peu gêné. Elle savait qu'elle avait bien agi en faisant de la sorte, mais aussi qu'il aurait sans doute aimé partager ses doutes. Le repas se passa donc tranquillement, la jeune femme partageant le contenu de son assiette en tout petits morceaux avec Léo. Il n'en mangeait que de petites quantités, mais ne faisait absolument pas le difficile: il gobait tout, même le boudin, alors que son père n'était pas fou de viande.

- Il faudra prévenir tes parents, une fois que ma grossesse sera plus avancée... Je pense qu'ils ont le droit de savoir. Et que ta mère voudra le savoir, d'ailleurs."

Elle s'attendait à une petite crise de la part de la mère de Damian, mais dans le même sens que son fils... Ils se ressemblaient vraiment beaucoup. Mais elle pensait que ce serait mieux, cette fois, qu'ils viennent leur rendre visite eux, au château, si le coeur leur en disait. La mauvaise saison allait arriver, et elle préférait éviter de voyager, surtout enceinte. On n'était jamais trop prudents...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand ça veut pas... [Privé Lou Dozendhaar]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages-
Sauter vers: