Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]

Aller en bas 
AuteurMessage
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Mer 1 Fév - 13:03

Après leur première nuit d'amour, Akeno et Maven avaient continué à se fréquenter, et à coucher ensemble. En général, ils se retrouvaient tous les soirs chez l'un ou chez l'autre, pour satisfaire leur désir mutuel. Et ça faisait plus d'un mois que ça durait. Un mois où ils ne satisfaisaient pas toujours d'attendre le soir. Le jeune homme l'avait une fois attirée par surprise dans une remise, pour une petite folie qui avait autant plu à l'un qu'à l'autre. Ou encore, ils avaient pu tester le confort offert par les tas de paille entreposés à l'arrière de l'écurie, en fin de journée où elle était déserte.

Dans le même temps, ils avaient appris à se connaître plus en profondeur. D'où ils venaient, où ils avaient passé leur enfance... Akeno avait ainsi appris qu'elle était originaire du Nord, sans grande surprise, où elle avait été élevée par son père après que sa mère soit décédée en lui donnant le jour. Pour sa part, il lui avait avoué qu'il était le quatrième enfant d'une famille de nobles du Nord-Est du royaume, particulièrement aisée. Il lui avait parlé de ses frères et de sa soeur aînés, de la manière dont il avait découvert ses pouvoirs, et quelques anecdotes de jeunesse. Somme toute, même en dehors de leurs étreintes passionnées, ils s'entendaient à merveille.

L'hiver se poursuivait, approchant sans hâte de sa fin. Akeno avait invité sa compagne de jeux à passer la fin de l'après midi, la soirée et la nuit chez lui. Ils avaient passé un moment agréable à discuter au coin du feu, à se chamailler gentiment comme des adolescents, et à jouer aux cartes et aux dés. Le jeune homme appréciait et recherchait sa compagnie même pour ce genre de moments simples, et il était extrêmement pensif quant à cette attirance très prononcée. Ethan n'avait pas manqué, plus d'une fois, de lui dire qu'il était en train de tomber amoureux, ce à quoi lui-même avait répondu que ce n'était que de l'attirance. En réalité, il n'avait jamais connu l'amour, même adolescent. Son ami lui avait maintes fois répondu que c'était parce qu'il n'était pas assez "sérieux" pour ça. C'était peut-être vrai. Il n'avait eu que des partenaires d'étreintes, jamais de partenaires sentimentales. Ou alors, peut-être était-ce parce qu'il n'avait jamais trouvé la bonne...

La nuit était tombée au dehors, et le jeune homme venait d'entendre les serviteurs toquer à la porte, apportant probablement le repas. Il se leva pour leur ouvrir, et leur laissa le soin de dresser la table. Il s'approcha de Maven et la saisit par la taille pour la serrer contre lui, avant de laisser ses lèvres se promener dans son cou, et de lui déposer un délicat baiser sur la peau. Plus cela allait, et plus il multipliait ce genre d'attentions. Il ne savait même pas pourquoi, si ce n'est qu'il en avait envie, et qu'il en ressentait vraiment le besoin. Du coin de l'oeil, il observa les domestiques qui préparaient la table, puis qui se retiraient. Quand il furent seuls, il l'embrassa de plus belle.


" Ca te dirait de mener un peu le jeu ce soir?

Il eut un sourire malicieux en la retournant pour qu'elle lui fasse face, lui retirant une mèche de cheveux du visage pour l'accrocher derrière son oreille. Il vint chercher un baiser sur ses lèvres, avant de plonger son regard dans le sien. Sentant son bas-ventre se tendre légèrement, il préféra laisser tomber l'affaire avant de vouloir finir directement au lit avec elle. Il la relâcha et s'approcha de la table, alléché par les agréables odeurs qui se dégageaient des plats. Une miche de pain encore chaude et croustillante, tout juste sortie du four, sentait terriblement bon.

Il s'installa à sa place et se versa du vin, alors qu'il soulevait la cloche de métal qui maintenant son repas au chaud. Il lâcha un grognement satisfait en découvrant un marcassin grillé, donc la peau avait délicatement caramélisé. Cela promettait d'être un régal, surtout avec les pommes de terres cuites dans le jus de viande qui l'accompagnait. Son estomac se contracta douloureusement en poussant un grondement sonore. Il pouffa en entendant cela, et cela permit d'occulter momentanément son désir trop vite éveillé.


- Viens manger avant que ce soit froid. On risque d'avoir besoin de forces pour ce soir.

Il lui fit un clin d'oeil malicieux. Au fil de leurs nuits communes, ils avaient appris à bien se connaître, intimement. Apprenant vite, il savait maintenant exactement comment l'amener à l'extase, et aurait été capable de le faire en quelques instants à peine. Mais, exceptionnel amant, il préférait faire durer l'affaire dans le temps, pour des effets décuplés. Ils avaient testé toutes sortes de choses ensemble, aussi joueur l'un que l'autre. Découpant un morceau de viande qu'il fourra dans sa bouche, la peau craquant sous la dent, alors que la chair fondait sur la langue, il décida de changer de sujet de conversation pour le moment.

- J'ai presque l'impression d'être revenu au château familial, avec un tel repas. Avec mes frères, on allait souvent à la chasse, ce qui permettait d'avoir du gibier sur la table le soir. Avec les forêts gibbeuses de nos terres, nous n'avions que l'embarras du choix."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Jeu 2 Fév - 23:47

Un mois après que Maven et Akeno aient passé leur première nuit ensemble, pas mal de choses avaient changé pour chacun d'eux. Déjà, ils se fréquentaient régulièrement, même en dehors des nuits qu'ils avaient toujours passé tous les deux depuis. L'un des plaisirs favoris de la panthère depuis peu était d'ailleurs de traîner au lit avec son amant jusqu'à la dernière minute, s'offrant même parfois le luxe d'une étreinte matinale. Autrement, ils passaient presque tout leur temps libre à parfois juste parler, se promener, ou se chamailler dans la neige, sous forme animale ou non... L'hiver touchant tout doucement à sa fin, Maven tenait à profiter du froid et de la poudreuse tant qu'ils étaient là.

Mais, s'ils s'entendaient merveilleusement bien et passaient des moments très agréables ensemble, cela troublait Maven plus qu'elle n'en profitait réellement. Elle n'y pensait pas tant qu'elle était en sa compagnie, trop occupée à savourer cette complicité particulière qu'elle n'avait jamais connue jusqu'alors. Mais lorsqu'ils devaient se séparer pour remplir leurs obligations chacun de leur côté, elle ressentait comme un vide difficilement supportable, et d'autant plus qu'elle n'en voyait pas la raison, et son esprit se trouvait bientôt envahi d'un milliard de questions, ce qui la contrariait au plus haut point.

Enfin, si, elle avait bien une petite idée sur la question. Car ses amies ne s'étaient pas privées de commenter sa relation avec le jeune homme aux cheveux blancs. Toutes s'accordaient évidemment à dire qu'elle était en train de tomber amoureuse, ce que la rouquine refusait d'admettre. Elle avait assez souffert de ses amours à sens unique pour se passer d'être déçue une fois de plus. Ils s'entendaient très bien, passaient des journées agréables et des nuits fantastiques ensemble, et c'était très bien comme ça, ça n'avait pas besoin d'aller plus loin. Du moins, elle le supposait... Elle l'espérait.

En tout cas, elle ne pensait pas vraiment à cela en ce début de soirée, assise dans un divan face à la cheminée dans les appartements d'Akeno. Ce dernier l'avait invitée à passer la fin de journée et la nuit dans ses appartements, proposition qu'elle avait acceptée avec plaisir, saisissant chaque occasion de passer un peu de temps avec lui. C'était comme ça, elle ressentait le besoin d'être avec lui. Mais elle n'était absolument pas amoureuse, n'est-ce pas. Simplement, très attirée par lui. Pour preuve, elle n'avait jamais cessé de le désirer même après leur première nuit d'amour, peu importe le nombre de fois qu'ils avaient couché ensemble ensuite. Et cela semblait réciproque...

Le comportement du tigre était d'ailleurs l'une des choses qui mettaient Maven mal à l'aise. Qu'ils soient seuls ou dans un couloir bondé de monde, il avait parfois envers elle de petites attentions qu'elle n'arrivait pas à interpréter. Des manifestations de son désir, avait-elle d'abord pensé. Mais à la réflexion, c'était parfois fait en toute innocence, juste comme ça, un petit câlin gentil, ou un baiser sur la joue, sans la moindre intention de l'aguicher. Comme c'était tout sauf déplaisant, elle le laissait faire, mais sans savoir où se mettre, ni si elle adoptait la bonne attitude en lui permettant ce genre de choses.

Après une fin de journée passée à discuter de tout et de rien, jouer aux cartes ou encore au dés, et se charrier comme des gamins, l'heure de passer à table n'allait pas tarder, et des petits coups à la porte firent dresser les oreilles à la panthère, qui commençait à avoir sérieusement faim. Akeno se leva pour aller ouvrir à ce qui s'avéra être effectivement les domestiques qui leur apportaient le dîner, et Maven l'imita pour s'étirer longuement.

Puis, pendant que les serviteurs s'affairaient à dresser la table, elle sentit soudain des bras qui l'enlaçaient par derrière. Le jeune homme attira la rouquine contre lui et dégagea sa tignasse rousse d'une épaule pour lui effleurer le cou de ses lèvres, avant d'y déposer un doux baiser. Voilà qu'il recommençait... Maven frissonna malgré tout, yeux fermés, et de plus belle lorsque les serviteurs furent partis et qu'il l'embrassa à nouveau, de manière un peu plus pressante cette fois, qui justifia ce qu'il lui souffla à l'oreille juste ensuite.


- Ça te dirait de mener un peu le jeu ce soir ?

- Si tu veux... Mais ne va pas t'en plaindre après.

Elle lui sourit par-dessus son épaule, sourire qu'elle maintint lorsqu'il la tourna pour lui faire face et l'embrasser. Baiser d'abord doux, qui se fit plus fiévreux ensuite. Puis il la relâcha pour plonger son regard dans le sien. Maven ne laissa rien paraître de son trouble, comme toujours, se concentrant plutôt avec amusement sur la tension soudaine qu'elle ressentit chez le jeune homme avant qu'il ne se dirige vers la table. Décidément, lui non plus n'était jamais rassasié d'elle... Elle le rejoignit à table quand il l'y invita en une petite déclaration charmeuse, et souleva la cloche de métal qui abritait son dîner. La panthère qui l'habitait se lécha les babines tandis qu'elle saisissait ses couverts pour couper un morceau de son marcassin grillé, et finalement le porter à sa bouche. Un régal sans nom...

- J'ai presque l'impression d'être revenu au château familial, avec un tel repas. Avec mes frères, on allait souvent à la chasse, ce qui permettait d'avoir du gibier sur la table le soir. Avec les forêts gibbeuses de nos terres, nous n'avions que l'embarras du choix.

La rouquine eut un petit sourire. Elle avait été assez surprise quand il lui avait avoué appartenir à une famille de nobles. Il n'avait pas vraiment l'attitude d'un fils de bonne famille... L'éducation mise à part, il se comportait plutôt comme un gamin immature, préférant s'amuser que de prendre la vie au sérieux. De ça, Maven ne pouvait pas le blâmer. Si elle était un peu plus posée que lui, un peu, elle n'aimait pas non plus se bourrer le crâne de problèmes superflus.

- Chez moi, ce genre de festin était assez rare... Mais j'ai aussi de bons souvenirs de parties de chasse, dans la montagne avec mon père. Il ne pouvait pas me laisser seule à la maison, alors il m'emmenait avec lui sur le Mont des Crocs. Une fois, il m'a lâchée des yeux seulement un instant, et ça m'a suffit pour m'éclipser cinq minutes et revenir sous ma forme de panthère pour déposer un gros lièvre à ses pieds. J'avais huit ans...

Elle rit doucement en repensant à son cher père, qui malgré la perte de sa femme, cette soudaine solitude, s'était accroché et avait tout fait pour rendre sa fille heureuse, et en faire une jeune femme épanouie... Ça n'avait pas été simple, d'élever seul cette petite panthère caractérielle. Et c'était tout à son honneur d'y être parvenu. Il avait avoué un beau jour que la seule chose qu'il espérait avoir en retour de la part de sa fille, était de beaux petits-enfants. On n'est pas pressés, hein...

Ils terminèrent tranquillement leur repas en continuant de discuter de tout et de rien, ce qui fit d'ailleurs tiquer légèrement Maven à un moment donné, lorsqu'elle se rendit compte qu'on aurait pu croire à un vieux couple, à les entendre parler et se chamailler comme deux vieux briscards. Quand elle eut fini de manger, elle prit congé la première pour se rendre dans la salle d'eau faire un brin de toilette. Elle avait monté à cheval toute la matinée et, de fait, avait la peau et les cheveux plein de la poussière des écuries. Ce n'était pas comme si elle s'était roulée dans le crottin, mais comme tout félin qui se respecte, elle détestait avoir l'impression d'être sale. Lorsqu'elle fut propre, elle ne prit pas la peine de se rhabiller, surtout considérant qu'elle n'aurait sans doute plus rien sur le dos d'ici quelques minutes de toute façon, et s'enveloppa simplement d'une grande serviette pour aller retrouver Akeno dans sa chambre à coucher, assis sur son lit à l'attendre tranquillement. Là, elle laissa glisser le drap de bain par terre, l'air de rien, et s'avança d'un pas volontairement lent vers lui, lui laissant tout le plaisir de la dévorer du regard, petite mise en bouche avant qu'il ne puisse goûter de nouveau à sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Ven 3 Fév - 18:47

Akeno dévora son dîner avec appétit. Il ne laissa pas une miette de tout ce qu'on lui avait apporté, depuis le plat jusqu'au fromage de chèvre et au pain, sans oublier les fruits secs et confits du dessert, le tout arrosé d'un bon vin. Quand ils eurent fini de manger tout en bavardant, et que Maven s'éclipsa dans la salle d'eau, il rappela les serviteurs pour qu'ils remportent les restes et les plats. Puis, il raviva le feu dans la cheminée avant de se rendre dans sa chambre, où il mit quelques bûchettes dans le poêle. Après quoi, il retira son haut pour rester torse nu, et s'installa sur le lit.

En attendant qu'elle arrive, il s'y étendit, songeur. Lui qui pensait rarement à l'avenir pour sa vie intime, depuis qu'il était l'amant de Maven, cela lui arrivait de plus en plus. Il se demandait jusqu'à quand cette relation allait durer, et il sentait son estomac se tordre quand il songeait qu'un autre pourrait l'avoir lui aussi quand ils ne seraient plus ensemble. Le tigre en lui se hérissait en grondant quand cette forme de jalousie l'envahissait. Lui qui n'avait jamais été très jaloux de ses conquêtes, peut-être parce qu'il n'en attendait rien, voilà qu'il le devenait. Mais qu'attendait-il de cette relation au juste? Qu'elle dure, déjà. De ça, il était sûr. Rien qu'à penser à elle, il sentait un feu brûlant envahir son corps, mais il n'y avait pas que ça. Il recherchait sa compagnie, s'ennuyant presque à mourir quand il était privé d'elle. Ethan en était venu à dire qu'ils avaient développé une relation fusionnelle... Peut-être n'avait-il pas tort. Entendant les pas de sa maîtresse s'approcher, il secoua la tête et se redressa, chassant tout ça de son esprit.

Elle se tint bientôt sur le seuil de la porte de la chambre, simplement enveloppée d'un drap de bain moelleux et épais. Rien qu'à la voir comme ça, le jeune homme sentit immédiatement le feu de son désir commencer à brûler. Cette sensation s'intensifia encore quand elle laissa tomber la serviette à terre, s'avançant vers lui pour le laisser se délecter de la vision de son corps nu. Il ne broncha pas, mais il sentit un frisson lui parcourir l'échine, et une sensation au creux de ses reins lui indiqua que sa virilité était déjà toute prête à remplir son rôle.

Il l'attira dans ses bras dès qu'elle fut suffisamment proche. Ses lèvres s'attardèrent en baisers fiévreux sur sa peau, puis sur ses lèvres. Il fit courir ses doigts le long de son dos, remontant en suivant la colonne vertébrale jusque dans son cou, où il les enfouit dans ses cheveux. Histoire de ne rien laisser au hasard, il s'occupa de sa poitrine à l'aide de baisers sensuels, sachant l'effet que ça aurait sur elle. Laissant une de ses mains enfouies dans ses cheveux, il fit lentement descendre l'autre dans le bas de son dos pour effleurer sa peau de caresses légères, presque de chatouilles. Il avait remarqué que c'était un endroit où elle était très sensible.

Il lui mordilla la peau de la gorge avant de la laisser le dévêtir. Quand elle eut envoyé ses vêtements valser plus loin, il l'étendit doucement sur le dos, gardant l'initiative au moins pour cette phase de préparation. Il avait effectivement prévu de la laisser diriger un peu plus les choses pendant leur étreinte qui suivrait. Même s'il n'allait pas rester oisif tout le temps pour autant... Il l'observa longuement en se mettant à quatre pattes au dessus d'elle, puis il se pencha pour lui dérober un baiser. Il continua ensuite en lui en déposant un entre les seins, puis sur le ventre, sous le nombril, et finalement il lui écarta doucement les cuisses pour continuer ses baisers un peu plus bas. Il s'occupa de son intimité avec délicatesse, grisé par les gémissements et les soupirs qu'elle émettait déjà.

Il resta comme ça un bon moment, ne s'arrêtant que quand il jugea qu'elle était assez préparée à le recevoir en elle. Il remonta au-dessus d'elle pour venir lui caresser le visage. Plongeant son regard dans le sien, il y lut le désir et le plaisir. Il eut un léger sourire, sentant un véritable feu lui dévorer la poitrine. Il était temps de passer aux choses sérieuses. Il s'étendit à côté d'elle sur le flanc, lui effleurant au passage les lèvres d'un baiser qu'il ne lui donna pas. Malicieux, il laissa deux doigts courir sur la peau de son ventre.


" Je te laisse faire maintenant. A toi de jouer...


Après une dernière caresse sur le flanc, il se tourna sur le dos pour la laisser prendre place sur lui. Il avait ainsi une vue délicieuse sur son corps, sur ses courbes parfaites et alléchantes. Il posa ses mains sur ses hanches alors qu'elle commençait à bouger et à onduler sur lui, profitant du spectacle et des sensations qu'elle lui transmettait. Il descendit lentement ses mains jusque sur ses cuisses dont il effleura doucement la peau de caresses légères. Il s'aventura dans le creux du genou, furtivement, sachant qu'elle aimait bien qu'il la touche à cet endroit là aussi. En à peine un mois, il la connaissait déjà par coeur.

Au bout d'un moment, il se redressa en position assise, afin que leurs corps se touchent, son ventre contre le sien, son torse contre sa poitrine. Il la laissa continuer à mener le bal, mais en envoyant ses reins à la rencontre de son corps quand elle bougeait, ce qui rendit leur étreinte plus intense. Ce faisant, il l'entoura de ses bras, la sentant tremblante de plaisir et d'effort, et il écarta ses cheveux d'une de ses épaules, afin de pouvoir embrasser et mordiller le creux de son cou. Il la sentit frémir violemment contre lui, et d'autant plus quand il descendit une de ses mains le long de sa colonne vertébrale pour revenir lui caresser le bas du dos. Puis, il posa son front contre le sien, la regardant alors qu'elle fermait les paupières en gémissant. Elle avait le souffle encore plus court que lui, il le sentait sur son visage, et sa peau était trempée de sueur.

Avant qu'elle ne s'épuise totalement à la tâche, ou qu'elle ne précipite leur envol vers le septième ciel, il la reprit dans ses bras et se retira le temps de l'étendre sur le lit. Puis, il prit place au-dessus d'elle et entre ses cuisses, avant de se fondre en elle. Il voulait lui donner encore plus de plaisir, et la finir dignement. Il ne mit pas bien longtemps à se retrouver aussi dégoulinant de sueur qu'elle l'était, et il glissa doucement ses mains dans les siennes, qu'il lui fit poser de part et d'autre de sa tête sur l'oreiller. Il fit augmenter doucement le rythme de leur étreinte, la sentant parfois se tendre sous lui. Elle ne serait plus très longue à venir, et lui non plus.

Pourtant, ils tinrent encore à ce rythme quelques longues minutes. Akeno libéra ses mains des siennes pour donner des coups de reins plus vifs, et intensifier encore l'ardeur de ses va-et-vient, même s'il avait l'impression que son coeur allait exploser. Sous lui, Maven avait fermé les yeux, les poings serrés sur les draps, gémissant à chacune de ses poussées. Il posa ses mains de part et d'autre de sa tête, puis se baissa pour prendre appui sur ses avant bras, et pas seulement sur ses poignets, ce qui soulagerait un peu la pression et rendrait le tout moins douloureux pour lui. Ce faisant, il s'enfonça un peu plus loin, alors que leurs poitrines se touchaient, et que leurs visages étaient si proches l'un de l'autre qu'ils sentaient le souffle de l'autre sur leur peau. Souffle bien saccadé dans un cas comme dans l'autre, par ailleurs.

Ce fut là qu'il la sentit se tendre violemment sous lui, signe qu'elle avait atteint le point de non-retour. Alors qu'elle se contractait sur sa virilité, il sentit la boule de chaleur au creux de ses reins exploser. Elle se cambra contre lui en atteignant le septième ciel, criant son plaisir au point qu'elle aurait pu le rendre sourd s'il ne s'était pas lui-même redressé au même instant, l'accompagnant dans son envol. Tendu comme la corde d'un arc, il jouit en elle, sans se retirer, tremblant comme une feuille, les larmes au yeux. Il laissa échapper un râle, accompagné par quelque chose d'inattendu.


- Maven... Je t'aime...

Une fois vidé, il se détendit légèrement, haletant et trempé, et il se retira en se laissant rouler sur le flanc, à bout de forces. Il avait été particulièrement fougueux cette nuit, plus encore que d'habitude, sans même y penser. Il resta immobile un bon moment, avant de se décider à poser délicatement une main sur la peau du ventre de sa partenaire. Elle tremblait comme une feuille, ravagée par le plaisir comme elle l'avait été. Il ne l'avait encore jamais vue prendre autant son pied que cette nuit-là, jusqu'à présent.

- Par les dieux..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Sam 4 Fév - 0:31

Maven se laissa faire avec plaisir quand Akeno l'attira dans ses bras pour la caresser et l'embrasser copieusement, avec toute la douceur mêlée de fièvre qu'elle lui connaissait, malgré la puissance de son désir pour elle. Le visage enfoui dans sa poitrine, qu'il couvrait de baisers, il fit courir une de ses mains jusqu'au bas de son dos, lui arrachant déjà un soupir satisfait. En un mois à peine, il la connaissait déjà mieux que tous ses précédents amants réunis, et savait exactement quoi faire pour lui faire tourner la tête, ce à quoi il s'appliquait tout particulièrement, et avec un succès indéniable...

Tâchant de ne pas se laisser trop déstabiliser par les habiles manipulations de son amant, la jeune femme s'attela plutôt à lui retirer le peu de vêtements qu'il lui restait quand il lui en laissa l'occasion, ce qu'elle fit lentement et en dévorant sa peau de petit baisers. Mais aussitôt eut-elle envoyé son pantalon à l'autre bout de la chambre qu'il la saisit tout doucement pour la la coucher sur le dos, avant de venir se placer à quatre pattes au-dessus d'elle. Il la regarda un instant sans rien faire, puis finalement se pencha pour l'embrasser sur les lèvres, puis de descendre ainsi le long de son corps pour enfin lui écarter doucement les jambes afin de poursuivre ses baisers au niveau de son intimité. Il s'y attela pendant un moment, faisant déjà soupirer plus profondément sa partenaire.

Tout juste quand celle-ci commençait à s'impatienter, plus que prête à enfin passer aux choses sérieuses, il cessa son petit manège pour revenir au-dessus d'elle, lui caressant le visage au passage, esquissant un sourire tandis qu'il la regardait dans les yeux, lesquels devaient éminemment trahir le feu qui consumait Maven de l'intérieur, et la force du désir qu'elle ressentait en cet instant, encore augmenté par les douces caresses du jeune homme. Ce dernier se laissa finalement choir aux côtés de sa maîtresse, couché sur le flanc, et approcha ses lèvres des siennes, sans lui donner toutefois le baiser qu'elle attendait. Il restait joueur, même dans ce genre de moments...


- Je te laisse faire maintenant. A toi de jouer...

Ce disant, il lui avait effleuré le flanc d'une dernière caresse avant de se tourner sur le dos. Maven ne se fit pas prier pour se redresser, brûlante de désir, et venir se positionner sur lui. Elle se fit un peu prier d'abord, se contentant d'appuyer son entrejambe contre la virilité du jeune homme et d'onduler lascivement le bassin. Et enfin, n'y tenant plus, elle finit par s'empaler sur lui, doucement pour ne pas les blesser l'un comme l'autre, avec un gémissement de plaisir pur. Elle resta immobile un petit instant, le temps de s'habituer, avant de commencer à se mouvoir lentement.

Pendant ce temps, Akeno lui avait posé les mains sur les hanches et se délectait du spectacle, qui semblait le ravir. Il ne resta pas totalement inactif cependant, venant faire courir ses doigts sur les cuisses de la rouquine, et même dans le pli d'un genou, la faisant frissonner violemment. Il la connaissait vraiment parfaitement... Il se redressa en position assise au bout d'un moment, faisant se rencontrer leurs peaux. Celle de Maven était couverte d'une fine pellicule de sueur, et d'autre part, son souffle se faisait de plus en plus court.

Elle lâcha un hoquet de surprise quand son amant donna un coup de rein synchronisé avec son mouvement, tout en la prenant dans ses bras. Il se cala ainsi sur le rythme de la jeune femme, augmentant encore l'intensité de ses plaintes de plaisir. Les baisers dans le cou et les caresses dans le bas du dos qu'il lui donna dans le même temps n'arrangèrent rien à son état. Elle avait à présent la sensation de mourir de chaud, et l'impression que son cœur pourrait bien s'arrêter à force de battre si vite. Quand son amant appuya son front contre le sien, elle voulut ouvrir les yeux pour le regarder, mais la sensation que lui procura une nouvelle ondulation la força à clore les yeux tout en soupirant de plus belle.

Puis, sans prévenir, Akeno se dégagea, arrachant un geignement de protestation à sa maîtresse, lequel fut bien vite suivi par un autre, de satisfaction cette fois, lorsqu'il se glissa en elle après l'avoir délicatement étendue sur le dos, reprenant les rênes des opérations. Il se saisit doucement des mains de Maven, qu'il amena de part et d'autre de la tête de celle-ci, tout en ondulant contre elle avec une fougue que la panthère ne lui avait jamais connu jusqu'alors, si bien qu'il était déjà autant en sueur qu'elle. Quelque chose semblait le porter subitement, alors qu'il donnait plus de rythme et d'ampleur à ses mouvements, faisant bientôt sentir à la jeune femme qu'elle ne tiendrait plus longtemps.

Cependant, leur étreinte se fit plus intense encore quand il relâcha ses mains pour lui donner encore davantage. Le regard de Maven se voilait de larmes de plaisir, et elle croyait qu'elle allait finir par perdre la voix, ne contrôlant plus rien des gémissements qui s'échappaient de sa gorge. Elle put sentir le cœur d'Akeno résonner avec le sien et son souffle saccadé lorsqu'il prit appui sur ses avant-bras, littéralement couché sur elle, pour s'enfoncer encore plus en elle.

La chaleur dans le corps de la jeune femme explosa à cet instant, et elle serra les draps qu'elle avait entre les mains à s'en blanchir les jointures des articulations tout en se cabrant sous son partenaire, avec un cri qui lui sortit du fond des tripes, si puissant qu'il en semblait irréel. Au même moment, Akeno se redressait d'un coup, jouissant au plus profond de Maven, qui sentit une nouvelle vague de chaleur la submerger en sentant cela, et poussant un râle rauque, des larmes perlant au coin de ses yeux clos.


- Maven... Je t'aime...

Maven ne comprit d'abord pas ce qu'il avait dit, l'esprit embrumé, tremblant encore du plaisir qui l'avait fauchée un instant plus tôt. Elle ne commença à réaliser que lorsqu'il se retira après s'être vidé pour rouler sur le côté, le souffle aussi court qu'elle. C'est d'ailleurs surtout pour cela qu'elle ne fit pas de commentaire dans un premier temps, même quand il lui posa une main délicate sur le ventre, la respiration trop saccadée pour articuler quoi que ce soit.

- Par les dieux...

Elle se tourna vers lui, sa poitrine se soulevant encore de manière très irrégulière, pour chercher un quelconque indice sur son visage qui irait de paire avec ce qu'elle avait cru entendre de sa bouche, mais rien. Il avait simplement l'air épuisé, quoi de plus légitime avec ce qui venait de se produire... Elle n'était pas vraiment en meilleur état. En fait, il n'avait même pas l'air de s'être rendu compte d'avoir dit quelque chose. Maven ferma les yeux le temps de reprendre son souffle, n'esquissant même pas un geste envers son amant, dans les bras duquel elle s'empressait de se lover après l'amour, d'ordinaire. Quand elle eut retrouvé un rythme respiratoire à peu près normal, elle se redressa, et considéra Akeno d'un regard interrogateur, et, il fallait bien le dire, inquiet.

- Akeno... Qu'est-ce que tu as dit, tout à l'heure ? Que tu m'aimais ?

Peut-être avait-il laissé échapper cela comme ça, dans l'ivresse du moment, inapte à contrôler ce qu'il pensait et donc, encore moins ce qu'il disait... Mais Maven avait bien du mal à tolérer que l'on dise ce genre de choses en l'air, surtout la concernant. Des mots, rien que des mots, qui pouvaient tellement faire de mal pourtant. Et s'ils lui faisaient mal, c'est qu'on ne les lui avait jamais dits auparavant. Elle s'y était bien essayée, de son côté, mais avait toujours essuyé un violent revers, à chaque fois assorti de moqueries. Elle n'était qu'un amusement, un bon coup au lit, et ça s'arrêtait là. Et elle ne voyait pas pourquoi ce serait différent pour Akeno.

- Ne dis jamais ça en l'air. Ne me dis jamais ça, si tu ne le penses pas. Je ne vois pas comment tu pourrais m'aimer. Je ne suis qu'un divertissement agréable sous la couette, et ça s'arrête là. Si c'est pour te moquer de moi, on peut aussi bien en rester là.

Le regard qu'elle posa sur lui cette fois était à la fois empli de sévérité et de tristesse, mais elle conservait une voix égale, du moins, autant qu'elle pouvait l'être après cette fantastique coucherie. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas pleuré. Mais son cœur était malgré tout serré. C'était particulièrement douloureux cette fois. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'elle se sentait si mal ? Elle savait très bien pourquoi, mais n'avait jamais voulu se l'avouer. Elle souhaitait simplement être à lui, pas seulement en tant que maîtresse, et le garder pour toujours rien qu'à elle. Passer son temps avec lui sans qu'on la regarde de travers comme la "putain d'Akeno", comme elle avait pu l'entendre.

- On m'a toujours renvoyé mon amour à la figure, je ne vois pas pourquoi ça changerait. Ne me fais pas souffrir encore de me faire croire à quelque chose qui n'est pas vrai. Parce que moi je t'aime, Akeno. Je ne voulais pas t'aimer, mais c'est plus fort que moi.

Elle détourna le regard, sentant des larmes monter jusqu'à ses yeux pour la première fois depuis longtemps, mais les refoula tant bien que mal. Elle ne pensait même plus à tout les indices qu'il avait pu lui laisser quand à la véracité de sa déclaration, trop interdite, ne pouvant y croire. Lentement, elle esquissa un mouvement vers le bord du lit pour se lever. Ses gestes étaient incertains, comme elle était encore sous le coup de leur étreinte passionnée.

- Je ferais mieux de partir, je t'ai assez ennuyé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Sam 4 Fév - 10:32

Akeno resta immobile, attendant que les battements furieux de son coeur contre ses côtes se calment, reprennent un rythme normal. Le feu dans ses veines s'apaisait peu à peu, le laissant avec des membres de plomb. Il s'était rarement senti aussi épuisé après l'amour, mais il avait été emporté par une fièvre violente qui les avait comblés tous les deux. Il ferma un instant les yeux, prêt à s'endormir sur le champ, mais il les rouvrit quand il entendit Maven lui parler.

" Akeno... Qu'est-ce que tu as dit, tout à l'heure ? Que tu m'aimais ?

Pour le coup, son esprit entier se focalisa sur cette demande. Oui, que lui avait-il dit? Son esprit s'était trouvé totalement embué par le plaisir, et cette déclaration lui avait jailli du fond des tripes au moment de rendre grâce. Il resta pensif un moment. L'aimait-il? Il n'avait jamais aimé une femme jusque là. Tout au plus leurs corps, et il s'arrêtait à du simple respect. Mais avec elle... c'était différent. Il brûlait tout entier dès qu'il était avec elle, et ne se sentait pas très bien quand il en était séparé. Est-ce que c'était ça, l'amour? Cette envie qu'il avait de la garder pour lui, rien que pour lui, pour toujours? De ne jamais la lâcher, de partager sa vie avec elle? Peut-être de... l'épouser, de fonder une famille, comme Ethan le lui avait dit si souvent? Il la regarda sans rien dire, tentant de se l'imaginer, la bague au doigt, le ventre enflé par la grossesse. Cette perspective n'avait rien d'horrifiant pour lui, et c'était bien la première fois... Il ouvrit la bouche pour répondre, mais elle ne lui en laissa pas le temps, et il la referma.

- Ne dis jamais ça en l'air. Ne me dis jamais ça, si tu ne le penses pas. Je ne vois pas comment tu pourrais m'aimer. Je ne suis qu'un divertissement agréable sous la couette, et ça s'arrête là. Si c'est pour te moquer de moi, on peut aussi bien en rester là.

Il avait un peu de mal à suivre le cours de ses pensées, et se contenta de hausser les sourcils. "En rester là", comme elle le disait, lui était parfaitement intolérable. Rien qu'à y penser, il se sentait frustré. Quant au regard qu'elle posa sur lui, il ne le comprit pas tout à fait. Ne voulait-elle pas de son amour? Ou bien était-ce tout le contraire? Il avait un peu de mal à ne pas s'y perdre. En tous les cas, un divertissement agréable sous la couette, elle l'était en effet... Mais pour lui, c'était bien plus que ça. Quand ils s'étreignaient avec passion, ne formant plus qu'un, il se sentait... complet. Entier. Malgré ses muscles de plomb, il eut envie de la prendre contre lui pour l'embrasser jusqu'à mourir d'épuisement, mais il ne broncha pas.

- On m'a toujours renvoyé mon amour à la figure, je ne vois pas pourquoi ça changerait. Ne me fais pas souffrir encore de me faire croire à quelque chose qui n'est pas vrai. Parce que moi je t'aime, Akeno. Je ne voulais pas t'aimer, mais c'est plus fort que moi. Je ferais mieux de partir, je t'ai assez ennuyé...

Pour le coup, le jeune homme resta assez étonné pour se figer. Ainsi, si elle l'aimait, cela changeait tout. Mais encore une fois, il n'eut pas le temps de parler avant qu'elle ne se détourne. Il crut discerner des larmes qui embuaient ses yeux. Il se demanda furtivement comment une si belle nuit pouvait finir sur des pleurs de chagrin, et le tigre en lui battit de la queue d'un air impatient. Elle annonça son départ en esquissant un mouvement encore maladroit pour se lever, son corps ne s'étant pas encore remis du plaisir intense qui l'avait ravagée un peu plus tôt.

Tandis qu'elle se redressait en position assise, son amant bougea lui aussi, rassemblant sa volonté pour mouvoir ses membres gourds. Avant qu'elle n'ait pu se lever, il la retint par le bras, avant d'entourer sa taille d'un bras puissant, se collant contre son dos. Il repoussa ses cheveux sur les côtés pour dégager sa nuque, sur laquelle il posa les lèvres. Il la tint ainsi serrée tout contre son corps, trempés qu'ils étaient tous deux. Elle ne pouvait même pas se débattre. Même en temps normal, il était bien plus fort qu'elle, et en cet instant, elle n'était pas au mieux de ses capacités.


- Attends, ne pars pas. Si tu me laissais une chance de m'expliquer?

Il l'embrassa tendrement sur la nuque, et il sentit un violent frisson lui parcourir le dos. Son désir pour elle était encore capable de se réveiller, même dans l'état de fatigue dans lequel il se trouvait... Mais ce n'était pas le moment pour ça. Pas tout de suite. Peut-être après, quand la situation se serait clarifiée, s'ils en étaient tous les deux capables... Il la serra un peu plus fort contre lui, sans violence et sans lui faire mal. Comment expliquer à une femme la place qu'elle occupait dans son coeur quand on n'avait encore jamais éprouvé tout ça? Ethan aurait su le faire, lui. Il avait fait une belle déclaration d'amour dans les règles à Selenia. Alors que lui... il avait lâché les mots fatidiques en pleine jouissance. C'était un peu moins romantique...

- Je n'ai jamais aimé de femme, avant. Ethan dit que c'est parce que je ne suis pas assez "sérieux" pour le faire. Ce n'étaient que des partenaires d'une ou plusieurs nuits, des femmes que je respectais, mais sans plus. Mais avec toi, c'est différent.

Peut-être que le plus simple était de ne pas trop réfléchir. De dire simplement ce qu'il ressentait. De lui traduire ce brasier qui le dévorait dès qu'il posait les yeux sur elle, et qui n'était pas que du désir. Il la retourna doucement pour qu'elle lui fasse face, l'entraînant à nouveau au milieu du lit. Il passa délicatement les doigts dans sa tignasse rousse, dans une douce caresse. Il avait à la fois tout et rien à lui dire, à lui montrer. Il aurait été capable de laisser totalement parler son corps, mais elle avait besoin de mots. Alors il les lui offrit.

- J'ai envie de te garder pour moi, et rien que pour moi, pour toujours. De me réveiller tous les matins en te voyant dans mon lit, de m'endormir tous les soirs avec ton corps blotti contre le mien, dans mes bras. Rien qu'à l'idée qu'un autre puisse poser ne serait-ce qu'un doigt sur toi, j'ai envie de tuer. Tu es la femme la plus fascinante que j'aie jamais rencontré... Tu es la seule femme pour moi, dans tout Lytsoul, et même dans le monde entier. Il n'y a que toi...

Les battements de son coeur, qui s'étaient calmés, s'étaient à nouveau intensifiés. Il espérait dire les bons mots, la convaincre que ce qui lui avait échappé pendant l'amour était vrai. Sans doute tout cela était un peu maladroit, mais il voulait vraiment lui faire comprendre ce qu'elle représentait maintenant pour lui. Ce n'était pas une déclaration d'amour de fils de bonne famille, ni même une qui respectait la tradition. Juste la sienne, bien à lui, un peu maladroite. La main dans ses cheveux descendit lentement en une caresse légère le long de sa mâchoire, son autre bras toujours passé autour de sa taille pour la retenir contre lui. Il la regarda dans les yeux, ayant parlé avec son coeur, sincère jusqu'au bout des griffes.

- Je t'aime. Je t'aime comme un fou. Alors je t'en prie, reste avec moi..."

Il avait soufflé ces derniers mots en approchant ses lèvres des siennes. Intérieurement, il hésita un instant. Extérieurement, il n'hésita pas une seule seconde. Il l'embrassa tendrement, langoureusement, caressant ses lèvres du bout de la langue avant d'aller trouver la sienne. Il ne pouvait pas faire mieux que ça, à moins de demander à son ami de l'aide pour quelque chose de plus conventionnel, le lendemain. Mais il n'était pas certain que cela lui correspondrait. Ni que cela serait vraiment ce que Maven voulait entendre. Il n'avait plus qu'à attendre sa décision, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Dim 5 Fév - 22:37

Maven mis un certain temps avant de réussir à s'asseoir, littéralement à bout de forces. Elle avait l'impression que tout son corps s'était engourdi. Et son esprit ne valait pas vraiment mieux. Maintenant qu'elle s'était résignée à s'avouer à elle-même les sentiments qu'elle éprouvait pour Akeno, c'était encore plus difficile pour elle de supporter ne serait-ce que l'idée qu'il ne veuille pas d'elle. Jamais elle n'avait aimé quelqu'un aussi profondément. Les fois précédentes, c'était plus de l'attachement naïf qu'autre chose, l'impression que quelque chose la liait à l'autre.

Or, dans le cas d'Akeno, elle avait le sentiment que le laisser là, derrière elle, équivaudrait à lui retirer une partie de son âme. Mais elle ne pouvait pas le forcer à l'aimer... Alors qu'elle parvenait enfin à s'asseoir, elle sentit la main du jeune homme saisir doucement son bras pour l'attirer contre lui, entourant sa taille d'un bras puissant. Elle ne chercha pas à se dégager, trop épuisée pour cela, et trop intriguée par ce geste, qui n'était pas du genre de ceux que l'on faisait pour rejeter quelqu'un. Un long frisson la parcourut quand il vint presser ses lèvres contre sa nuque après l'avoir dégagée de son épaisse chevelure rousse.


- Attends, ne pars pas. Si tu me laissais une chance de m'expliquer ?

La jeune femme se tendit un peu malgré elle lorsqu'il lui déposa un tendre baiser sur la nuque tout en lui demandant de rester. Son ton était doux, empli de tendresse et rassurant. Mais elle ne savait pas comment y réagir. C'était la première fois qu'elle n'avait pas à encaisser un rejet clair et net après qu'elle se soit déclarée, et elle n'avait aucune idée de l'attitude à adopter dans ce cas, tout simplement parce qu'elle n'avait jamais envisagé cette possibilité. Et qu'elle n'avait même pas prévu de tomber amoureuse, de toute façon. Elle le sentit frémir contre elle tout en la serrant un peu plus fort contre lui, mais toujours avec une infinie douceur, qui la décontenança encore davantage.

- Je n'ai jamais aimé de femme, avant. Ethan dit que c'est parce que je ne suis pas assez "sérieux" pour le faire. Ce n'étaient que des partenaires d'une ou plusieurs nuits, des femmes que je respectais, mais sans plus. Mais avec toi, c'est différent.

Il la retourna doucement, de manière à ce qu'elle lui fasse face, et elle ne put que le regarder, interdite. "Différent" ? Que voulait-il dire par là ? Elle sentit son cœur s'emballer tandis que son regard était plongé dans les yeux infiniment bleus d'Akeno, qui fit doucement glisser les doigts d'une main dans sa longue chevelure de feu. Tout la portait à croire que... Non, elle devait pas se mettre à espérer comme une gamine stupide. Mais pourtant, ce regard...

- J'ai envie de te garder pour moi, et rien que pour moi, pour toujours. De me réveiller tous les matins en te voyant dans mon lit, de m'endormir tous les soirs avec ton corps blotti contre le mien, dans mes bras. Rien qu'à l'idée qu'un autre puisse poser ne serait-ce qu'un doigt sur toi, j'ai envie de tuer. Tu es la femme la plus fascinante que j'aie jamais rencontré... Tu es la seule femme pour moi, dans tout Lytsoul, et même dans le monde entier. Il n'y a que toi... Je t'aime. Je t'aime comme un fou. Alors je t'en prie, reste avec moi...

Tout en parlant d'une voix douce, il fit descendre sa main qui était perdue dans la tignasse rousse de la jeune femme jusqu'à la mâchoire de celle-ci pour la caresser tendrement, la tenant toujours fermement contre lui, et son regard toujours plongé dans le sien. Maven crut que son cœur allait finir par percer sa poitrine tant il battait fort. Akeno ne mentait pas, elle pouvait le lire dans ses yeux, sa voix, et le sentir à sa façon de la serrer ainsi dans ses bras. Mais elle n'arrivait pas à y croire, c'était insensé, trop beau pour être réel...

Alors, comme pour achever de la convaincre, il vint poser doucement ses lèvres sur les siennes pour l'embrasser langoureusement, avec une passion que la rouquine n'avait jamais connue, qui la fit totalement fondre, l'obligeant à se pendre à son cou tandis que des larmes lui perlaient au coin des yeux, non pas de tristesse comme elles le menaçaient avant, mais d'émotion. Bien que secouée par le bonheur qui la touchait sans qu'elle s'y soit attendue, elle rendit son baiser à Akeno avec fougue et tendresse, et le fit durer jusqu'à ne plus avoir de souffle, sentant malgré sa fatigue son bas ventre frémir de nouveau de milliers d'étincelles. Lorsqu'elle relâcha enfin ses lèvres, elle vint se musser contre lui en tremblant légèrement.


- Je suis ridicule, vraiment. Excuse-moi d'avoir réagi comme ça, c'est juste que... J'avais tellement peur de t'aimer, de peur que tu me rejettes. Mais je n'ai jamais pu lutter contre, en réalité...

Elle le relâcha et effleura timidement sa joue d'une caresse, peinant à croire que pour une fois, ses sentiments étaient réciproques. Cependant, il lui avait fait comprendre, à sa manière, qu'elle n'avait pas à avoir le moindre doute à ce sujet. Pourtant, avec le recul, c'était d'une évidence tellement flagrante qu'elle se sentait vraiment bête. Aucun homme ne l'avait jamais traitée avec autant de douceur et de respect, ni n'avait autant recherché sa compagnie. Toujours maladroite, mais laissant enfin parler son cœur, Maven vint chercher les mains d'Akeno, glissant ses doigts entre les siens.

- Je... n'ai jamais ressenti ça pour personne. Je n'ai jamais eu autant envie d'être avec quelqu'un, et au fond, je n'ai jamais su ce que je voulais vraiment. Mais maintenant je sais. Je te veux toi, rien qu'à moi, pour toujours... Je t'aime Akeno...

Sur ces mots, elle reprit ses lèvres avec amour, avant de se laisser doucement retomber sur le dos, l'entraînant avec elle. Elle le serra contre elle en l'embrassant comme si sa vie en dépendait, et c'était un peu le cas d'ailleurs, lui caressant le dos qu'elle sentit encore humide de la sueur de leurs ébats qui avaient précédés. Le contact de leurs peaux nues la fit frissonner de plus belle, mais malheureusement, elle se sentait bien trop fatiguée pour sceller leur amour d'une nouvelle étreinte. Mais si de son côté Akeno en ressentait éventuellement le besoin, elle trouverait bien les forces nécessaires...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   Dim 5 Fév - 23:05

Akeno fut soulagé quand Maven répondit à son baiser avec tendresse et passion. Un signe qu'il avait dit les mots qu'il fallait, et qu'il avait agi comme elle l'attendait. En se levant ce matin là, il ne s'était absolument pas douté que la journée finirait de cette façon. Il ne savait même pas qu'il était amoureux, d'ailleurs... Il venait de le découvrir réellement seulement quelques instants plus tôt. Tomber fou amoureux en un mois à peine... Il n'aurait jamais cru ça possible, à part dans les quelques livres qui alimentaient les rêveries des femmes, surtout dans le milieu de la noblesse.

" Je suis ridicule, vraiment. Excuse-moi d'avoir réagi comme ça, c'est juste que... J'avais tellement peur de t'aimer, de peur que tu me rejettes. Mais je n'ai jamais pu lutter contre, en réalité... Je... n'ai jamais ressenti ça pour personne. Je n'ai jamais eu autant envie d'être avec quelqu'un, et au fond, je n'ai jamais su ce que je voulais vraiment. Mais maintenant je sais. Je te veux toi, rien qu'à moi, pour toujours... Je t'aime Akeno...

La rouquine l'embrassa à nouveau, et il se laissa faire volontiers. Elle avait glissé ses mains dans les siennes avant de se laisser retomber sur le dos en l'entraînant avec elle. Alors qu'elle le serrait contre elle en lui caressant le dos, il sentit une étincelle de désir renaître en lui. Cependant, vu son état de fatigue qui l'engourdissait tout entier, cela ne fut pas suffisant pour susciter une quelconque réaction de la part de son corps. Ils allaient donc devoir finir la nuit sagement, et remettre leur prochaine étreinte au lendemain, quand tous les deux auraient récupéré... Il l'observa un moment en prenant appui sur ses avant-bras, un petit sourire au coin des lèvres.

- Peut-être qu'on pourrait vivre ensemble, dans ces conditions. Mes appartements sont légèrement plus spacieux que les tiens, et je pense que je pourrais me faire violence pour supporter ta présence en continu sur mon territoire...

Il vint lui mordiller les lèvres avec espièglerie. Si déjà ils en étaient là, il aimait autant ne pas faire les choses à moitié, et ne plus se priver d'elle du tout. Cela voulait évidemment dire qu'il faudrait aller en parler avec l'intendant qui gérait les logements des Métamages, et procéder à un déménagement. Avec de la bonne volonté, cela ne prendrait pas trop de temps... Et puis, il pensait que cela serait mieux pour tous les deux de vivre dans les appartements les plus grands, et les plus confortables.


- Je suis désolé si tu espérais encore quelque chose cette nuit, mais je crois que mon corps abandonne. Si on se contentait de dormir?

Le jeune homme sentait ses paupières se faire de plus en plus lourdes, et le sommeil le tirer à lui avec ses doigts invisibles. En général, il s'endormait comme une masse après l'amour. Là, il avait été retenu dans son écroulement par quelques affaires de coeur assez urgentes, mais le besoin de dormir se faisait sentir de plus en plus nettement. Il donna un baiser à celle qui serait désormais sa compagne, et qu'il n'avait plus l'intention de lâcher. Non pas qu'il avait l'intention de changer avec cette évolution dans sa vie... Pas tout de suite en tout cas, le temps des responsabilités viendrait bien assez tôt, et il était ce qu'il était après tout, non?

Il se laissa rouler doucement sur le flanc. Le feu dans le poêle s'était éteint depuis un petit moment, faute d'entretien et d'alimentation, et il faisait de plus en plus frais dans la chambre. Il le remarquait maintenant aux frissons qui hérissaient sa peau. Il était trop fatigué pour se lever, il se contenta donc d'ouvrir les draps pour que tous deux puissent se glisser à l'intérieur, au chaud. Leurs corps avaient déjà chauffé le lit, ce qui leur permit de ne pas trouver des draps gelés. Il referma les couvertures sur eux avant de passer ses bras autour du corps de Maven.


- Bonne nuit, mon amour..."

Il s'était un peu inspiré de ce qu'il avait entendu dans la bouche d'Ethan à l'attention de Selenia. Son ami n'était jamais avare de mots tendres, et il les avait souvent entendus, mais cela sonnait étrangement dans sa propre bouche... Il fit un petit baiser dans le cou de la rouquine avant de poser son menton sur sa tête et de fermer les yeux. Ce fut très rapidement comme si on lui avait collé un coup de massue derrière le crâne. Il s'endormit comme une masse, et n'étant pas du tout un lève-tôt, il ne se leva que très tard le lendemain matin, presque à l'heure du repas de midi. Plaisir suprême, sa belle était toujours lovée dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus qu'une affaire d'hormones [Privé Maven Danehill]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Est du royaume de Magikheart :: Lytsoul, fief des Métamages :: Appartements des Métamages-
Sauter vers: