Magic RPG 2.0

Version 2.0 du forum Magic RPG, un monde fantasy revu et corrigé s'offre à vous pour de nouvelles aventures palpitantes!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Lun 6 Fév - 21:48

Maven s'éveilla lentement, entrouvrant légèrement les yeux pour se donner une idée de l'heure qu'il était. Le soleil était encore bas, apparemment, elle n'était donc pas en retard. Parfait, très bonne excuse pour traîner au lit. Elle s'étira voluptueusement comme la panthère qu'elle était, dénouant ses muscles engourdis, et se tourna sur le côté. Un large sourire étira ses lèvres. Akeno dormait encore profondément, un côté du visage enfoncé dans son oreiller, l'air paisible.

Cela faisait maintenant près d'un mois et demi qu'ils étaient en couple, et plus seulement amants. La nouvelle avait rapidement fait le tour de leurs connaissances respectives, et bientôt, celui du château. Il fallait dire qu'ils n'avaient rien fait pour se cacher, au contraire. Si Maven éprouvait surtout un réel besoin de se lover dans les bras de son tigre et de l'embrasser tendrement, quel que soit le lieu où ils se trouvaient et le moment de la journée, elle n'hésitait pas à en rajouter une couche lorsque des admiratrices de son homme se trouvaient dans les parages, histoire de les faire enrager. Akeno trouvant ça tout aussi amusant, il y mettait aussi son petit grain de sel, parfois...Le moment le plus hilarant que la rouquine avait noté jusqu'alors était un élan de désir de son compagnon, qui l'avait entraînée à sa suite dans un coin de couloir sombre et apparemment désert. Le hasard avait voulu qu'Hariem passe par là avec son escorte de dindes, les surprenant en pleine action. La tête qu'elle avait tiré avait valu un fou rire mémorable à Maven, qui aurait eu bien du mal à se reconcentrer sur son activité première si Akeno n'avait pas été un si bon amant...

Par ailleurs, le temps n'avait pas eu raison des sentiments des deux tourtereaux. Au contraire, Maven avait l'impression que son amour pour le beau Métamage se renforçait de jour en jour, à mesure qu'elle découvrait les joies d'un amour partagé, et qu'on lui témoignait sans relâche. A la demande d'Akeno, la jeune femme, après avoir fait les démarches nécessaires auprès des intendants, s'était installée dans les appartements de celui-ci, où elle se sentait déjà comme chez elle à force d'y avoir été invitée. Si elle n'avait pas hésité un seul instant à s'installer avec lui, ça lui avait tout de même fait un peu drôle au début, mais le fait d'avoir pu ramener ses quelques meubles et ses affaires avait aidé à ce qu'elle s'acclimate, et elle se sentait maintenant parfaitement bien, chez "eux".

En cette belle journée de printemps, qui avait fini par chasser un hiver particulièrement rigoureux, le jeune couple avait prévu de partir vers les terres du Nord pour rendre visite au père de Maven. Elle ne l'avait pas vu depuis un certain temps, et avec l'arrivée de la belle saison, la glaciale région nordique était devenue plus accessible. Et, tant qu'à faire, elle avait proposé à son compagnon de l'accompagner. De toute façon, elle se voyait mal se séparer de lui pour plusieurs jours... Rien qu'une heure lui suffisait pour que le manque s'exprime. Cette forte dépendance ne lui plaisait pas beaucoup, mais d'un autre côté, elle ne pouvait pas tellement lutter contre...

En revanche, elle n'avait absolument pas parlé du jeune homme à son père dans ses correspondances, n'en ayant pas franchement eu le temps. Elle n'avait pas pour habitude de lui raconter ses exploits au lit avec ses amants, et trop peu de temps s'était écoulé depuis qu'elle et Akeno s'étaient dévoilé leur amour pour l'avertir. Ça lui ferait une sacrée surprise, lui qui désespérait que sa fille adorée se trouve enfin un homme digne d'elle... Et ça, Akeno l'était, sans le moindre doute. Doucement, Maven amena sa main sur la joue du bel endormi pour la caresser avec tendresse. Il n'était pas tard, mais le temps qu'il émerge, il valait mieux le réveiller maintenant. En bon tigre qui se respecte, il avait un sommeil de plomb, et avait plus ou moins de difficultés à se tirer du lit le matin en fonction d'à quel point il s'était épuisé à la tâche avec sa compagne la veille...


- Akeno... Réveille-toi mon amour...

Pas de réponse, évidemment. Pas même un grognement. Maven leva les yeux au ciel avec un petit sourire amusé, et vint lover son corps nu contre celui du jeune homme, dont la peau se hérissa dans un léger frisson. Mais cela ne voulait pas dire qu'il en avait conscience... Elle passa ses doigts entre les mèches blanches d'Akeno et glissa son autre main sous la couette pour l'amener sur le flanc chaud de son compagnon, puis posa ses lèvres sur les siennes tout en le caressant, poursuivant ces tendres attentions jusqu'à ce qu'il entrouvre enfin les yeux.

- Debout, gros paresseux. Nous avons de la route à faire.

Elle lui déposa un nouveau baiser sur les lèvres et s'extirpa des draps en se frottant les yeux. S'il n'y avait pas eu la perspective de revoir son père au bout du voyage, elle serait volontiers restée au lit encore un peu plus longtemps. Elle n'était pas particulièrement paresseuse de nature, mais elle avait vite pris goût aux matinées câlines avec Akeno. Sans forcément en venir à la partie de jambes en l'air, même si elle appréciait évidemment, juste être bien installée sous la couette, dans les bras de l'homme qu'elle aimait qui la couvrait de baisers amoureux... Il fallait qu'elle arrête d'y penser, sous peine de replonger sous les draps, et elle alla donc vers la salle d'eau, après avoir pris des vêtements propres dans un coffre, pour faire sa toilette et s'habiller. Cela achèverait de la réveiller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Lun 6 Fév - 22:33

Ethan n'avait été qu'à moitié surpris quand Akeno lui avait annoncé que Maven et lui s'aimaient et avaient décidé de se mettre en couple. Il avait de l'instinct pour ces choses là. Il l'avait évidemment félicité, mais avait également compris que ce n'était pas avec une femme pareille que son ami allait s'assagir... Mais après tout, le plus important était qu'il soit heureux. Et heureux, il l'était, il ne pouvait pas le nier. Il se sentait totalement épanoui depuis que la jeune femme était venue s'installer chez lui avec armes et bagages. L'avoir constamment près de lui, y compris le matin au réveil, lui convenait tout à fait.

Le printemps avait fini par refaire son apparition, calmant un peu leurs pulsions mutuelles liées à leurs formes animales. Mais cela ne les empêchait pas de satisfaire leur désir quotidiennement, et parfois même dans des moments ou des endroits... inattendus. Ce qui était devenu leurs appartements communs était évidemment le lieu de prédilection de leurs jeux amoureux, que ce soit au lit, dans le bassin pendant un bain... et même sur la table, une fois. Un peu de folie ne faisait pas de mal, après tout. L'amour et le désir que le Métamage vouait à sa compagne semblait croître de jour en jour au lieu de s'atténuer.

La rouquine avait décrété qu'une visite de quelques jours chez son père s'imposait, avec le redoux et le retour d'un temps plus clément qui permettrait d'accéder plus facilement aux terres gelées du Nord. Ils y trouveraient la neige, à n'en point douter, qui n'aurait que partiellement fondu. Pour trouver des terres vierges de neige, il fallait attendre la moitié ou la fin du printemps, le temps que tout disparaisse. Il leur faudrait plusieurs jours pour faire le trajet, et ils feraient au plus vite: un cheval chacun, et un animal de bât pour leurs affaires. En charrette, cela aurait été plus lent, avec le risque de s'enliser dans la boue. Ils feraient halte dans des auberges pour passer la nuit, et ne voyageraient que de jour, par prudence. Akeno était curieux de voir quel genre d'homme avait pu élever seul une fille aussi caractérielle.


" Akeno... Réveille-toi mon amour...

Ces mots s'insinuèrent difficilement dans son esprit embrumé par la fatigue. Il ne les capta même pas suffisamment pour émerger du sommeil. Il était un très gros dormeur, et se tirer du lit était toujours un supplice pour lui. Surtout quand il s'était dépensé durant la nuit, comme c'était le cas. Il ne broncha pas, le corps parfaitement détendu, bien au chaud dans son lit douillet, emmitouflé dans les couvertures. Il n'eut même pas conscience qu'elle venait se blottir contre lui. En revanche, ses caresses et ses baisers finirent peu à peu par l'arracher au pays des songes, avec un grognement d'ours sortant d'une longue hibernation.

- Debout, gros paresseux. Nous avons de la route à faire.

La paupière entrouverte sur sa prunelle bleue, encore à demi collée par le sommeil, il la regarda se lever. Perspective qui ne le réjouissait pas trop. Il s'étira avec volupté et bâilla à s'en décrocher la mâchoire, avant de se retourner sur le ventre, de plonger ses bras sous l'oreiller et de fermer à nouveau les yeux. Il resta un bon moment à somnoler comme ça pendant que Maven se préparait. Quand il se résigna à bouger, il passa un certain temps à étirer le moindre de ses muscles, ce qui l'aiderait à être bien réveillé. Puis, l'entendant arriver, il prit sa forme animale. Tout ce qu'elle trouva en arrivant fut un tigre en train de se rouler dans les draps en soufflant. De toute façon, les domestiques allaient tout nettoyer en leur absence, et changer les draps: il ne se souciait donc pas de mettre des poils partout. Il reprit finalement forme humaine et se leva.

- C'est bon, je vais me préparer...


Une bonne heure plus tard, après que le jeune homme se soit vêtu, et leur premier repas de la journée avalé, ils étaient en route. Leurs affaires, dont des vêtements chauds, se trouvaient sur le cheval de bât qui était attaché à la monture d'Akeno. Pour ce trajet, on leur avait donné une race créée pour les besoins des Métamages effectuant des missions dans le Nord, ou amenés à s'y battre. Les bêtes étaient issues du croisement de coursiers classiques, rapides et endurants, d'assez haute taille, et légèrement plus fins que les lourds destriers que montaient les chevaliers durant une bataille, et des petits chevaux robustes et au pied sûr qui étaient les montures des habitants du Nord. Il en résultait des montures très équilibrées, de taille moyenne, endurantes et capables de se déplacer en terrain difficile, mais qui conservaient une bonne vitesse. Ces chevaux avaient également un très bon caractère. Il avait hérité d'un joli gris sombre à la robe nuancée de noir, comme l'étaient ses crins. Maven avait elle un paisible louvet. Quant à leur cheval de bât, il était noir pangaré. Tous avaient encore un poil d'hiver abondant, ce qui serait parfait avec le froid qui les accueillerait au Nord.

Ils parvinrent au village d'enfance de la rouquine après cinq jours de trajet. Ils avaient dormi confortablement dans une auberge différente chaque nuit, comme prévu, faisant honneur au matelas s'ils n'étaient pas trop fatigués. A mesure qu'ils s'étaient approchés du Nord, le froid était revenu, de plus en plus insistant. La neige qui couronnait les montagnes à l'horizon avait fini par refaire son apparition sur le sol gelé. Et ils avaient pu bénir le pied sûr et l'endurance de leurs montures.

A présent, Akeno suivait sa compagne, regardant autour de lui d'un air intéressé. Il avait grandi dans un environnement tout à fait différent. Rien à voir avec son château... Il allait devoir l'inviter pour la présenter à sa famille. Cela faisait un moment qu'il n'était pas allé les voir, tous. Contrairement à Lytsoul, qui était avant tout une résidence de soldats, malgré un luxe convenable, le château de son père, résidence d'un seigneur, était plus... faste.

Ils mirent finalement pied à terre devant une maison modeste, mais solide. Il fallait bien ça pour résister au climat, au blizzard et aux avaries du long hiver... Le jeune homme flatta l'encolure de son gris qui lui fourra les naseaux dans le cou. Ils avaient tous les trois mérité de longs jours de répit, dans une écurie chaude, avec de quoi manger. Il se ferait un plaisir de les bouchonner et de les panser. La route les avait laissés un peu crottés... Il regarda sa compagne aller toquer à la porte, tandis que lui restait un peu en arrière pour tenir les trois chevaux.


- Je ne sais pas trop à quoi je suis censé m'attendre..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Mer 8 Fév - 23:07

Au terme de cinq longues journées de trajet à dos de cheval, Maven vit enfin pointer au loin les toits des chaumières de son village natal, derrière lequel se dressait fièrement le gigantesque Mont des Crocs et ses sommets enneigés. Bien que sa dernière visite remontât à l'automne dernier, avant que l'hiver ne devienne trop rude pour faire le voyage, elle ressentit ce petit pincement au cœur nostalgique qui la prenait à chaque fois qu'elle rentrait au pays. Cependant, cette fois, il y avait quelque chose de différent, et elle eut juste à regarder derrière son épaule pour savoir ce qui avait changé, cette fois.

Elle n'y avait pas trop pensé jusqu'à présent, mais elle allait quand même présenter un homme à son père, et pas des moindres, puisque cet homme n'était autre que son compagnon. Elle eut un léger sourire amer en songeant à la réaction du robuste gaillard qui lui faisait office de géniteur quand elle lui annoncerait la nouvelle... Elle n'arrivait pas à déterminer s'il voudrait étrangler Akeno, le serrer dans ses bras à lui en casser la colonne vertébrale ou le plaindre. Peut-être un peu les trois à la fois, en fait... Il n'était pas méchant, bien au contraire, juste bâti comme une armoire nordique. Il savait fort heureusement contrôler sa force, mais Maven avait des souvenirs plutôt marquants des rares fois où il avait laissé libre court à sa puissance réelle. Et qui plus est, bien qu'il n'aie pas reçu la formation de Métamage à la solde du royaume au sein de Lytsoul, il ne se contentait pas de frapper bêtement, mais avait une maîtrise intelligente de ses mouvements. S'il l'avait voulu, il aurait constitué un élément redoutable dans l'Ordre des Métamages...

Maven mit finalement pied à terre aux portes d'une petite chaumine solide, l'humble demeure où elle était née et avait grandi, encore recouverte de neige en ce timide début de printemps. Elle flatta l'encolure du brave étalon louvet qui l'avait portée tout au long du voyage avant de le confier à Akeno, lequel avait fait la route sur un beau mâle qui grisonnait depuis assez peu de temps, gardant encore des traces de sa robe noire de naissance dans ses poils clairsemés de toutes les nuances de gris, notamment sa crinière et ses membres. Leur cheval de bât était un autre mâle encore plus calme que ses deux congénères, arborant pour sa part une belle robe noir pangaré, et la Métamage déposa un baiser entre ses naseaux roux en passant à côté de lui, souriant en pensant à la vieille jument de trait de son père, qu'il faudrait isoler des trois étalons au cas où ses premières chaleurs se manifesteraient.

Une fois assurée que les trois montures étaient bien sous la surveillance de son compagnon, la jeune femme inspira profondément et se dirigea vers la maison. Son pas était franc, mais en réalité, elle se sentait un peu nerveuse. Il n'y avait pas de raison que son père prenne mal le fait qu'elle aie enfin pris un compagnon, elle était même persuadée du contraire, lui qui était plutôt désespéré de voir sa fille adorée collectionner les amants sans jamais se stabiliser, mais c'était plus fort qu'elle, et plutôt normal en fin de compte. Qui n'aurait pas un peu d'appréhension, à sa place ? Après avoir remis brièvement ses cheveux en place, elle frappa trois coups francs à la porte.

Celle-ci s'ouvrit au bout de quelques instants, découvrant une silhouette gigantesque, et à moitié aussi large qu'elle était haute. Sa tignasse châtain clair hirsute était coupée court et parsemée de cheveux blancs, signe irréfutable des années qui passaient. Une barbe de la même teinte, taillée assez court elle aussi, encadrait sa large mâchoire et ses lèvres fines, quoique légèrement gonflées par le froid en cette période encore glaciale. Il ouvrit grand les bras en s'avançant sur le pas de la porte, le rendant encore plus impressionnant, mais cela ne surprit pas le moins du monde Maven, qui se fit une joie de venir se blottir contre son père.


- Maven, quelle bonne surprise...

- Bonjour papa. Il faut bien que je vienne m'assurer que tu n'as rien cassé, de temps en temps...

L'homme rit, ses yeux verts s'illuminant alors qu'il contemplait fièrement sa fille, laquelle lui rendit son sourire en lui tapotant l'épaule. Puis, le regard de Ludrik balaya machinalement les alentours pour s'arrêter sur les chevaux et, a fortiori, sur Akeno. Maven put deviner aisément les pensées qui traversèrent l'esprit de son père en l'espace d'un instant : sa fille ne venait jamais accompagnée, et n'avait jamais besoin de plus d'un cheval pour elle toute seule, il lui arrivait même de faire route sous forme animale, dans le cadre de visites très ponctuelles. Elle n'avait donc aucune raison de se présenter ici avec trois chevaux et un homme, à moins que... La jeune femme se racla la gorge.

- Papa, j'aimerais te présenter quelqu'un...

Sans rien ajouter pour le moment, elle s'écarta légèrement pour laisser à son père tout le loisir de dévisager l'inconnu d'un air à la fois surpris et soucieux, une réaction de père normale, en somme. Il esquissa un pas hésitant, avant d'avancer plus franchement vers le jeune homme, affichant un visage sévère qui fit frémir Maven, laquelle suivit son géniteur en espérant qu'il n'avait pas pour intention de réduire en miettes son cher et tendre... Comme il se planta devant ce dernier pour le fixer sans rien dire, Maven décida de terminer son annonce, non sans une légère nervosité dans la voix.

- Je te présente Akeno Baleon, mon compagnon depuis bientôt deux mois...

L'homme émit d'abord un simple grognement d'assentiment pour indiquer qu'il avait entendu, ce qui ne tendit pas à rassurer sa fille. Enfin, quand même, elle était assez grande pour aimer qui elle voulait, et il avait toujours été le premier à lui dire qu'elle ferait ce qu'elle voudrait de sa vie et qu'il ne l'empêcherait jamais de faire ce qu'elle voudrait, dans la mesure où ce choix était judicieux. Peut-être n'était-il plus de cet avis devant le fait accompli ? Soudain, Ludrik bomba le torse et fit craquer ses épaules, faisant frémir Maven de peur. Elle se tenait prête à s'interposer en cas de problème, sachant qu'il ne lèverait jamais la main sur sa fille chérie, tendue comme la corde d'un arc, sentant son estomac commencer à se tordre de peur. Et, d'un seul coup... l'homme se saisit de la main libre d'Akeno, qu'il secoua vivement, avec une mimique d'émotion indéniablement exagérée.

- Par les dieux, si vous saviez depuis combien de temps j'attends ça ! Merci, Akeno, merci, vraiment. Je commençais à désespérer qu'elle ne trouve quelqu'un qu'elle supporte et qui puisse la supporter en permanence... Vous faites de moi l'homme le plus heureux du monde ! Laissez-moi vous serrer dans mes bras !

- ...Papa, je te hais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Jeu 9 Fév - 23:28

Akeno patientait alors que sa compagne avait frappé à la porte. Il allait enfin voir qui avait élevé seul une tornade comme Maven dans un climat si rude. Il ne savait pas vraiment à quoi s'attendre. Il s'était fait toutes sortes d'idées quand il y réfléchissait pendant le voyage. Mais rien ne lui avait vraiment convenu. Aussi fut-il surpris quand il vit le colosse qui s'encadra dans l'ouverture quand la porte s'ouvrit. Grand, large, musclé, on aurait pu croire qu'il avait été conçu d'un croisement d'ours et de boeuf. Et il n'était peut-être pas si loin de la réalité après tout.

Il assista aux retrouvailles sans broncher. Son gris lui colla un petit coup de naseaux contre le coude, sans doute pour lui rappeler que lui aussi aspirait à du repos et un peu de chaleur. En guise de réponse, le jeune homme le gratta sous le toupet. Il avait bien l'intention de les chouchouter un peu après cinq longues journées de trajet à un rythme relativement soutenu. Mais pour le moment, c'était à lui d'être soigneusement examiné. Le père de la rouquine l'avait remarqué, et le détaillait.

Il s'y était attendu, et il ne bougea ni pied ni patte alors que l'homme venait vers lui. Si Maven avait l'air un peu inquiète de la réaction de son géniteur, Akeno lui ne se posait pas de question, et ne se faisait même pas de souci. En cas de danger, il saurait se mettre en sécurité à temps. Il resta donc placidement en place, en soutenant le regard vert du nordique. Malgré ses gants, il sentait ses doigts s'engourdir sur les rênes des chevaux, et celui de bât poussa un petit hennissement en secouant la tête. Puis finalement, le type sembla s'adoucir considérablement, et il lui saisit la main en la serrant à lui broyer les os, sans doute pas conscient de la force qu'il y mettait.


" Par les dieux, si vous saviez depuis combien de temps j'attends ça ! Merci, Akeno, merci, vraiment. Je commençais à désespérer qu'elle ne trouve quelqu'un qu'elle supporte et qui puisse la supporter en permanence... Vous faites de moi l'homme le plus heureux du monde ! Laissez-moi vous serrer dans mes bras !

- Tout le plaisir est pour moi...


Il esquissa un sourire, et manqua d'éclater de rire en voyant la tête de sa compagne, qui maugréait quant aux paroles de son père. La tension qu'il y avait pu y avoir s'était totalement dissipée en l'espace d'un instant, et il était maintenant temps de penser aux choses sérieuses. Rentrer, s'installer, s'occuper des montures... Idéalement, se laver. Le Métamage rêvait d'un bon bain chaud, et sa salle d'eau à Lytsoul lui souriait autant qu'une oasis en plein désert. Cela lui permettrait de se décrasser et de se réchauffer.

- Il y a l'écurie pour les chevaux, derrière. Je vais m'en occuper.

- Laissez, je m'en charge. Ils ont droit à une récompense après nous avoir si bien servi pendant tout le voyage.

Le jeune homme se retourna vers le cheval de bât et défit les sangles qui retenaient les sacoches de cuir sur son dos, qui contenaient leurs affaires. Il les détacha les unes après les autres, avant de les confier à Maven. Cela fait, il reprit les rênes des chevaux pour les emmener à l'endroit indiqué. Cela lui ferait du bien de s'en occuper sans penser à rien, avant de faire un saut dans l'inconnu. Non qu'il aie peur ou quelque chose du genre, mais il avait simplement envie de le faire. Il se doutait que la rouquine n'aurait pas craché dessus non plus, mais il la renvoya à l'intérieur avec un baiser.


- Je n'en ai pas pour longtemps, va rejoindre ton père, il doit avoir envie de te poser plein de questions. Je saurai me débrouiller dans la petite écurie.

Sans plus rien ajouter, il mena les montures dans ladite écurie. Elle contenait déjà une vieille jument grise, bien plus imposante que ceux qu'il ramenait. Elle tourna la tête vers les nouveaux venus, les oreilles pointées vers l'avant avec intérêt. L'endroit était tout juste assez grand pour contenir les quatre chevaux. Il y avait deux boxes, de taille raisonnable sans être particulièrement grands, dont l'un était occupée par la maîtresse des lieux. Il y avait aussi une sorte de stalle plus grande, où les deux autres devraient tenir ensemble sans se marcher dessus. Au moins, ils seraient au chaud et au sec. Les courants d'air ne passaient pas, grâce au goudron qui colmatait les trous, et l'humidité non plus.

Il entreprit de retirer le harnachement de chacun d'entre eux. Il installa son gris dans le box, laissant le louvet de Maven et le cheval de bât dans la stalle. Après avoir rangé l'équipement au mieux, il s'occupa d'abord de sa monture. Il y avait tout ce qu'il fallait déjà là, il n'avait qu'à se servir. Du bouchonnage à l'étrillage jusqu'au curage des pieds, il ne laissa rien au hasard. Il répéta l'opération avec les deux autres, puis il leur donna de quoi boire et manger. Ils ne se firent pas prier pour se jeter dessus. Après une dernière caresse, il les laissa.

Il se rendit dans la petite maison, afin d'y retrouver sa compagne. Le géniteur de cette dernière s'était attelé à leur faire de quoi manger et boire. Un vin chaud épicé chauffait sur un bon feu, et du ragoût mijotait dans la marmite. Le Métamage sentit son estomac se tordre à la perspective d'un repas. Il avait un sérieux petit creux, en fait... Le bain tant attendu viendrait sans doute après, avec de la chance. Il alla embrasser Maven, avant de prendre place près d'elle. Un peu plus tard, alors qu'ils étaient attablés, le nordique commença avec les inévitables questions qui allaient venir.


- Alors, comment vous êtes-vous rencontrés?

- En salle d'entraînement. Je dois dire qu'elle m'a plu au premier regard, et je ne l'ai plus lâchée depuis.

C'était tout à fait vrai, et il aimait autant le dire sans détour. En évitant toutefois de spécifier à quel point il a pu être fou de désir pour elle à mesure que le temps passait, et tout ce qui était lié à ça... Il lança un regard en coin à Maven, avant de plonger sa cuiller de bois dans le bol de ragoût. C'était quelque chose de simple, mais de parfumé. Il y avait plusieurs sortes de viande, du boeuf, du cerf et du sanglier, à ce qu'il devinait. Le tout avait cuit dans une sauce épaisse avec des épices, du sel, du poivre, des herbes et des champignons. C'était très bon, même si vraiment rustique.

- Ca fait plaisir à entendre, surtout quand on voit que c'est vrai. C'est donc sérieux entre vous?

- J'espère bien! Je n'ai pas envie de laisser un autre lui mettre la main dessus, et je compte bien la garder près de moi jusqu'à la fin de mes jours.

- Merveilleux! Vous allez pouvoir commencer à penser aux enfants, alors. Avant qu'il ne soit trop tard et que vous ne soyez trop âgés... Vous êtes largement en âge d'y penser, je crois, n'est-ce pas Maven?"

Akeno se contenta de hausser un sourcil, amusé plus qu'autre chose. Des enfants... pourquoi pas un jour, en effet? Il pensait que c'était encore bien trop tôt, et il ne se croyait pas encore capable d'assumer une charge de père de famille. Mais à long terme, cela ne le dérangeait pas plus que ça. Il se contenta donc de couler un regard malicieux vers sa compagne. Si elle ne prenait pas ses précautions, raison qui lui avait fait cesser de prendre les siennes, cela ferait déjà un moment qu'ils auraient un enfant en préparation, au vu de leurs activités... vigoureuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Sam 11 Fév - 0:08

Comme Akeno avait entrepris de rentrer lui-même les chevaux et de s'en occuper, insistant pour que Maven rentre avec son père, non sans un petit baiser au passage, la jeune femme n'eut d'autre choix que de suivre Ludrik à l'intérieur, plutôt contente finalement de retrouver un peu de chaleur après cette dernière journée de voyage éprouvante. Une fois la porte refermée sur eux, elle alla pendre sa lourde veste de fourrure, ravie de pouvoir enfin se dénouer les épaules. Cette peau avait le mérite de lui tenir bien chaud, mais elle pesait son poids. Puis, elle alla s'accroupir près du feu après avoir ôté ses gants, soupirant d'aise en sentant de petits picotements lui parcourir les mains alors que les flammes les réchauffaient. Elle tourna le regard vers son père, qui s'était adossé à la poutre démarrant la rambarde de l'escalier et la dévisageait avec un sourire, bras croisés, et silencieux. Elle ne put que lui rendre son sourire, un peu gênée.

- Oui ? Quoi ?

- Oh, rien. Je me disais juste que ma petite fille avait bien grandi... Je suis vraiment content que tu te sois trouvé quelqu'un... Et ce Akeno me plaît, il a l'air très bien.

Maven sentit malgré elle ses joues rosir très légèrement, un peu embarrassée, mais aussi très heureuse que son père approuve son choix. Il n'aurait pas eu son mot à dire même s'il avait détesté le jeune homme, de toute façon, mais restait que c'était agréable d'être encouragée. Elle détourna le regard vers les flammes qui dansaient dans l'âtre, et hésita avant de répondre d'une voix distraite, lointaine. Elle n'avait jamais donné beaucoup de détails sur sa relation avec le Métamage, pas même à ses meilleures amies. Ça lui faisait un peu drôle, elle qui n'avait jamais ressenti quelque chose d'aussi fort...

- Il est adorable avec moi... Il ne me dit pas "je t'aime" tous les jours, mais il n'en a pas besoin, ses gestes parlent tellement bien pour lui... Il est doux et tendre, un peu énervant aussi parfois, mais je n'ai que ce que je mérite, avec mon caractère.

Entendant son père pouffer de rire, elle se tourna de nouveau vers lui, le trouvant qui souriait de plus belle. Elle l'avait rarement vu aussi heureux, dans ses souvenirs. Le laissant à ses pensées, elle balaya l'intérieur de la petite chaumine du regard. Rien n'avait changé depuis l'automne, comme pratiquement rien n'avait changé depuis sa naissance. Quelques bibelots avaient été ajoutés ou retirés sur les étagères. Du reste, les meubles étaient toujours au même emplacement, et elle aurait pu parier que c'était déjà ainsi lorsqu'elle n'était qu'un nourrisson. Ludrik tenait à son environnement et à ses petites habitudes, et d'autant plus que celles-ci, conservées de longue date, ravivaient les souvenirs heureux du temps où son épouse était encore en vie. D'elle, Maven n'avait qu'une description, pas même un souvenir, rien à quoi elle pourrait se raccrocher. C'était comme si elle n'avait jamais eu de mère, et parfois, c'était... douloureux.

- Et si tu allais faire le lit ? Je vais préparer le dîner.

La jeune femme sursauta quand il posa sa large main sur son épaule. Elle ne l'avait même pas entendu, ni senti arriver, perdue dans ses pensées. Elle acquiesça et le laissa lui déposer un baiser sur la joue avant de se lever pour monter l'escalier de bois brut pour se rendre dans sa chambre. La même qu'elle avait occupée toute son enfance et adolescence, avant de partir pour Lytsoul. Elle avisa son grand lit avec un sourire en coin. Heureusement qu'elle n'avait plus son petit lit de petite fille, dans lequel elle et Akeno auraient été bien à l'étroit...

Son compagnon rentra alors que la nuit commençait à tomber, et ils ne tardèrent pas à passer à table. Ludrik leur avait préparé un de ses fameux ragoûts, dont Maven ne se lasserait décidément jamais, aussi délicieuse fut la nourriture qu'on leur servait au château. Rien que le fumet lorsqu'il mijotait dans le chaudron lui avait mis l'eau à la bouche au point de sentir aussitôt son ventre gargouiller. Alors qu'elle savourait enfin un repas particulièrement bienvenu, vint le temps pour son père d'étancher sa soif de questions quant au jeune couple. Rien qu'un moment pénible à passer, songea Maven.


- Alors, comment vous êtes-vous rencontrés ?

- En salle d'entraînement. Je dois dire qu'elle m'a plu au premier regard, et je ne l'ai plus lâchée depuis.

- Il m'a tout de suite plu à moi aussi. Je le trouvais fascinant, pas comme tous les coqs écervelés qui ont pu me courtiser par le passé...

A bien y repenser, cette période lui paraissait remonter à des années. A présent qu'elle était avec Akeno, ce genre de folies ne l'intéressaient plus le moins du monde. Il n'y avait plus que lui au monde pour elle, et si cette impression lui avait parue un peu étrange au début, elle avait fini par s'y habituer, et même, l'apprécier. C'était un peu comme si, avant de rencontrer le Métamage, elle avait toujours vécu sans une moitié d'elle-même. Et maintenant qu'elle l'avait retrouvée, elle se sentait enfin entière, vraiment elle-même...

- Ça fait plaisir à entendre, surtout quand on voit que c'est vrai. C'est donc sérieux entre vous ?

- J'espère bien ! Je n'ai pas envie de laisser un autre lui mettre la main dessus, et je compte bien la garder près de moi jusqu'à la fin de mes jours.

- Évidemment, je ne t'aurais pas amené ici si ça n'avait pas été sérieux, andouille. Et ça tombe bien, parce que je n'ai pas envie de te lâcher non plus.

Elle adressa un sourire au jeune homme tout en lui donnant un petit coup de poing affectueux sur l'épaule. Si elle n'en montrait rien, elle était très touchée de l'entendre dire tout ça avec autant de sincérité. Elle n'aurait jamais imaginé, même dans ses rêves les plus fous, le bonheur que pourrait lui apporter une relation stable. L'image qu'elle s'était faite du couple était plutôt un amas de problèmes, de complications et de remises en question, et il était en fait plutôt normal pour elle, qui détestait plus que tout se prendre la tête, de fuir ce genre de perspective... Mais en fait, tout était tellement simple entre eux que ça lui paraissait évident, finalement.

- Merveilleux ! Vous allez pouvoir commencer à penser aux enfants, alors. Avant qu'il ne soit trop tard et que vous ne soyez trop âgés... Vous êtes largement en âge d'y penser, je crois, n'est-ce pas Maven ?

La jeune femme manqua d'avaler sa cuillerée de ragoût de travers. Voilà, elle aurait du s'y attendre, La grande préoccupation de son père... Et de tous les parents, supposait-elle. Mais lui en particulier semblait particulièrement soucieux de voir sa fille lui donner de beaux petits-enfants. Elle n'avait rien contre, cependant... En âge d'y penser, oui, mais elle se trouvait encore bien jeune et immature pour porter un enfant et l'élever ensuite. Et puis, elle n'en avait pas spécialement envie pour le moment. Comme Akeno ne répondait rien, elle vint chercher son avis dans son regard, et, le trouvant, se tourna ensuite vers son géniteur, lui adressant un regard dur. Dur, mais pas méchant. Elle voulait juste lui faire comprendre qu'elle ne souhaitait pas qu'il insiste.

- Je suis encore jeune, papa... J'ai bien le temps d'y penser. Je ne me sens pas encore prête, pour l'instant. Par contre, ce dont je suis sûre, c'est que je veux qu'Akeno soit le père de mes enfants... Je ne vois pas ça autrement.

Maven vint tendrement glisser sa main dans celle de son compagnon, avec un sourire tout aussi aimant. Oui, elle voulait des enfants avec lui, mais plus tard. Pour le moment, elle voulait encore profiter de sa jeunesse et de sa liberté. De plus, si les petits héritaient des caractères de leurs parents, elle n'aurait pas fini d'en baver, alors autant savourer pleinement... Elle se demandait parfois comment une mère qu'on lui avait décrite comme douce et tendre et un père un peu brute, mais adorable, avaient pu donner naissance à une furie comme elle. Oh, elle assumait pleinement son caractère, mais en venait parfois à se dire que les dieux avaient beaucoup d'humour.

Une fois le ventre bien plein du copieux repas que leur hôte leur avait servi, les deux jeunes gens prirent congé pour enfin goûter à un repos bien mérité. Mais avant cela, un bon décrassage s'imposait. Tandis qu'ils terminaient tranquillement de manger, Ludrik leur avait fait chauffer de l'eau, qu'il avait ensuite versée dans un bassin de bois, malheureusement trop petit pour s'y mettre à deux... Maven passa la première dans la salle d'eau, minuscule comparée à celle qu'elle avait eue à Lytsoul, et encore plus ridicule à côté de celle d'Akeno. Elle resta un long moment dans l'eau après s'être soigneusement lavée, jusqu'à ce qu'elle commence à tiédir. Elle vida ensuite le bassin pour que son père ramène de nouveau seaux d'eau brûlante pour le remplir pour le jeune homme, qu'elle alla attendre allongée sur son lit.

Malgré la fatigue, elle n'arriva pas à s'endormir, bien qu'il prenne lui aussi son temps pour se laver. Sans ce corps maintenant familier contre lequel se blottir, elle n'arrivait plus à trouver le sommeil. Quand il lui arrivait -rarement- de se lever la nuit, elle se réveillait instantanément, et ne se rendormait profondément que lorsqu'il revenait enfin. Une amoureuse transie, voilà tout ce qu'elle était... Mais si elle était heureuse comme ça, cela avait bien peu d'importance ! Quand Akeno reparut enfin, propre comme un sou neuf, elle lui ouvrit grand les bras et l'attira contre lui pour l'embrasser passionnément.


- Alors, qu'est-ce que tu penses de mon père ? J'ai cru qu'il n'arrêterait jamais avec ses questions... Bon, c'est légitime de s'inquiéter pour sa fille, mais il y va un peu fort, tu ne trouves pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Sam 11 Fév - 23:42

Akeno apprécia le repas et la discussion, assez amusé par la réponse que donna Maven à propos d'éventuels enfants. Il ne fut pas trop étonné, mais le fait qu'elle dise les vouloir de lui le toucha malgré tout. Il tenta de se l'imaginer avec un gros ventre, puis avec un enfant qui serait d'eux deux... Curieusement, l'idée lui plaisait assez, même si cela lui semblait terriblement lointain. Il se resservit plusieurs fois du ragoût, pour le plus grand plaisir de leur hôte. Il fallait dire qu'il avait faim, et que le repas était savoureux. Une fois repus, l'heure du bain tant attendu arriva.

Il attendit que sa compagne ait fini et que l'eau soit remplacée pour entrer à son tour dans le bac. Il se laissa couler aussi profond que c'était possible, et ferma les yeux, goûtant le plaisir d'une eau propre et très chaude pour délasser ses muscles encore tendus par des journées de chevauchée. Il appréciait au moins autant que le tigre qui l'habitait de se prélasser dans l'eau. Sa forme animale était l'un des rares félins à apprécier ce plaisir. Il se lava soigneusement, y compris les cheveux, avant de se rincer. Bien propre, il sortit de l'eau en frissonnant et entreprit de se sécher. Il faisait bien plus froid dans cette maison qu'à Lytsoul, où entre les grandes cheminées des appartements et les poêles qui chauffaient certaines pièces individuelles, le froid passait moins facilement.

Il rejoignit ensuite Maven dans la chambre, après s'être parfaitement séché, et avoir enfilé un pantalon de toile et une chemise pour dormir. Ses cheveux étaient encore un peu humides alors qu'il se glissait dans les draps. La jeune femme l'avait attendu, sans s'endormir malgré la fatigue du voyage. Il n'en était pas très étonné. Si lui sombrait comme une masse dans le sommeil, avec ou sans elle à ses côtés, elle dormait plus facilement quand il était près d'elle. Il la laissa l'attirer à elle pour l'embrasser avec passion.


" Alors, qu'est-ce que tu penses de mon père ? J'ai cru qu'il n'arrêterait jamais avec ses questions... Bon, c'est légitime de s'inquiéter pour sa fille, mais il y va un peu fort, tu ne trouves pas ?

- J'en pense qu'il doit beaucoup tenir à toi. C'est un homme très sympathique sous ses dehors bourrus, et je crois que c'est quelqu'un de bien. Ses questions ne m'ont pas choqué, après tout c'est normal pour lui de savoir ce genre de choses. C'est la question sur les enfants qui t'a dérangée?

Il sourit et l'embrassa doucement dans le cou. Son corps se réchauffait au contact du sien, et ce n'était pas du luxe avec le froid qu'il faisait dans la pièce. Il serait sans doute bon de récupérer un poêle pour les prochaines nuits, si possible, faute de quoi le Métamage risquait d'être tenté par des nuits sous sa forme animale, qui résistait bien mieux au froid, même s'il n'était pas frileux de nature. Il continua à butiner du bout des lèvres la peau de Maven, se délectant de son odeur. Encore un peu, et à ce rythme là ils n'étaient pas près de dormir...

- Et puis, si tu l'as trouvé insistant, attends de voir ma famille. L'ambiance sera un peu différente. Mais ils ne sont pas méchants, c'est juste... un autre monde.

Il avait la ferme intention de la présenter à sa famille. Cela faisait un moment qu'il ne leur avait pas rendu visite. Depuis le temps qu'on le harcelait pour qu'il se trouve une compagne et vive à peu près décemment, ils allaient être satisfaits. Que l'élue de son coeur soit de haut rang ou non importait peu. Il était dernier sur la liste de succession, et ses frères comme sa soeur étaient bien portants. Il n'avait donc que peu de chances d'hériter du domaine. En plus de ça, sa vie était vouée à la protection du royaume au travers de l'Ordre. Du moment qu'il était heureux en couple, personne n'y redirait quoi que ce soit.


- J'aimerais t'emmener les voir au domaine familial, ce printemps. C'est important pour moi. Après tout, tu m'as bien emmené voir ton père.

Il lui sourit et l'embrassa sur les lèvres, en espérant que ce milieu si différent de ce qu'elle connaissait ne l'intimiderait pas trop. Lytsoul était un château, certes, mais c'était un fief de militaires. On n'y observait pas les codes et les coutumes qui avaient cours dans la noblesse. C'étaient donc des choses très différentes, mais Akeno ne voyait pas pourquoi cela se passerait mal. Il continua à la câliner et à l'embrasser avec tendresse, et leur désir mutuel finit par se réveiller. Convenant d'éviter de faire du bruit à cause de la présence de Ludrik, ils purent échanger une longue étreinte passionnée, malgré leur fatigue, où ils étouffèrent dans les oreillers leurs derniers cris.

Le jeune homme s'endormit comme une masse après ça, totalement vidé de ses forces. Il lui semblait que ses membres alourdis par le sommeil s'enfonçaient dans le matelas pour ne former plus qu'un avec lui. Il ne se réveilla pas de bonne heure le lendemain, et sa compagne non plus. La matinée touchait déjà presque à sa fin, à quelques petites heures près, mais il ne se sentait pas disposé à quitter le confort du lit. Le contact chaud et douillet des couvertures et du corps de Maven étaient un luxe d'autant plus palpable avec le froid qui régnait dans la pièce. Il n'avait aucune envie d'en sortir. Traînant donc au lit avec sa belle, il s'étira lentement, en bâillant.


- Si tu me faisais un peu visiter les alentours aujourd'hui? Que je voie où tu as passé ton enfance. Tu dois avoir des tas de choses à raconter."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Dim 12 Fév - 23:55

Maven ouvrit péniblement les yeux le lendemain matin, très peu encline à se lever malgré l'heure qu'elle devinait tardive. La nuit avait été agitée, comme presque toutes depuis qu'elle couchait régulièrement avec Akeno, au détail près que c'était encore plus fusionnel depuis qu'ils étaient en couple, et de fait, encore plus éprouvant... Le fait de se trouver chez son père ne l'avait pas gênée le moins du monde. Elle avait ramené ses premiers amants dans cette même chambre, son père préférant la savoir en sécurité chez elle que dans la nature à se faire culbuter par le premier rustre venu. Un souci c'était cependant présenté cette fois. Aucun de ses précédents amants n'avait su l'amener à un plaisir aussi intense que son compagnon actuel, elle avait donc du faire des efforts considérables pour ne pas s'exprimer trop bruyamment pendant leur étreinte, et elle dut malgré tout étouffer ses cris de jouissance dans son oreiller.

Elle s'étira, sentant un frisson la parcourir quand Akeno la serra contre lui, leurs peaux s'effleurant dans cette caresse d'une infinie douceur. Elle se tourna pour lui faire face, constatant qu'il n'avait pas l'air plus réjoui qu'elle à l'idée de se lever. Tant mieux, elle était tout à fait d'accord pour traîner au lit, parfaitement à son aise dans les bras puissants de son amant. Elle lui donna un tendre baiser sur les lèvres avant de fourrer son visage dans le creux de son cou, yeux fermés pour savourer les douces caresses de ses mains sur son dos à la peau pâle et délicate.

La veille, il lui avait fait part de son souhait de rendre visite à sa famille. Elle n'y avait rien répondu de clair sur le moment, se contentant d'acquiescer vaguement. Mais pourquoi pas, après tout ? Elle n'avait rien contre, au contraire, et comme il l'avait lui-même dit, elle l'avait bien traîné jusque chez son père. Il n'y avait pas de raison qu'elle ne soit pas elle aussi présentée à ses beaux-parents... Et ils n'étaient sans doute pas méchants. La seule chose que Maven redoutait un peu, c'est qu'on la considère un peu comme une intruse dans cette riche famille. Pas dans le sens où elle était à l'origine une paysanne, et son compagnon un noble. Il était le dernier enfant de la famille, et de fait, il n'avait pas vraiment de contraintes éthiques quant au choix de sa compagne. Par contre, la jeune femme s'attendait à ce qu'on la soupçonne de s'intéresser aux richesses de la famille... Elle se moquait un peu de ce qu'ils pourraient penser d'elle, au fond, sachant très bien ce qu'elle valait, mais s'inquiétait d'avantage de faire du tort à Akeno auprès de sa propre famille... Et en plus de ça, il y aurait fort à parier qu'on les assommerait avec les sempiternelles questions du mariage et des enfants... Bah, elle aviserait le moment venu, tout pouvait aussi très bien se passer.


- Si tu me faisais un peu visiter les alentours aujourd'hui ? Que je voie où tu as passé ton enfance. Tu dois avoir des tas de choses à raconter.

- Hum ? Oui, si tu veux... Mais je doute d'avoir eu une enfance plus intéressante que la tienne. Il n'y a rien à faire ici, à part déblayer la neige pour rendre visite aux voisins et chasser quand viennent les beaux jours...

La jeune femme pouffa dans le cou de son compagnon. Effectivement, on ne pouvait pas dire que la région soit riche en divertissements. Cependant, en marchant sur les traces de sa jeunesse, peut-être que quelques anecdotes lui reviendraient, qui sait. Elle avait laissé tout cela derrière elle il avait un moment déjà, pas vraiment du genre à vivre dans le passé. Mais pour faire tout cela, il faudrait déjà parvenir à se tirer du lit... Heureusement que Ludrik leur avait spécifié qu'ils pourraient se reposer autant qu'ils le souhaitaient, faute de quoi, il les aurait sans doute cru noyés sous les draps et les oreillers, depuis le temps qu'ils auraient du être debout. Maven se dégagea de l'étreinte de son amant en grognant, et frissonna quand ses épaules nues rencontrèrent l'air glacial de la chambre alors qu'elle s'asseyait, la couverture simplement remontée sur sa poitrine. Ses muscles étaient encore raidis par les courbatures du voyage, et d'autres activités plus récentes...

- Allez, je sais que tu détestes entendre ça, mais "c'est l'heure de se lever" !

Rapidement habillée après avoir bondi du lit pour ne pas finir en glaçon géant, puis débarbouillée, la jeune femme attendit ensuite que son compagnon aie fait de même pour descendre petit-déjeuner, non sans l'avoir gratifié d'un petit baiser avant d'emprunter l'escalier, juste comme ça. Elle prenait de plus en plus plaisir à lui donner de petits gestes affectueux, peut-être à force d'en recevoir de sa part... En tout cas, ça n'avait pas l'air de déplaire au jeune homme. En bas, ils trouvèrent Ludrik qui était occupé à affuter ses couteaux, en vue de la chasse qui n'allait pas tarder à reprendre avec le retour des beaux jours. Maven eut un petit sourire en coin en songeant qu'au vu de la nuit qu'ils venaient de passer, les couteaux pourraient très bien être destinés à tout autre chose qu'à tailler des pièces de viande... Mais son père leur adressa un sourire jovial en les voyant apparaître.

- Bonjour vous deux ! On a traîné au lit ?

- Bonjour papa. Oui, un peu. Le voyage était long et fatigant...

- La nuit l'a été aussi, apparemment...

L'homme rit, et Maven se sentit rougir légèrement, même si elle lui rendit son sourire. Ils l'avaient cherché, après tout... Elle ne releva pas, haussant simplement les épaules en se mettant à table. Ludrik y avait déposé du pain, du fromage et de la viande séchée, ainsi qu'un pichet de lait frais, qui était probablement trait du matin. Derrière les écuries se trouvait une petite grange dans laquelle une vache et deux chèvres passaient l'hiver, et que le nordique trayait tous les jours. Repas frugal en apparence, mais c'est finalement l'estomac bien calé que la rouquine entraîna son compagnon au dehors pour une première sortie. Ils se cantonneraient au village pour commencer, restant non loin de la maison pour y rentrer à l'heure du déjeuner. Sa main glissée dans celle d'Akeno, Maven lui désignait les différents bâtiments à mesure qu'ils avançaient.

- Ici, c'est la maison des meilleurs amis de mon père. Je m'amusais souvent avec leurs deux garçons. Par contre, leur fille aînée était une vrai peste, un peu dans le genre d'Hariem, pour te donner une idée... Ah, et là-bas, c'est l'atelier du forgeron. Quand je m'ennuyais, je venais souvent le regarder travailler, et ça m'est arrivé de jouer avec les épées quand il en forgeait... Quand il m'a surprise une fois en train d'agiter une lame aussi longue que j'étais haute, je me suis fait passer un de ces savons... C'est son fils qui a repris l'affaire maintenant qu'il est trop vieux et fatigué pour la faire tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Lun 13 Fév - 22:35

Akeno écouta la réponse que lui donna Maven en câlinant, à moitié somnolant. Il sentait les mains du sommeil lui agripper les membres pour le tirer à nouveau dans les limbes, et s'il se laissait aller à fermer les paupières, il était certain de se rendormir. Un luxe qu'il rêvait de s'accorder à nouveau. Il s'étira une fois de plus en se laissant embrasser, les paupières de plus en plus tombantes. D'autant qu'il faisait trop froid dans la pièce à son goût pour quitter le confort des couvertures. Sa compagne finit par s'arracher à ses bras pour se lever, et lui se contenta de rouler sur le flanc pour trouver une position confortable.

" Allez, je sais que tu détestes entendre ça, mais "c'est l'heure de se lever" !

- Mais on n'est pas obligés...

Il grommela quelque chose en se couchant sur le ventre, recroquevillé dans les draps. La fatigue du voyage combinée à ses performances de la veille ne l'aidaient pas vraiment à combattre sa paresse matinale. Il traîna encore le temps qu'elle se prépare puis, voyant qu'elle ne le lâcherait pas tant qu'il ne serait pas levé, il renonça et s'arracha aux couvertures à contrecoeur, pour aller s'habiller et surtout se plonger la tête dans la cuvette d'eau froide. Au moins avec ça, il serait bien réveillé.

Il avait les idées mieux en place après le repas, quand ils sortirent marcher pour faire le tour du village, bien emmitouflés dans leurs vêtements chauds. C'était un peu comme les nombreux villages qui se trouvaient dans les terres de sa famille. Simples, modestes, rustiques. Peut-être encore plus rustique, sauvage et typé, dans le cas de ceux du Nord. Les seigneurs nordiques avaient sans doute affaire à des gens à fort tempérament, forgé par le climat rude. Le beau temps avait beau s'annoncer pour les prochains mois, la neige n'en tombait cependant pas moins de temps en temps, en moindre quantité par rapport à l'hiver. Tout en marchant, le jeune homme écouta les explications de Maven, regardant ce qu'elle lui indiquait.


- Ici, c'est la maison des meilleurs amis de mon père. Je m'amusais souvent avec leurs deux garçons. Par contre, leur fille aînée était une vrai peste, un peu dans le genre d'Hariem, pour te donner une idée... Ah, et là-bas, c'est l'atelier du forgeron. Quand je m'ennuyais, je venais souvent le regarder travailler, et ça m'est arrivé de jouer avec les épées quand il en forgeait... Quand il m'a surprise une fois en train d'agiter une lame aussi longue que j'étais haute, je me suis fait passer un de ces savons... C'est son fils qui a repris l'affaire maintenant qu'il est trop vieux et fatigué pour la faire tourner.

- Ca ne m'étonne pas de toi... Moi aussi, gamin, je jouais avec des épées, mais elles étaient en bois d'abord.

Avant qu'il commence à apprendre l'escrime, du moins. Et cela avait démarré dès l'âge de sept ans, avec un maître d'armes confirmé. Il observa la petite forge d'où se dégageaient des vagues de chaleur. On voyait l'intérieur rougeoyer, et on entendait le bruit que produisait le marteau en frappant sur une lame en train d'être forgée. De l'acier solide, sans nul doute. Quelque chose de robuste, comme la plupart des produits qui venaient du Nord. On y trouvait d'excellents artisans, notamment en ce qui concernait la forge d'armes.

- Je pense que tu as quand même fait trop de bruit hier soir, pour que ton père s'en rende compte... C'est drôle, depuis qu'il a abordé le sujet des enfants, j'ai essayé de t'imaginer avec un ventre rond comme Selenia. Ca devrait t'aller plutôt bien.

Le Métamage eut un petit sourire malicieux. Dans le fond, il était sincère, mais il disait surtout ça pour l'embêter gentiment. Ils croisèrent un chevrier qui conduisait son troupeau de chèvres vers un endroit où elles trouveraient peut-être un peu d'herbe gelée à se mettre sous la dent. Quelques grosses vaches laineuses aux longues cornes mangeaient du foin dans un enclos plus loin, de toute évidence nullement gênées par le froid. Il voyait un certain nombre de villageois lui lancer des regards intrigués, sachant pertinemment qu'il n'était pas d'ici. En même temps, il ne passait pas vraiment inaperçu...

- Ton père a raison après, tout, on peut commencer à y songer pour bientôt, si on compte rester ensemble... Et puis tu sais ce qui peut arriver quand on mène une vie comme la nôtre, à s'exposer au combat pour le royaume. Mieux vaut prendre des dispositions avant qu'il ne soit trop tard, tu ne crois pas? Et même sans ça, je crois que j'aimerais beaucoup voir un petit Akeno courir dans nos appartements..."

Il se retint de pouffer en s'imaginant la scène. Cela lui semblait terriblement insolite... et surtout à des lieues de ce qu'il se sentait actuellement capable d'assumer. Il avait beau lui dire tout ça pour la chambrer, il y avait tout de même un fond de vrai dans ses arguments. Un jour ou l'autre, ils seraient envoyés se battre, ensemble ou séparément, et ils n'avaient aucune garantie de s'en sortir vivants, même en faisant ce qu'il fallait pour. Même en étant des combattants de choc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maven Danehill
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 43
Age RPG : 21
En couple avec : Un tigre en rut

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Mer 15 Fév - 22:42

Maven laissa vagabonder ses pensées l'espace d'un instant, le regard perdu dans la contemplation de la petite forge où elle avait joué autrefois. Le son du marteau sur le métal chauffé à blanc résonnait en elle comme une vieille mélodie, emprunte de nostalgie, chargée des souvenirs qu'elle gardait de son enfance. Elle tourna ensuite les yeux vers un chevrier qui s'approchait d'eux avec son troupeau. Ça aussi, ça lui rappelait des choses... Ce pauvre chevrier, quelques années plus tôt, avait vu plus d'une fois ses bêtes s'enfuir à toutes jambes en bêlant de frayeur, pourchassées par une petite panthère aux yeux luisants de malice. Bien souvent, pour ne pas se faire gronder après ses frasques, elle grimpait se réfugier sur un toit. Cela ne faisait que retarder les représailles, mais même sous forme humaine, elle savait user de ses grands yeux verts pour se faire en partie pardonner...

- Je pense que tu as quand même fait trop de bruit hier soir, pour que ton père s'en rende compte... C'est drôle, depuis qu'il a abordé le sujet des enfants, j'ai essayé de t'imaginer avec un ventre rond comme Selenia. Ça devrait t'aller plutôt bien.

La jeune femme commença par lever les yeux au ciel, préférant ne pas relever la remarque sur le bruit. Ce n'était tout de même pas sa faute si Akeno était si doué pour la faire crier... Puis ses traits lui marquèrent une expression entre la surprise et la contrariété sur le visage quand il termina sa phrase. Elle sentait bien qu'il plaisantait, et cherchait à la taquiner plutôt qu'autre chose. Mais elle avait l'impression de déceler quelque chose d'autre. Est-ce qu'il était... en partie sérieux ?

Certes, elle voulait des enfants, et de lui, qui plus était, mais pas avant un an, ou deux, voire plus... Elle était très loin d'être pressée, surtout considérant cette merveilleuse chose qui faisait rêver toutes ses amies : la grossesse. Pour sa part, cette perspective rimait surtout avec : nausées, fatigue, interdiction de prendre sa forme animale, tour de taille de vache obèse, et surtout, pas le moindre rapport avec son amant au cours des dernières semaines. Un vrai calvaire, en somme. Et après ça, il fallait encore mettre le bébé au monde...

Un désagréable frisson lui parcourut l'échine à cette pensée. On lui avait dit et répété que ce qui était arrivé à sa mère n'était qu'un accident, qu'il n'y avait pas de raisons que ça ne passe pas bien pour elle, mais malgré ça, elle restait terrifiée. Elle préférait encore ne jamais connaître le "bonheur", à ce qu'on disait, d'être mère, plutôt que de priver un enfant de sa mère. Elle ne savait que trop bien le mal que ça faisait pour infliger la même chose à sa propre progéniture... Mais comme si ça ne suffisait pas, Akeno jugea utile d'en remettre une couche.


- Ton père a raison après, tout, on peut commencer à y songer pour bientôt, si on compte rester ensemble... Et puis tu sais ce qui peut arriver quand on mène une vie comme la nôtre, à s'exposer au combat pour le royaume. Mieux vaut prendre des dispositions avant qu'il ne soit trop tard, tu ne crois pas ? Et même sans ça, je crois que j'aimerais beaucoup voir un petit Akeno courir dans nos appartements...

- Oui, bon, on n'en est pas encore là.

Malgré le ton clairement amusé du jeune homme, qui plaisantait certainement, Maven n'avait pas vraiment envie de rire avec tout ça, et l'avait reprit assez sèchement pour le lui faire comprendre. Elle savait qu'il ne pensait pas à mal, mais elle ne se sentait vraiment pas prête à en arriver là sérieusement, alors en rire... Elle avait dit à son père ce qu'il voulait entendre, mais sans mentir, en se projetant simplement à long terme, mais ça s'arrêtait là. Elle se tourna pour faire face à son compagnon, bras croisés.

- Écoute... Moi aussi, j'aimerais énormément voir un petit Akeno, ou une petite Maven, nous courir dans les jambes. Mais pas tout de suite. Je ne suis pas prête, je suis trop jeune, trop immature... Et ça me fait peur. Et je ne crois pas qu'un gros ventre m'irait bien non plus.

Elle détourna le regard un instant, contrariée d'annoncer à haute voix la crainte qu'elle éprouvait. Aux yeux du monde entier, elle ne connaissait pas la peur. C'était une jeune femme solide comme un roc, que rien ne peut atteindre, et pourtant... Elle fit quelques pas, balayant du regard les chaumières entre lesquelles elle avait grandi, sans vraiment les voir. En plus de ça, il avait évoqué les dangers de leur condition. "Avant qu'il ne soit trop tard"... La belle affaire. Non pas qu'elle renie les dangers auxquels un Métamage à la solde du royaume s'expose, elle les connaissait et en avait très bien conscience. Mais ce n'était pas en se rongeant les sangs en permanence à ce propos qu'on avançait dans la vie, selon elle. Peut-être y repenserait-elle quand elle serait mère, dans longtemps, mais pour le moment...

- On a la vie devant nous, inutile de se presser. Je sais bien qu'on vit dangereusement, mais je ne vais pas me forcer parce que soi-disant le temps nous est compté, tu comprends ? Viens, on ferait mieux de rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akeno Baleon
Métamage
avatar

Sexe : Féminin
Messages : 48
Age RPG : 25
En couple avec : Maven Danehill

MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   Sam 18 Fév - 23:38

Akeno resta un peu perplexe face à la réponse de sa compagne. Lui qui avait abordé ça pour la charrier, certes en étant sans doute un peu trop sérieux, ne s'était pas vraiment attendu à ce type de réaction. Ne trouvant rien à dire ou à rajouter, il se contenta de conserver le silence, songeur. S'il tentait de se la figurer enceinte, l'image qui lui venait lui faisait tout drôle, mais il trouvait malgré tout que cela allait parfaitement bien à la rouquine. Malgré tout ce qu'elle pouvait en dire...

Il lui emboîta le pas quand elle proposa de rentrer. Il trouvait un peu dommage d'écourter la balade, mais il aimait autant ne pas trop la contrarier. Il se promettait de repenser plus sérieusement à tout ça à tête reposée, plus tard. Pour l'heure, autant l'écarter de son esprit. Elle n'avait pas tort, quand elle disait qu'elle était encore trop jeune. Il en était de même pour lui. En l'état actuel de leur couple, ils auraient bien du mal à s'occuper d'un bébé... Même s'il n'avait pas sérieusement envisagé d'en avoir un tout de suite, évidemment. Mais il était malgré tout plus âgé qu'elle, et à son âge, son frère était déjà père d'un premier enfant...

Il secoua la tête, et enfouit tout ça dans un coin de son esprit. En un clin d'oeil, il avait tout oublié. Il aurait volontiers pris sa forme féline pour sauter dans les jambes de la jeune femme et la faire tomber dans la neige, afin de lancer leurs petites séances de jeu insouciantes, mais entouré de la sorte, il préférait éviter. Soigner un minimum son image en public, en quelque sorte... Un souci qu'il ne se donnait pas toujours à Lytsoul, mais il ne voulait pas entacher la réputation de Maven ou de son père.


" On pourra toujours sortir cet après midi pour jouer un peu dans la neige... Il y en a encore une plus grosse couche qu'à Lytsoul cet hiver."

Il passa un bras autour de la taille de sa compagne, amoureusement, et l'attira contre lui tout en marchant, avant de lui déposer un baiser dans le cou. Il avait vraiment hâte de l'amener auprès de sa famille pour la leur présenter. Il était aussi fier de son couple que de sa famille, et connaissant bien l'un et l'autre, il était sûr que tout se passerait merveilleusement bien. Le seul petit souci serait peut-être de se tenir de manière convenable dans un entourage noble d'un certain rang, même si ses parents n'étaient pas insupportables à ce niveau là. Restait qu'il y avait un certain maintien à conserver. Mais il était persuadé qu'en lui donnant quelques conseils au préalable, ils passeraient un très bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la tanière de Papa Ours [Privé Akeno Baleon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic RPG 2.0 :: Nord du royaume de Magikheart :: Terres sauvages du Nord :: Villages-
Sauter vers: